Récit de la course : Annecime 2007, par tounik

L'auteur : tounik

La course : Annecime

Date : 19/5/2007

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 2304 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

84 autres récits :

Le récit

Nouveau chalenge pour moi, après plusieurs courses de 65 Km et 2500 de D+, je décide d'augmenter la distance.  Après quelques recherches je découvre l'Annecime 80 Km et 5000 de D+ annoncé.  Je découvre également le récit de runstéphane sur kikourou (à lire absolument, une leçon de courage et d'abnégation).

Après la course aux étoiles je décide de modifier un peu ma préparation.  Les bâtons étant fortement conseillés j'inclus une sortie longue par semaine pour me familiariser avec leur utilisation.  Après lecture du livre de Véronique BILLAT, j'ajoute également une séance de VMA ascensionnelle.

Le week-end long sera également l'occasion de se retrouver avec deux amis, Alain et Olivier, (Ils ne font pas le trail mais seront mes photographes officiels) un week-end de célibataires.  Olivier habite Annecy et nous hébergera.  Des amis et pas de femme, le week-end parfait CoolInnocent.

Départ vendredi matin de Lyon avec Alain.  Après un rapide repas chez Olivier nous partons pour une visite d'Annecy avec un passage par la boutique rêve de cimes pour récupérer le dossard.  Nous passons l'après midi entre le centre ville, le bord du lac et deux petites pause dans des lieux de rafraîchissement pour siroter un diabolo citron pour moi et une bière pour mes deux alcooliques !! ou acolytes ?.  Retour à la maison en fin d'après midi pour un repas typiquement italien.  Il faut se coucher de bonne heure, dommage pour thalassa.

Samedi 2H : réveil rapide après une bonne nuit. Petit déjeuné copieux et dernière vérification, il est temps de rejoindre la ligne de départ.  Reconnaissons le courage de mes deux photographes officiels qui m'accompagne (vous pourrez admirer les photos sur www.picasaweb.google.com/tounik/annecime ).  Je recherche legg et minifranck, je connais juste leur numéro de dossard, il me semble apercevoir legg un instant mais le temps de réagir et il a disparu.   Vivement les casquettes Clin d'oeil! ! !

4H c’est le départ.  Après une petite balade au bord du lac on attaque assez rapidement la première côte vers le Sermnoz.  C’est l’un des gros morceaux de la journée, mais après des semaines d’entraînement, c’est un vrai plaisir.  Le parcours est très agréable avec de temps en temps une vue sur le lac entouré de lumière.  Des passages en sous-bois, parfois sur des monotraces, mais chacun ayant trouvé sa place, il n’y a pratiquement pas de dépassement.   Dans une petite descente un peu technique, un bénévole a disposé quelques bougies pour marquer le passage, il ne manque plus que les elfes.

Le jour nous attend au sommet, certainement pour nous permettre d’admirer le paysage.  Vision panoramique à 360°, c’est vraiment fantastique et nous sommes plusieurs à faire une petite pose pour profiter de l’instant.  Je me laisse glisser ensuite vers le premier ravito, tout est parfait, On peut facilement refaire le plein de la poche à eau, s’alimenter avec des fruits secs, des barres de céréale, du chocolat …

La suite commence par une descente rapide et assez technique avant de se lancer dans une nouvelle ascension qui nous permettra de contourner le roc  des bœufs, un petit panneau annonce un élevage d’escargots.  On commence à voir toujours les mêmes têtes, alors les discutions s’engagent.  Souvenir de courses, projet et rêves les plus fous, comme sur Kikourou.  Une nouvelle descente plutôt cassante avec la possibilité de couper tout droit et l’entame d’une nouvelle côte les pieds dans l’eau, cela permet de rafraîchir les pieds et on bascule enfin sur Lathuile.

6H02 de course, il me semble que c’est un peu rapide mais tout va bien, je récupère mon sac et après quelques étirements je fais le tri de ce qu’il faut garder ou laisser, je refais le plein de glucose et met ma casquette pour la suite de la journée.  J’appel mon petit colibri qui a rendez-vous chez le médecin ce matin, elle est un peu surprise et me demande si j’ai abandonné.  A sa décharge, je n’ai pas pour habitude de l’appeler pendant mes courses, je la rassure et décide d’appeler mes deux photographes.  Ils sont allez m’attendre au Sermnoz mais sont visiblement arrivés trop tard, surpris par mon rythme.  Nous nous retrouverons au col de Forclaz.

Un passage au ravito, toujours parfait  et il faut repartir.  La première partie, sur route, est vraiment très pénible sous le soleil.  Sur la piste cyclable, je fais une petite pause marche, un bruit de course derrière moi et je décide de relancer pour profiter du bon wagon.  Mauvaise pioche ! ! C’est Dachhiri Sherpa qui me double, juste le temps d’échanger quelques mots et il est parti.  

Le morceau de route est un peu long, mais j’arrive enfin en bas du deuxième gros morceau de la journée.  La montée sur Forclaz se fait sur un petit sentier très agréable sous les arbres.  Ce n’est pas très raide, mais ça monte longtemps, quelques vues sur le lac agrémentent l’ascension.  A mi-côte je rattrape un coureur qui a des débuts de crampe, je lui propose une pastille de sel (anti-crampe isostar).  A Forclaz, mes photographes immortalisent l’instantCool.

La suite est beaucoup moins sympathique, la pente augmente le terrain est difficile, il fait chaud et on monte depuis longtemps maintenantEmbarrassé.  Il faut serrer les dents, pousser plus sur les bâtons et avancer, je teste pour la première fois isostrar anti-crampe et le produit semble efficace, les cuisses sont un peu dures mais pas de crampes. La fin de la montée se fait au milieu d’un près qui dégage la vue de chaque coté sur des paysages fantastiques.  

Mes photographes sont dans le rythme et multiplient les prises de vueCool.  Même si je me sens plutôt bien, les photos prouvent que le physique est déjà largement entamer.  Le temps de faire le plein d’eau au chalet de l'Aulp et il faut repartir sur une portion de montagnes russes.  Il me semble qu’a ce moment je double un UFO qui correspond à la description de runstephane mais pas de certitude, la lucidité baisse.

La portion est propice au regroupement des coureurs, nous nous retrouvons à 4, il faut passer des ruisseaux, sa glisse devant, je plante les bâtons pour m’arrêter. Pas de mal mais le bâton de droite est maintenant plus court.  Les autres coureurs s’inquiètent mais je les rassure, j’attends un lieu plus propice pour m’arrêter pour régler le problème.  

IMPOSSIBLE, malgré mes efforts le bâton refuse obstinément de reprendre une longueur normale.  Inutile d’insister, il faut rejoindre le prochain ravito et demander de l’aide.  Le moral est toucher et subitement plus rien ne va.  Un bâillement caractéristique annonce une hypoglycémie.  J’avais pourtant fait attention, un gel toutes les heures.  Le chemin jusqu’au ravito est interminable, plus de force, ça donne le temps de cogiter.  

En arrivant au ravito la décision est presque prise mais la règle impose de prendre la décision en sortant du ravito.  Un bénévole remet mon bâton en place sans forcer, je mange, je bois et reste à l’ombre un long moment mais aucune amélioration en vue.  Un coup de fil a Alain pour lui demander de m’attendre à Bluffy.  Je décide de descendre en marchant pour attendre une amélioration et me donner une dernière chance de relancer la machine, mais Bluffy approche et rien ne se passe.  Olivier est venu à ma rencontre et m’accompagne sur les derniers mètres.  J’annonce mon abandon au deux bénévoles et monte dans la voiture.

Pas vraiment de regret.  Après analyse, il me semble que la modification de mon entraînement m’a permis d’aller plus vite que prévu.  Simplement j’ai oublié, d’alimenter la machine en conséquence (un gel toutes les 45 mn).  De plus j’ai pour habitude d’être freiné par des crampes à partir du 40 ème Km.  Avec les pastilles isostar, pas de crampes et pas de ralentissement.

Il reste malgré tout beaucoup de plaisir sur la première partie du parcours, des paysages magnifiques et des bénévoles comme toujours souriants.  L'année prochaine j’irai jusqu’au bout.

Jeudi 24 Petit décrassage, un peu difficile.
Samedi 26, petit footing de 20 Km, beaucoup de plaisir

3 commentaires

Commentaire de akunamatata posté le 09-06-2007 à 08:34:00

sage decision, petit a petit Tounik deviendra grand! sympa les photos paysages similaires au sud des bauges.

Commentaire de runstephane posté le 11-06-2007 à 11:18:00

Salut Tounik,

Quoi ça ? Quelqu'un m'aurait doublé sur cette course ? Ah, oui, possible :o)
Dommage pour le coup de moins bien, la route qui suit Bluffy n'est pas vraiment accueillante pour des coups comme ça. Vivement l'année prochaine !

Stéphane

Commentaire de legg posté le 12-06-2007 à 22:42:00

Domage qu'on n'ai pas pu echanger un peu avnt le départ.

J'espère qu'on pourra le faire l'année prochaine, j'ai moi aussi envie de renouveler l'expérience.

A +

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !