Récit de la course : La Vanvéenne - 10 km 2008, par ETRURIEN

L'auteur : ETRURIEN

La course : La Vanvéenne - 10 km

Date : 15/6/2008

Lieu : Vanves (Hauts-de-Seine)

Affichage : 1311 vues

Distance : 10km

Objectif : Se défoncer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Le récit

Je suis vraiment en forme pour les comptes rendus !

En tout cas pour en écrire quant à la prose comme on dit c’est en forgeant que l’on devient forgeron

 

Me voici donc reparti pour un nouveau 10km une semaine après Vincennes.

 

En clair ce 10km est intégré dans un planning d’entraînement pour les 25km du Morvan car je sais bien que je n’ai aucun espoir d’améliorer mon temps à 1 semaine d’écart, que ce n’est pas raisonnable en terme de progression et de récupération et que le parcours est tout sauf plat.

Petite information supplémentaire on m’a prévenu que le parcours ne faisait pas 10km mais entre 9,3km et 9,5km en réalité.

 

Arrivée matinale sur le petit stade où les enfants se préparent déjà pour leurs courses (1 et 2km). J’adore cet aspect dans les petites courses de week end où l’on peut transmettre une envie de courir aux enfants tout en préservant un esprit de jeu.

Et pour l’incitation ces courses sont généralement gratuites.

 

Hop, petit échauffement en famille (il manque ma moitié, où mon trois quart ? non je crois que vais garder le terme de chérie, qui s’est fait un hématome au pied dans sa course de la semaine précédente, pour une reprise c’est une reprise en contact direct avec les joies de la course !)

 

Et enfin approche dans tous les sens vers la ligne de départ qui va se faire au pistolet. Pour info le départ du 5km et du 10km sont mélangés.

Je me place donc au troisième rang pour ne pas gêner les plus rapides des deux courses et ce qui à vue de nez correspond à mon niveau actuel.

Pan ! C’est parti pour 200 mètres de stade et sortie dans la ville pour deux tours et demi d’un même circuit avec un retour au stade pour l’arrivée.

Dès la sortie du stade voilà que cela monte je n’ai aucun repère car concentré sur ma foulée je mettrais prêt de 6km à voir de légères lignes bleues au sol servant au bornage (et encore parce qu’un autre concurrent me demandera où nous en sommes !).

Après le petit coup de cul d’introduction nous voilà partis pour 2 bornes d’une longue descente dans laquelle je ne freine surtout pas tout en me disant que ce qui descend sur un circuit doit obligatoirement remonter !

Comme quoi on peut courir et penser…..

Et effectivement après un virage en épingle nous voilà dans La montée de la course. La dame côte à l’obligeance de monter son dénivelé progressivement pour permettre aux coureurs de l’apprécier plus longuement. La voilà finie que nous sommes dans le 4ème kilomètre.

Tiens j’ai oublié de dire que mon « lièvre » de cette fois-ci est le coach que je garde en ligne de mire à 50/60m devant moi.

Le 5ème kilomètre va nous faire passer dans le petit parc de la ville avec une bonne descente de 200m puis un faux plat montant et enfin une bonne montée casse pattes de 200m pour en sortir. C’est à son entrée que je rejoins coach qui m’encourage, alors que je le sens tendu dans sa foulée (encore ces fichus adducteurs), je ne peux donc qu’accélérer (mais doucement, doucement).

Je regarde mon chrono à la sortie du parc et il m’indique 24m ! fichtre cela va vite ! Les espaces entre coureurs se sont d’ailleurs déjà bien formés.

Le deuxième tour se passe au même rythme accélération dans les descentes et à l’énergie dans les montées, en clair on ne s’endort pas Mais je n’ais toujours qu’une idée floue de mon chrono si ce n’est que le temps au kilomètre doit faire les grands huits.

Avant de rentrer une dernière fois dans le parc je me dis bien que je ne m’en sors pas si mal avec des douleurs qui commencent à apparaîtrent aux mollets (une bonne fatigue accumulée). Hop, je descends en accélérant et là j’entend un vibrant « allez » ça y est c’est le coach qui dois me rattraper je dois donc accélérer ! je me fais mal dans la descente mes côtes me font souffrir. Je trouve un moment pour me retourner dans le faux plat mais non personne ce n’était pas lui ! mais quel effet sur la vitesse je devrais me passer cela pour les fractionnés !

Me voilà au 8ème kilomètre je sais qu’il doit m’en rester un et demi car je passe à 31’30’’ !

La dernière montée se profile avant un changement de direction pour redescendre sur le stade. Il doit rester 300m avant le stade un type devant qui accélère, je ne pourrais le rejoindre, et un autre à ma droite qui ressemble à un VH2 (cela c’est bien confirmé après) et qui cale dans la descente qui sollicite violement nos organismes.

Je sais que je dois en profiter pour lui imposer un effort supplémentaire dans cette partie car je me méfie de ces coureurs, je me dis qu’une fois sur le plat son l’expérience et sa vitesse vous me mettre à la rue (d’ailleurs 2 VH2 finiront dans les 5 premiers).

Il s’accroche à 5mètres derrière et nous arrivons sur le stade.

Ce sont les 300 derniers mètres pour finir et voilà que dans la ligne droite opposée à l’arrivée un troisième concurrent (cadet de son état) arrive comme un furieux sur le bord intérieur. Je le vois et me décide à lui ouvrir un peu la porte (nous jouons pour la compétition mais pas pour la médaille alors gardons bon esprit !).

Il me « remercie » de cet acte en se prenant le pied sur la bordure et en roulant sur la pelouse, heureusement sans mal, il se relève et arrive comme de nouveau comme un furieux à mon niveau dans un état de quasi asphyxie (ou du moins le vois je comme tel).

Bel effort ! je décide donc d’accélérer progressivement pour réellement sprinté à 100m de l’arrivée.

 

Arglll……on y est ! Et tous en un seul morceau ! Moi, monsieur le cadet à 3 secondes et notre ami V2.

Mais où est donc le coach le voilà avec 21 secondes de retard sur son poulain et premier VH3 avec plusieurs minutes d’avance.

 

Mon temps 37’01’’ !!!!!!!!!

Vite il faut que je trouve là vraie distance ! Ah enfin c’est annoncé à 9,557 km.

Une petite règle de trois et me voilà avec un temps sur 10km de 38’44’’ ?!

 

C'est-à-dire que j’ai été plus rapide que sur les 10km de Vincennes de la semaine précédente ?!

Bon même en perdant de la vitesse sur les 440m manquant cela fait quand même 1’40’’ de différence possible.

Conclusion je vais plus vite en côtes que sur plat pour les distances courtes. A vérifier et en trouver les raisons  mais c'est probable.

 

Pour la course si c’est un record sur 10km il faut oublier si c’est pour courir en se faisant plaisir c’est parfait (nous étions 303 sur le 10km et un peu moins de 100 sur le 5km).

 

Quant à coach il a fallu lui offrir une vitrine pour la fête des pères. :-)

 

3 commentaires

Commentaire de agnès78 posté le 17-06-2008 à 19:09:00

une grosse forme pour les CR mais aussi une grosse forme pour les courses!!! Quel chrono! BRAVO!... j'suis aussi du genre à aller plus vite en vallonné que sur du tout plat... Bonne récup
à bientôt
bises
agnès

Commentaire de ETRURIEN posté le 18-06-2008 à 08:57:00

Merci.
A ce que j'ai vu sur ton CR UTMB tu sais aussi te préparer pour le long!

Pour la récup on verra plus tard car j'ai un semi trail en fin de semaine à Morainvilliers.
Mais bon je suis loin de tes récup de piste à base de trail ;-)

A bientôt je l'espère.

Commentaire de francois 91410 posté le 18-06-2008 à 16:17:00

ça veut dire aussi que tu descends bien !
ça veut dire aussi que j'ai sûrement qq progrès à faire, moi qui ai plafonné à 51' ce WE !!!
à quand la prochaine course ??

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !