Récit de la course : Cross des Coteaux - 16 km 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : Cross des Coteaux - 16 km

Date : 14/9/2014

Lieu : Crolles (Isère)

Affichage : 494 vues

Distance : 16km

Matos : Mes espadrilles trouées

Objectif : Se défoncer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

17 autres récits :

Retour vers le Futur

Nous sommes le Dimanche 13 Septembre 2015, 30éme édition du CCC (Cross des Côteaux de Crolles) ! Un anniversaire comme ça, ça ne se manque pas, et tous les habitués des pelotons isérois ont fait le déplacement. Revue des effectifs :

-          L’Ignoble, toujours aussi affuté malgré son passage en V1 en début d’année. Il faut dire qu’il l’a très bien franchi ce cap, et s’est encore bonifié en montant sur pas mal de podiums V1 cette saison. Et puis la course, il a ça dans le sang, alors c’est pas un an de plus qui va changer quelque chose…. On se souvient notamment de sa superbe 5ème place au scratch sur le 15 Km du Cross du Pain le 28 Juin 2015, terminant ainsi 1er V1 !

-          Le Bouk, ou plutôt le New Bouk, complètement transformé depuis l’année passée. Il faut dire qu’il n’était pas en super forme notre Bouk national à l’automne 2014, mais heureusement son mental de guerrier a repris le dessus et il a remonté la pente : Plus de bière (ou presque), régime à base de purée de fenouil, épinards et cèleris, entrainements à la frontale pendant l’hiver, séances de fractionné et muscu... Et ça a payé ! Il a commencé à gagner ses premiers duels contre moi  au printemps de cette année, notamment à la montée d’Ezy où il m’avait fumé sur les 300 derniers mètres.
Ce dimanche, il soulève fièrement son nouveau maillot Alfa Roméo pour exhiber ses plaquettes de chocolat. Wouaouh ! Ca change ! L’année passée le spectacle n’était pas tout à fait le même, et il avait fallu appeler les secouristes pour ranimer 3 concurrentes évanouies. Une 4ème, sous le choc, avait fait une dépression et s’était cloitrée dans un couvent. Chez les gars, une crise de fou rire générale avait retardé le départ de 10 minutes…
Mais tout ça c’est du passé, cette fois-ci le Bouk new Look est dans la place !

-          Albacor, qui avait loupé sa chance en 2014 de gagner son premier duel contre le Bouk sur cette même course des Coteaux de Crolles. Aujourd’hui,  ça s’annonce encore une fois serré, toute l’année 2015 s’étant jouée mano a mano, une fois le Bouk l’emportant, l’autre fois Albacor gagnant un nouveau point, ayant autant progressé que son rival. Un duel  serré à chaque course, la tradition établie début 2015 lors du Cross Hivernal de Méaudre voulant que le perdant lèche les chaussures de l’autre à 4 pattes après l’arrivée. Beurk ! Nous ne commenterons pas cette coutume étrange, pouvant évoquer d’autres pratiques susceptibles de heurter la sensibilité de nos lecteurs les plus jeunes.

 -          Le Kéké, toujours aussi kéké, court toujours aussi bien, il faut le reconnaitre. Cette année il s’est mis à l’ultra, avec une première participation à l’UTV en Solo qu’il à terminé ! Mais sur un 16 Km, tout est possible, comme l’avait montré l’édition 2014 ou j’avais fini à seulement 50m.

 -          On retrouve également le Kenyan Blanc, le Girk’s, Bernard Creq's, Polo aux grands bras, Serge Puppet’s, Michel Riondet, Bernard Devidal, J-M Perrin, Momo, et j’en oublie, bref la crème de la crème des chasseurs de saucisson.

Ca va envoyer du lourd !!

C’est parti ! Ca court très vite mais je reste prudent, la course est encore longue. Cette année, des signaleurs ont été rajoutés sur le début de parcours. En 2014, les premiers avaient tourné à gauche après 400m (suivant les barrières et la rubalise) quand quelqu’un avait crié « C’est tout droit ! ». Hésitations, changements de directions, jurons, certains étaient déjà trop loin et avaient eu droit à une visite gratuite de la ville : pas de pot (de Crolles). Les prétendants au podium avaient alors envoyé une réclamation à la FICS (Fédération Internationale des Courses au Saucisson) qui leur avait donné raison et condamné les organisateurs à leur offrir un paquet de chips en dédommagement.

Mais cette année pas de soucis, ça déroule, je me fais assez rapidement dépasser par l’Ignoble, fidèle à sa tactique de course habituelle, partant tranquille mais remontant inexorablement le peloton. Je rattrappe le Bouk, qui paie son hole shot, mais je sais qu’il ne va pas me laisser partir, d’autant plus qu’Albacor n'est pas loin. On remonte donc tout doucement à trois et on attaque les côteaux avec de beaux sentiers en épingle et une pente qui reste raisonnable.

Le parcours est un superbe terrain de jeu avec des chemins raboteux à monter et à descendre, tout en single track. J’ai encore du mal à me souvenir des enchainements précis. Les panneaux kilométriques seraient bien utiles pour les coureurs dépourvus de montres GPS-cardiofréquencemètre-altimètre-baromètre-pluviomètre-anémomètre-thermomètre qui bipent de 10 manières différentes selon les circonstances et ont une notice d’utilisation aussi lourde qu’un ancien annuaire quand il y avait les pages jaunes avec les pages blanches …   Non non, je suis pas technophobe, mais je n’aime pas trop l’idée de courir en pleine nature avec un ordinateur au poignet alors que j’en regarde déjà un toute la journée…

Bref, j’essaie de rattraper du coureur dans les descentes, plutôt techniques, même s’il y a peu de place pour doubler. Dans une montée, je me fais doubler par Axelle Red version 14 ans (une coureuse aussi fine et légère qu’Axelle Mollaret avec une longue chevelure rousse, qui se révèlera être la première féminine, bravo Laura !) qui court dans les montées alors que tout le monde marche ! Heureusement ça redescend bientôt et il me suffit de partir en roue libre pour que mes 82 Kg m’entrainent  et me permettent de la re-doubler.

Je devine  derrière moi le Bouk et Albacor à la bagarre. Cette année le Kenyan blanc est en meilleure forme et fait une super course, j’avais eu la surprise de le doubler l’an passé.

Après une nouvelle descente, on attaque un faux plat montant, et comme l’an passé je vois la casquette rouge du Kéké loin devant, avec 4 coureurs entre nous…  Ca va être dur, mais allons y progressivement. Je commence à m’accrocher au coureur devant moi pour ne pas lâcher le groupe dans la montée près du mur d’escalade, tandis qu’Axelle Red me redouble… J’essaie de tenir un rythme de marche rapide, et on finit par rejoindre une petite route enfin en descente.
Cette fois je lâche les grandes foulées dans la pente, et finit par rattraper Axelle et 2 gars. Je vois plus loin le Kéké devant 2 autres coureurs. J’en remets une couche pour faire la jonction. Un des 2 gars s’accroche et me redouble, mais je le reprends juste après. Incroyable, le scénario est le même qu’en 2014 et je me retrouve à peu près 50m derrière le Kéké à 2 Km de l’arrivée. L’année passée, je l’avais prévenu de mon retour en l’appelant « Kééékéééé ! » ce qui lui avait redonné un bon coup de fraicheur pour terminer... Cette année il est à l’affut et m’a repéré dans son rétroviseur.

Je me fais redoubler par un gars en bleu, qui double aussi le Kéké quand on entre dans Crolles. On rentre sur le stade et l’intervalle reste le même, impossible de le réduire malgré un sprint final qui me fait presque tomber dans les bras de la bénévole qui accueille les coureurs à l’arrivée.  Je regarde derrière moi, à 30m il y a à nouveau Axelle suivie du Bouk et d’Albacor qui se tirent la bourre et arrivent… dans la même seconde ! Incroyable !!

Un finish fantastique ou chacun a chèrement vendu sa peau pour gagner sa place dans le classement, et qu’importe si des douzaines de coureurs sont déjà arrivés !

l’Ignoble nous attend depuis un moment au ravitaillement, et a déjà trouvé la tireuse (à bière), qui fonctionne très bien, vu son sourire.

L’année passée, le Bouk avait morflé sous divers chambrements, chambrations et autre chambrures (sa forme, ses formes, ses chaussettes…) Cette année,  ça chambre dans toutes les directions et on en a mal au ventre de rigoler.

Photo d'archive 2014
Le Bouk tenant son dernier verre de bière de l'année et masquant son petit bidon de l'époque
The Girk's a bien apprécié la bière et les petits cakes, surtout après sa chute en descente
Le Kéké fait la grève de la faim car pas de saucisson au ravitaillement


Mais tout a une fin, incluant les futs de bière, et le groupe se sépare, heureux d’avoir partagé ces précieux instants, et en se donnant RV sur la prochaine course… Le CDC 2015, encore une édition collector !

7 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2014 à 21:11:48

Si tu n'as pas la palme du récit original, je ne m'y connais pas!!!
Aaaaaaah vivement Meaudre 2015 qu'Albacore me leche les Mizunos!!!
Merci vieux manoir !!!

PS : ma montre-GPS ne marche plus :-)

Commentaire de le_kéké posté le 15-09-2014 à 21:35:29

Excellentissime, ce compte rendu est génial.
Ce qui est sur c'est qu'à partir de maintenant c'est méfiance, heureusement que je connaissais chaque pierre du parcours par son prénom et que j'ai 12 ans de course au saucisson au compteur sinon tu avais le kéké à ton tableau de chasse (le bouk en rêve toute les nuits)
L'année prochaine n'annonce pas ta présence, ça m'a foutu une sacré trouille pensant à un possible retour du bouk j'ai envoyé tout ce qui me restait dans cette dernière bosse. En tout cas pour la 30ème on sera tous là pour le RDV annuel du championnat du monde des course au saucisson du grésivaudan IMMENQUABLE (et je vendrais encore très cher ma peau)

Commentaire de Albacor38 posté le 15-09-2014 à 22:37:39

Devant un tel récit je crois que l'on ne peut que se donner tous RDV pour l'édition anniversaire de 2015. On pourra alors comparer "pied à pied" (si j'ose dire) ce qui relève de la science fiction ("Le Bouk adopte un régime à base de purée de fenouil, épinards et cèleris ") ou de l'hypothèse probable ("...Cette année Le kéké s’est mis à l’ultra, avec une première participation à l’UTV en Solo)...

PS : Aaaaaaah vivement Meaudre 2015 que le Bouk me lèche les turtles !!!"

Commentaire de __icecool__ posté le 16-09-2014 à 10:05:00

J'adore !
Avec des récits pareils, j'espère que l'ACP t'a remercié pour la pub.
Il faut lancer le challenge du premier qui arrive à se faire inviter par les organisateurs.
(note : gagner un séjour en hôtel au tirage au sort, ça ne compte pas).

Commentaire de the dude posté le 16-09-2014 à 12:30:16

Excellent récit, bravo, je me suis bien marré.
C'est vrai que le Bouk est méconnaissable cette année, je pense que son entrée chez les frères Chartreux fin 2014 l'a beaucoup aidé à avoir une meilleure hygiène de vie et à aborder le sport différemment.

Commentaire de le daim posté le 16-09-2014 à 13:16:21

Sans doute l'un des récits les plus drôles(sans grossièreté,ni vulgarité),les plus surprenants qu'il m'est amené a lire sur ce site,avec celui du "dude" sur le cross de champagnier.
J'aimerais beaucoup faire partie de cette bande,avez vous une adresse mail ou je peux vous joindre?En tous les cas,bravo.

Commentaire de El Tamanoir posté le 16-09-2014 à 13:33:06

Merci les gars pour les commentaires, je me suis aussi bien marré en l'écrivant... Bon forcément il faudra être un peu indulgents pour les prochains CR, on n'est pas toujours au sommet de sa forme... Pour le Daim, nous avons effectivement une procédure d'inscription très bien rôdée. Il se trouve que j'ai la lourde charge de collecter les cotisations (400 euros annuels, pas de chèque svp) tandis que l'Ignoble fait passer un petit test d'aptitude physique, qui, quoique pouvant être surprenant à premier abord, permet de confirmer les capacités d'endurance et de résistance nécessaires à tout bon chasseur de saucisson.... Plus sérieusement, il te suffit de chercher sur la prochaine course un bob Skoda, Ricard ou un tee-shirt jaune avec un cochon dessus... C'est là !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !