Récit de la course : Trail de la Vallée de Chevreuse - Aventure - 51 km 2008, par al27

L'auteur : al27

La course : Trail de la Vallée de Chevreuse - Aventure - 51 km

Date : 6/4/2008

Lieu : Auffargis (Yvelines)

Affichage : 2228 vues

Distance : 51km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Après avoir longuement hésité entre le MDP et Chevreuse, entre accompagner deux potes dans leur premier marathon (Nono et Taz) et m’ébouriffer dans la forêt, j’ai craqué. Je suis vraiment désolé les filles c’est l’appel de la forêt. J’ai des gènes de Bigfoot et c’est la période du rut, on ne peut rien faire contre ça.

Déjà avant même de toucher le sol d’Auffargis, je me dois de remercier 3 millions de fois l’Elfette pour m’avoir débusqué un dossard à l’arrache. Je n’ai pas pu la croiser, elle devait avoir flairé mes gènes de Bigfoot.

Levé à 4h30, déjà ça c’est pas banal un dimanche. Je mange bien et me prépare. La route est un peu longue et finalement je n’arrive pas très tôt ce qui me stresse un peu mais ouf le départ est retardé de 15 minutes. La ligne de départ est cernée par des buffs kikou, y’a même le mustang qu’a toute la panoplie. C’est l’occasion de revoir le bagnart, JCDUSS, Vetchar, le GGO (qu’au départ à chaque fois…), Breizman (t’approches pas, il m’arrive des trucs bizarre quand t’es là !!!)

Ensuite c’est Agnès et Ostéodrome (ben lui il me la fait on s’connaît pas, alors qu’on s’est vu tout un week-end au Bourget). L’angoisse monte, je me rappelle que j’ai souffert l’an dernier sur le parcours et que je n’ai pas Monstertruck pour me freiner !!! Les premiers kilomètres sont lents, la file doit s’étirer. J’emploi la technique du tout droit dans la boue, après l’Origole on est vacciné. Puis, le toboggan commence, ça monte, ça descend. Cette année, je calme le jeu et reste tranquille dans les montées, faut pas que je me crame. Je n’ai qu’une envie, faire un peu mieux que l’an dernier.

Je ne suis pas entrainé pour l’épreuve mais j’ai de la marge par rapport à l’an dernier. Je serai toujours un touriste dans la course à pied je crois. Le ravitaillement en eau arrive, je suis bien. Je croise le Mustang qui n’en revient pas de ce parcours en région parisienne. Il ne fait pas très chaud, je ne m’éternise pas. J’ai le camel assez vide, je suis content d’avoir bien bu (j’avais l’erreur l’an dernier). La partie entre le 15ème et le 31ème sera la pire pour moi. Malgré une bonne alimentation, j’ai une fringale de dingue, j’ai faim, je ne pense qu’au prochain ravito. Et bingo, la montée de la mort arrive, une crampe. Je lève la tête, y’a le Mustang qui fait le mariol avec son enregistreur : il me demande mon impression, je lui réponds que j’ai l’impression « qu’il se fout de ma gueule », ça le fait bien rire. Il repart et je ne le révérai plus. Ensuite Breizman me double, il a l’air vachement en forme, Ouf, le ravito arrive, je me suis goinfré, résultat, j’ai refroidi, j’ai les mains glacée et j’en ai ras-le-bol, je m’arrête pour prendre mes gants et je constate avec horreur qu’ils baignent dans la flotte de mon sax, j’ai mal refermé la poche au ravito. La j’hésite à faire demi-tour et abandonner.

Un kikou JCDUSS je crois, va me permettre de repartir, je lui dis assez vite de ne pas casser son rythme. Un sursaut d’orgueil et je repars dans le bon sens. Après un peu de plat (si y’en a un peu) les montées se succèdent et me permettent de me réchauffer. Nous sommes un petit groupe à nous doubler et redoubler suivant nos préférences (la montée pour l’un, la descente pour l’autre…) Après quelques douleurs, le ravito se montre à nouveau. Les visages sont plus marqués. Je m’attarde moins.L’an dernier, je m’étais assis sur un banc ivre de douleur. Cette année je suis debout et heureux, il ne reste que 10 borne. Ben ouais mais v’la les dix bornes. Y’a des trucs à t’arracher des jurons, les tendons, le caleçon (euh non pas ça, sacré Bigfoot). Nous sommes toujours une dizaine à nous tirer la bourrer (au moins du 6 kms heure). Dedans il y en a un qui à profité d’Auffargis pour tester ses bâtons (et mes chevilles avec). Systématiquement je le doublais en descente et il me reprenait en montée, et il tenait ses bâtons comme pour faire un schuss… Du coup j’ai pris mon parti et j’ai accéléré comme un malade (8 km/heure) et je ne l’ai plus revu.

Toute les bonnes choses ont une fin (on a du mal à voir celle-ci) je zyeute depuis longtemps la route en bas, mais nous on s’obstine à cavaler sur le chemin des écoliers. Enfin la portion que j’attends, mes 500 de gloire. Là pas de pitié, j’accélère et atteint 11km heure, ça provoque une rébellion de tout mon corps qui m’envoi des insultes de partout et je m’en fous, je double, double et double au moins 10 concurrents. Certains lessivés qui m’avaient lâchés 3 kms avant sont repris et ils ne peuvent plus rien faire pour me rattraper. Je termine avec moins de trente minutes que l’an dernier. J’arrive heureux. Je me change, je vais manger la meilleure saucisse purée de ma vie avec un gars avec lequel j’ai bataillé dur pendant deux heures, il me félicite sans rancune, un autre l’avait déjà fait avant, c’est super cet esprit trail. C’est pas le tout mais où est ma voiture ? Grand nigaud que je suis, j’ai pas enregistré l’endroit. Je m’octroi donc 2 kms en plus sous la neige pour revenir au point de départ !!! Je croise Breizman et Vetchar qui regagnent leur voiture et me propose gentiment de retrouver ma voiture au chaud dans la leur. Ouf la voilà, je peux rentrer chez moi. Merci à l’Elfette, aux bénévoles et à tous les kikous.

8 commentaires

Commentaire de corto posté le 15-04-2008 à 20:36:00

Yepppppi le retour du big foot. Et bien mon grand fou, content de lire ton CR.

Et vivement la prochaine, bon meme si je t'ai zappé :(

Commentaire de JLW posté le 15-04-2008 à 22:31:00

Bon ca fait quoi comme temps tout ca ? Ah oui c'est pas important mais quand même on aurait voulu savoir.
En tout cas merci pour ton récit sympa plein de bonne humeur et je crois que tu as eu raison de venir à Auffargis.

Commentaire de Mustang posté le 15-04-2008 à 22:54:00

Il s'est fait attendre ce récit!!!

récit épique!

Bravo!!!

à la prochaine - sans micro ?? - :)

Commentaire de la panthère posté le 15-04-2008 à 23:25:00

enfin! on a bien fait d'attendre...ça valait le coup...trop drôle!à lire et relire!t'as mis la barre haut, faut que l'an prochain je batte ton temps de cette année!
je te revois tout réfrigéré, à la recherche de la voiture perdue.(ça, drôle, mais après coup, une fois réchauffé).
à la prochaine!

Commentaire de breizhman14 posté le 16-04-2008 à 00:29:00

Eh! Content de t'avoir lu :-))

Je te pourris la vie PENDANT la course, je te ramène au chaud à ta voiture APRES, alors sans rancune ;-)) On se le fait quand le prochain truc de ouf??

Commentaire de elfette des bois posté le 16-04-2008 à 09:08:00

Super récit AL27,
contente que tu es pu faire ce trail.
Dommage que l'on se soit croisé, mais il y avait du monde a la maison lol...
a la prochaine
elfette...

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 16-04-2008 à 14:25:00

Belle balade mon Al'hein ! Même si je t'en veux un peu de nous
avoir laissées tomber sur le MDP, mais maintenant, je comprends
mieux ! Ah ! l'appel de la forêt, je peux pas lutter !
Merci pour le joli récit kivabien, comme je les aime !

A bientôt, quand la période du rut sera finie - L'escargot !

Commentaire de titifb posté le 21-04-2008 à 13:21:00

Merci pour ce CR Al27 ! Bravo : 30' gagnées pas mâle* du tout... * allusion au rut !!! Au plaisir de lire d'autres aventures.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !