Récit de la course : Trail du Lac d'Annecy - Technica Maxi Race 2014, par lapuce92

L'auteur : lapuce92

La course : Trail du Lac d'Annecy - Technica Maxi Race

Date : 31/5/2014

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 1136 vues

Distance : 86km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

84 autres récits :

Max race, un weekend, (presque) parfait

 

Après un marathon de Paris absolument génial où je m'étais même permis d'améliorer mon RP sur la distance de 10', j'avais hâte de retrouver les sentiers pour préparer mes futurs objectifs. C'est que je ne suis pas une routarde moi, j'ai besoin du grand air!!

 

Premier défi donc, la marathon race du lac d'Annecy. 42kms pour un beau petit dénivelé de 2700m. La prépa se passe super bien jusqu'à environ 15 jours de la course, où une grosse douleur au genou apparait, sur le côté externe du genou gauche. Pas la peine d'insister je limite les entrainements de course à pied au maximum et je remplace par du home trainer, de la marche, et pas mal de renforcement musculaire (abdos, pompes). Evidemment je suis en plein doute : comment le dénivelé va t'il passer alors que j'en ai si peu fait (on ne peut pas dire que ma région soit connue pour ses montagnes vertigineuses, je n'ai pu que cumuler les montées d'escaliers)? Est ce que j'aurai la caisse nécessaire pour encaisser l'effort? Est ce que je serai capable de passer les barrières horaires? Et surtout le genou va t'il tenir? C'est donc dans un esprit quelque peu tendu (remarquez mon sens de l'euphémisme! LOL) que j'arrive à Annecy ce samedi 31 mai.

 

Maman me récupère à la gare, direction le retrait des dossards. Premier petit coup de stress avec les bouchons au bord du lac, mais on finit par y arriver. Je retrouve Babou, Mélanie et Marie Pierre. Petite photo obligatoire avec le lac en fond, on se met dans l'ambiance, ca cause dénivelé, tendinites, strapping...les vraies discussions de filles quoi! On se quitte ensuite, et avec maman on se dirige vers Giez, à 3 kilomètres du départ, où on a réservé un appartement pour la nuit. La soirée se passe tranquillement, entre Roland Garros à la télé et préparation des affaires.

 

Dimanche matin le réveil sonne à 5h45. Le petit déj a du mal à passer, mais quand faut y aller.... . Départ à 7 heures de l'appart, on est à Doussard, au départ, quelques minutes plus tard. Je retrouve tout de suite Babou, Mélanie et Séverine. Babou se propose de me faire un strap pour mon genou. Merci beaucoup Babou, je pense que ça m'a bien aidée! Une petite photo, et on se dirige vers le départ.

 

C'est parti! Séverine part vite devant, mais avec Babou on est en gros au même rythme. Les 2 premiers kilomètres sont sur le plat, et le bitume. On papote en se demandant quand on attaquera réellement les hostilités. A l'attaque de la première montée une fille interpelle son homme "christian, tu peux sortir les bâtons??" Tout le monde rigole et les "Christian, tu peux me donner un gel?" "Christian, un café s'il te plait" fleurissent dans le peloton. Allez, c'est parti pour la grimpette. Babou prend les devants, je monte derrière à mon rythme. Quelques bouchons, mais ça permet de ne pas me mettre dans le rouge d'emblée. J'apprécie d'avoir les bâtons, c'est vraiment une aide précieuse sur ce type de terrain. Ca ne parle papote plus beaucoup dans les rangs, tout le monde est dans l'effort. Je suis concentrée sur les mollets de mon voisin de devant...qui s'est totalement épilé pour l'occasion. On arrive au col de la Forclaz. Le mari de Babou m'encourage et m'annonce qu'elle est juste devant moi. Petit répit, une descente, trop bien!! Sauf pour mon genou qui commence à couiner. Un peu plus loin j'aperçois maman en pleine discussion avec Babou. Petite photo, et on repart. Babou reprend rapidement les devants. Ca grimpe, ca grimpe maintenant! Apparemment il a bien plu en début de semaines, certains secteurs sont encore très boueux. Une fille devant essaye de les contourner en passant sur le côté. J'arrive en mode tracteur : tout droit. Je manque perdre une chaussure, mais c'est pas grave! Dans la montée vers le chalet de l'Aulp je rattrappe Mélanie, en mode photographe. Il faut dire que le parcours est vraiment magnifique, j'en prends plein les yeux. J'arrive tout là haut en pleine forme. On bascule ensuite sur une grande descente qui va nous conduire au 1er ravito, au km 22. C'est là que ça va commencer à se compliquer sérieusement. Normalement j'adooooore les descentes, mais mon genou me fait très vite comprendre qu'aujourd'hui, ça va pas être possible. Ca tire, ça tire de plus en plus, je ne peux même plus trottiner. Mélanie me double. J'essaye de l'accrocher, de relancer, mais c'est trop douloureux. Je suis moins solide sur mes appuis, je manque plusieurs fois de tomber, les chevilles se tordent. J'arrive au 22ème km, ma décision est prise : j'arrête. Je ne veux pas faire les 20kms restants en marchant, au risque de me blesser davantage. Un charmant bénévole m'amène au ravito de Menthon (km 27) en compagnie d'un autre coureur qui vient d'abandonner. TFL aussi...on se raconte des histoires de TFL! Maman m'attend à Menthon...où j'ai la surprise de retrouver les trail ladies, Franca, et Simon. Retrouvailles, embrassades, qu'est ce que je suis heureuse de les voir là, ça me fait un bien fou et me permet de tempérer, un peu, ma déception. Bientôt arrive une Babou toute souriante et encore en pleine forme à ce stade de la course. Elle sera suivie de Mélanie environ 20' plus tard. La miss aura droit à un accueil VIP et tout en discrétion de notre part (LE SAUT DE LA BALEINEEE!!!!! LE SAUT DE LA BALEINEEEE). ravito, changements de chaussures aidées par un Simon aux petits soins, et elles repartent fissa.

 

Le reste de la journée se passera au bord du lac, sous le soleil, avec maman. J'aurai même la joie d'accompagner babou quelques mètres, un peu avant son arrivée.

 

Difficile de retranscrire un weekend aussi haut en émotion, plein de belles rencontres. Ma déception, ma frustration de ne pas être allée au bout sont toujours présentes évidemment. J'étais super bien, et je pense que sans ce genou ce serait passé sans problèmes particuliers, y compris le dénivelé qui m'effrayait tant au départ. Mais j'ai tellement aimé ces montagnes, ces paysages, c'est si beau!! J'en ai encore des petites étoiles plein les yeux. C'est tout ce que je veux retenir. Je ne suis pas prête de revenir sur le bitume moi! Une chose est sûre et certaine : i'll be back, pour une revanche que j'espère tonitruante!

 

Lien vers les photos officielles de la course : http://www.maindruphoto.com/fr/photos/maxi-race-du-lac-d-annecy-2014-flash-sport/2236045/2848.html

1 commentaire

Commentaire de Japhy posté le 05-06-2014 à 19:25:57

Allez, c'est pas grave, tu as bien fait, ça ne vaut pas le coup de tout casser! Et puis tu y retourneras un jour!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !