Récit de la course : Marathon d'Amsterdam 2007, par poussman

L'auteur : poussman

La course : Marathon d'Amsterdam

Date : 21/10/2007

Lieu : Amsterdam (Pays-Bas)

Affichage : 1491 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Dans le port d’Amsterdam.. il y a les coureurs qui

Dans le port d’Amsterdam.. il y a les coureurs qui passent

20 Octobre 4h30 du matin en route vers l’aéroport de Marignane direction Amsterdam.  Ce marathon sera le 3 eme de l’année après Barcelone (2h55) et Turin (2h54), il a cependant une saveur particulière car je me suis préparé comme jamais.

Petit retour arrière de 15 jours ….Semi Marathon de la sainte Baume  sans jamais me mettre dans le rouge je finis ce 21 km avec 700 mètres de dénivelé positif en 1h24 à la 5 ème place au scratch. Je suis en pleine forme et super confiant pour mon marathon. 2 jours plus tard fièvre et gros rhume je suis Malade ! La forme semble partir bien plus vite qu’elle n’était venu, je peine pour monter les escaliers au boulot, je suis dégouté. Vendredi 18 à j-2, je cours sur 50 mètres pour  attraper un métro, miracle, je sens que les jambes sont de retour je suis guéri ! Je peux encore y croire.

La journée de balade à Amsterdam finit de me rassurer je ne suis plus malade, tout est possible. Bon ok mais je ne sais toujours pas à qu’elle vitesse je vais courir !  La faute à mon polar tout cela, il  va 2 jours mon RS 800 est tombée en panne de pile et quand j’ai voulu la changer je me suis rappelé que j’avais foiré le pas de vis et qu’il fallait le faire changer, pas grave ? Et ben si car je m’étais préparé à courir à 172 pulse et la je n’aurais aucune indication.

Le rituel de préparation est immuable, gel dans la ceinture porte dossard, sportenine dans la poche arrière du short, choix de la  tenue etc., etc.

La nuit sera plus longue que d’habitude car le départ à lieu à 10h30

21 octobre, 7h30 le réveil me tire du lit, je me réveille tranquillement, puis après l’habillage en règle et les derniers préparatifs je quitte sans bruit la chambre d’hôtel ou ma petite femme dort tranquillement.

Le départ est à 4 km je vais profiter du chemin pour bien m’échauffer. 4 km de footing tranquille ponctué de quelques accélérations et me voila au stade olympique. Le départ est dans une heure.

Miraculeusement il ne fait pas froid, je dépose rapidement mes affaires et je vais m’installer dans le sas. Je m’allonge sur la piste en tartan et j’observe les coureurs arriver. 10h25 le stade est désormais plein, je suis à 5 mètres des kenyans.

C’est parti ! et énorme chute devant moi je saute par-dessus les malheureux qui ont bien mal commencé leur course. Je me force à courir tranquillement. Nous quittons le stade sous les cris d’un public déjà très nombreux. Quelques minutes plus tard un coup d’œil sur mon chrono me laisse perplexe, la bousculade du départ m’a  sans doute fait appuyer malencontreusement sur la touche stop, il n’a donc pas démarré ! Je décide donc d’oublier le temps total et de ne me fier qu’au temps de passage à chaque kilomètre.

Je suis super bien, moins de 4’ à chaque panneau, le parcours est un véritable billard et régal. Je décide de faire ma course seul d’éviter de courir dans des groupes pour ne pas de régler mon allure.

Le panneau des 10 km n’est pas loin, comme tous les 5 km je prends un gel puis un gobelet d’eau que je bois entièrement pour éviter tout risque de crampes. Enfin  un chrono sous l’arche moins de 40’ tout va bien. Les km continuent de s’enchainer sans effort excessif, je remonte régulièrement des concurrents partis trop vite (je crois que je ne me suis plus jamais fait doubler après le 5 eme kilomètres)

Nous quittons la ville pour longer des canaux dans la campagne, je vois de l’autre coté de la berge les fusées kenyanes, c’est magnifique.  Je suis toujours étonnamment bien, les coureurs que je remonte et qui s’accroche à ma foulée finisse tous par lâcher prise. Semi-marathon en 1h23’43 c’est vite très vite. Et si j’étais parti trop vite et si….j’arrêtes bien vite cette pensée négative je ne suis pas parti trop vite je suis à mon allure. Le vent c’est levé, bon ce n’est pas du mistral mais il est de face et rend les kilomètres suivant un peu plus dur. Je reviens sur un groupe d’une dizaine de coureurs, je m’abrite quelques instants puis ne supportant toujours pas de courir en groupe, je prends les devants et les quittes sans regrets. 

26 eme km, une courbe, un trottoir je sens un truc bizarre dans ma jambe gauche, comme l’impression qu’elle est en train de « gripper ». Je panique un instant, puis je me force à retrouver un mouvement normal, 500 mètres plus loin tout repart normalement.

30 eme km en moins de 2 heures c’est parfait, je suis vraiment très frais, si je m’écoutais j’en remettrai bien une couche mais je me dis aussi que tenir à cette allure serait déjà (pour moi) un exploit fabuleux.

35 eme  km le rythme n’a pas baissé, je me dis que plus rien ne peut m’arriver et en même temps je n’ose y croire

40 eme km passé sous les 2h40 ! il faut finir vite mais je peux réussir à passer sous les 2h48’48’’ (15 km heures !) Je sais que cela sera bon car les jambes sont bonnes, je récupère des coureurs qui ont du mal à finir ou qui déçu par leur chrono finissent en footing. 1 km, je suis à 1 km de mon exploit. Je relance encore, un dernier virage la porte du stade est là. Au moment ou je rentre sur le stade olympique  j’ai comme un flash, la sensation est incroyable, je suis Abebe Bikila, je suis Alain Mimoun, la foule applaudit, je relance, je sprinte. Dernière ligne droite, j’ai l’impression d’aller vite. Je ne serais pas champion olympique mais je vais réussir un chrono immense pour moi : 2h48’32’’Je viens de pulvériser mon record, je suis heureux, je cherche ma femme des yeux pour partager ce moment, hélas elle c’est perdu en venant et n’arrivera que quelques minutes plus tard. J’éclate en sanglot, je l’ai fait, je me dis que je n’irai sans doute jamais plus vite sur marathon. Quelques minutes plus tard rhabillé récupéré par ma moitié me voila parti balader dans Amsterdam, 8 km de plus ou j’ai du la saouler lui racontant de long en large ma course.Moi qui suis toujours insatisfait de mes courses je dois dire que je pense avoir réussi ma course la plus abouti depuis que j’ai repris la course sur route en 2003. Régularité sur le parcours, contrôle parfait de mon allure. Comme à chaque fois que j’en cours un je dois dire que je trouve que le marathon est une course fabuleuse sur laquelle on prend énormément de plaisir quand on est bien préparé.Mes temps de passage ici : http://evenementen.uitslagen.nl/2007/amsterdammarathon/index-en.htmlLa video de mon arrivée ici : http://www.runnersweb.nl/runnerstv?e=AM07M&n=Michel%20Armandy&r=3910&ct_s1=10:49:59&nt_s1=19:55&ct_s2=11:29:39&nt_s2=59:35&ct_s3=11:53:47&nt_s3=1:23:43&ct_s4=12:09:17&nt_s4=1:39:13&ct_s5=12:29:29&nt_s5=1:59:25&ct_s6=12:49:39&nt_s6=2:19:35&ct_s7=13:09:55&nt_s7=2:39:51&ct_f=13:18:36&nt_f=2:48:32&k=finish&l=en

8 commentaires

Commentaire de calimero posté le 22-10-2007 à 23:23:00

Tu es vraiment enorme sur le coup!! Tu me fais rajeunir de 14 ans (une autre époque,snif!!).
Si seulement je pouvais être bien comme toi pendant la course our faire moins de 3h05'dans 12 jours maintenant.

Commentaire de titifb posté le 23-10-2007 à 05:47:00

Bravo pour ta course menée de main de maître...quelle gestion ! Félicitations pour ce CR, et surtout pour ce joli chrono qui ferait rêver bien des coureurs. Ne pense pas que tu vas t'arrêter en si bon chemin. Il me semble que ton potentiel doit te permettre de passer sous les 2 h45...parole de coach !

Commentaire de akunamatata posté le 23-10-2007 à 07:31:00

salut Poussman!
La forme était là, super d'avoir pu courir aux sensations sans monitoring. beau récit com'd'hab

Commentaire de frankek posté le 23-10-2007 à 11:03:00

félicitations pour ta course très régulière! tu dois pouvoir faire encore mieux! bravo...

Commentaire de agnès78 posté le 23-10-2007 à 13:03:00

Dans le port d'amsterdam!
Y a des coureurs partout
Parmis eux notre pousman
Qui a un rêve fou!
Dans le port d'amsterdam
Les rêves se réalisent
42 kils sur la macadam
Et 2h48 de délice!
Dans le port d'amsterdam
Le record est battu!
BRAVO Petit Pousman!
ON t'applaudit tant et plus!!!

bonne récup
bises
agnès


Commentaire de moumie posté le 23-10-2007 à 13:38:00

salut,

bravo pour ce magnagifique record personnel.
Rien de plus dire que chapeau

Moumie

Commentaire de lechamois posté le 25-10-2007 à 11:52:00

Salut,

Bravo pour ta perf car même si le parcours était roulant le vent de face le long de l'Amstel n'était pas évident à gérer.

Sinon parmi les mecs qui étaient au sol avec la chute du départ...il y avait moi :-)

Dommage nous devions être quasiment cote à cote au départ...mais on ne se connait pas :-(

Encore Bravo

A+

Le_chamois

Commentaire de Jerome_I posté le 21-12-2007 à 23:36:00

bravo pour ta course, on a couru ensemble à Turin et j'avais fait la mème course que la tienne... Plus de 15km/h est vraiment une super perf... Et tu pourras surement aller encore plus vite avec un bon entrainement...

Allè joyeuses fetes de fin d'année pour toi aussi 2007 fut un grand cru... Mais 2008 nous tend les bras!

Jérome

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !