Récit de la course : Trail des Glières - Du Haut des Lapiaz 2016, par Philippe8474

L'auteur : Philippe8474

La course : Trail des Glières - Du Haut des Lapiaz

Date : 2/10/2016

Lieu : Thorens Glieres (Haute-Savoie)

Affichage : 891 vues

Distance : 65km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Le récit

Le lien vers le récit sur mon blog

Trail des Glières - Du haut des lapiaz 2016


Dimanche matin, 4H00. Yannick et moi nous nous tapons dans nos mains, échange d'un regard, Pan c'est parti... sauf que cette fois on se tire pas la bourre : on part ensemble, on arrive ensemble.

Au menu 65 bornes 4500 m de D+ … même si au final, cela ne fera « que » 61 km et 3900 m !

 

Frontales allumés, ça part dans la nuit, les 3 premières bornes se font plutôt à plat. Pas mon terrain de prédilection. Se chauffer, ne pas trop en donner, accepter d'en voir pas mal nous déposer, se persuader que l'on reverra beaucoup après, mais ne pas se faire marcher dessus non plus !

 

Voilà la mise en jambe est passé, on attaque d'entrée un beau morceau du menu 1200 – 1300 m de D+ à se gaufrer jusqu'à Sous Dîne.

D'entrée je me sens pas mal les jambes tournent bien. Je craignais un peu l'enchainement 15 jours après l'Ecotrail de Sommand, mais non tout va bien et même plutôt pas mal.

Yannick est tout de suite un peu plus dans le dur, les jambes un peu lourdes, pas le grand jour.

Et pourtant, moi donnant le train devant, Yannick s'accroche tout de suite et ne lâcher absolument rien.

Du coup le rythme est joli, la relance à mi-montée se fait dans la foulée, et on attaque la portion finale vers Sous Dînes.

Passage du Monthieu, un duo devant nous peine un peu dans cette partie technique. Pas d'affolement, Yannick est derrière moi, ça ne sert à rien de donner trop d'à coup, autant rester à l'abri derrière.... Sauf que passer le passage avec la corde, mince le technique ce n’est pas leur truc, je passe Yannick suit, on file.

 

J'annonce 15-20 min avant le sommet à Yannick. Ca chemine. J'aime bien cette portion.

Le vent se lève, je commence à avoir légèrement froid, je sors ma veste et la passe. 5 min après c'est Yannick qui est obligé de mettre la sienne, sauf que c'est la pluie cette fois-ci qui fait son apparition.

 

Du coup le passage de ou Dines se fait un peu dans cette énergie de pluie-vent-lutte contre les éléments !

 

Par contre on passe de nuit au sommet, on loupe quelque chose quand même !

 

C'est part dans la descente, technique au début dans les Lapiaz, je me fais plaisir puis temporise un peu pour Yannick.

On file, jolie rincée sous la pluie.

Le terrain se calme, la descente est moins technique, ça file. Nos « moins-technique » sont revenus et sont juste devant nous.

 

Passage au chalet du Landron, descente, traversée du plateau de Champ Laitier, on enquille la bosse direction les Glières.

Elle est tranquille et pas très longue.

Je fais le forcing pour passer un groupe, Yannick suit à chaque fois et s'accroche.

 

Ca y est on redescente sur le plateau, direction le foyer de ski de fond.

17 eme km, premier ravito.

Je suis parti avec 1,8 L, j'ai bu quasiment1,5 L (si ce n'est pour alléger le sac). A partir de maintenant les ravitos seront plus proche, 1L suffira. Tant mieux, je suis content de retrouver un sac « normal »,

Je refais donc le plein, mange une banane et me déclare prêt à repartir à Yannick.

Je file dehors faire un besoin naturel pendant que Yannick finit de se ravitailler.

On repart, nos 2 « moins techniques « sont de nouveau devant.

Cheminement jusqu'au début de la montée à Tête Ronde.

 

On attaque la montée. Je donne le top pour sortir les bâtons.

On est « groupé » avec 2 équipes.

Yannick met un peu moins de jus mais ça monte !

On n’est pas les plus rapides ni les plus lents. Yannick est régulier et tient le choc c’est nickel.

Dommage, le ciel est bouché et on n’aura pas de vue au sommet. Vraiment dommage car j’avais trouvé magnifique l’an dernier et je me faisais un plaisir d’y repasser !

Bénévole super sympa.

On passe les deux petits sommets et c’est parti pour la descente.

On se fait plaisir toujours technique on revient toujours un peu… sauf qu’à un moment manque de vigilance je me prends un rocher dans le genou. Ouille.

Mal sur le coup, en courant ça va. Mais y a quelque chose… 5bon en fait ça ne va pas m’handicaper de toute la course, mais le lundi j’aurais beaucoup de mal à plier le genou, et toute la semaine le genou sera douloureux).

On arrive au chalet d’Ablon alors que l’on voit sur le versant en face de cette petite vallée depuis une borne ou deux ceux qui en repartent !

Je ravitaille express, vide mes grolles et essaie de déplacer ma chaussette car j’ai une ampoule qui se forme sur un doigt du pied gauche. P…n de Salomon, mesh qui se déchire à moins de 200 bornes, chaussant pas adapté à mon pied, laçage qui ne me convient pas … Ampoule ! Première fois en course je pense depuis… je ne sais même pas si ça m’est arrivé !

Bref !

On trace dans la vallée, puis coup de cul pour monter au col du Perthuis. ON va tranquille. On n’est pas les plus rapides, mais au train on reste au contact sans se forcer.

Col du Perthuis, cheminement, on attaque la grimpette au Parmelan.

Repéré en sens inverse dans l’été. Je sais qu’il nous attend un première partie technique raide puis cheminement jusqu’au sommet !

On reste sur notre rythme, on avance bien, on ne se déconcentre pas, Yannick tient le rythme et finalement la pilule passe pas mal d’autant plus que c’est la bonne fenêtre météo. On aura même droit au soleil au sommet !

 

C’est chouette d’ailleurs de passer en course sur un spot d’entrainement.

Bon on attaque la descente, les premiers cailloux sont connu par cœur avant de bifurquer sur la descente vers le Chalet de l’Anglettaz.

 

On arrive au ravito.

Je trace au stand, sauf qu’en fait Luisa la compagne de Yannick est là avec des amies. On prend  quand même 5 min ; on n’est pas des bêtes !

 

Allez on repart. Ca chemine légèrement montant.

Depuis le foyer du ski de fond des Glières, on est toujours un peu avec les mêmes équipes, ça va ça vient au rythme de chacun !

 

On bascule dans la descente vers le Pont de Pierre. Bon belle bavante, on va se languir quand même d’être en bas. Yannick a repris du poil de la bête. J’ai même peur de souffrir à mon tour !

Et là sur qui on tombe JuCB et sa douce en bénévole pour nous sécuriser le parcours.

Ca ça donne toujours la banane !

 

Par contre un peu plus loin obligé pour ma part de faire un arrêt technique. Mais on repart juste devant l’équipe qu’on venait de passer un peu plus haut.

Mais dans la remontée au ravito, il nous dépose !

 

Yannick souffre un peu plus, on temporise.

Ravito.

Et on repart quand l’équipe « moins technique » du début de course arrive.

On attaque la montée.

Lacets du début. Passage du Roc.

Ça revient un peu derrière nous.

J’enclenche le mode encouragement !

Yannick ne lâche rien impressionnant !

C’est magnifique.

On enchaine.

Plateau de Champ Laitier.

Je relance. Yannick approche.

Devant l’équipe qui nous a déposé dans le début du Pont de Pierre semble très loin.

Allez dernière montée pour aller au chalet du Landron, Et va-z-y que je t’relance dès que possible, que Yannick lâche rien, énorme !

 

On arrive au ravito. J’essaie de le préparer un peu, faudrait arriver à repartir avant que l’équipe moins technique arrive.

Je drive un peu Yannick et le booste un peu.

On repart au moment où l’autre équipe arrive.

Nickel. Allez c’est parti reste 9 bornes à descendre.

Je passe devant et imprime le rythme.

Yannick s’accroche derrière c’est nickel !

Balcon d’Usillon, Les kilomètres défilent.

Un bénévole nous annonce l’équipe de devant pas loin.

On fait la jonction au pied de la descente. C’est notre équipe du Pont de Pierre.

Je ne pense qu’il s’attendait à nous revoir.

Sauf que sur ces 3 bornes là, cheminant à plat, je suis une brelle. On se fait poser rapidement. Après s’être fait aussi déposer par une autre équipe (déguisé, respect à eux) qui nous passe tous à un rythme du diable !

 

Allez de notre côté on lâche rien, 2 ça suffit, les derniers petits coups de cul, dernière ligne droite sur le goudron.

Céline, Lola et les parents de Céline me font la surprise d’être là.

 

Allez dernier mètres on franchit la ligne

 

10H35 pour une estimation de 11H00

23e/85 arrivés

 

Super content !

Super binôme !

Super partage !

Super parcours !

 

5 min de discussion avec tout le monde, on file à la douche. Puis c’est la bière bien mérité.

Par contre la météo n’est pas avec nous ni les organisateurs, il se met à bien pleuvoir.

Dommage car tout est fait pour passer un moment sympa sur l’aire d’arrivée.

Mais du coup après la bière on préfère rentrer dans nos pénates !

 

En tout cas super forme en ce moment, même un peu mieux que l’Ecotrail de Sommand 15 j avant, bref je me suis régalé.

Ça fait vraiment plaisir de courir en ressentant ça !

Le fait de me mettre un peu moins sur le fil du rasoir (juste un petit poil en-dessous, je ne pouvais quand même pas beaucoup plus) permet de profiter tout le long et de donner l’impression d’être « tranquille » à son binôme.

Binôme énorme d’ailleurs !!

Au rupteur, rien lâché sur 60 bornes, superbe !

Merci Yannick !

 

Ah oui encore un truc : super trail : parcours dénivelé… Bénévoles au top (pareil avec la météo du jour c’est génial de s’occuper de nous comme ça !).

Course en binôme sur un 60 km c’est un sacré trip !

Bien choisir son coéquipier quand même, hein !

Moi j’avais plutôt super bien choisi !

6 commentaires

Commentaire de ringo73 posté le 10-10-2016 à 14:53:29

Merci pour le récit (je vais obligatoirement en faire un avec la vision du mec qu'était sur le fil!).
Merci pour le partage,
Merci pour les entraînements en commun (même le 6x200m de D+!!!),
Merci pour les encouragements,
Merci pour les conseils... Bref MERCI!
Ah oui et un merci spécial pour l'écoute (moi qui parle (et écris) beaucoup (trop?) ça évite que je raconte trop de chose sur le sport à la maison auprès de madame qui on peut le dire s'en fou un peu...! ;-)

Commentaire de Philippe8474 posté le 10-10-2016 à 17:54:43

Merci Ringo:-)
J'attends avec impatience ta vision de cette journée!
Et ça a été un plaisir de partager tout ça... même le 6x200 :-)... RdV au printemps prochain pour celui-là!
Et t'as noté un truc hyper juste: écrire, raconter via kikourou, mon blog... permet à la fois de garder un souvenir, synthétiser tout ça, analyser ... sans devenir mono-maniaque et trop gonfler tout le monde à la maison :-)

Commentaire de nono's coach posté le 10-10-2016 à 19:17:12

Bravo pour ton récit et votre course
Courir à 2, pour soi et son binôme, c'est que du bonheur. Je valide l'importance de choisir son partenaire, pour moi c'était un poussin
Signé: le lapin

Commentaire de Philippe8474 posté le 11-10-2016 à 08:02:24

ENORME!!!
Franchement bravo avoir couru tout le long déguisé comme ça!
Et re-bravo comme vous nous avez passé en bas de la descente: j'en ai encore mal à la gorge avec le rhume que j'ai pris!

Commentaire de pepefafa posté le 11-10-2016 à 19:30:39

Beau récit et belle course !
J'avais fait aussi un 54km en binome lors de l'AravisTrail il y a qq annees ... super experience ! Il devrait y avoir plus de courses comme ça ... (meme si il y a la pierre maintenant ...)
A bientot pour une sortie ! (J'en parle a fred ...)
Olivier

Commentaire de Philippe8474 posté le 15-10-2016 à 19:33:50

RdV à la Pierre alors :-)

Et sinon avant si on y arrive!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !