Récit de la course : Marathon d'Amsterdam 2008, par david42195

L'auteur : david42195

La course : Marathon d'Amsterdam

Date : 19/10/2008

Lieu : Amsterdam (Pays-Bas)

Affichage : 1181 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Le premier

CR marathon Amsterdam

Mon 1er marathon !


Dimanche 19 octobre 2008 10h00 plus qu’une demie heure avant le départ, et je fais mon entrée dans le stade olympique d’Amsterdam en compagnie de mes parents qui vont eux aussi courir leur premier marathon. Je m’interdis de regarder l’entrée du stade, je préfère garder cette vision pour l’arrivée. Une fois sur la piste je rejoins mon bloc de départ (orange 3h30) et je commence à sautiller gentiment pour me réchauffer. Plus que 2 minutes avant le départ, j’enlève mon survet’ « sac plastique » et vais le jeter dans une poubelle. Vite un dernier petit pipi...retour dans le bloc et « PAN » c’est partit. Il nous faut 2 minutes pour passer la ligne de départ. Je déclenche mon chrono et repère les ballons bleu des meneurs d’allure que je vais tâcher de suivre jusqu’à la fin. Le parcours commence par une boucle d’environ 8km qui nous fera repasser devant le stade avant de partir visiter le reste de la ville. 5ème km à la sortie du Vondelpark et déjà un ravitaillement. Hop un verre d’eau et je retourne me caler dans les baskets des hommes ballon. Un peu plus loin nous passons sous le panneau « Nog 1 km » que je me réjouis de retrouver dans quelques heures. Au km 8 je repère au loin les drapeaux suisses que ma petite famille agite avec force. Je mets le clignotant à droite et je leur envoie plein de bisous. J’entends alors mes deux filles (4 et 2 ans) crier ALLER PAPA et ça me booste le morale. 10km je passe juste devant l’hôtel ou nous dormons et j’ai une petite pensée pour les quatre étages que j’aurai à monter sans ascenseur ce soir. Pas le temps de cogiter voila déjà le deuxième ravitaillement au menu : Gel + 1 ½ verre d’eau. Toujours en compagnie des ballons bleus nous commençons la partie du parcours qui longe l’Amstel. Au 14ème Km nous passons devant un joli moulin et en regardant sur l’autre rive je vois passer le TGV Kenyan qui vient de passer le semi (8km d’avance déjà ... ça fait rêver). Km 15 ravitaillement, menu : 1 verre de AA sportdrink et 1 verre d’eau. Je prends le temps de boire et laisse filer les ballons qui ne se sont pas arrêtés. Je les ais en ligne de mire jusqu’au semi que je boucle en 1h47. Je profite du ravitaillement au semi pour faire un arrêt pipi et pour laisser à mon beau-frère mes gants et mon bandeau qui sont maintenant superflus. 2-3 étirement, un gel antioxydant et je me lance dans mon second semi qui sera nettement plus dur que le premier. Je repars à un bon rythme jusqu’au 25ème Km et là pas de ravitaillement. En fait il est au 26ème. Je prends le temps de boire en marchant et je repars, mais les jambes sont lourdes et je commence à entrevoir le début du fameux mur tant redouté. Non non non et non je ne vais pas me laisser avoir comme ça. Je ralentis encore un peu en me disant que le but premier était d’arriver et tant pis pour le temps (j’avais déjà fais une croix sur les 3h30 au semi). Arrive le panneau des 30 km et le mur qui va avec. J’avale un gel et prends le temps de bien boire. Peut-être un peu trop, du coup les cinq kilomètres suivant seront dur...très très durs. Je me fais rattraper puis dépasser par le groupe des 3h45, j’arrive à les suivre sur 1km et après je les laisse partir la mort dans l’âme. 35ème km mon portable fait BipBip c’est un sms de ma femme qui me dit qu’elle est dans le dernier virage avant le stade. Je profite du ravitaillement pour lui répondre qu’il me reste encore 7km et que « j’en chie ». 36ème km re BipBip « courage pense a ta gloire a l’arrivée je t’aime » nouveau coup de booste. Les gens autour de moi ont l’air aussi fatigué ça me rassure de voir que je ne suis pas le seul. 37ème km je passe devant le Heineken experience (dommage pas de ravito ici). J’ai adopté la technique du je cours jusqu’au panneau du prochain km, je marche 30 sec.... je cours jusqu’au prochain panneau etc..etc... J’arrive a l’entrée du Vondelpark pour la deuxième fois et dis machinalement au gars qui cours a côté « je ne pensais pas le revoir (le parc) un jour » et lui de me répondre « moi non plus ». 6000 participants et à ce moment précis je trouve un gars qui parle français marrant quand même. « NOG 1 KM » la fameuse banderole qui m’avait fait sourire ce matin, un dernier virage où je cherche ma femme sans la trouver jusqu’à ce qu’elle tende la main. Elle était la juste devant moi (plus très lucide à cet heure) et enfin l’image que j’avais voulu préserver vierge dans ma tête : L’entrée dans le stade et par la grande porte. Je refoule enfin la piste sous les applaudissements des spectateurs qui sont dans le stade. Il y a un orchestre au milieu du terrain qui joue de la musique. Plus que 200m .......100m l’émotion est grande quand tout à coup une crampe ..... juste derrière la cuisse gauche. Je m’arête m’étire, et paf c’est la cuisse droite..... impossible d’avancer. J’ai l’image de ce type qui était tombé dans les 100 derniers mètre du marathon de Lausanne et qu’on était venu chercher sur une civière pour passer la ligne en ayant bien pris le soin de lui enlever sa puce. NON ....PAS CA pas aujourd’hui pas si près du but. J’enlève mes chaussures et fini tant bien que mal les 70 mètres qui me sépare de la ligne d’arrivée. Un dernier effort pour me pencher sur la ligne afin que la puce restée sur les chaussures face BIP et je m’assieds tout de suite jambes tendues afin de pouvoir tirer sur mes pointe de pieds pour me débarrasser de ces satanée crampes. Zut j’ai oublié d’arrêter le chrono. Bon ben ça doit faire dans les 4h00. Je me relève et vais gentiment chercher la médaille promise au finisher je m’enveloppe dans un sac plastique bleu et je vais me coucher les bras en croix dans un petit coin tranquille et je me dis « Je l’ai fais.....je suis un marathonien » j’essuie une petite larme et je sorts du stade rejoindre les gens qui m’attendais.

Mon père finira ½ heure après moi et ma mère (qui avait lancé le défi du marathon pour ses 50 ans) a fini en 5h00

Je garde un excellent souvenir de ce marathon même si la fin a été dure. J’ai acquis de l’expérience qui me servira pour le prochain ........ car oui il y aura un prochain.

 

Temps net : 4h00m06 sec :-)

 

4 commentaires

Commentaire de calimero posté le 31-10-2008 à 17:57:00

Un premier c'est toujours un immense bonheur et une immense fierté d'en être!

Bravo et bienvenue dans le monde merveilleux des Marathoniens!!!

Commentaire de hellaumax posté le 01-11-2008 à 14:14:00

Comme le dit Calimero, un premier marathon c'est toujours particulier. (J'avais fondu en larmes, juste après la ligne). Tu peux franchement être fier de toi! Et bravo à tes parents! C'est une très belle expérience familiale que vous avez vécue là!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 03-11-2008 à 21:41:00

Merci pour ce CR très enrichissant et bravo à tes parents et toi biensur pour votre perf, les marathoniens.

Commentaire de nataubi posté le 25-11-2008 à 17:42:00

bravo mr le marathonien et oui ça rappelle de sacrés souvenirs alors merci aussi...et rendez vous pour le prochain marathon ??

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !