Récit de la course : Grand Raid du Queyras - 58 km 2014, par chabidou

L'auteur : chabidou

La course : Grand Raid du Queyras - 58 km

Date : 28/6/2014

Lieu : Guillestre (Hautes-Alpes)

Affichage : 524 vues

Distance : 58km

Objectif : Se dépenser

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

8 autres récits :

Raid du Queyras 2014

Ca fait longtemps que je n'avais plus ecrit un CR après une course...

Ce raid du Queyras m'a donné envie de m'y remettre. Voici un petit résumé :


Nous arrivons vendredi soir en voiture de Grenoble : direction le gite pour déposer les affaires, puis récupération des dossards à Aiguille.
Le grand Raid (132km et 8300mD+) pour Pierrot et le raid (58km et 3600mD+) pour moi.
C’est une deuxième édition pour le raid, et une première pour l’ultra. Le nombre de participant est restreint...tant mieux, on est loin de la foule des grands trails connus.
 
Le gîte (Les Astragales pour faire de la pub !!!) a prévu le repas idéal du bon traileur : soupe et pâte à 19h tapante ! Parfait !
On dine avec les randonneurs en vacances, qui posent plein de questions sur nos courses ! D’autres coureurs sont là aussi pour passer la nuit !
Nuit courte pour Pierrot qui se lèvent à 2h30, pour prendre le départ à 4h à Aiguille. Le proprio du gîte est super sympa (un traileur lui aussi), il est là pour préparer le petit dèj. à Pierrot et 2 autres coureurs, et les emmène au départ.
 
Moi, je profite de quelques heures de sommeil supplémentaire pour prendre le départ à 9h à Guillestre.
Je n’ai pas d’objectif, à part celui de finir avant la tombée de la nuit. Je n’ai pas suivi de plan d’entrainement, et je manque cruellement de dénivelé dans les pattes. Donc, c’est un peu le flou sur mes conditions physiques.
 
Mes 58 kms sont les 58 derniers kms de la course de Pierre.
Au départ, je pense à lui. Il a déjà 5h de course et il passera au moment endroit dans quelques heures.
 
Top départ, je pars tranquillement car la première partie est une ascension de 1800mD+.
Le temps est idéal : temps couvert, donc pas trop chaud, et un peu de pluie, mais rien de méchant.
Au col de Furfande, je me rends compte que je mets 3h15 pour 20km et 1800D+. Je suis plis rapide que je le pensais...tout va bien.
La descente est géniale jusqu’à Arvieux. Pas technique, et très agréable à courir.
 
Arvieux : premier ravito. On m’annonce 6ème féminine...surprise ! Je ne suis pas là pour jouer un classement...mais ce type d’info fout quand même la pression ! Surtout que j’en connais certain qui m’ont déjà chambrer avec mon podium sur le trail de Rencurel !!!
Je recharge rapidement ma poche à eau, et repars avec des tucs pris à la volée. Je préfère ne pas m’arrêter, et marcher tranquillement sur le premier km.
 
La montée vers le lac Soulier est un peu plus pénible. 15km et 950mD+. Je manque d’eau dans le montée. Au lac, un bénévole m’offre gentiment de l’eau pour attendre le prochain ravito. La fille qui me suivait dans la montée me double.
Un petite parenthèse sur les bénévoles qui sont vraiment extraordinaires. Tous sont là pour s’assurer de notre bonne forme physique et mentale. J’ai rarement vu des bénévoles aussi prévenants à notre égard.
Je n’ai pas imprimé la descente, mais elle se passe relativement bien jusqu’à Soulier. Je double quelques coureurs qui m’avait doublé dans la montée précédente.
 
Soulier : deuxième ravito. Cette fois, je ne me fais pas avoir, je rempli correctement ma poche eau.
 
La dernière partie (17km et 850mD+) est longue...très longue. J’ai l’impression que les derniers kilomètres sont doublés. Je ne trouve pas la motivation de courir car je sais que je vais arriver au bout sans problème dans un temps plus qu’espéré . Heureusement j’ai 2 coureurs qui en me doublant me motivent à les suivre. Super sympa ! Je me force à les suivre. On approche d’Aiguille, l’arrivée, et l’un de mes 2 compères se rend compte qu’on peut passer sous la barre des 10 heures de course. Nous voila donc à accélérer sur les 2 derniers kms.
A ce moment, je me rends compte que tout se joue dans la tête !!!
 
Nous passons la ligne d’arrivée à 3 en 9 heures et 59 minutes !!!
Je finis 50ième sur 150, et 7ième féminine sur 27.
 
Fatiguée, mais aucune blessure, pas de problème d’alimentation, pas mal au pieds...une fin de course top !
Le tee-shirt finisher sous le bras, une petite bière offerte ...je suis sur mon petit nuage !
 
La deuxième partie de mon week-end commence : supportrice du Grand raid du Queyras
A peine la lignée d’arrivée franchie, je récupère la voiture pour filer à Guillestre. Je n’ai pas de nouvelles de Pierre, et je n’ai aucune idée si il est déjà passé. Il est déjà 19h30 et 20 minutes de bagnoles plus tard, et on me dit qu’il est passé à 17h45, soit 13h45 de course pour lui au 80ième km. Déçue de l’avoir louper, mais contente de voir qu’il a bien avancé.
Je calcule qu’il ne passera pas avant 23h à Arvieux
Je retourne finalement à Aiguille pour prendre une bonne douche et manger un morceaux en félicitant les arrivées.
 
A minuit passé, je retrouve Pierrot à Arvieux. Il ne court plus, ne mange plus depuis plusieurs heures, et à le moral en berne. Il faut dire que la pluie, le vent et le froid se sont invités. Je suis inquiète car je l’ai rarement vu dans cet état. Il décide de dormir un peu dans la voiture (trop de bruit dans le ravito). J’ai bien fait de mettre le réveil 30 minutes plus tard, car je me suis moi-même endormie.
La pluie ne cesse de tomber, Pierre hésite à repartir.
Je ne sais pas quoi lui dire : je ne veux pas le pousser à continuer car les conditions sont vraiment mauvaises, mais je ne veux pas le pousser à abandonner (l’abandon est difficile à assumer...).
Et là, il me dit “bon, OK, j’abandonne ! ...mais qu’est ce qu’on fait si je rends mon dossard ?”
Et moi de répondre: “ ben, il est 1h du mat’, j’ai 10 heure de course dans les pattes, et il y a 3h de bagnole pour rentrer. Donc je te propose de dormir dans la voiture !”
Grâce à cette réponse, Pierrot décide en fin de compte de reprendre la course : “si c’est ça, autant finir !” 
Et je le quitte sous la pluie et le froid. La sieste à l’air de lui avoir fait du bien.
Je finis ma nuit dans la voiture sur le parking d’Aiguilles. Au petit matin, je vais voir les valeureux qui passent la ligne d’arrivée en attendant mon Pierrot.
Pierre arrivera en 29h45min de course après une nuit épouvantable...mais content d’être allé au bout.



 

3 commentaires

Commentaire de a_nne posté le 31-07-2014 à 22:34:44

Merci pour la pub et content que le repas prévu vous ai plu. C'est vrai que le proprio est sympa :-)
Content d'avoir pu héberger des kikourous qui plus est :-)
Bravo pour votre course à tous les 2 : Au plaisir de vous recevoir de nouveau dans notre gite pour de super randonnées et courses...sous le soleil bien sur !

Commentaire de goonif37 posté le 01-08-2014 à 09:19:21

Très belle gestion de course Chab', sans pression, on ressent bien le plaisir !!! Et que dire de ton coaching gagnant sur le pierrot ensuite... une vraie famille de winners. Biz

Commentaire de Marielle13 posté le 04-08-2014 à 17:57:33

bravo :-) je connais bien le coin j y randonne assez souvent ... et je sais que c' est raide encore bravo a tous les deux

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !