Récit de la course : Grand Chambéry Marathon 2019, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Grand Chambéry Marathon

Date : 12/5/2019

Lieu : Chambery (Savoie)

Affichage : 622 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

MARATHON DE CHAMBERY OUI OUI OUI

 

 

MARATHON DE CHAMBERY OUI OUI OUI

 

 

Le Marathon de Chambéry revit ! Et n’oublions pas l’adage de Polo Gonthier « il ne faut jamais rater une première ». Je me pré-inscris du coup longtemps à l’avance, sachant qu’en plus le parcours est génial, un 8 autour de Chambéry je passe quand même devant mon bureau et sous mon balcon !

 



Un Marathon…

Des « vrais » Marathons sur route, j’en ai fait 6. Et le dernier n’avait pas été fameux en terme sportif, 4h29 avec un mur du 30ème choppé au… 14ème ! Bon c’est vrai que les « plans » c’est pas pour moi.

 

Du coup aucun objectif aujourd’hui si ce n’est NE PAS SE BLESSER, FINIR, et si possible avec un temps pas trop ridicule histoire qu’on ne se moque pas trop (je parle des DTTN-istes). Mais BIEN ENTENDU je ne me suis absolument pas préparé, cette année est étrange, je ne cours pas en semaine mais essaye de mettre un dossard chaque week-end. Et le week-end dernier était « choc » avec une épique Montée d’Ezy et un rôle de pacer sur le Malpassant. On est d’accord, ça n’a rien à voir avec  l’effort du Marathon…

 



J’ai beau bien lire la liste des inscrits, je ne connais personne. Ah si, il y a le mari d’une collègue. Dimanche matin nous voici environ 150 sur la ligne de départ, mais Ô surprise il y a Romolo !!! Décidément un coureur pleins de surprise, je ne le croise qu’à des courses improbables comme la Montée des Eléphants ou aux Karellys (il m’a mis une de ces roustes d’ailleurs, une leçon de saucisson, splendide). C’est son premier Marathon !

 



Le départ va être donné mais c’est la merde : ma montre ne trouve pas le signal GPS. Non ! Pas aujourd’hui ! Allez… Et mince c’est parti, bon, au bout de 3 minutes toujours rien ( ???), je l’éteins, la rallume, toujours pareil, pendant 1h je tenterais ma chance mais rien n’y fera (sauf à la maison !!!). Du coup, un Marathon sans repères.

 



Mais les repères j’en ai un peu ! Partir tranquille, avec l’objectif d’atteindre le Bourget pas trop meurtri car je crains le retour sur la Voie Verte "interminable" : en vélo ça se passe mais en course à pieds ça risque d’être long !

 

KM1 au KM10

Panneau au 1er kil, 2 kil, 3kil, puis… rien !

Je m’amuse à découvrir cette première boucle dans un secteur où je vais rarement ! L’orga nous a d’ailleurs fait un tracé évitant au mieux les voitures, même si par moment y’a des coups de c** qu’on n’a pas vu venir !

Déjà le premier ravito ! Wouah

Aucun repère, quand soudain on parvient à l’étang de Challes ! Wouah, je pensais pas qu’on alllait « aussi loin », non car tout à l’heure on va toucher l’eau du Lac du Bourget ! Puis nous contournons l’aérodrôme ainsi que la base militaire. Après un petit goût d’Odyssea, voici un petit goût de Barbython !

 

Et voici, déjà ( !!!) le ravito du km10, je demande à mon acolyte combien de temps, il n’a pas de montre mais son tél parle et lui a dit 1h01, on est parti pépère ! Il me dit qu’il se cale bien à mon allure ! En plus il a exactement la même stratégie que moi, arriver pas trop entamé au Bourget.

 



KM10 – KM20

On revient très vite vers Chambéry, un type me passe et à la vision de mon bob Skoda aborde la conversation sur cette marque automobile. J’adore !

 

Il a vraiment une allure de multi-marathonien, je le laisse partir tandis que je reste avec mon acolyte au contact d’un groupe de 3 (mauriennais), enfin de deux gars qui accompagnent un 3ème ! Et devant 4 nanas, une pépette blonde, une traileuse brune et un binôme de keupines (important pour la suite de l’odyssée).

 

Passage dans Chambéry oh putain il ne faut pas lever la tête on voit l’arche d’arrivée Rue de Boigne ! Puis je croise Nico qui nous encourage ! Avant de vite sortir de la ville direction la Voie Verte… Et les rafales de vents. (On passe le panneau 40… Pour tout à l’heure !)

 

Oui car il y a un sacré vent, de face. Je m’abrite, et espère surtout qu’au retour il n’aura pas tourné ! Direction la Motte-Servolex, toujours « allure Marathon », à bien conserver une foulée pas trop usante. Nous sommes 5, la traileuse lâche finalement, et derrière c’est vraiment loin. A croire qu’on est un groupe de meneurs d’allure !

 

On passe devant mon bureau, et voici le ravito ! Pareil que toujours, une demi-banane, des verres de coca dilués et on repart. On passe le panneau 20, « combien ? », « 1h57 » répond l’acolyte, « houlà on va trop vite » mais pourtant ça va.

 

KM20 – KM30 : l’épreuve

Nous voici dans la Motte ! Mon acolyte m’a raconté son semi de Paris, tandis que devant nous il y a la pépette blonde et Mr Skoda.

 

La Motte, c’est en faux-plat, et dès le premier faux-plat il ralentit. Je dépasse la pépette (écouteurs donc je peux même pas glissé une connerie) et rejoins Mr Skoda !

« Oh là là dire que j’habite juste ici », « ah ben si tu as de la bière fraîche on s’arrête ! »

Le pire étant qu’il fait juste une sortie longue aujourd’hui car il court un ultra de 120 kil en Ardèche le prochain WE !!!

On passe devant chez moi et on attaque la Montée au Tremblay. Cool : la route est fermée à la circulation ! En même temps il valait mieux on roule toujours fort sur celle-là.

 


Et là les positions évoluent, l’ardèchois cède, la pépette blonde aussi, mais ça revient de l’arrière, 1 puis 2 puis les mauriennais.

 

Finalement ça se passe pas si mal ce tronçon (que je redoutais), au grillon ravito du km25, oui, on est déjà au km25, je ne m’éternise pas et pars dare-dare sur ce plat avec un p**** de vent de face, avant la descente vers le Bourget, descente où je reprends 2 coureurs + les 2 qui m’avaient eu à la montée !

 

En bas mauvaise surprise car je n’ai plus personne en vue, et dans le campus de Technolac je ne prends pas les bonnes trajectoires, grrrrr

 

Instant chrono, on me dit 2h42… Mais je suis déphasé, j’ai l’impression que ça fait autour de 2h !

 

Encore 1 à 2 kil avant le Bourget, tiens on croise les coureurs mais combien ont-ils en plus ? Et le pire c’est que comme on fait une boucle (on va chercher la plage ! EXCELLENT, pour le symbole), on ne croise pas nos poursuivants directs. En tout cas j’ai pas croisé ni Paul ni Remolo.

 

Ravito du 30 et vous savez ce que ça signifie : la course commence !

 

KM30 – KM42

12 kilomètres plein sud pour rentrer à la maison ! Et, vu que ça va toujours, je décide de courir « plus engagé », avec une volonté farouche d’aller ramasser du coureur. Et je me vois beau, à pouvoir dire « c’était pas un grand jour, c’était un EXCELLENT jour ! », à chercher les raisons quand même ? L’envie, le secteur que je connais, l’accumulation du stress, l’absence de montre, la connaissance de soi ?

 



Mais au final aujourd’hui on avait des « prudents », c’est pas comme au Beaujolais où il y a moitié de marcheurs, non non là il faut aller chercher, un puis deux, creuser, surtout que je ne vois personne derrière, puis surprise au loin un coureur en  jaune comme Romolo, sa foulée je la reconnais puis plus de doute quand j’arrive à lire « trail de l’arbarine », il a l’air dans le dur mais il court !

 

Et devant lui c’est le fameux binôme de keupines que je rejoins, avant, enfin, d’être confronté au mur, dommage, j’aurai bien aimé courir un Marathon sans mais est-ce possible ? Peut-être en se préparant, déjà.

 

Enfin « mur », j’ai ralentis le rythme mais je peux courir. Au même rythme que le binôme que je devance. Arrive le ravitaillement du km35, ça papote, j’entends « 3h27 » il reste 7 kms donc je ferai pas 4h30 !

 

J’ai dû doubler 4 personnes au ravito mais le binôme l’a sauté donc je pars à poursuite… Comme je peux. Mais le binôme n’en est plus un ! Et en repassant la première je fais « sympa la copine » lol

 

Du coup j’ai en ligne de mire cette blonde, tandis que ça se creuse derrière, et que le vélo suiveur des filles se met à faire des allers-retours entre les deux, normal ! Il y a quand même quelques cramés qu’on peut passer mais que c’est dur, et on le sait, c’est le tronçon le plus dur car ensuite on a 2 kil dans Chambéry ce sera gagné.

 

Bon, on baisse la tête, on conserve une foulée, on sourit aux encouragements et voici enfin le panneau vu tout à l’heure « km 40 ».

 



Passage sur le pont, il n’y a personne à ma poursuite ! Je double un marcheur mais la blonde est bien loin. On file au Quai des Allobroges, tiens, une autre blonde est en train de marcher, dernier kilomètre et finalement mon « ennemie » a considérablement ralenti l’allure donc c’est saucisson spirit je l’avale et arrive en haut de la Rue de Boigne ou Nico est là en tenue pour courir COOL j’ai un pacer pour cette longue ligne droite, je me retourne deux fois mais c’est bon et je peux en finir et surtout lire mon chrono car j’ai tout couru à l’inconnu 4 HEURES 08 MINUTES ni une ni deux c’est ma seconde meilleure perf en Marathon « route » et ceci malgré le vent la prépa le d+, improbable mais boukesque !

 



Un chouette dimanche de plus !



14 commentaires

Commentaire de loiseau posté le 12-05-2019 à 19:48:18

Haha, excellent ! Quand j'avais vu le marathon dans ton kivaoù j'étais convaincu que c'était une blague :-)). En plus, 4H08 sans entraînement c'est magnifique !! Et courir un marathon à 150, ça change du MdP où ils sont 5608466412... Bravo Julien !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 12-05-2019 à 19:57:12

Le MDP pourtant couru le jour de mon anniversaire n'est effectivement pas un bon souvenir! Du monde du tout début a l'ultime fin... J'ai toujours une tête de dégoût quand on m'en parle!

Merci pour ton compliment en tout cas, oui, toi tu me comprends, 4h08 avec ma prepa c'est équivalent a un sub2h pour un kenyan!!!

Commentaire de samontetro posté le 12-05-2019 à 21:55:46

Bon, maintenant tu t'excuses auprès de tes chaussures de leur avoir fait manger autant de bitume et tu reviens aux fondamentaux: cailloux, boue et D+ :-)
T'es un sacré coureur quand même le Bouk avec une polyvalence et une adaptation à tous ces formats de course qui fait envie! Je serai bien incapable de courir un marathon sur asphalte moi...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 12-05-2019 à 22:17:43

Non mais ce qu'il faut pas lire !!!

Commentaire de richard192 posté le 12-05-2019 à 22:08:58

Bien Joué Julien! Tu es finalement assez polyvalent.
Dommage que tu n'es pas une assistance, les - de 4H ne sont plus très loin.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 12-05-2019 à 22:18:35

3h47 je crois a Marrakech 2010 !
Mais ça demande trop d'entraînement snif
Sauf si je suis coache par le Lutin et les amies lutin

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 13-05-2019 à 08:31:04

Bonne idée le Bouk, je te prends en stage avec mes blondes et tu passes sous les 3h30.
N'empêche, le marathon c'est exigeant et il faut du courage pour l'affronter. C'est pas donné à tout le monde et surtout pas à ces fillettes en short de trailers.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 13-05-2019 à 09:14:42

Mon "mentor" (avec crocs-man) a parlé.
Tout est dit !!! Merci ô Lutin
Respectueusement votre

Commentaire de Cheville de Miel posté le 13-05-2019 à 11:35:29

Une jolie perf mon Bouk!Gonflé de partir à l'aventure sur un marathon!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 13-05-2019 à 11:37:37

Gonflé oui, mais depuis quand les coureurs à pied ont un cerveau !!!

Commentaire de bedematre posté le 14-05-2019 à 11:51:28

Bravo pour ce superbe compte-rendu. Je fais parti des marcheurs que tu as doublé dans les 2 derniers kms. Syndrome de l'essuie-glace à partir du km 22. Dommage la forme était là et le 1er semi en 1h50 me donnait plein d'espoir quant à mon objectif. 4h10 pour un premier marathon : une bonne expérience. Bravo à tous les finishers.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-05-2019 à 12:00:35

Merci pour ton compliment Bertrand !!
Ouch dès le km22 ça fait tôt mon pauvre, le retour a dû être un calvaire... Ca ne donne que plus de mérite au joli chrono :)
Au plaisir !

Commentaire de Jean-Phi posté le 15-05-2019 à 13:05:31

Bravo boukinet, c'est top comme perf sans entraînement ! Mais c'est que tu pourrais devenir coureur sur route ma parole !!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-05-2019 à 15:17:06

POUR FUMER LA CORNE RIEN DE MIEUX QU UNE COURSE SUR ROUTE :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !