Récit de la course : BelforTrail - 55 km 2014, par lapuce92

L'auteur : lapuce92

La course : BelforTrail - 55 km

Date : 19/10/2014

Lieu : Giromagny (Territoire de Belfort)

Affichage : 772 vues

Distance : 55km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

Belfort trail 2014 : une histoire de famille

L'année dernière, malgré des conditions météos dantesques (pluie à seaux, froid, brouillard...), les CR de Gibo et Séverine m'avaient vraiment donné envie de faire ce trail : un gros morceau de 55kms (en fait plutôt 58 à entendre les coureurs) pour 2900 D+ annoncés.



Samedi 18 octobre :



Cette course s'annonce comme une histoire de famille (une grande partie de ma famille est dans le coin). Avec maman on récupère ma cousine Aude en début d'après midi, puis on file à Belfort au retrait des dossards. On en mène pas large toutes les deux : ce sera une grande première pour Aude sur cette distance; quand à moi ce sera mon plus gros ratio distance/dénivelé (j'avais fait le même kilométrage au grand raid du Morbihan mais sans le dénivelé).Les formalités sont rapidement éxecutées, et on fait connaissance "en vrai" de Chantal/Titoune, qui fait partie de l'organisation. Elle nous briefe sur le parcours, nous informe qu'avec la chaleur annoncée ils ont ajouté un point d'eau au ballon d'Alsace. Bref, une petite discussion qui permet de mettre en place pas mal de points de repère pour le lendemain.Je regrette de louper Gibo, mais on est parties un peu avant ton arrivée j'imagine..

Direction ensuite le camping car que 2 tontons ont réussi à garer à même pas 200m du départ! Au top les tontons! On va avoir quasiment un hôtel 4 étoiles rien que pour nous! On s'installe, on commence à préparer les sacs puis on va chez notre cousine Emilie à quelques kilomètres de là pour la traditionnelle Pasta party. Bonne soirée que nos accompagnateurs/supporters du lendemain passeront à examiner les cartes pour déterminer les meilleurs spots où nous encourager.

Le sommeil est très long à venir, je me tourne, me retourne dans mon lit.

Dimanche 19 octobre :

Réveil en fanfare à 5 heures! Cosi, le petit Jack Russell de maman est déjà au taquet, fin prêt pour cette longue journée. Petit déj, remplissage des poches à eau, ultimes vérifications des sacs, et c'est parti. Quelque photos sur la ligne, et on écoute le briefing. Immédiatement je comprends que la journée va être très longue pour moi : nous sommes à peine 400 sur la course, il va y avoir du niveau. Je sais que je passerai une bonne partie du temps toute seule, et probablement pas très loin du serre file. Je sais aussi que, si la première barrière horaire devrait passer, la deuxième sera beaucoup plus costaud. Gros coup de stress tout à coup. L'avantage des petites courses c'est qu'on se repère très rapidement : le mari de Gibo me dit qu'elle est juste derrière. Cool! On va faire ces dernières minutes ensemble à papoter.

A 7 heures le départ est donné. Il fait encore nuit donc j'allume ma frontale. J'en aurai besoin environ 1 heure. Comme prévu je me retrouve très rapidement avec le serre file. Personne devant. Le moral en prend un coup. J'essaye de rester le plus possible dans ma bulle mais les pensées négatives prennent parfois le dessus. Une super ambiance, et beaucoup de surprises sur ces premiers kilomètres : des flambeaux pour nous indiquer la route, des montgolières. C'est magnifique. Je me sens bien, et je regarde petit à petit le jour se lever sur les montagnes vosgiennes. La journée va être splendide : je me sens réellement privilégiée d'assister à un tel spectacle!

Au 7ème kilomètre une grosse grimpette "dré dans le pentu" dans laquelle il faut carrément progresser à 4 pattes me permet enfin de rattraper le coureur qui me précède. J'aperçois quelques autres concurrent(e)s devant. Ca fait du bien au moral. La suite du parcours vers le 1er ravitaillement est sans histoire : on passe par la tête des mineurs, la croix du Schlumpf. Le paysage est totalement dégagé, la vue est magnifique, par contre il y a énormément de vent dès qu'on est un peu exposé. Je descends ensuite sur Sewen, lieu du premier ravitaillement et première barrière horaire, où tonton Bernard m'attend! Merci à toi, ça m'a fait super plaisir de te voir là. Je vérifie que ma poche à eau est encore bien remplie et je ne m'attarde pas. Je n'ai que 20' environ d'avance.

On repart par un petit chemin en bord de rivière qui nous mène au lac d'Alfeld. Que c'est beau! Je souris en voyant le balisage spécial VIP fait par Titoune et son mari "allez Gibo, allez Mia" en rose fluo! Puis commence la dure montée vers le ballon d'Alsace. C'est là que les choses se compliquent pour moi. Je suis quasiment toute seule depuis ce matin, personne devant, personne derrière. Le moral en prend un coup. J'en bave dans la montée. Plusieurs fois par manque de lucidité je m'écarte du balisage. Je dois rebrousser chemin. Je laisse des bordées d'injures sur le bord du chemin! LOL Ca me semble interminable, je n'en vois pas le bout. Je finis quand même par aperçevoir le sommet entre les arbres et un randonneur me confirme que j'y suis presque. OUF!! Ca c'est fait! Il fait un vent à décorner les boeufs sur le plateau. Maman et tonton Bernard m'attendent un peu plus loin. Je leur dis que j'en ai marre, que j'avance pas, que je suis dernière. Un concurrent en plaisantant me dit qu'il y aura au moins 1 personne derrière moi : lui, puisqu'il s'arrête là! LOL Maman m'aide à remplir ma poche à eau (spéciale dédicace à Maîlys : je te jure, elle était presque vide en haut!!) et me dit qu'on arrête pas juste parce qu'on en a marre. Elle sait trouver les mots : elle me montre le deuxième balisage VIP de Titoune histoire de me remonter le moral, et me donne RDV au deuxième ravito, à Plancher les mines, dans 12 kilomètres. Ca me rebooste immédiatement de découper le parcours comme ça : 12kms je sais ce que c'est, je connais, c'est moins impressionnant.

Regonflée à bloc je repars. Le parcours est majoritairement en descente. C'est bien technique, bien boueux, j'ai les pieds rapidement trempés. Mais c'est joli comme tout, et je profite du paysage, même si je suis toujours toute seule. J'alterne course et marche rapide. Physiquement ça va toujours très bien. Aucun souci digestif, pas de douleurs musculaires...bref, je suis encore en forme à ce stade. Le ravito est censé être au kilomètre 38. Vers le 36ème je rattrape un coureur qui me demande si le ravito est bientôt. Je lui réponds "environ 2 kilomètres". Le pauvre, vu la suite il a du me maudire! Le temps passe, les mètres puis les kilomètres défilent mais je ne le vois toujours pas arriver. Je commence à comprendre que sauf s'ils ont décalé les barrières pour tenir compte du fait que le point de pointage était plus loin qu'annoncé je serai hors délais, même si je me sens tout à fait d'attaque pour faire les 20kms restants. Et fait et dit, après une dernière descente bien casse pattes, bien boueuse (j'en peux plus de cette boue!!) j'arrive au ravito. Le bénévole qui pointe mon dossard m'annonce que je suis hors course. Ca s'est vraiment joué à pas grand chose : nous sommes quasiment au 40ème kilomètre. Si le pointage avait été placé au 38ème comme prévu, je passais. Mais c'est le jeu, je n'y peux rien. Maman est là qui m'attend. Je suis heureuse d'enlever enfin mes baskets : quel bonheur d'avoir les pieds au sec! Nous retournons à Giromagny pour manger, retrouver 2 autres oncles et tante avec qui on va attendre de pied ferme Aude, qui a réussi à passer cette fichue barrière peu de temps avant moi. Elle arrivera en 11h08, un grand sourire aux lèvres et les larmes plein les yeux. Que d'émotions!! Bravo cousine!!

Bien sur je me sens frustrée et déçue de ne pas être allée au bout, c'était dur, en attendant ma cousine, de voir tous ces coureurs franchir la ligne. l(le dernier arrive en 12h10, j'avais largement ma place) Mais je retiens malgré tout le positif : ma bonne forme physique, le très bon weekend, une course magnifique, avec une belle organisation...bref, j'y reviendrai, c'est sur!

Un merci spécial à notre team de choc : maman, présente à peu près partout sur le parcours, Bernard et Jany les tontons au top pour le camping car, Emilie et Maxime pour les pâtes samedi soir, et Tata Fanny pour sa splendiiiide photo du boudin de l'arche d'arrivée à l'arrivée de Aude! (l'émotion!! LOL)

Heureuse enfin d'avoir la connaissance "en vrai" de Titoune et Gibo : super sympas les filles!!

 

1 commentaire

Commentaire de poucet posté le 21-10-2014 à 21:07:51

Pas de bol cette foutue barrière. Mais tu es bien courageuse, BRAVO lapuce !!! Et bravo aussi bien sûr à la cousine et a tout le Team familial. Sympa le trail dans cette ambiance
Je suis sûr que tu termineras la prochaine fois ... et si jamais je suis encore à la table à coté, viens me faire un bisous !!!
Poucet

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.26 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !