Récit de la course : Marathon d'Amsterdam 2012, par gelindo

L'auteur : gelindo

La course : Marathon d'Amsterdam

Date : 21/10/2012

Lieu : Amsterdam (Pays-Bas)

Affichage : 1252 vues

Distance : 42.195km

Matos : Brooks adrenaline jaune grise, semelles ortho

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Marathon Amsterdam

Hello,

 

 

[url=http://postimage.org/][img=http://s18.postimage.org/ai6d5omyx/AMAR3613.jpg][/url] [url=http://postimage.org/]upload[/url]

 

 

 

deja j'écris ce recit car je n'arrive plus a dormir depuis 05h30, tellement j'ai mal aux hanches, et au genoux, au lendemain de ce marathon...

J'ai fait deux trois "trucs" qui ont marché pour moi, je les mets au cas ou

 

Bon c'est pas bien, mais deja avant la prepa et encore maintenant, je tourne a environ 10 clopes/jour.

Mon record etait mon premier marathon fait en juin dans les marais poitevins, de 03h45. Marathon preparé sur les bases de 03h30 mais couru sur la base de 03h45 car je voulais y aller mollo pour le premier.

4mois plus tard, ici a Amsterdam, l'objectif etait de realiser entre 03h30, et 03h45 pour me faire une experience sur cette distance, mon deuxieme marathon. Vu les cigarettes, je m'imagine plutot 03h45.

 

J'ai fait une prepa Cottereau comme pour le premier, mais avec resistance dure cette fois ci.

Depuis que je suis les prepas et surtout les conseils de cottereau, j'ai decidé de ne plus m'etirer aprés un entrainement, et en realité je ne m'etire plus depuis 9mois, donc j'ai fait deux marathons et deux prepas sans m'etirer  > je me suis jamais senti aussi bien. Je fais qu'une douche froide a la fin des seances craignos sur les jambes pendant quelques minutes, et ca le fait !

 

Donc prepa cottereau avec Resistance dure, mais sur la fin les entrainements de hockey sur glace remplaceront les seances dures. Les plus longues sorties furent de 02h00 voir 02h10 maxi, sur le premier j'etais monté jusqu'a 02h30...

Les seances ont eté correctement realisées. Le maximum mais fait plusieurs fois durant la prepa d'allure marathon fut  3X 15min en resistance douce.

 

Le jour du depart, on arrive par transports en commun,y a qu'a suivre les coureurs, il fait franchement pas beau, pluie intermittente legere et vent, je me refugie dans les halles du sporthallen zuid, et je regarde les gens autour de mois, certains sont calmes, d'autres pas du tout, parmi les plus bruyants, les Francais Clin d'œil

 truc 1: Je regarde mon coeur au repos, 47 puls. Il bat lentement. Cottereau preconise de faire sa bulle avant un depart, et de garder les puls basses, ce que je fais plus pour m'occuper que pour y croire, donc toutes les 5min, quand j'y pense, je souffle lentement en faisant descendre les puls sous 50, meme a 2min du depart, et franchement, je sais pas si ca a joué, mais mes puls seront restés trés raisonnables tout au long de la course.

 

J'ai aussi fait l'effort de "me detendre" en courant, de me relacher, ca se materialiser par une baisse immédiate de quelques puls, je faisais ca 30  40 sec par tranche de 5 kilometres, Cottereau dit que le relachement est au moins voir presque plus important que l'entrainement chez certains.

 

 

30min avant le depart, je file dans le stade olympique, sas 03h-03h30, et me met en fond de sas. Les gens autour sont nerveux et surexcité, j'en vois qui font des mimiques de boxeurs...

Le depart est donné aprés Vangelis,  qui dresse un peu les poils, et je passe la ligne 5min aprés les premiers.

Le Marathon passe loin du centre (quartier rouge, jordaan, centrum etc), et il y a une longue ligne droit A/R le long d 'un canal en plein milieu des champs, exposée au vent, elle se finit vers le semi ou qlq kilos aprés. C'est un passage pas trés rigolo, mais il se situe quand on est encore frais...

Il y a quand meme quelques cotes, ce marathon n'est pas plat... surtout vers la fin...

truc 2: Je m'arrête net a chaque ravito, boit un verre de boisson sucrée, et un d'eau, sans marcher, en respirant et en faisant descendre les puls, comme preconisé par cottereau. Il dit que le but est d'imaginer qu'on se lave de la fatigue, donc je perds environ 45sec mini a chaque ravito, mais aussi 10 15 puls, et je m'attele a recuperer avant le prochain les gens qui etaient pas loin de moi.

Cottereau dit qu'un coureur de niveau trés moyen comme moi a encore plus interet a faire ca, qu'on gagne facile 10min en s'arretant et en se decontractant en buvant les verres d'eau. J'avoue qu'au depart c'est frustrant de se faire distancer voire stressant, aprés chaque ravito, mais aprés ca devient comme un jeu, je repere un coureur, et je le rattrape aprés 3-4 km aprés le ravito.

 

C'est bien simple, sur les 7 ravitos, j'etais le seul a faire ca !! la plulpart court, l'autre moitié marche vite!

Je parle de coureurs valant 03h20 03h40.

 

Idem le nombre de personnes qui prennet des bananes durant la course, alors que c'est hyper chaud a digerer et que ca ralentit le passage de l'eau!

Enfin le nombre de personnes qui s'etirent juste aprés le marathon.....J'ai mal pour eux.

 

truc 3: Un peu un truc a la con, mais bon ca m'a fait trop de bien: j'ai fragmenté le marathon en parties de 5km, donc de 25min, et a chaque 5km, je relancé un tour de cardio, avec 25min pour objectif. Du coup les kilometres paraissent moins longs, car mes pensées sont focalisées sur des tranches de 5 kilos.

Bon j'etais peut etre particulierement en forme, mais ca m'a bien aidé. Le premier marathon je comptais les kilos du 28 au 42 eme.

 

Ma moyenne est restée etrangement basse: 150 puls soit 81% FCM. Sachant 148< Rdouce < 166puls.

Ma FCM fut de 166

 

5km: 26:40  135/150  Je voulais partir plus vite qu'a poitiers, je me prends quand meme 1min40...

10km 23:41  149/153  Là je voulais clairement pas m'endormir, mais j'etais loin de me douter que j'etais aller aussi vite.

15km 24:15 150/156  Canal, vent. Berges de l'Amstel

20km  24:45 149/156  Canal, vent Berges de l'amstel

Semi  01:45:28

25km  25:16 150/155  Tenir les puls basses

30km  26,02 152/158 Tenir les puls basses

35km 25:59  157/164  Ca commence a etre long dans la tete

40km: 25min10 159/161  Les deux derniers kilometres ont apporté plus de souffrance que les 40 premiers, les jambes et surtout les genoux tiraient de partout. Vondel Park

42,25km  03:33:34  150/166

 

La course fut donc commencé par un depart un peu mou, puis une acceleration franche jusqu'au 10 eme pour recoller sur les "03h30 ", ensuite j'ai geré en esayant de reperer des coureurs reguliers, et allant un peu a 5min/km, et de me coller dans leur dos, a l'abri du vent. Sur les 10 derniers kilos, j'ai bcp doublé, et sur les deux derniers kilos j'ai plus etait doublé.  Ca veut dire qu'il me manquait 2kilometres!

Peut etre l'effort fourni du 5eme au 10 eme, ou mais sorties un peu courte de 02h10. En meme temps je fais les  5 derniers en 25min10, donc plutot pas mal.

 

 

Voila marathon sympa, pas hyper beau je trouve, trés international, pas mal de gens sur les abords, mais c'est pas non plus un public "chaud", ca reste calme les applaudissements, et sinon c' est bien organisé. Je le referai pas, mais c'etait une bonne experience quand meme.

Sinon Cottereau c'est de la bombe, du plaisir, un coeur bas, plus de blessures, et plus de fractionnés, plus de gels mais que du sucre et de l'eau, et des records qui explosent meme en fumant...

Je radote mais lisez son bouquin, y a pleins de tres bons conseils, simples et qui marchent. Ca a changé ma facon de courir!!

1 commentaire

Commentaire de le spartiate posté le 16-10-2014 à 09:48:44

Merci pour ces informations précieuses, je vais le faire en 2014 et apparement le vent sera contre nous

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !