Récit de la course : Challenge Val Drôme - Les Aventuriers du Bout de la Drôme - 105 km 2015, par CAPCAP

L'auteur : CAPCAP

La course : Challenge Val Drôme - Les Aventuriers du Bout de la Drôme - 105 km

Date : 9/5/2015

Lieu : Crest (Drôme)

Affichage : 1021 vues

Distance : 67km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

63 autres récits :

Satisfait d'une mention passable : 12/20

En fait de 12/20, c'est 67/111 km. J'étais inscrit au 111 km mais j'ai hésité jusqu'à la veille à prendre le départ ou à tenter un maratrail. Je m'étais fait une déchirure musculaire du côté du bassin au ski 2 mois plus tôt, à la suite de quoi je n'ai pas pu courir 2m pendant 6 semaines. Puis j'ai réussi à courir 100m, 300m, enfin 1km, 3km, et finalement, ma plus longue sortie avant cet ultra a été de 10km!

J'ai quand même pris le départ à 3h du matin, décidé à y aller prudemment et à m'arrêter dès que ça tire trop. Un an que je n'avais pas connu l'ambiance de ces départs de nuit (la Drôme également) après avoir dormi à peine plus d'une heure.

Petit couac au départ, le rendez-vous est au gymnase ou au pont? Pas de stress pour nous, nous étions logés entre les deux!


Un animateur chauffe les coureurs, job dont je serais totalement incapable! Petit mot de Jack et c'est le départ de ce groupe dans le noir, l'éclairage du donjon est passé à l'as, mais le feu d'artifice officieux est bien là.

Malgré la prudence de mise, j'essaie de ne pas partir trop loin, car je me rappelle qu'on est vite sur un sentier étroit où doubler est difficile. D'autant que le sol est humide, là où de la boue pouvait se former, il y a de la boue! Appréhension sur les petites bosses, mais le bassin semble tenir, même si ça tire déjà un peu au bout de 3-4km. Mauvaise augure pour la suite.

Vaunaveys, 1er village, arrive enfin, à partir de là les bâtons sont autorisés. Quel soulagement pour moi! Voilà bien ce dont j'avais besoin pour ce trail, je resterai campé dessus tout le temps, en monté, en descente, comme sur plat, ils me soulageront partout. On fait connaissance en fait, car je ne les ai encore jamais utilisé, ces nouveaux bâtons.

Une glissade sur le segment avant le 1er ravito, me vaudra une douleur à l'épaule, peu ressenti sur la course, mais qui perdure.

Plaisir de trouver des têtes connues à la Baume, et d'être acclamé comme si j'étais en tête de course, mais faut pas rêver! Rangement de la frontale et des manchons. Coca-eau, pain d'épice, recharge en eau. La Baume passée, c'est donc la fameuse nouvelle côte dénichée par Jack… Elle est un peu planquée sous des arbustes, mais le jour nouveau pénètre sous cette voûte verte, nous montrant cette pente terreuse où les chaussures peinent à accrocher. Il faut s'aider, voire se suspendre aux branches fort bien venues. Bâtons et branches ne font pas bon ménage, mais je m'en sors sans replier l'alu. Si je lis bien la carte IGN, 150m de D+ en 200m, ça fait du 75%, ça!!! Je double quelques concurrents moins à l'aise (la marche rapide en monté va parfaitement à mon bassin) et me retrouve au niveau d'un type, avec qui j'échange trois mots dans la fin de côte. Reprise de la course, on se trouve un petit rythme commun et on fait un peu connaissance. En fait, je resterai avec J-Y pendant une quinzaine de km, ce qui est rarissime, il est si difficile de trouver quelqu'un avec qui on se suit en montée, en descente comme à plat. Bon, je sais qu'il se retient car il veut aller au bout du 111km, moi je veux juste avancer.

Donc nous sortions de cette belle côte arborée. Et là on comprend pourquoi le Jack ne nous a pas fait passer par le GR, la vue est superbe depuis la Raye sur la vallée du Rhône!


Petite balade tout en douceur verte par le golf pour digérer la côte. Enfin, trottiner à plat fait grincer mon petit muscle. Mais J-Y est très bavard et je l'accompagne. On parle trail, bien sûr. Mais qui aurait cru que je parlerais un jour d'épure de Méry et d'articulation Freyssinet sur une course!!!


Du côté de Plan de Baix, il lâche les freins (ou bien je ralentis…) et je retrouve la solitude pour croiser et recroiser la route de Beaufort. Dommage qu'on ne nous ait pas annoncé le village de la Frigoulette, je serais bien allé voir la chocolaterie!


Que l'étape suivante me paraîtra longue! Le ravito devait être dans 4km, non? Ca fait déjà 3km et il est encore à 4km! A l'approche de Montclar, le balisage est impressionnant! Quels efforts faits, après les déconvenues de l'an dernier! Je ne dis pas que se perdre est impossible, mais quand même, suivre le parcours est bien plus simple! Merci les ouvreurs!


Content d'être déjà arrivé là, mais je sens de la fatigue et un léger tiraillement. C'est donc tranquille que j'aborde ce tronçon qui doit nous mener aux fameux Essarts. Et c'est en toute solitude que j'évolue dans ces beaux paysages, l'air se réchauffe bien. Passé le col de Pourcheton, me revient au fur et à mesure cette descente périlleuse! Pas terrible pour moi, plus dur que l'an dernier! Mais je garde de l'énergie mentale pour les Essarts dont je ne me rappelle plus très bien. Et c'est avec surprise que je retrouve cette montée, certes raide, mais sur un terrain assez confortable. A nouveau dans mon élément, je double 5 personnes dans la montée, malgré la prise d'une ou deux photos de Saillans devançant les 3 Becs ennuagés. Bon, 650m/h après 10h de courses, ce n'est pas si mal, non? Puis rebelote, la descente n'est pas mon truc, c'est huit coureurs que je laisserai passer sur ce sentier assez facile pourtant. Saillans est toute proche, mais la décision est déjà prise, je m'y arrêterai.


Je trouve inespéré d'avoir fait ces 67km sans réveiller ma blessure, même si j'ai été très attentif sur ce parcours. Le médecin avait dit "une déchirure musculaire, c'est entre 8 et 12 semaines de cicatrisation". Je n'en suis même pas tout à fait à 8. C'est donc étrangement heureux, mais avec un petit pincement tout de même, que j'ai rendu mon dossard à Saillans. Pas de 3 Becs pour moi cette année!

En plus, ces 10h51 me conviennent très bien, surtout après 6 semaines sans une foulée de course et ma plus longue sortie faisant 10km, ce n'était vraiment pas une préparation idéale!

C'est la première fois que j'adopte mon alimentation de raid sur une course: eau + un peu de sel dans la poche, ce qu'il y a sur les ravitos: surtout du pain d'épices ici. Et toujours le mélange mi-coca-mi-eau. Je n'aurais mangé qu'une seule barre, sur le dernier tronçon.

Pas grand-chose à dire sur le matériel, des chaussures Lafuma, un cuissard Go-sport, le t-shirt de la Drôme 2014, un sac Raidlight, pas de GPS et mes nouveaux bâtons Gipron Mont-Blanc, très bien, rassurants même en descente.

Au final, je suis à nouveau impressionné par la capacité du corps à s'adapter à ce qu'on lui demande, quand on lui en laisse le temps. Car cette course, je l'aurais vraiment courue sur les acquis passés, en endurance comme en vitesse ascensionnelle. Moi qui n'ai fait aucun sport jusqu'à mes 30 ans, la quinzaine suivante m'a transformé...

10 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 18-05-2015 à 14:29:41

tu as fait une belle balade, bravo :) merci pour les photos

Commentaire de PhilippeG-547 posté le 18-05-2015 à 14:53:11

Super capcap d'avoir pu faire 67km après 8 semaines sans courir, chapeau !
J'espère bien que tu es complètement remis après ça.
Bonne récup complète à toi car c'est quand même plus sympa de courir bien entraîné, on apprécie plus.
Il est beau ce parcours, j'aime cette région et j'espère être là l'an prochain...
Faut que je surveille ça ;-)
@+
Philippe

Commentaire de Mustang posté le 18-05-2015 à 16:31:21

Toujours beaucoup d'émotion sur ce parcours !! et bravo pour ta prudence !!!!

Commentaire de samontetro posté le 18-05-2015 à 16:52:37

La raison de s'arrêter avant que ça ne ravive la blessure, la gestion de son potentiel du moment pour se faire plaisir sur près de 11h d'effort, c'est aussi ça 15 ans d'expérience trail! Ce n'est pas que des jambes mais aussi une tête qui fait avancer la machine... sans la casser. Bravo!

Commentaire de Vik posté le 18-05-2015 à 20:15:12

Très belle balade pour une fin de convalescence ! Et 650m/h après 10h de course et cette blessure récente, wow...
Bravo pour avoir su t'arrêter, c'est sage :-) 67km t'as déja eu le temps de bien en profiter !

Commentaire de Byzance posté le 18-05-2015 à 21:00:28

... Comme ça ... de retour de blessure ... 8 semaines à rien faire ... chapeau bas !!!

Commentaire de poucet posté le 18-05-2015 à 21:09:53

Bravo CapCap ... Heureux d'avoir fait connaissance en vrai !!!!
J’espère que tu vas définitivement oublier cette fichue blessure et profiter de la belle saison qui arrive !!!
@++++

Commentaire de CAPCAP posté le 19-05-2015 à 07:40:24

Merci pour vos commentaires!
Effectivement, la tête y est certainement pour quelque chose aussi.
Si j'avais ce savoir faire au travail...

Commentaire de Japhy posté le 19-05-2015 à 13:57:05

Bravo pour ta course, tu as bien fait de tenter le coup !

Commentaire de JAQUOT posté le 13-10-2015 à 21:49:22

Salut à tous

Pour ceux qui ont fait le 67 km, combien avez vous de dénivelé et vrai kilomètre

Merci

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !