Récit de la course : La Foulée Blanche - 42 km 2010, par yves_cool_runner

L'auteur : yves_cool_runner

La course : La Foulée Blanche - 42 km

Date : 24/1/2010

Lieu : Autrans (Isère)

Affichage : 1388 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

Foulée Blanche 2010

 

Belle course dans des conditions très favorables, avec un grand beau temps, froid au départ. Mais, bon, la forme n'était pas au top, ni le fartage ! J'y reviens un peu plus loin.

Départ de la maison vers 6h30 pour aller récupérer Olivier69 avec qui je co-voiture, comme pour la dernière course de 2009 (Marathon des Glières). On ne change pas une équipe qui gagne : Olivier loin devant et moi loin derrière !

Le problème se situe la veille, aussi bien pour la forme que pour le fartage. Pour ce dernier, j'ai plutôt parié sur une neige humide avec le beau temps et un départ à 10h00 (voir le forum des accros du fartage). Ben là, c'était pas un coup de génie... Pour ce qui est de la forme, j'ai appliqué le soir une saine diététique avec un mien ami et coreligionnaire bourguignon, bien soutenus par nos tendres et douces. Quelques gouleyants breuvages de nos contrées et un fort appétissant saucisson chaud paré de ses pommes de terre en robe de chambre et d'une fraîche salade ont donc constitué le roboratif repas d'avant course... Une vraie préparation qui plairait surement au Kéké...

La température ne cesse de chuter sur le thermomètre de la voiture: 3° à Lyon, 0° à Grenoble et -8° à Autrans avec une pointe à -10° dans les gorges, sur la route... Et ça se confirme en descendant de la voiture, ciel clair, à peine voilé, et température hivernale.

Récupération des dossard, un p'tit tour au chaud dans le hall, avant de retourner se changer à la voiture. A vrai dire, je me sens un peu lourd (!!) et mes papilles frémissent encore des arômes fruitées du Chirouble et du Juliénas... Mes jambes sont moins fringantes et je me dis qu'il va falloir maintenant manger le pain noir.

Bon, c'est pas tout ça, direction le départ, sous le soleil qui sort enfin et réchauffe l'atmosphère. Discussion sur la ligne, et on se dit que le départ va être chaud avec 20 km + 42 km lâchés ensembles.

Le départ EST chaud... Ca s'emmêle un peu dans tous les sens. Chutes, gueulantes, noms d'oiseaux... Une p'tite journée bucolique à la montagne... Bon, je me sors de tous les pièges et ça se décante petit à petit (c'est la situation qui se décante, pas le vin, tas d'obsédés). Le parcours est modifié, avec un retour plus rapide sur Autrans et la suppression du traditionnel passage à Méaudre. Je sens que la glisse n'est pas top, neige trop froide, mais je me dis que ça va s'arranger avec le soleil... Tu peux y croire, ballot !

Fin de la première partie, après 12 kilos faciles, séparation du 42 et du 20, et on attaque la montée vers Gève. En gros, 5 km montants. Là, je suis très mal. Mollets durs, et glisse en berne. Mes skis font la charrue dans une neige incroyablement froide et SECHE ! Les Salomon Equipe 10 ne sont pas réputés pour leur glisse sur ce type de neige, mais là, les skis sont le dernier des problèmes ; la gastronomie bourguignonne a eu raison de moi (c'est à ça que je me dis que je vieillis : je ne récupère plus aussi bien après de saintes dévotions !) et mon fartage relève d'une élucubration digne du Da Vinci Code.

Haut les coeurs camarade (pas haut LE coeur, burp...), accroche-toi et pousse. Tant bien que mal, je limite les dégâts pour attaquer la 3ème partie des réjouissances, 15 km de montagnes russes, bosses et relances sur le plateau de Gève. J'assure à grandes lampées de boisson énergétique (non, pas du beaujolpif, de l'Isostar, bande de mauvaises langues !). Les km passent, pas très vite, et je me vois parti pour un chrono d'anthologie de l'ordre de 3H00.

Mais mes prières à Ull et Skade ne seront pas vaines (mais non, je n'ai pas prié Bacchus !). Le miracle se produit. Au 32ème kilo, je bascule dans la descente et avec la température radoucie, l'humidité remonte et mes skis GLISSENT ! Enfin, je DOUBLE. Je lâche tout dans ces longues descentes et je remonte des places, mais surtout du temps ! Un très beau final sous le soleil pour ce qui est quand même une superbe journée sportive malgré mes faiblesses. Je file vers la ligne, à peine perturbé par le dernier kilo qui en fait 2... Mais comme on est passé au 41ème alors que le Garmin indiquait 40, le total se retrouve bien à 42 (42,1 exactement d'après le 310 XT sous SportTracks).

Pour l'anecdote, je finis 426ème sur 751 en 2:46:54.

Je retrouve Olivier qui mérite toutes les félicitations du jury avec une très belle 192ème place en 2:19:47. Il est temps de repartir vers Lyon... Et bien sur de refaire la course pendant le trajet !

 

 

 

 

7 commentaires

Commentaire de Le Bagnard posté le 24-01-2010 à 20:51:00

Joli CR, Joli repas et jolie course !!!! il va falloir que je la mette à mon planning ;-)

bonne reccup. et bois pas trop enfin ........si de l'eau ;-)

Commentaire de vial posté le 25-01-2010 à 07:30:00

12 kilos faciles ? La fin de la première partie c'est le repas de la veille!!
et pour le fartage oenologique: change de fart, après le rouge essaye le blanc!!
bel effort, après une telle diététique (saucisson chaud la veille j'ai connu ça sur la transju) tu ne peux que progresser le chrono
michel

Commentaire de maï74 posté le 25-01-2010 à 09:49:00

Moi aussi j'ai farté un peu trop chaud... mais sur le 20 km c'était moins gênant ! Bravo à toi et la prochaine fois essaie raclette + côteau du layon, ça passe pas mal...

Commentaire de Davidou le minou posté le 25-01-2010 à 10:52:00

Attention aux veilles de courses trop arrosées ;-) ... quoique tu m'as l'air assez détaché du chrono, alors t'as raison d'en profiter. Pourquoi se passer d'une bonne soirée sous pretexte que y a une course ?

C'est peut-être ce qu'il faudrait que j'arrive à faire... mais j'ai trop l'esprit de competition ;-)

A bientôt sur une autre course (Savoyarde, Glières ou Saisies)... et peut-être Bornandine la semaine prochaine... mais y a 5% de chance.

Commentaire de yves_cool_runner posté le 25-01-2010 à 10:55:00

En fait, c'est plutôt le chrono qui s'est détaché de moi !!! mais ça n'enlève pas le plaisir.

Commentaire de le_kéké posté le 25-01-2010 à 13:54:00

C'est bien Yves tu commences à trouver la formule qui gagne. L'hydratation est primordiale la veille de la course on ne le dira jamais assez. La diététique est aussi super importante surtout quand le temps est au froid, une mauvaise chute dans un fossé la nuit tombe, attaque de loups autant avoir de bonne réserves emmagasinées la veilles. Tu peux encore te perfectionner grâce à l'hydratation en course, et là encore le ponsec est ton ami et empêche de faire geler le précieux breuvage. Sinon je vois que même en fartant "scientifique", ben ça marche pas à tout coup ;-)

Commentaire de caro.s91 posté le 25-01-2010 à 20:30:00

Bon, la prochaine fois, il ne te reste plus qu'à tenter le double fartage avec la paire de ski planquée en haut de la montée. En plus ca te fera un bon entraînement avec une double montée. Tant qu'à faire, laisse aussi un petit tonneau de remontant à côté. C'est bon d'avoir du lest pour la descente :-) :-);-)
Caro

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.26 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !