Récit de la course : Sedan-Charleville 2010, par tellthefrog

L'auteur : tellthefrog

La course : Sedan-Charleville

Date : 3/10/2010

Lieu : Sedan (Ardennes)

Affichage : 411 vues

Distance : 24.281km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

9 autres récits :

Sedan - Charleville 2010

 

Sedan - Charleville, plus ancienne course de ville à ville de l'Hexagone, c'est notre «sortie club» de l'année et une quarantaine de courageuses et de courageux sont au taquet à 7h00 du matin le dimanche sur la parking de la gare d'Auxerre pour le départ en bus. Chargés les sacs dans la soute à bagage (c'est marrant, tout le monde a son sac du club et ça va être coton de chercher le sien à l'arrivée, sauf pour les malins comme moi qui ont un signe distinctif dessus). Malgré l'horaire matinal, tout le monde semble presque bien réveillé et la bonne humeur règne tout au long du trajet. On se marre bien, on chambre à foison, Philippe se charge de l'ambiance, bref la journée va être bonne!

Arrivés dans les Ardennes, nous cassons la croûte avant de poser pour la postérité devant le car. Un petit échauffement plus tard et nous voilà au départ, chacun avec ses objectifs de course: la performance, le plaisir ou les deux. Pour ma part, je prône le plaisir puisque sans entraînement régulier depuis mai dernier je sais que je ne vais pas me promener. Les quelques concombres mélangés dans la salade de pâtes à peine digérée vont me rappeler que pour la performance ce sera bel et bien niet popov! Quelle idée d'en avoir agrémenté notre plat! Au bout de quelques kilomètres, quelques remontées gastriques viennent me narguer alors que je tiens un rythme déjà tout juste correct à mon goût. Je cours avec Denis qui lui est en pleine forme, préparant le trail des Templiers, il est frais comme un gardon et je le laisse partir au 14ème kilomètre, je n'arrive plus à suivre. Là je m'arrête pour effectuer une pause technique qui, autant elle m'aura soulagé autant elle m'aura scié les pattes. C'est dur de repartir d'autant plus que beaucoup marchent ou abandonnent sous cette chaleur accablante.

Soutenus par des milliers de supporters le long de la route et en traversant les villages séparant les deux villes, on se sent pousser des ailes dans la difficulté. Mais à trois reprises je m'arrête pour marcher, la fatigue et la chaleur ne faisant pas bon ménage. Ça ne sert à rien de pousser trop, je recharge mes batteries pendant deux minutes, avale un chamallow gentiment donné par un jeune spectateur avant de relancer la machine. Les derniers kilomètres parcourus dans Charleville, c'est le public qui nous porte. De véritables haies d'honneur dans les montées où l'on ne passe même pas à deux côte à côte tant la foule est proche. Cette ambiance Tour de France que l'on m'avait décrite est bien là, c'est extraordinaire d'être encouragé comme ça! Je finis donc le parcours de 24 km 300 en arrivant dans l'improbable Stade du Petit Bois où là encore une foule chaleureuse est massée dans la tribune, devant la ligne d'arrivée. Bon, c'est vrai que j'aurai aimé passer sous la barre des 2 heures, et au final je fais 2 h 07. Mais peu importe le résultat, la journée valait vraiment le coup d'être vécue et partagée avec les copains et les copines!

Alors que des centaines de coureurs faisaient la queue pour se décrasser au gymnase, Garçon-la-note * me fait part du bon plan sous la tribune maintenant désertée: 20 douches bien chaudes pour 3 nous tendaient les bras alors celles du gymnase voisin semblaient tout juste tièdes, iarf! iarf!) tout le monde est remonté en bus direction le bercail, après une excellente journée passée ensemble. Les âmes s'endorment petit à petit témoignant de la fatigue accumulée aujourd'hui. Allez, je laisse la plume à ma douce, qui se charge de transmettre son récit "officiel" pour le prochain numéro du journal du club!

Prochaine sortie club prévue pour l'an prochain: 2 jours pour participer à la Marseille - Cassis (du pastis au blancass', on ne laisse jamais rien au hasard chez nous!) fin octobre 2011.

* je tairai ici volontairement la véritable identité de cet informateur, hein Yves!!!???

 

Retrouvez mes autres récits sur mon blog: www.tellthefrog.com

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !