Récit de la course : Euskal Trail - Endurance Trail 2012, par laulau

L'auteur : laulau

La course : Euskal Trail - Endurance Trail

Date : 18/5/2012

Lieu : Baigorri (Pyrénées-Atlantiques)

Affichage : 1727 vues

Distance : 100km

Objectif : Se défoncer

16 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

22 autres récits :

euskal trail, 2 x 50 km, un must du trail !

Retour à Baïgorri pour Ramuntcho et moi 1 an après le 2x45km où j’étais reparti seul le 2ème jour.

Après le 40km du trail des Citadelles du 8 avril, je n’ai pas fait de sortie longue et encore moins de week-end choc. J’ai été très occupé par le boulot puis la préparation du Trail du Barétous du 29 avril. Le seul gros bloc d’entraînement date du 5 et 6 mai avec 2 belles sorties mais loin des 2x50km prévus ! Pour Ramuntcho, c’est pareil ! L’objectif est de finir à deux cette fois-ci, on verra le classement après. Mais je suis optimiste, notre unique w.e. choc s'est bien passé.

La météo est annoncée encore très maussade, hélas, pour les magnifiques paysages traversés mais c’est mieux pour courir ! On hésite le soir dans la préparation des vêtements et du sac.

samedi 18mai : Bus à 6h à Baïgorri direction Urepel puis retrouvailles avec pas de têtes connues. Je découvre 2 kikous ultratrailers, Tomlacaze et Cantalou en préparation pour une saison dantesque (à mes yeux !) et revoit Auvermarc, le fameux « Torus Giganteus » et Ampoule31 avec plaisir.


Puis c’est le départ avec un peu de route et de chemin pour s’échauffer et assez vite les premières pentes vers Astakarri dans le brouillard.


Ramun est à l’aise, moi moins…mais je gère en récupérant dans les zones de « plat » notamment sur des pistes où on peut allonger la foulée. Deux duos nous doublent à vitesse soit « podiumisable » soit « future explosion »…Ils ne feront pas podium et on les a revus assez vite !

 Le brouillard n’est pas humide et le terrain est le plus souvent sec. Par de magnifiques sentiers tracés dans l’herbe rase, de crêtes dégagées ou  de forêts de hêtres, à flanc de sommets et de cols en cols, nous parcourons la superbe crête frontière le plus souvent côté espagnol.

http://www.vallee-aldudes.com/histoire-de-la-vallee/

 On croirait que la pelouse est tondue régulièrement ! On court à bon rythme avec d’autres équipes.

C'est pas nous !!

Lors d’un passage sur un pierrier, je pose le pied sur une dalle inclinée humide et me voilà parti en vol plané en contrebas. J’essaie d’éviter les blocs dans ma chute et me relève assez vite (« j’ai un peu la honte !) Peu à peu, je sens  une douleur dans le mollet droit mais cela n’ira pas en s’empirant et le kiné, l’après-midi, fera du bon boulot pour soigner cela.

Le long de la clôture frontière, on passe devant des cromlechs (tumulus cromlechs de Zaho) datant d’entre 1000 et 500 ans avant JC. Mon côté enseignant me fait expliquer à Ramuntcho ce que c’est et lui indique qu’il y avait déjà des trailers dans le coin il y a déjà bien longtemps !

plus d’infos, voir http://jacquesblot.over-blog.com/article-34695078.html/

On est passé là...mais pas ce jour là !

Les cols et les sommets s’enchaînent. L’an dernier, à Ichtauz, la vue était splendide, cette année, c’est brouillard !


La dernière grosse montée arrive avec le sommet d’Autza, plus haut sommet de la vallée. Ramuntcho est toujours bien et me lâche dans la montée finale dans le pierrier raide, je subis et ai du mal à finir. On a quand même rattrapé une équipe avec un coureur cuit et recuit.

sommet d'Autza

La descente qui s’ensuit est pentue même dans la forêt où entre racines, rochers et clôture en barbelé traînant quelquefois au sol, il faut être souple et vigilant. L’arrivée au col d’ Elhorrieta annonce une partie plus roulante puis plus cassante dans la forêt de Nekaitz. Les premières crampes dans l’intérieur des cuisses arrivent et m’obligent à m’arrêter.

arrivée au col d'Ispéguy

Après le col d’Ispéguy, c’est la même traversée que l’an dernier sur un sentier étroit et souvent technique. On le quitte  au niveau du col d’Aintziaga. On mange à nouveau un gros plat de racines et de pierres sur un petit sentier horizontal dans la forêt. Le hêtre, arbre emblématique de cette vallée et des montagnes basques en général, a des formes souvent remarquables. Son seul inconvénient mais il est de taille pour le trailer, c’est son enracinement superficiel et c’est un beau piège à entorse ou crampes ! enfin, c’est la redescente par une longue piste plutôt ennuyeuse pour finir par une partie de yoyo (je monte, je descends…) sur petite route et chemins. Sur cette fin, on se fait doubler par une équipe mais on en double une aussi (1 partout, balle au centre). A l’arrivée, après 6h28 de course, on apprend qu’on est 13ème.

Passage sur les tables des kinés, discussions entre coureurs puis repas de pâtes à 17h au gîte et à nouveau repas à 19h30 à la salle Plaza choko où un buffet pantagruélique est servi. On partage le repas avec Julien Jorro et Bruno Bareilles, larges vainqueurs de la 1ère étape. Ils nous disent qu’après avoir creuser l’écart, ils ont gérer leur course. ..Ils ont juste mis une demi-heure aux 2èmes et à nous 1h 10mn !

 

samedi 19 mai 7 h du matin : Contrairement à qu’on aurait pu croire, le départ se fait à bonne allure pour ne pas se retrouver coincé dans les premiers sentiers. Les cuisses sont un peu dures et douloureuses mais le reste va bien, pour Ramuntcho aussi. A part si l’un de nous deux se blesse, on arrivera au bout !

Il fait presque beau, seuls quelques nuages enveloppent les crêtes et les sommets dont l’Adi.


On monte bien puis après une petite descente pour arriver à un grand col, le mur vers l’Adi arrive. La fin de la montée, dans le froid et le brouillard, est très raide droit dans la pente.



fin de la montée du sommet de l'Adi

La descente vers Astakarri puis Sorogain se passe bien.


Je retrouve un trailer d’Esprit Trail Anjou, Nico, que j’avais souvent cotoyé dans la 2ème étape. On sera ensemble jusqu’à l’arrivée ! On suit un ruisseau que l’on va enjamber une dizaine de fois (avec plusieurs fois les pieds dans l’eau !) avant le ravitaillement où on recharge en eau. La montée vers le sommet du Lindus se fait à bon rythme, toujours dans le brouillard. J’ai un mauvais passage ensuite et je serre les dents dans le sillage des 2 équipes et de Ramuntcho devant moi.

Je suis dernier du groupe, je serre les dents, ferme ma gueule et attend des moments meilleurs !

Beaucoup de monde attend les coureurs au Col du Lindus accessible par une petite route. L’ambiance est excellente.

On attaque ensuite une longue traversée vers le col de Méhatché d’abord sur une piste en terre sous les hêtres puis sur un sentier juste sous la crête. C’est splendide. on va à bon rythme et on rejoint peu à peu des équipes.




ravito au col de Méhatché

A Méhatché, on descend vers Urtaiko et c’est toujours aussi raide et brûlant pour les cuisses. On court sans problème pour remonter la piste sur 3km. On se souvient avec Ramun que cet endroit avait été une vraie galère pour lui ! Après le col d’Ehunzarroi, le ciel noircit un peu mais cela va encore. C’est après Adarza que l’on entend les premiers grondements. Peu à peu, la pluie fait son apparition, de plus en plus forte.


Au niveau du Col d’Urdanzia, les quelques spectateurs s’abritent comme ils peuvent. Le ravito d’Urdanzia est noyé sous les trombes d’eau. Puis les éclairs fusent autour de nous. Notre petit groupe s’arrête. On ne sait pas quoi faire. Ceux qui ont des bâtons veulent les laisser en route. D’autres comme moi hésitent à continuer. Je n’ai pas envie de finir foudroyé juste pour aller au bout d’un trail. Finalement, tout le monde repart, dans sa bulle, en espérant que le prochain éclair ne s’abatte pas sur nous. Juste avant le Munhoa, le contrôleur nous bippe comme il peut depuis son véhicule en essayant de pas trop mouiller les appareils.

Ramun descend prudemment, son genou est douloureux. Les deux jeunes de Baztandarrak, Baptiste et Mathieu s’échappent. on ne les reverra qu’à l’arrivée. On avait 2mn d’avance sur eux hier. Ils finiront juste devant nous au général. Le retour sur Baîgorri se fait à bon rythme, les passages sur route alternent avec des passages très « jungle » sur la fin.

Enfin, c’est l’arrivée après 6h40 de course …et sans aucune crampe ! ?

Au classement général, on est 13ème, ce qui nous satisfait bien. Nous avons formé une bonne équipe homogène. On aura vécu tous les deux 2 belles journées dont on se souviendra.

Un immense bravo aux organisateurs pour cette épreuve magnifique, à tous les bénévoles.

L’ambiance était excellente tout au long des 2 jours. Malgré le temps médiocre, le paysage était splendide, varié entre belles forêts et très nombreux passages de cols en sommets.

Et puis, ce repas du vendredi soir est pantagruélique !

Epreuve à faire et refaire ! C’est unique et magique !

 

 

16 commentaires

Commentaire de Ben64 posté le 24-05-2012 à 21:10:09

Content que vous ayiez pu finir à deux cette fois-ci avec une belle place à l'arrivée! Je te rejoins pour dire que cette épreuve est magique, même pour le 2*25!
Vivement les prochaines échéances!

Commentaire de laulau posté le 25-05-2012 à 23:41:32

Tu viendras vite sur le 2x50 ! le vrai Euskal Trail ;)

Commentaire de Cantalou posté le 24-05-2012 à 21:29:39

Bravo pour votre perf et le récit très éducatif, content également d'avoir fait ta connaissance. Pour ma saison c'est sur qu'elle s’arrêtera en Septembre après le Tor et je verrai alors si elle était dantesque. jean-Pierre

Commentaire de laulau posté le 25-05-2012 à 23:40:02

Bonne suite de prépa pour le TOR...Moi, le 160 du GRP m'inquiète toujours autant !

Commentaire de Txantxo posté le 24-05-2012 à 21:59:48

CR très sympa et on se rejoint sur l'excellentissime repas du vendredi soir !
L'euskal raid est vraiment une superbe course : j'y reviendrai
Bonne poursuite de préparation Pour le GRP

Commentaire de laulau posté le 25-05-2012 à 23:42:33

Finalement, on n'a pas eu trop le temps de discuter...Partie remise sur un prochain trail !

Commentaire de Yvan11 posté le 25-05-2012 à 09:32:23

Bravo pour ta course et merci pour le récit.
Encore une course à faire absolument dans les prochaines années !

Commentaire de laulau posté le 25-05-2012 à 23:37:21

Je suis sûr que tu finiras par venir...même si le calendrier est bien chargé en belles courses ! Tu ne le regretteras pas !

Commentaire de ampoule31 posté le 25-05-2012 à 18:01:49

Bravo à tous les deux, félicitations pour votre très belle place, cela fait plaisir que vous ayez terminés ensemble cette année, donc nous nous reverrons sûrement l'année prochaine, merci pour le CR.

Commentaire de laulau posté le 25-05-2012 à 23:34:57

J'espère qu'on se verra avant !

Commentaire de picos de europa posté le 26-05-2012 à 07:07:59

Tu t'es mis aux chaussettes je vois :-)) Bravo à tous les deux d'avoir fini ensemble et si bien, merci pour les photos, c'est toujours plaisant de revoir le pays basque et merci aussi pour la page documentaire sur les Aldudes. La saison commence fort pour toi, il y a pas de raison que cela ne continue pas! En espérant que tu auras beau temps au celestrail, bonne suite.

Commentaire de laulau posté le 26-05-2012 à 09:11:52

Je me suis mis aux chaussettes...le deuxième jour sur conseil du kiné par rapport à l'hématome au mollet du premier jour. J'espère que tu as remarqué que j'ai une coupe de cheveux de jambes façon "Youl Brunner" (les jeunes comprendront pas !)ça a fait rire toute la famille mais finalement, je trouve ça pas mal et même plus esthétique ! mais putain que ça fait mal quand on les enlève. S'il faut passer par là pour être plus fort, je referai ;)
Cet Euskal Trail, c'est vraiment magique !
Oui, un temps correct m'irait bien en Andorre !

Commentaire de ced2nay posté le 27-05-2012 à 09:48:28

Que des photos réussies dans ce CR :)
Félicitations pour cette belle place.

Commentaire de laulau posté le 28-05-2012 à 22:40:58

Normal, elles ne sont pas toutes de moi...seulement les moins bonnes ! ;)

Commentaire de grumlie posté le 28-05-2012 à 17:08:53

Et bé il est en forme le Laulau! Un bon celestrail début juillet et rendez vous à Vielle Aure au taquet!
Faut vraiment que je le mette au planning cet euskal...

Commentaire de laulau posté le 28-05-2012 à 22:42:48

Je vais rester sage en Andorre, histoire de tester une nuit dehors à crapahuter et continuer le lendemain !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !