Récit de la course : Trail des Châtaigniers 2009, par jsp75

L'auteur : jsp75

La course : Trail des Châtaigniers

Date : 23/8/2009

Lieu : Beynat (Corrèze)

Affichage : 2165 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Le récit

Un p’tit récit de ce week-end corrézien…
Donc, Vendredi soir, je prends le train pour récupérer toute la petite famille qui était restée en vacances à Uzerche (19 Corrèze).

Ayant été célibataire à la maison pendant deux semaines, j’en ai profité pour m’entraîner comme un sauvage jusqu’à deux fois par jour, fractionné, côte, long, court, semi long, pyramidal, sphinx, obeliscale…. Euh non… je m’égare.

Enfin bref, j’arrive entraîné comme un champion (sauf que je suis pas un champion !).

Tout ça me fait dire que je risque d’avoir mal aux jambes le dimanche.

Samedi, retrouvailles familiales, que c’est bon de revoir les enfants et ma chérie.

On en profite pour faire une bonne bouffe bien ar-rosé.

Là, je sais d’avance que si j’avais la moindre de chance de briller le lendemain, je viens de griller ma dernière cartouche. A 35 ans, le rosé passe de moins en moins bien sur la récupération. Malgré tout pour me donner bonne conscience, je me fais un gâteau sport que j’avale pour moitié sur les deux repas du samedi.

Le dimanche matin, je me lève à 5h30, j’ai un peu mal aux cheveux, j’avale le reste de gateau, mon sac est déjà prêt, je prends le dos de chameau et des abricots secs.

En route pour Beynat qui est théoriquement à 45 minutes de route.

Je prends le chemin du GPS, très vite c’est de la route qui tourne dans tous les sens, à un moment, je me demande si le gâteau va pas passer par-dessus bord. Arrivé à Beynat, ça n’est pas passé sur le volant mais solidement accroché au fond de mon estomac.

Un beau barnum est installé, des vtt tournicotent puisque qu’un raid à deux roues est organisé sur le parcours, ils partiront un peu avant nous.

Je vais me garer, cool, des douches sont à dispo pour l’après course, un bon point !

Je retrouve au hasard un coureur que j’ai vu à plusieurs reprises sur ma « campagne » de courses de clochers. Je lui ai grillé la politesse plus d’une fois, mais sur cette course, il sera plus en forme !

Récupération des dossards, on mégote pour les épingles (je sais, je les oublie tout le temps) mais y a le T-shirt technique imprimé aux couleurs de la châtaigne, la bière de châtaigne (que j’ai pas encore bu) et un ticket repas pour l’après course.

Je repars me changer, il fait un peu froid mais ça va pas durer, discutaille avec les collègues coureurs, je repars m’échauffer.

En passant sur le stand de départ, je vois Thierry BREUIL qui est un local parler au speaker, il va courir avec nous, ça fait plaisir de voir des coureurs de pointure nationale faire ce genre de course. Manifestement, le plateau sera assez relevé, on va encore se faire enrhumer dès le début.

Donc petit échauffement, je décide de pas forcer en espérant que la première partie de course soit tranquille.

Le départ est donné  1 km plus haut, ça descendra au départ.

Briefing d’avant départ, on nous annonce pas mal de ravitos, j’aurais peut-être pas dû prendre le dos de chameau mais juste un bidon. J’aime pas les dos de chameau…

Départ donné, on y va tranquille, tout le monde dans le sillage de Thierry BREUIL, il est en jaune fluo, facile à repérer ;o)

Après 500m de route, on vire dans un pierrier super technique, les autres font les chamois devant, moi je me fais bloquer derrière trois gars, pas facile de doubler dans ce type de terrain.

A la sortie, je perds 50m, je me décide rapidement de lever le pied pour faire la distance à un rythme moins soutenu, je me souviens que je prépare le Sancy, je veux pas mettre 15 jours à récupérer de cette course.

Ca m’arrange bien !
Il faut dire que sur les 10 premiers kilomètres, je suis vraiment en dedans, à un moment même mon palpitant me dit stop après l’étang de miel. Je laisse filer quelques coureurs, mes excès de la veille me font mal.

Puis passé la mise en route, ça va un peu mieux, je reprends des coureurs notamment dans les côtes. Je vais mieux quand ça grimpe, ça reste la leçon tirée des entraînements faits.
Arrivé au 11ème kilomètre, premier ravito, je chope le premier truc qui vient, beurk, le salé du pâté, ça fait un peu jeune pour bouffer ce genre de trucs, je bois un coup et avale des abricots, ça me rassure.

Gros raidillon, avec une petite séance de pseudo escalade sur les rochers, pas de pot, c’est là qu’on croise France3 régional. Si je passe à la télé ce sera avec le masque de la souffrance.

Après grosse descente, je lève le pied histoire de ne pas me blesser à la rotule, je me souviens que celle-ci est encore fragilisée.

J’en profite pour profiter du paysage. C’est du corrézien pur jus, j’adore. Faut y aller pour apprécier.

Les chemins empruntés sont de nature sablonneuse ce qui oblige, pour ne pas trop fatiguer, à prendre les bordures.

Un regret, il y a quand même pas mal de portions de liaison en bitume. Je ne sais pas si on est vraiment à 98% de chemin comme promis dans la pub’.

Autre grief, puisque j’y suis, on emprunte beaucoup de chemins agricoles, peu de sentiers.

C’est dommage surtout que les sentiers empruntés sont tout simplement somptueux !
De la descente technique (surtout la dernière portion).

Il commence tout de même à faire chaud et soif.

De nombreux points d’eau sont disséminés sur le parcours heureusement.

Je passe un coureur qui a l’air de souffrir, il vient de se faire le championnat du Canigou, ça lui reste dans les cuisses. Puis un deuxième qui n’avale plus les côtes. Là, je commence à sentir le rosé qui me brûle les cuisses, peut-être aussi l’entraînement…

Je vois un gars au loin qui souffre dans les côtes. Je me dis que je vais revenir sur lui, il se retourne, on joue un peu. Puis arrive le 29ème km, je me dis que je vais accélérer pour le dernier kilomètre et paf, une petite fille m’annonce « plus que 3 kms !!! » Voilà un petit truc, ça vous démolit le moral, vous partez pour 30km, en fait y en a 32 presque 33.

Je lâche la poursuite avec mon adversaire de devant, je décide de faire la fin en déroulé, tant pis pour le classement, je suis pas venu pour. Je laisse même passer un autre coureur sans chercher à me battre. C’est pas trop mon état d’esprit, mais il faut savoir en garder sous le pied.

Me voilà arrivé, quelques marches gravies deux à deux, je crève de soif, décidément, j’aime pas boire dans les dos d’chameau. C’était un parcours sélectif,  les concurrents arrivent un à un. Moi j’ai pas fait une aussi bonne perf qu’à l’ordinaire. Avec un peu de forme et de volonté, j’aurais pu tenter le top 10 j’arrive 19ème en 2h52 donc loin de ce que je suis capable.

Le cardio me le confirmera Fon’trail (j’y termine 9ème ) 167 pulses de moyenne ; Trail des châtaigniers 158 de moyenne. Les cuisses sont un peu raides sûrement dû à la soif. Mais la rotule pas trop douloureuse, le dos OK, en revanche, mes chaussures sont un poil au bout du rouleau affaissées de l’arrière. Pas costauds les trabucco elles datent des soldes de janvier.

Je vide deux bouteilles de Perrier et je file sans prendre le repas, on m’attend déjà à la maison pour aller ramasser des mûres. C’est une bonne année fruitière vous ne trouvez pas ? Sera-ce l’année des châtaignes ?

 

Au passage, c’est bien Thierry BREUIL qui gagne l’épreuve en 2h15, on en a jamais douté !

 

Pour les chiffres, ce fut plus raide que je croyais et plus long, donc le chrono pas au rendez-vous

32,71 km

1162 mètre de D+ en corrigé (avec le logiciel runner machin chose sur mac  équivalent sporttracks)

Une température de 30 degrés à l’ombre des châtaigniers.

 

 

 

3 commentaires

Commentaire de mussara posté le 25-08-2009 à 16:42:00

salut

merci de nous avoir laissé ce super CR pour une nouvelle course qu'on a failli faire, et que l'on fera sans doute l'an prochain...

@+

Commentaire de MiniFranck posté le 25-08-2009 à 17:35:00

Salut,

Pas si mal pour un trailer rosé, j'aimerai être sur tes temps, encore faudrait-il que je fasse des courses pour savoir ou j'en suis...
En tout cas merci pour ton CR. Le plus important, elle est comment la bière ?
A+
Franck

Commentaire de jsp75 posté le 26-08-2009 à 21:51:00

pour la bière, j'ai pas encore eu le temps de la goûter.
Si elle est bonne, je vous en ramènerai un pack pour le prochain off

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !