Récit de la course : Annecime 2009, par Philippe8474

L'auteur : Philippe8474

La course : Annecime

Date : 11/7/2009

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 1333 vues

Distance : 40km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

85 autres récits :

Le "Petit"de l'Annecîmes: le 40 km

Par ici le même récit mais avec photos :

http://philippe.teamtrajectoire.over-blog.com/article-33913230.html

 

Et sinon sans photos, ça donne:

Vendredi 10 juillet 2009

Je sors du boulot et me rends tranquillement sur le Pâquier récupéré mon dossard… Dis donc c’est cool de courir à domicile, ça limite les déplacements. 

Remise du dossard…+ 1 TS coton !?! A l’ancienne avec tous biens les sponsors sur toute la surface du TShirt J

Bizarre pour le challenge Salomon, le TShirt technique (comme au marathon du Mont Blanc, ou à l’Ardéchois…) sera surement le cadeau à l’arrivée. Donc 2 TShirt pour une course…ils abusent là ça fait trop !

J’attends tranquillement à l’ombre Benoît (rencontré l’an dernier sur le Défi de l’Oisans) et Sandra qui vont dormir à la maison.

Benoît et Sandra arrivent, on récupère le dossard de Benoit et hop direction chez moi.

Céline passe nous faire un petit coucou pour l’apéro (au sirop L => mais le sirop à la fraise c’est pour les balèzesJ)

Puis petite pasta party avant de filer au dodo….

Petite nuit tranquille même si je me réveille une heure avant le réveil, mais ça permet de prendre mon temps, de m’étirer puis de me préparer tranquillou.

On est encore en train de déjeuner quand Fredo débarque avec ¼ d’avance… Mince je l’ai un peu stressé hier pour qu’il ne soit pas en retard et il arrive en avance.

Du coup petit coup de speed et finalement on part quasi pile poil à l’heure voulu c'est-à-dire 7H30.

C’est cool c’est Sandra qui nous mène à Doussard, on n’aura pas besoin de revenir chercher la voiture après la course.

On arrive environ 1H avant le départ, j’ai le temps d’aller aux toilettes, on s’équipe.

Je décide de partir sans les booster mais avec 2 bandes de maintien sous la rotule… ça fait quelques sorties que je fais comme ça et j’aime bien, on verra.

Benoit a rejoins un pote Ludo, on s’échauffe, écoute le brief et se dirige vers l’arche.

Dans ma tête je ne sais pas trop ce que j’ai envie de faire sur cette course… Au départ, je m’étais inscrit ici en pensant ne jamais être prêt pour Faverges et donc avoir quand même un 40 référence cette année…

Finalement Faverges s’est relativement bien passé, et du coup je n’ai pas vraiment d’objectif pour aujourd’hui.

Et puis dans 15 jours, il y a le Défi de l’Oisans.

Dans ma tête je pense partir assez tranquille avec Fredo et, si je peux, me faire plaisir sur la 2eme partie dans le Veyrier que je connais bien.

Allez c’est parti pour un petit bout de bitume… Benoit et Ludo partent devant, je pars avec Fredo…

Bou du con on avance quand même bien là non ? Pour un départ cool, je n’ai pas vraiment l’impression !

Dès l’attaque du chemin le Fredo enchaine et je suis à la peine derrière….Wahouuuu ça me fais plaisir de voir le Fredo comme ça, mais en même temps je voulais partir cool moi !

Bon je n’arrive pas à suivre, je me fais lâcher par  Fred et préfère continuer à mon rythme…

Il fait déjà bien chaud, je transpire pas mal et j’ai les jambes et la respiration un peu coton…

La première partie est dure, j’essai de garder quand même un bon rythme mais c’est dur à se mettre en place.

Puis c’est frustrant je vois Fredo devant moi qui avance et c’est lui qui a raison, qui a le bon rythme…. Je me vois encore lui dire pendant notre sortie sur la fin de l’UTMB : « Faut arriver à reproduire en course ce qu’on fait à l’entrainement, y a plein de pente qu’on aborde en courant à l’entrainement et qu’on pourrait passer comme ça pendant les courses. Faut les tenter ! »

Et là en début de course sans se griller ça doit pouvoir se courir… mais je n’y arrive pas. Tant pis c’est en mode marche que je continue.

Finalement on arrive au Col de la Forclaz, ça fait du bien de sortir de la forêt.

Petit coucou à Sandra, puis je vois Fredo 200m devant moi.

Je continue à mon rythme, remonte 2 concurrents dans le petit bout de montée puis revient petit à petit sur Fredo dans la petite descente en direction du Chalet de l’Aup. La jonction est faite un peu avant le Chalet

 

Coucou à la sœur de Ludo au Chalet, ravito : je fais le plein des bidons, et on repart ensemble avec Fredo.

Purée ça me fais plaisir de voir Fredo envoyer comme ça.

Purée c’est ça faut les prendre les risques, t’as raison !

 

Dans la petite descente derrière le Chalet, je reprends quelques encablures, que comble Fredo dans la remontée qui suit.

 

Purée que c’est beau !!!!

Le raidillon qui suit est somptueux, on en prend pleins les mirettes, quel bonheur d’être là !!!!


L’hélico tourne, on est en plein dans la course, le décor est pfuuuuuuu… uniquement et simplement grandiose… bref ça pète, ça déchire, c’est boooooooonnnn

J’enchaine quand même direct sur le petit plateau qui suit et la descente derrière.

 

Je range mes bâtons (d’après le briefing ya plus qu’un petit coup de cul avant la grosse bascule sur Bluffy) mais je demande quand même la confirmation à Fredo (qui a fait ce tronçon l’an dernier dans le relai de la TT).

 

M…e ce n’est pas Fredo qu’est derrière moi.

 

Bon tant pis de toute façon les dès sont jetées ; on est parti finalement pour la faire cette course alors je continu.

 

Ca remonte sur le col des Frêtes, je tiens un petit rythme, le gars derrière moi ne veut pas passer et me dit qu’il préfère me suivre « t’as un bon rythme » jusqu’à Bluffy…

Ouai ben c’est ce qu’on va voir je vais un peu allumer dans la descente, on va voir si j’ai un bon rythme, non mais…

 

Pan c’est la bascule, bien raide, pas technique, purée je mets un peu de sauce, lâche vite fait mon gars, en remonte 3 (dont 2 pas très presser de laisser le passage… en fait faut demander et même un peu forcer… pas très cool)… bref…

Je continue, la pente se calme petite à petit pour finir sur un chemin forestier….

 

Bon ben là j’ai un coup de moins envie, je continue, mais j’ai du mal à me faire violence, j’envoi plus rien… bref je gère. Passage à l’accrobranche, puis re-chemin forestier… C’est bizarre, j’ai l’impression de ne plus avancer mais à part un des 2 concurrents doublé ‘t’à l’heure, personne ne me reprend !


Ah si un autre gars me reprend juste en arrivant au ravito, Grrrr...

Coucou à Sandra, interview au ravito, remplissage des bidons, 2, 3 verres de cocas et hop je repars très vite…

 

Dans la descente qui suit je bataille avec mon portable pour appeler Céline (Cool elle est au Col des Contrebandier avec Sab) et mettre la musique.


Mais tout va bien en repartant surtout que j’ai en visu 2 concurrents devant et je crois bien reconnaitre Benoit et Ludo.

Hop on traverse la nationale et c’est parti pour la montée au Col des Contrebandiers.

 

Bon là tout de suite c’est plus dur. Je reprends plus de terrain sur Benoit et Ludo et dès le début du chemin je me fais reprendre par 2 gars (que je ne reverrais plus).

 

La montée est de nouveau un peu laborieuse. Le caisson ne veut pas monter… le rythme en marchant est quand même pas mauvais mais faut pas m’en demander plus.

 

Je finis par doubler Ludo (embêter par des crampes) et stabilise l’écart avec un gars derrière.

 

Enfin le bitume signe qu’on arrive au Col… Génial

 

Ma chérie à moi est là… je suis un peu dans le dur et Wahouuuuuuuuu ça fait du bien, les accus se rechargent, ça va fumer !!!!


Petit coucou à Sab aussi, je refais le plein d’eau, sors mon dernier gel de mon sac et hop je repars quand ça arrive derrière.


Bon en fait de fumé je me contente de gérer le dernier bout de montée. Derrière ça revient mais je résiste.

Hop je ne suis finalement rejoins qu’au sommet, par la première féminine et un gars.

 

On fait un peu le yoyo sur les crêtes entre les montées (pour eux) les descentes (pour moi)… Bon signe dans la descente je me sens bien, dès que c’est technique je regagne du terrain et derrière je sais exactement ce qui nous attend… si je n’ai pas fais 100 fois cette descente du Veyrier depuis que je suis sur Annecy, je ne l’ai pas fais…

 

Si je veux finir première féminine, va falloir que j’envoi dans la descente pour avoir suffisamment d’avance sur le plat final (j’sais pas courir…)

 

Sur les crêtes on récupère encore un gars (avec qui j’avais discuté une fois à Faverges, mais là je n’ai pas trop le temps) puis le gars doublé dans la descente du Col des Frêtes et qui m’avait repris avant Bluffy Gnac GnacGnac.

 

Et enfin on passe le dernier point haut, je pose mon cerveau et c’est parti… je me pose aucune question, j’ai rien vu de cette descente, je la connais par cœur, tout au taquet, je reprend un gars juste avant Pré Vernet, il profite du wagon, j’envoie sans me poser de questions… petites alertes crampes un peu avant la fin, je fais quelques étirements puis finis sans rien lâcher… 26 min pour la descente.

 

Maintenant ya plus qu’à rentrer… bord du Lac, fais chaud, c’est plat, quelques slaloms avec les promeneurs, baigneurs et autres…

C’est rigolo ce décalage entre ces 2 « mondes » qui se frôlent à ce moment, nous perdu dans notre sensation d’effort et de souffrance et ceux qui nous voit passer sans bien comprendre ce que l’on fait…

C’est sur que l’arrivée manquent un peu de ferveur, mais est ce que ce n’est pas un peu notre égo qui aimerait être magnifié pour ce que l’on fait ? On a l’habitude de sentir tellement de choses sur certaines courses (UTMB, templiers,…) qu’on croirait presque que c’est un dû à notre effort.

Dans de « grandes » villes, il faut laisser le temps à l’événement de s’installer, la ferveur derrière un évenement est surement plus dure à prendre … mais un beau rendez vous comme l’Ancilevienne marche bien sur Annecy…. Y a pas de raisons pour l’Annecîmes.

 

Bon ce n’est pas le tout ça mais je ne suis pas arrivé, je me fais même poser par le gars que j’avais repris dans la descente, on se tape dans la pogne, il me félicite pour la descente (Grrrr je l’ai quand même pas assez posé puisqu’il me reprend ;-)

 

Enfin le Pâquier se profile et je reçois le soutien du Yo5.1, purée ça fait du bien ! J’suis mort j’peux plus dire grand choses mais au moins je finis mieux… merci d’être passé Yo !!! 
 

A y est je franchis la ligne. 5H11. 

Au final bien content de la course, et puis pour la première fois depuis que je cours, je finis première féminine :-)))

 

Céline me rejoins. Je tape un peu la discut avec le gars qui finit donc devant moi, puis Yo.

 

Céline m’apprend que Benoit finit 3eme. ENORME !!!

 

Je vais boire un coup. On rejoint Benoît et Sandra.

J’apprends que je suis 8eme

P….n je suis sur le cul !!!!!!!! Mon premier top 10 de ma vie (et surement le dernier
J)

 

Bon c’est clair si j’en suis là, c’est qu’y avait pas un gros niveau, faut pas rêver, j’suis pas devenu un crac d’un gout de baguette magique !!!

(En comparaison, Faverges (un peu + dur quand même) se gagne en 3H46 alors que le 40 de l'Annecîmes en 4H45 .

Et dans le même temps moi je termine en moins de temps ici qu'à Faverges (5H38 à Faverges pour 5H11 ici))
 

Mais bon quand même je prends le résultat et j’en suis content. Après tout je dis toujours pour les autres que les absents ont toujours tord, alors aujourd’hui pourquoi pas pour moi ? Une petite satisfaction personnelle ne fait pas de mal (c’est même agréable ;-)

Mais faut pas s’inquiéter, demain j’attaque pas les trails en pensant être devant J))


Puis c’est un peu d’attente pour Fredo qui finit en 5H47… dur dur les descentes apparemment…


Mais mon Fredo t’as fait ce qu’il fallait ! Là-dessus on va mettre le Défi pour progresser en descente et ça va fumer pour toi.

 

Purée on va se motiver tous les 2 et progresser pour plus de plaisir !!!

 

L’après midi va se passer tranquilou dans le « carré » d’arrivé, pic nic avec le repas d’arrivé (buffet royal) en attendant le podium du Benoit.
Top la classe !!!!!!

 

 

Et pour finir…ben finalement on l’a pas eu notre beau Tshirt technique tout rouge Salomon (c’est bon Beb pas la peine de rigoler ;-).

Heureusement y a quand même un polo finisher pour ceux du 80.

Mais c’est vrai qu’en venant sur une manche du challenge Salomon et en ayant été voir Beb sur la manche d’avant (Marathon du Mont Blanc) on s’attend à des prestations identiques.

Du coup on est un peu surpris.

 

C’est quand même une course magnifique (le 80 ça doit être quelque chose !!) mais y manque un je ne sais quoi, une petite âme… quelques petits défauts persistent... et quand on a l’habitude du « professionalisme » de l’organisation et des bénévoles sur certaines courses, ces défauts sautent aux yeux…

En même temps je ne suis que « consommateurs » de cette course et j’y ai pris beaucoup de plaisir…

 

ERRATUM: A le lecture du récit de Benoît sur son blog, je me rends compte que j'ai commis une petite erreur: j'ai bien cru reconnaître Benoît avec Ludo à la sortie du ravito de Bluffy:
 Erreur: Benoît était déjà surement un peu plus loin sur le parcours, lancé vers sa belle 3eme place!!!

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !