Récit de la course : Trail du Lac d'Annecy - Technica Maxi Race 2015, par Fred 44

L'auteur : Fred 44

La course : Trail du Lac d'Annecy - Technica Maxi Race

Date : 30/5/2015

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 1235 vues

Distance : 86km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

85 autres récits :

Ultra-trail deuxième essai – hors délais au ¾ de la course

J’aurai mis du temps mais voici le récit de ce troisième épisode de mon objectif Grand Raid de La Réunion 2016 ! Enfin on dira plutôt 2019 maintenant, voir… En effet je n’ai pu aller au bout de la Maxi-Race d’Annecy pour ma deuxième participation en 2 ans : toujours trop lent, mais cette fois au lieu d’être arrêté à Doussard je suis allé jusqu’à Villard-Dessus. De la moitié du parcours je suis passé au ¾ : l’année prochaine sera la bonne ! Je ne vise pas les 15/16 heures, je veux juste finir dans les temps.

Le lendemain de la course il était clair que le trail longue distance n’était pas fait pour moi, le sur lendemain je cherchais déjà une autre course de plus de 70 km en fin d’année. Donc oui l’année prochaine je retourne à Annecy pour boucler cette Maxi-Race !

Par rapport à l’année dernière, j’ai pourtant augmenté l’entraînement, pas forcément en km mais 2 fois plus de dénivelé : toujours en 3 sorties par semaines. Si cela m’a permis d’aller plus loin ce n’était de fait pas suffisant !

Cette année je suis arrivé à Annecy motivé. Deux semaines avant j’ai raccourci les sorties pour arriver en forme. J’ai bien dormi, je me sens bien. Cerise sur le gâteau : grâce au championnat du monde nous avons deux heures de sommeil supplémentaire avant le départ. Ce qui implique aussi que finirais de nuit : mais cela ne me fait pas peur.

Logeant dans le centre-ville d’Annecy, l’échauffement ce fait tranquillement par 2 km de marche pour se rendre au départ. 4H50 je suis dans le sas de départ prêt en découdre.


Plage d’Albigny : 4H59 – 0.0 km – 0H00 de course

Le départ est lancé et je remarque que je n’avais pas allumé mon GPS, résultat j’ai un peu cafouillé sur les premiers 1500m le temps que celui-ci capte le signal. Ça m’apprendra pour la prochaine fois. Mais bon les 2/3 mn perdue dans cette histoire ne changerons rien au résultat final. Puis étant parti en fin de peloton, j’aurai droit au bouchon de toute façon. L’année prochaine il faudra quand même que j’avance un peu plus vite pour être mieux placé dans les bouchons.

 

D41 montée du Semnoz : 8.1 km – 1H20 de course – 1600ème

Par rapport à l’année dernière, l’ascension me paraît moins longue, peut-être parce qu’il fait jour.

Jusqu’à Doussard, je vais me battre contre mon virtual partner de l’année dernière. De ce fait j’essaie d’aller plus vite dès le début de la monter au Semnoz. Même si nous sommes beaucoup dans les bois c’est quand même sympa de monter de jour on voit un peu plus de chose.

 

Sommet du Semnoz : 18.4 km – 3H33 de course – 1656ème

J’arrive au Semnoz avec 7mn de moins que l’année dernière : j’espérais mieux mais c’est déjà ça. Mais quand même 3mn de retard sur la BH conseillé pour finir dans les délais. Le ciel est un peu bouché, la mer de nuage l’année dernière était plus jolie à voir. Je suis bien, je fais le plein d’eau, mange 2/3 choses et je repars illico.

J’attaque la descente dans de meilleures dispositions mentales que l’année dernière. Je cours sur une bonne partie de celle-ci et j’arrive en bas sans avoir les jambes fracassées. J’arrive à Saint-Eustache où je suis toujours bien, à part une ampoule qui commence à se faire sentir à un endroit où cela ne m’arrive jamais ! J’ai environ 15mn d’avance sur mon virtual partner. J’ai suffisamment d’eau sur moi, pas besoin de m’arrêter. Je sais que la montée au col de la Cochette va être costaud, mais cette année j’ai les bâtons pour m’aider à avancer. Arrivée au bas du col, j’emboite le pas d’une traileuse d’un relais qui vient de me dépasser, et je vais ainsi monter au train jusqu’au col où je ferais une pose récupération et alimentation. Merci à elle, cela m’a bien aidé.

 

Col de la Cochette : 33.4 km - 6H48 – 1711ème

J’ai 2mn d’avance sur mon tableau de marche et 50mn par rapport à 2014, jusque-là tout va bien.

La descente n’est vraiment pas ma spécialité mais j’essaie de ne pas trop trainer. Les cuisses commencent à chauffer, l’ampoule se rappel à moi et j’arrive en bas avec un début de douleur à l’extérieur des genoux (ce qui est nouveau chez moi) : à suivre pour la suite. La fatigue commence à se faire sentir et je ne peux plus relancer sur le plat, mais je garde un bon rythme de marche avec mes bâtons.

Cette fois j’arrive à Doussard en sachant que je pourrais repartir et en regardant vers le départ des parapentes cela ne me fait pas peur contrairement à l’année dernière où j’étais content de ne pas pouvoir y aller.

 

Doussard : 44.3 km – 9H04 de course – 1699ème

J’ai 35mn de retard sur mon plan de marche et 1H34 sur la BH conseillé pour arriver à Annecy dans les délais. Je prends quand même le temps de me ravitailler, noker les pieds et changement de chaussette et de t-shirt. 30mn d’arrêt en tout : trop long par rapport aux BH mais bon j’en avais besoin.

A partir de maintenant le terrain est nouveau pour moi. J’ai décidé de ne plus courir, je me contenterais de marche rapide sur le plat et on verra bien par la suite. Je sais déjà au fond de moi que je ne verrais pas l’arrivée, mais cette course est mon objectif de l’année et je suis là pour en profiter. Il paraît que cette partie du parcours est plus difficile mais que le paysage est plus intéressant : donc let’s go and see !

La montée au col de la Forclaz ce fait au train tranquillement dans les sous-bois avec une vue par-ci par-là. Je me fais déposer par mec qui s’entraîne ! Et avant d’arriver en haut je le croiserai à nouveau. Chacun son monde.

Arrivée au col j’admire un peu le paysage mais ne m’attarde pas : sait-on jamais, sur un malentendu ! Ceci dit la vue est superbe : il faudra que j’essaie le parapente un jour.

Petite descente tranquille avant d’attaquer le chalet de l’Aulp.

 

Montée vers le chalet de l’Aulp : 54.8 km – 12H07 – 1519ème

En voyant mon classement après course je me rends compte qu’il y eu probablement pas mal d’abandon à Doussard. J’ai gagné 180 place et je n’ai doublé personne ou presque.

Pour information à tous ceux qui parlait du couple de coréens doublé avant le Semnoz pour certains et un peu plus loin pour d’autres : je les ai moi-même dépassé dans cette montée. Comme on dit l’important est de participer ! Félicitation à eux, ils ont donné tout ce qu’il pouvait. Ils s’arrêteront avec moi à Villard-Dessus.

C’est vrai que cette montée jusqu’au Pas de l’Aulp est quand même costaud à ce niveau du parcours, mais le paysage vaut le détour ! Je suis content d’être là.

 

Pas de l’Aulp : 58.9 km – 13H39 de course – 1495ème

Je sais cette fois que c’est cuit ! 50mn pour faire 12 km à mon niveau ce n’est pas envisageable. J'attaque donc cette dernière descente pour moi. Et quelle descente ! L’extérieur de mes genoux me font vraiment souffrir dans cette descente : une alerte à surveiller pour le futur.

Sur le dernier replat avant le ravito de Villard-Dessus on se fait la réflexion avec un autre trailer que nous sommes toujours en marche active alors que la course est fini pour nous depuis longtemps.

 

Villard-Dessus : 64.5 km – 15H05 de course – 1496ème

Fin de l’aventure pour cette année ! La première chose que me vient à l’esprit à ce moment-là c’est de manger une pizza.

Retour en navette jusqu’à Annecy-le-Vieux, 2 km de marche pour finir la journée direction l’hôtel, douche et direction la pizzeria avec une petite bière.

 

Epilogue :

21 km de plus qu’en 2014, mais il en manque encore 21. Bien sûr c’est une déception, mais je suis content d’être allé plus loin que l’année dernière : et puis ce sont mes nouveaux record de distance, de dénivelé et de temps de course.

Je reviendrai en 2016, car il faut que je la finisse cette course ! Mais je pense qu’il va falloir ajouter une séance hebdomadaire supplémentaire (passer de 3 à 4). Je pense à du vélo elliptique sur la force la plus important pour travailler le dénivelé. Qu’en pensez-vous ? Puis remplacer quelques séances de course (une fois toutes les 2 semaines) par du vélo, afin de reposer les articulations et travailler la puissance des cuisses. Vos avis m’intéressent. Et enfin trouver le temps de faire une WE choc ou une course de 40/45 km en montagne 1 ou 2 mois avant.

D’ailleurs pour ce WE, si je ne dois en faire qu’un : combien de temps avant la course ?

 

Prochaines étapes : 

-          2015 : Trail des Hospitaliers (75 km et environ 3200m D+)

-          2016 : Maxi-Race à Annecy (86 km et 5300m D+),

-          2017 : la CCC (101 km et 6100m D+) ou équivalent,

-          2018 : la TDS  (119 km et 7250m D+) ou équivalent,

-          2019 : le Grand Raid de La Réunion, communément appelé DIAGONALE DES FOUS (164 km et 9900m D+) !

 

Et aussi un grand merci à l’organisation nickel de la Tecnica Maxi-Race. Les bénévoles sont vraiment super !

4 commentaires

Commentaire de JuCB posté le 12-08-2015 à 13:10:43

Bravo pour ta tentative.Je suis impressionné par ton investissement : traverser toute la France pour réaliser ton défi.
Je me souviens de ton récit de l'année dernière : cette année, je trouve encore plus dingue.

Je n'ai pas l'expérience pour t'apporter des conseils judicieux : tu devrais peut-être relayer tes question sur le forum, elles auront plus de visibilité.

Par contre, les chiffres, ça me parle.
Ta vitesse initiale est suffisante : il y a un paquet de gars dans tes temps à la sortie du ravito du Semnoz qui terminent (74 avec moins de 10 min d'avance dont 11 avec un temps égal ou supérieur au tien)
Cochette reste plus que 3 (ref 10min), tu passes avec 30min de retard sur le milieu du paquet.
Doussard, les donnnées sont corrompus mais à vue de nez, tu reperds 15 min
Mt Aulps : excepté un mutant qui te double après Doussard, tu as 33 min de retard sur le dernier et 1h sur le 18e, le troupeau est à 1h10 (15h55)
Pt Aulps, tu perds 20 min par rapport au précédent dernier et au troupeau (17h10)
Villard, +20 à nouveau

donc tu perds un max en descente, sur les secteurs de transition et tu exploses après Doussard (en terme de vitesse)
Il faut que tu gagnes minimum 45 min à Doussard et augmente ta résistance.

Vu ta progression cette année, c'est largement jouable en restant consciencieux à l'entraînement

Bon courage

Commentaire de Fred 44 posté le 12-08-2015 à 15:13:52

Merci Julien pour ton retour très détaillé, et bravo à toi pour ta superbe course (ça fait rêver des gars comme moi!).
Je n'avais pas pris le temps de comparer mes temps de passages aux autres, mais tu as tout à fait raison. Sur l'ensemble des finisher, à part 2 ou 3 qui passe à Doussard après moi, j'ai commencé à perdre du temps entre le Semnoz et la Cochette.
Comme tu le dis si bien je dois travailler ma résistance dans le temps, ma puissance dans les montées et travailler mes descentes.
Je vais paufiner mon entraînement et je vais voir ce que ça donne aux Hospitaliers.

Commentaire de chrislam posté le 13-08-2015 à 18:40:47

Salut a toi et bravo!
Je suis un peu comme toi (tres lent) ce qui m oblige a sans cesse gerer les barrieres horaires.....
Au fil du temps j ai reussi a gagner du temps par deux methode:
1) travailler la resistance en descente....le mieux pour toi est de choisis une station de ski en ete ou il y a un téléphérique ou télésiège et de te faire de la pure descente d abord cool ensuite en augmentant la vitesse....ensuite du repos obligatoire car tu vas casser les fibres des quadris et ischio qu il faut reconstruire!
2) en gerant mieux les ravitos! Je me suis rendu compte qu en chronometrant mes arrets je mettais mois de temps....en general je fais le plein de liquide prend a manger et je sors en mangeant en marchant ce qui evite de trop se refroidir et de cogiter....
J ai été étonné de voir le nombre de gars quasi décomposé a doussard....
Bon courage et je suis sur que l année prochaine sera la bonne....
Christophe

Commentaire de Fred 44 posté le 13-08-2015 à 19:47:29

Merci Christophe pour ces conseils. Pour l'entraînement des descentes en station de ski l'été c'est une bonne idée, mais difficile à mettre en œuvre pour moi (j'habite à Nantes, c'est un peu loin). Par contre à 35mn de chez moi on m'a parlé d'un terril (pas courant dans ma région) avec un dénivelé de 70/75m sur une distance de 300/320m, il n'y a pas le remonte pente alors ça me servira de D+/D-. J'irais tester prochainement.
Pour les ravitos, à part Doussard, sur les autres rarement plus de 4/5mn. Je ne pense pas avoir perdu trop de temps à ce niveau là.
Si j'ai bien compris tu pars sur le GRR cette année! Bon courage et bonne chance à toi. C'est mon rêve le plus fou!
Frédéric

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !