Récit de la course : Sedan-Charleville 2008, par Sandrine74

L'auteur : Sandrine74

La course : Sedan-Charleville

Date : 5/10/2008

Lieu : Sedan (Ardennes)

Affichage : 1620 vues

Distance : 24.3km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

9 autres récits :

La fleur au fusil

 

SEDAN - CHARLEVILLE

La fleur au fusil

Dimanche 05 Octobre 2008

24,3km

 

Pfff ! 24,3km me direz-vous ! Ce n'est pas grand-chose...

Mais tout dépend de l'allure.

 

Sedan - Charleville, Les Ardennes. Vous ne connaissez pas. Tout normal irait vous dire Le Sanglier.

Je ne connaissais pas il y a encore deux ans de ça, et puis la rencontre a fait que voilà, maintenant j'y vais au pire tous les deux mois.

J'aime, voire j'adore : ces forêts à pertes de vue, ce vallonnement, ce calme, la Belgique et les Célestes pas très loin...

 

L'histoire aussi, et tient maintenant que nous y sommes à l'histoire :

Les Ardennes font partie de cette histoire de France au travers des 2 guerres mondiales.

Les Ardennais ont pour mascotte "Le Sanglier". La bonne bière fait partie aussi du pays !

Et le Sedan - Charleville est ainsi la plus vieille course de ville à ville en France, je ne peux pas vous en dire beaucoup à part que la première édition a eut lieu en 1906, et que cette année nous fêtions la 88ème édition (les guerres ont provoqué des coupures).

La première femme à avoir terminé cette course c'était Brouart Danièle de Arras en 1975.

Côté des hommes pas de secret 1906 Daix de Sedan.

 

Pour mon histoire...

La CCC a laissé des traces : douleurs au talon droit, que j'ai bien du mal à soigner. Je suis pour ainsi dire sans entraînement depuis plus d'un mois.

 

Nous voici donc le dimanche 05 octobre, jour que je redoute depuis trop longtemps !

3234 inscrits, j'ai le dossard 785 et Emmanuel le 786.

Après avoir déposé la voiture à Charleville, nous revenons sur Sedan par les bus que l'organisation a mis en place.

Nous rentrons chez les parents d'Emmanuel pour nous mettre au chaud et pour prendre des forces.

Force est de constater que le temps ne s'améliorera guère, les deux maillots UFO sont de sortie.

Le plafond est bas, le ciel est gris, la pluie accompagnée de rafales de vent nous glace le sang. Il fait tout juste 10°C au plus chaud de la journée, la route est bien humide...

Enfin, tout un tas d'excuse pour ne pas mettre le nez dehors !

Et pourtant cette course, je l'attends avec impatience mais aussi avec de l'appréhension pour le restant de l'année.

 

Le temps nous oblige à trottiner jusqu'au départ pour se réchauffer. Après quelques accélérations, nous retrouvons Zeb sur la ligne de départ.

D'ailleurs, je trouve que nous sommes très bien positionnés sur ce départ, juste un peu derrière le sas de l'élite.

13h50 : Des applaudissements mais nous ne bougeons pas... C'est les handisports qui viennent de prendre le départ.

2min avant le départ, un mouvement nous fait croire que c'est bon... Mais non toujours pas ! C'est juste l'avancement sous la banderole de départ.

Et ça discute, et ça discute et "PAN"... Tout juste le temps de se faire un baiser, je vois déjà Emmanuel s'éloigner.

Objectif 12km/h, soit 2h01.

 

Le départ est très rapide, voire trop rapide. L'euphorie du départ et tous ces coureurs qui partent à  un rythme effréné.

Rapidement, je vois sur mon GPS qu'il faut que je calme les chevaux car autrement je vais être KO dans peu de temps.

Le fait d'être bien positionné est à double tranchant :

  • - On est emmené par les autres coureurs
  • - On n'arrête pas de se faire doubler

 

Ben voilà, je me fais doubler encore et toujours, je me demande quand tout ça va s'arrêter.

Je suis dans ma course maintenant. Je ne m'occupe plus que de moi...

 

Je vois la maman d'Emmanuel qui nous attend juste au passage du premier rond-point.

Déjà plus d'un km, pour l'instant tout se passe bien, la respiration est bonne, les jambes sont en forme.

1, 2, 3, 4 Côte de Frénois, je suis toujours dans mes temps.

5, 6 Maintenant c'est la descente vers Donchery où se trouve le premier ravito...

7, 8, 9, 10 Voilà la Côte de Dom le Mesnil blindée de monde, du coup la gendarmerie est là pour faire le passage... Et nouveau ravito.

Passage au 10km en 50'41".

11... Tiens 11km de course, j'ai un petit souci !

AVIS DE RECHERCHE : je viens de perdre mes mollets, toute personne susceptible de les avoir croisés est priée de me contacter... J

 

Là franchement ça se corse, et pas qu'un peu ! Car avoir des poteaux à la place de bons mollets, ça n'aide pas à la performance.

Jusqu'au 15ème km je tiens l'allure, même si je sens bien que je ralentis. 26' pour les 5 derniers km.

 

De là, j'entame le combat contre la marche, le combat contre le ralentissement.

C'est dur, très dur. Doucement l'acide remonte de plus en plus dans les mollets.

Je me fais doubler encore plus, mais malgré tout je tiens, je résiste, je ne m'incline pas.

 

Au 19ème km c'est l'arrivée dans Charleville. La foule est présente, bien souvent des familles qui attendent leur coureur.

Je viens de prendre une claque les 5 derniers km je les fais en 28'10".

 

Je pense à Emmanuel et c'est ce qui m'aide le plus pour ne pas m'arrêter, penser à autre chose pour ne plus avoir à penser à ces mollets qui m'ont lâchement abandonnée...

 

Emmanuel doit être déjà arrivé, en train de m'attendre dans ce froid avec ces rafales de vent, et sous ces averses de pluies.

 

Je double à mon tour, non je n'ai pas trop accéléré. J'ai déjà du mal à plier mes jambes, les morceaux de bois qui me servent occasionnellement de mollets sont tétanisés.

 

Et pourtant, je continue de courir, comme si le mouvement était automatique.

 

500m, c'est ce qu'il me reste à parcourir, et c'est ce qu'il me reste pour tout donner.

Le sprint me transporte vers cette arrivée par des petits cris de douleur, accédant enfin à une foulée digne de ce nom.

Un maillot jaune dans la foule, derrière ce grillage : il est là pour m'encourager.

J'entre dans le stade, où la piste est de la boue, j'allonge la foulée une dernière fois pour me transporter sur ce finish à plus de 16km/h.

 

La puce nous est retirée, et maintenant un petit exercice...

Fermez les yeux et imaginez-vous la démarche d'un canard... Vous y êtes ?... Et ben voilà, c'est comme ça que je marche ! J

Ca valait le coup de faire 2h09'51".

 

Zeb m'épargne le film... Mais il nous prend en photo !

 

Après nous être changés nous nous rendons Place Ducale, sous la pluie une fois de plus pour le tirage au sort. Nous n'avons pas gagné la voiture, ni même un autre lot, mais c'était une belle journée !

 

En quelques chiffres :

  • - 88ème Sedan - Charleville
  • - Dossard 785
  • - 3234 inscrits
  • - 3005 arrivants dont 449 femmes.
  • - 1769ème au classement scratch
  • - 94ème femme
  • - 33ème Senior femme sur 153
  • - 2h09'51"

 

Merci Emmanuel et à ses parents.

Merci aussi à l'organisation.

 

Ce que j'ai le plus aimé... Le défi.

Ce que j'ai le moins aimé... La pluie et le vent aussi !     

Et si c'était à refaire... La prochaine fois pas la fleur au fusil !

 

Bon ! Vous n'avez toujours pas retrouvé ma paire de mollets ??? 

Moi non plus ! Allez quelques jours de repos et ça ira mieux !

 

Amicalement,

 

Sandrine...74 UFO

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !