Récit de la course : La Madone - 14 km 2010, par tidgi

L'auteur : tidgi

La course : La Madone - 14 km

Date : 14/11/2010

Lieu : Velars Sur Ouche (Côte-d'Or)

Affichage : 909 vues

Distance : 14km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Une bien belle course...

Après la ValLyonnaise, le trail du bouton d'or et le Toussitrail,
voici le 4° et dernier opus de la série "1 course pour 1 dimanche" : le trail de la Madone à Velars(21).

Après avoir plutôt bien récupéré du Toussitrail (une douleur avait affecté ma cuisse droite à la fin de la course), je rempile donc ce dimanche pour une dernière course avant la LyonSaintéLyon.
Pour une fois en cette saison, le temps est clément et ensoleillé
, on ne se croirait pas en Novembre.
J'ai prévu d'y retrouver Fulgurex à la photo car il ne courera pas, Intuitiv aux inscriptions, et Mame aligné sur le 14km comme moi.

Retrait du dossard, léger échauffement (pour me rendre compte que la batterie de ma montre GPS est faible) et nous sommes alignés avec Mame sur la ligne de départ, loin des premiers.




PAN ! C'est parti (ou plutôt c'est parti et PAN, 5 secondes après... !
)

La file de coureurs s'étire dans la rue. Fulgurex est sur le côté à photographier le départ.

 dsc6325.jpg

Je souhaite une bonne course à Mame et partons chacun à notre rythme du moment...
Puis nous nous engageons sur une monotrace dans le bois.
Je regarde ma montre : plus de jus donc plus rien
. Ca signifie que je vais devoir courir uniquement aux sensations (plus de cardio) et en ayant en tête le parcours et le profil pour la gestion de course. Ben on fera avec...

En file indienne dans le bois, je regrette maintenant de ne pas m'être positionné plus en avant lors du départ.
Difficile de trouver le rythme, j'essaie de dépasser quelques concurrents en prenant sur les bas-côtés. Attention cependant aux rondins de bois, et aux chevilles. Je risque aussi de laisser de l'énergie nécessaire pour les 2 grosses côtes qui nous attendent...

Je prends mon mal en patience, je me rattraperai sur le sentier forestier, à priori plus large.

1° côte : le début se fait en courant. Puis nous nous mettons tous à marcher. Je relance parfois en courant pour dépasser 1 ou 2 concurrents.
J'essaie une fois de plus de ne pas trop "taper" dans le dur.
En haut de la côte, nous trouvons (enfin) le sentier forestier, large et où je peux enfin trouver mon rythme. Je dépasse encore quelques concurrents.

Au ravito, 2 sucres et un bout de chocolat. J'ai ma boisson, j'évite l'eau trop froide proposée...


Juste après, nous nous retrouvons dans un "marécage" de boue humide. Il parait que des hêtres ont poussé ici ???...

Une boue épaisse et suffisante pour ralentir fortement la progression : tout le monde marche. Tous les 2 pas, j'ai l'impression de devoir laisser mes chaussures dans le sol...  Mais pourquoi on passe par là ???

De suite après, arrive la 2° côte : à nouveau en marchant. Je relance en courant de temps en temps (et dépasse quelques concurrents par la même occasion). Avant la fin de la côte, je relance et me mets à courir, je gagne alors encore quelques places.

Nous voilà à présent sur un long sentier de crête. Je cherche la vue mais les arbres nous empêchent de profiter du paysage. De plus, la vigilance est de mise, le sentier est bien glissant (pierres + feuilles)... Les appuis deviennent fuyants, j'ai l'impression de patiner (ma foulée n'est pas au top...).

Sans montre, je n'ai aucune indication sur les kilomètres déjà effectués. J'attends la vue sur la Madone, que nous devons longer, mais elle se cache...

Puis nous arrivons sur le site de départ des parapentes, l'un côté Est, l'autre côté Ouest avec une jolie vue. J'en profite alors pour admirer mais ne traine pas trop, quelques supporters encouragent mon poursuivant du moment.


Enfin, la Madone (Notre Dame d'Etang) se dévoile, majestueuse. Un site où je venais me promener étant gamin...

Nous entamons une descente assez raide et technique sur des feuilles mortes. Des pierres s'y cachent, je suis moins à l'aise que les 2 compères qui me dépassent en filant à toute allure...
Je les reprends pourtant sur le plat qui suit.

Nous retrouvons le sentier forestier. Avant la dernière descente, je vois (trop tard) Fulgu avec son gros appareil (désolé, du coup j'ai pas souri), ainsi que Mme Mame...

Un coucou rapide puis je m'engage dans la descente : moins de feuilles mortes et un terrain plus "visible". Je fournis mon effort, mes 2 descendeurs de tout à l'heure ne me rattraperont pas.

Nous doublons les derniers concurrents du 8 km sur la partie commune.

Dernière portion sur bitume, toujours en descente. Je ne cherche pas à accélérer, je n'ai aucune notion du temps déjà écoulé.

Une arrivée sur un terrain en herbe, et voilà : je n'ai pas besoin d'arrêter le chrono !
Je demande à celui qui me suit : environ 1h12' (çà fera en fait 1h11'31'')

Ah ! Dommage ! Je pensais faire moins de 1h10', au vu des efforts fournis et sensations éprouvées.

J'assiste ensuite à l'arrivée de Mame, environ 5 minutes après moi.

Nous rejoignent ensuite Jupette, qui a fait le 8km, puis notre Fulgu_reporter et Mme Mame.
La matinée se termine par la remise des prix, où MiniMame fait plus que taquiner le podium (2° de sa catégorie).

Bref, une bien belle matinée ensoleillée, et un parcours plaisant quoique ardu pour chercher un chrono.
Je regrette de ne pas avoir pu utiliser ma montre, qui m'aurait permis de mieux gérer mon effort.


Prochaine échéance, LyonSaintéLyon dans 3 semaines...
D'ici là les jambes devraient se refaire une dernière sortie longue sans objectif ni chrono... avant ce défi...


3 commentaires

Commentaire de fulgurex posté le 16-11-2010 à 00:12:00

mince! si tu as traîné un peu sur la course, tu t'es refait sur le CR. Bon, dans 5 minutes, je devrais lire celui de Mame?
60/297 c'est une place très honorable pour un mec qui n'a même pas de montre ;o)
Vivement dans 3 semaines, qu'on ait 24h devant nous pour tailler la bavette.

Commentaire de intuitiv posté le 16-11-2010 à 06:26:00

Bravo Tidgi,
c'est vrai que le départ à de l'importance avant le mono trace pour avoir son rythme. 1h 11 sans forcer , la classe.
Bonne recup pour dans 15j, n'oublie pas les piles de ta montre........

Commentaire de Mame posté le 16-11-2010 à 08:56:00

Si tu n'as pas fait au moins une fois la Madone avant cinquante ans, t'as raté ta vie...
Bonne prépa récup pour cette méga Saintélyon...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !