Récit de la course : Trail des Hospitaliers 2011, par huralp

L'auteur : huralp

La course : Trail des Hospitaliers

Date : 30/10/2011

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 1136 vues

Distance : 75km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Hospitaliers 2011

 

hospitaliers2011.jpg

J'abordais cette seconde édition des Hospitaliers avec un peu d'appréhension, une année un peu chaotique au niveau Trail suite à une déchirure musculaire au vaste externe de la cuisse droite le 25 janvier qui m'a privé de course à pied jusque début mai.
Mai et juin furent consacrés à une remise en condition.
Juillet et août sont toujours problématique au niveau disponibilité du fait de l'activité de l'hôtel, ces 2 mois ne me permettent que 2 entraînements / semaine. Cette année j'ai opté pour 1 séance de fractionné en côte et 1 sortie VMA + gainage et abdo quasi quotidien.
Donc début septembre, j'entame mon plan de préparation, ma base de travail est un plan trouvé dans endurance trail pour les Templiers que j'ai adapté à mes disponibilités. Parallèlement à cela sur les conseils de Pierre-Mickaël Micaletti ( + de 800 km sur tapis au 6 jours d'Antibes ) à mes séances de quotidienne d'abdos et de gainage je pratique des exercices de respiration ayant pour but le renforcement du transverse.
Toujours est-il que je m'aligne sur ce trail avec un déficit de sortie longue.

En ces périodes d'inter saison pas toujours facile de savoir comment se vêtir pour ce type d'épreuve, j'opte pour corsaire + manchons et tee shirt manche longue + une couche 2 coupe vent odlo. Vivant dans le Massif du Sancy j'ai plutôt tendance à prévoir trop chaud, cette année encore ce fût le cas, par contre l'an passé sur ce même trail j'avais tapé juste.

Côté sac je prends mon 11 litre de chez Lafuma ( l'orange DDE ), sans la poche à eau mais avec 2 bidons, l'un à l'eau plate et le second avec du sirop sport énergétique recette Aroche + quelques barres d'amande Gerblé et des barres « graines de sésame + miel » de la même marque + gel énergétique maison recette Aroche reconditionné dans des PomPottes.

Je m'aligne dans le sas de départ au côté du Kikoureur Domi81, 5h08 le départ est donné, sitôt je vois Domi remonter la masse de coureurs par le côté, j'avais en souvenir quelques grosses flaques d'eau quelques km après le départ qui l'an passé avaient engendré quelques ralentissements, je décide donc de lui emboîter le pas, à une allure toute fois moindre, bien que je ne sois pas trop adepte de ce type de départ ayant peur de le payer par la suite, mais la portion bitumée n'est que de 1.5 km, l'effort sera amplement suffisant pour ne pas trop se retrouver en queue de peloton et ne pas trop être ralenti dans le début de montée, cette distance parcouru je retrouve Tomlacaze. Le temps est plutôt doux est au fur et à mesure que nous montons le brouillard se densifie, au bout de ¾ d'heure je fais tomber ma couche 2 après avoir passé les 2 ou 3 pataugeoires.
Le brouillard est vraiment gênant, l'association lunette + brouillard + frontale n'est vraiment pas top au niveau visibilité, dans la descente sur la vallée de la Virenque pour rejoindre le village de Sauclières je n'y vois pas grand-chose et c'est le clash, sur un appui mal assuré je part en glissade et me plie la cheville, je vois rouge car j'ai de bonnes sensations, je lève le pied le temps que la douleur du moment se fasse oublier et par chance à ce moment je me fais doubler par un coureur avec une led clignotante rouge à l'arrière de son sac, j'ai trouvé mon poisson pilote !!! J'arrive à Sauclières avec 12 mn d'avance sur l'an passé, le jour est là mais le brouillard et toujours dense, on y voit quand même mieux. Un verre d'eau, retirer un gravier dans la chaussure et je repars, le contenu de mes bidons est suffisant pour me mener à la Croix des Prisonniers ou j'arrive avec 15 mn d'avance sur 2010.

A la Croix des Prisonniers, je recharge mes bidons avant d'attaquer la longue montée vers le Saint Guiral, l'an passé à ce même endroit le vent était glacé on n'y tenait pas !!!
Les sensations sont excellentes, je m'alimente toutes les 30 mn et m'abreuve toutes les 10 mn en alternant eau plate et sirop sport Aroche.
Une longue montée bien sympa et d'autant plus que rapidement nous passons au dessus de la masse nuageuse pour profiter d'un beau soleil matinal, la vue sur la vallée est superbe et les couleurs d'automne de toute beauté. Dans la montée je discute avec un coureur arborant un drapeau Breton, le hasard fait que nous sommes originaire de la même commune du Finistère, le monde est vraiment petit !!!
Le terrain est souple sans être trop gras, je me méfie des pierres humides, j'ai en permanence en tête mon soucis de cheville que malheureusement je plierais une seconde fois dans la descente vers Doubies.
J'arrive à Dourbies avec 29 mn d'avance sur 2010, bien appréciable ce ravito solide, une soupe, du fromage et recharger les bidons, surtout ne pas s'attarder, il sera d'autant plus dur de repartir.

Direction Trèves, j'aime bien le début de cette portion à flanc de paroi qui nous offre un très beau paysage, sur certains passages mieux vaut ne pas être sujet au vertige !!! mais il y a pire et plus acrobatique par la suite mais je ne le sais pas encore car c'est la portion que nous avions zappé l'an passé du fait de l'épouvantable météo. Fin de la descente sur Trèves je me plie pour la troisième et dernière fois la cheville, ouf le compte y est, on dit jamais 2 sans 3.

J'atteins Trèves après 7h de course ( -36'/2010), je recharge les bidons, soupes + fromage et je repars pour l'inconnue cette fois, car à partir d'ici le parcours est inédit et créé pour l'occasion par les bénévoles débroussailleurs de l'association. On longe le côté droit de la vallée du Trevezel, pour atteindre les hameaux de Verrière et St Sulpice avant d'attaquer la montée sur le Causse Noir. Le début de cette montée se compose dans un premier temps d'une longue monotrace en dévers dans une pente caillouteuse, le blanc du rocher nous renvoie la chaleur du soleil, j'ai chaud très chaud et le coup de moins ne se fait pas attendre, par chance il est quasi impossible de courir sur cette portion, reste juste à attendre que cela passe en marchant. Aux alentours du 60 ème je retrouve de la vigueur, et la fin de la montée sur le Causse Noir se passe plutôt bien.
Le sommet du Causse est plutôt plat, est permet d'accélérer, j'y croise un coureur qui est en fait un client ayant participé au Trail Hivernal du Sancy, on échange quelques mots mais comme il est dans un passage à vide qui le condamne momentanément à la marche je continue ma course.
Il fait toujours très chaud, heureusement que mon tee shirt manche longue est blanc !!!
La descente du Causse est technique, je ne suis franchement pas rassuré pour ma cheville, je ne peux m'empêcher de penser aux coureurs jouant avec les barrières horaires et qui franchiront cette portion à la nuit tombante. Heureusement que pour certains franchissements des cordes ont été posées.
J'ai beaucoup bu sur cette dernière portion et je commence à manquer d'eau heureusement dans la descente l'organisation a eu la bonne idée de poser sur un rocher quelques bouteilles d'eau, 2 gorgées et je repars. Rendu en bas je croise un coureur appuyé sur ses bâtons en train de se vider les tripes, il me dit que ça va aller je poursuis donc, quelques mètres plus loin je croiserais des gars de l'organisation venant à sa rencontre. Dernier coup de rein avant de rejoindre Cantobre, village vraiment typique sur son rocher , là encore une possibilité de s'abreuver avant de se manger la bosse !!!
Cantobre 9h30 de course pas de comparaison possible avec 2010 car nous l'avions relié par la route, j'ai bu plus d'un litre et demi en 2h30 sur cette portion.
Une fois rendu à Cantobre il reste à peine 8 km à parcourir et le dur et derrière nous, la montée vers le Roc Nantais et le Causse Bégon est moins ardu que celle du Causse Noir, montée qui se passera au mieux et une fois en haut vous entendez déjà la sono de l'arrivée cela vous Booste un max pour la descente au point que j'en oublie mes soucis de chevilles et me laisse glisser à bon rythme vers l'arrivée, que je franchirais après 10h44' de course ( 48 ème / 404 partants ), plutôt en forme avec une cheville ayant pris quelques rondeurs, ce qui lui vaudra un trempage de quelques minutes dans l'eau du lavoir à quelques mètres de l'arrivée, mes mollets ont aussi beaucoup appréciés l'eau était glacé !!!

Que dire si ce n'est que le parcours est sympa, l'organisation au Top, les ravitos à partir de Dourbies bien achalandés.
Bien content d'avoir fait la connaissance de nouveau Kikoureurs.
Trail à conseiller sans modération !!!

 

3 commentaires

Commentaire de domi81 posté le 31-10-2011 à 20:07:24

bien content d'avoir fait ta connaissance et félicitations pour avoir bien géré ta course.
jamais 2 sans 3....on y retourne l'an prochain ?
au plaisir de te revoir.. ;)

Commentaire de laulau posté le 04-11-2011 à 19:27:40

Bravo pour ta course avec un entrainement limité mais bien pensé.

Commentaire de mussara posté le 12-11-2011 à 07:52:59

bravo pour ta course et prends bien soin de ta cheville...
amicalement

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !