Récit de la course : Challenge Fuji Five Lakes 2010, par Erwan Japon

L'auteur : Erwan Japon

La course : Challenge Fuji Five Lakes

Date : 25/4/2010

Lieu : Fujiyoshida (Japon)

Affichage : 507 vues

Distance : 112km

Objectif : Objectif majeur

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Le récit

 

 

Le samedi je suis parti plutot tard de chez moi (vers 15h45).
Direction, Fujiyoshida.
J'avais trouve une auberge pas chere: 2,500 Yens la nuit (sans repas, en chambre partagee), avec le mini-bus qui vient nous chercher a la gare, et le mini-bus qui nous amene au depart a 3h30 du matin le lendemain.
(moins de 20 euros...)

La plupart des autres coureurs etaient inscrits sur le 100km comme moi, meme si certains etaient sur le 112km, et d'autres sur le 72km.
Par contre, j'etais le seul a ne pas avoir retirer mon dossard !
C'est sur que pour les coureurs du 112km, avec un depart prevu a 4h30 (et depart de l'auberge prevu a 3h30, mais bon, les effets de groupes peuvent retarder le depart), c'est sur que c'etait indispensable.

En arrivant a l'auberge, j'ai d'abord mange ma salade de pates, ma banane, mon orange, mon taboulé, tout en discutant avec les autres ultra-coureurs.
C'est ce qui est sympa avec ce genre de nuité. Personne ne se connait ou presque, mais on a tous le meme programme le lendemain, et tous les memes centres d'interets.
Ca parle des 100km de Saroma, des 100km de Akita, des 100km de Nobeyama, de Hasetsune (Japan Mountain Endurance Race), de la Course du Mont Fuji, de l'UTMB,...
Ensuite, le "onsen" (le grand bain dans la source chaude naturelle) et direction le futon.

A 2h30, branle-bas de combat. Tout le monde debout.
Petit dejeuner avec le pain au miel (fait par moi-meme la veille) + la confiture que j'avais amene, avec comme boisson du jus de soja.
Il faisait plutot froid ce matin la.
Sur les voitures, pleins de givre...

Ensuite, bus jusqu'au depart...

La, retrait de mes dossards (4 en tout, on peut en mettre sur 2 vetements differents, sachant qu'il y a 2 endroits ou on peut deposer des sacs)
Ne sachant pas trop ou aller, je suis pas tres efficace. Apres avoir vu le depart du 112km, depot des bagages dans le gymnase legerement eloigne, petit passage aux toilettes et direction la piste d'athletisme pour notre depart.
J'avais decide de partir en manches longues, avec mon maillot a manche courte par dessus, et en plus, un poncho transparent a manche longue achete dans un magasin a 100 yens.
C'est qu'il fait vraiment froid au depart. Sur la feuille des resultats, ils indiqueront que les temperatures minimales sur la course etaient de -3C...
Et pour mon T-Shirt a manches longues, j'avais prevu de l'enlever au km 27 (un endroit ou on peut deposer des affaires et les retrouver a l'arrivee).
J'arrive sur la piste d'athletisme juste 5min avant le depart.
1264 inscrits quand meme sur ce 100km. Plus les 611 du 112km et les 726 du 72km


Apres une video-message de Kanpei-chan (en train de faire son tour du monde, quelque part en Iran)...
10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, C'est parti !

(la partie rose, c'est celle du 112km)

 

A 4h30, il fait bien sur encore nuit. Mais c'est bientot l'aurore. Le Mont Fuji est deja visible.
Peut apres le depart, il va meme commencer a rosir.
Au debut on descend. Pas une forte pente, mais ca ne fait que descendre...

Au premier marquage kilometrique (environ tous les 2.5km) je verifie mon allure. Oopps. ca va vite.
Environ du 4mn40 au km...
Mais bon ca descend.
Et ca y'est il fait maintenant jour (bien qu on est toujours a l'ombre).

Au ravitaillement du km 5, un petit verre d eau, et je me debarasse de mon poncho.
Juste apres un feu rouge... Zut, je faisais pas attention. Le coureur devant moi est passe, et juste a ma hauteur, le commissaire de course a levé son petit drapeau rouge.
Si j'avais fais un peu plus attention, je serais passé sans probleme.
Le feu doit bien durer 2mn... Du coup, on repart tres groupé, alors que les 5.5 premiers kms avaient bien etirés tout le monde en une longue file indienne...


Ensuite, direction le lac Yamanaka-ko.
Au km 7, je rattrape mon premier coureur du 112km
Je suis surpris d'en rattraper un si tot... Celui la est sur de se faire avoir a la premiere barriere horaire, car ca fait deja plus de 1h qu'il est parti...
(le 112km, le temps limite c'est 14h30, contre 14h pour le 100km. Du coup, il faut maintenir une moyenne horaire de pres de 8km/h pour finir dans les temps au 112km, contre un peu plus de 7km/h au 100km)

Au passage, une tres jolie vue sur le mont Fuji. Dommage que je n'avais pas mon apareil photo !
Il y avait au moins une cinquantaine de photographes (surement des groupes amateurs) en train de prendre des photos. Precision, il etait a peine plus de 5h du matin.
Au premier plan, un jardin Japonais, avec un cerisier en fleur, un arbre en fleurs aussi (jaune), et en deuxieme plan, une maison en toit de chaume avec un tres joli jardin Japonais.
Et en arriere plan, le Mont Fuji, deja eclaire alors que nous sommes toujours a l'ombre. Superbe.

Passage sur le tapis du km 10 en 46mn31 (et devant le paneau des 10km un peu plus loin, un peu plus de 47mn)
A cet endroit, on commence a depasser de plus en plus de coureurs du 112km, qui deviennent plus nombreux que ceux du 100km.
Toutefois, eux sont en a peine 8km/h contre plus de 12km/h pour nous, donc tres facile de faire la difference (independament de la couleur des dossards)
Je suis surpris du nombre de coureurs etant des le depart tres tres proche de la vitesse moyenne minimale pour les barrieres horaires sur le 112km.
Je ne pense pas que beaucoup de ces coureurs sont arrives au but. (La reponse etant dans les taux de finisseurs, a peine plus de 60% sur le 112km, avec 564 coureurs au depart et seulement 342 a l'arrivee)
En effet, n'avoir absolument aucune marge de maneuvre sur une course aussi longue, sachant que en general tout le monde ralenti, que ca fini par une vilaine montee de 7km de long (alors que ca debute sur une descente) et qu'en plus les pauses repas/WC/boissons n'ont pas encore fait leurs effets sur le chrono.

A l'arrivee sur les bords du lac Yamanakako, il y avait une petite foule pour nous encourager. Sympa, a 6h du mat...
Virage a droite, et on part faire le tour du lac.
Tout de suite je repere plusieurs toilettes publiques (dans des superetes, sur des parkings, a l'entree de parcs,...)
Super, je decide de continuer un peu car rien ne presse (<= a ce moment la).
Apres un demi tour du lac, on voit le Mont Fuji de l'autre cote. Superbe couleurs matinale (le soleil est maintenant leve).
Comme il a plut recemment (en fait, neige, quelques jours auparavant), le Mont Fuji est d'un blanc limpide.
Et le lac, d'un tres joli bleu fonce.
Je decide de faire un tour aux toilettes a cet endroit, mais vu la queue je renonce. Il faut dire qu'on est maintenant dans le gros du peloton du 112km.
Toutefois, mauvaise surprise, juste apres, on s'eloigne du lac par une longue montee serpentant dans la montagne. Pas la moindre toilette en vue.
Et le ventre qui commence a me faire mal, avec une envie qui passe tout de suite du stade de "peut-attendre sans probleme" a "urgent".
Oooppss... C'etait pas du tout prevu ca.
A la fin de la montee, on redescend mais en foret. Plus de lac en vue, et bien sur pas de  toilettes...
Enfin le lac au fond...  On continue de descendre jusqu'a arriver au bord du lac. Et la, au loin, un parking.
Petite chance !
Le ventre me sert de plus en plus. Ca devient vraiment urgent...
Ouf !
Au km 24, je vois enfin des toilettes de l'autre cote de la route.
J'y fonce sans hesiter.
La pause durera 5 mn (dont une grande partie a pietiner d'impatience en attendant mon tour)
Une fois reparti, ca va beaucoup beaucoup mieux.
Beaucoup de coureurs du 112km sont surpris de me voir les re-depasser (en general, j'encourage ou je dis au moins bonjour a tous les coureurs que je depasse).
Il faut dire que a ce niveau la je suis en 5mn/km (quand je cours et ne fais pas l'idiot a pietiner dans les toilettes), et eux sont entre 6 et 7 mn...
Du coup, les 5 mn de pause toilette font que je re-depasse les memes coureurs 4 a 5 km plus loin...

On finit pile notre tour du Yamanaka-ko, puis on repart par le meme chemin qu'a l'aller. Peu apres, le ravitaillement ou on peut laisser des affaires.
J'enleve mon t-shirt a manche longue et le met dans un sac, sur lequel un volontaire marque mon numero de dossard.
Tres bien, il fait certes frais (les temperatures maximales seront de 15C) mais le soleil est maintenant au rendez-vous.


Le chemin qui nous emmene vers le Kawaguchi est penible.
Beaucoup de feux, et pas de bol, je me fais arreter a peu pres a tous. L'un deux dure une eternite (surement 3mn). Dans l'espace de 1km, on (car on avance en petit groupe, qui s'etale legerement au feu vert, et se reforme a nouveau au feu rouge) se fera arreter a 4 reprises en a peine plus d'un km,
Je pense que les premiers sont beaucoup plus malins, et au lieu de faire comme moi discutailler et regarder le paysage sans faire attention a ce qui se passe devant, surveille la couleur des feux a l'approche des feux les plus longs (des feux tres longs, y'en a 5 ou 6 au totals, les autres etant plus raisonnable, souvent 1 a 2mn), accelerer eventuellement pour passer au bon moment...


Coince a un feu (je suis a gauche, et on devine l'officiel avec son drapeau rouge... En plus y 'a pas de voitures !)

On franchit un long pont. Passage du marathon en 3h36
Je discute avec un coureur qui s'entraine comme moi au bord de la tamagawa.

Peu apres le marathon, passage a un ravitaillement ou plusieurs membres du club MyStar sont au RDV.
Parmis eux, Ryoichi, une connaissance.
Un (tres) bon coureur d'ultras, 8 fois finisseurs du Spartathlon (dont une fois dans les 10 premiers en moins de 30h), 5 fois finisseurs de la Sakuramichi (donc 2 fois dans les 10 premiers, moins de 29h), vainqueur "Open" au championnat du monde des 24h avec 232km...
Ca fait toujours plaisir (et ca fait du bien) de se faire encourager par des connaissances !
Il avait couru justement la Sakuramichi une semaine plus tot... La il m'annonce que Chinatsu (sa femme, inscrite sur le 112km) venait juste de passer...
Un petit verre de cola, une demi banane, et c'est reparti...

Quelques centaines de metres plus loin, je rattrape Chinatsu. Je trouve que elle est partie vite (elle est passee en 4h au marathon), mais a l'air en forme. Elle finira en 13h30...

Apres le passage du marathon, on longe le lac Kawaguchi-ko, pour un passage tres joli. Assez sauvage, avec beaucoup de cerisiers en fleur devant le lac, et le Mont Fuji derriere.

Le passage des 50km se fait en 4h17.
Mais le dernier lap est nettement moins bon. Et surtout, je commence a sentir des problemes d'ampoules aux pieds, et mes ongles des 2 gros orteils commencent a devenir douloureux.
Dans la montee vers le lac Saiko, de nombreux coureurs du 112km etaient en train de marcher.
Au milieu de cette montee, il y a un ravitaillement (qui fait aussi barriere horaire).
Un verre de boisson isotonique, un peu d'eau, et je profite de le petite piscine en plastique avec les petites bassines pour m'asperger la tete.
C'est que meme si le fond de l'air est frais, au soleil quand on court, ca chauffe !
Apres ce ravitaillement, la montee continue et j'ai depasse pas mal de coureurs du 112km

Peu apres la montee, je me suis fait depasser par les 2 premiers du 72km.
Ouah, ca cavale !
Le premier finira en 5h pile (soit 2h55 sur un marathon) mais avec les montees, les arrets aux feux,...
Le lac Saiko est tres sauvage, et tres joli.
Les ecarts se font par contre de plus en plus grands, et comme cela fait maintenant pres de 6h que je cours, les  vitesses entre les coureurs du 112km et ceux du 100km sont devenu a peu pres similaires.
(Meme si je continue de depasser regulierement des coureurs du 112km, il me faut en general tres longtemps entre le moment ou ils apparaissent dans mon champs de vision et le moment ou je les depassse.
Au ravitaillement suivant, petit arret pipi, puis je mange des "udon" (nouilles Japonaises).
Ca passe sans probleme.

Ensuite, un petit passage autour du lac Shoujiko, joli aussi (mais on ne le longe pas pendant tres longtemps).
S'ensuit par contre un passage difficile.
Pas techniquement, y 'a certe une montee mais pas tres raide.
Non, on passage sur un immense pont, et le Mont Fuji n'est plus en vue, ni aucun des lacs. Le paysage est moins interessant, un peu lassant.
C'est vers cet endroit que je me suis fait depasse par Eric Wainaina (3eme au marathon des JOs d'Atlanta, 2eme a Sydney).
Il est invite, et ne joue pas la course a fond, c'est sur. D'ailleurs il encourage tout le monde avec un grand sourire. Sympa de se faire encourager et de discuter un peu avec un athlete de ce niveau.

Un peu plus loin, c'est cette fois des coureurs du 100km, puis un coureurs du 112km qui passent dans le sens inverse.
C'est a peu pres la seule distraction de ce passage...

Le ravitaillement, sur une aire d'arret d'urgence du pont, est minimum (uniquement de l'eau)
Qui plus est, pour la deuxieme fois consecutive, mon lap sur 10km depasse l'heure...
Je commence a m'inquieter pour le passage sous les 10h.
A environ 1.5 km du demi-tour, de nouveau Ryoichi et les membres du Club My-Star.
Ils ont preparer un ravitaillement. (Les ravitaillements personalises sont interdit par le reglement, mais les ravitaillements comme celui-la, disponible pour tous, sont autorises...
J'en ai vu 6 ou 7 en tout, avec du pain, de l'eau, du cola, des boissons isotoniques, de la bierre (?), des bonsbons, ....
La j'ai pris un petit verre de cola, et une fraise (tres bonne!).
"Ca devient dur la..."
"Si c'est pas dur, c'est pas de l'ultra!"

Avant le demi-tour, on passe par un petit passage souterrain. L'escalier est un court, mais suffisant pour me rapeller mes ampoules, et mes ongles (je les avais jamais vraiment oublie mais bon...)
Enfin, on arrive au ravitaillement des 69km. C'est la que les coureurs du 112 km continue pour faire le tour (12km) du 5eme lac. Du coup, autant jusqu'a present c'est moi qui depasse les coureurs du 112km, partis 30mn avant moi, autant les roles sont inverses apres ce demi-tour.

Je bois de l'eau et du cola, j'avale une petite part de gateau, je prends un gel, et je repars aussitot.
Mes precedents laps m'avaient montre que les longs ravitaillements, c'etait pas une bonne idee si je voulais finir sous les 10h.

Apres ce ravitaillement, ce fut plus facile.
Le gel, je le consomme tranquillement en courant, et une fois vide, le donne a la volontaire a l'entree du passage souterrain.
Merci !
Je repasse devant les membres du Club My Star.
Petit a petit, les coureurs venant en face se font plus nombreux. Ils sont biens melanges: 72km, 112km, 100km...
Au ravito pres du km 75m c'etait meme la grande foule. Heureusement que je n avais pas prevu de prendre de Udon (pates japonaises) !
Par contre, des coureurs allant dans le meme sens que moi, personne en vue.
Depuis le demi-tour, je ne me suis pas fait depasse, et je n'ai pas depasse personne.
Contrairement a l'allee, tres monotone, le fait de croiser autant de coureurs est plutot entretenant, meme si l'etroitesse du trotoir ne nous facilite pas toujours la tache.
Surtout que j etais un peu seul contre la foule...
Vers le 80km, on se separe. Tout devient tout d'un coup tres silencieux.
Devant moi, 2 coureurs sont en vue, un peu loin.
Et de temps a autre (mais a intervalles tres irreguliers et souvent tres long) je me fais depasser par des coureurs du 72km ou du 112km.
Vers le km 80, ma montre indique 7h20 environ.
Je sens que les sub-10 sont atteints

On redescend la cote que l'on a grimpe tout a l'heure. Au milieu le ravito-barriere horaire, avec le dernier coureur qui venait de se faire arreter..

En bas de la descente ou rejoins le Lake Kawaguchi-ko. Depuis le demi tour, je pense que aucun coureurs du 100km ne m'a depasse.
(et j'ai du en depasser seulement 2 ou 3, plus si certains etaient caches dans les toilettes).
Par contre je me suis fait bien sur depasse par plusieurs coureurs du 72km et du 112km (pas des masses non plus).
Au km 88, 8h07
Aucun probleme pour passer sous les 10h. On devrait meme pouvoir finir sous les 9.5
Plus que la derniere montee...

Au ravito vers le km 90, j'ai profite des toilettes, et du massage qui etait propose. Tres bien, pas trop long, juste ce qu'il fallait.

On quitte enfin le lac Kawaguchi-ko, pour la derniere montee.
La premiere partie est facile, mais avec des feu.
Au ravitaillement du km 95, je me fais rattraper par la deuxieme feminine (la premiere etant loin devant, je l'ai croise bien avant le demi-tour du km 69), meme si je quitte le ravito quelques secondes avant elle.
Au km 95, la pente devient plus raide.
Au debut, je ne voyais devant moi que 2 coureurs. Mais au fur et a mesure que je grimpe, de nouveaux coureurs apparaissent. (aussi bien du 72km, du 112km que du 100km).
Je les depasse a un rhytme certes lamentable, mais pas tenable en marche rapide.
Par contre, peu apres le ravitaillement je me fais depasser par la 2eme feminie
Pas pour longtemps, puisque 1km plus loin, je la vois qui marche devant, et je ne tarde pas a la rattraper.
Petit mot d'encouragement. Ca y est on y est presque !
Plus que 2km. Normalement, je devrais etre sous les 9h30...
Ca continue de grimper.

Rate, un feu rouge ! Zut alors.
Je repars en meme temps que la feminine,
Plus que 1km.
Cette fois ca descend.
La feminine part comme une fleche, puis je me fais depasser par un coureur du 72km.
Je verifie dans mon dos. Personne d'autre en vue. Je peux descendre a mon rhytme.
Ca y est on vois le stade.
Dernier hectometres.
Ca y est mon premier 100km est boucle, sans marcher (en dehors des ravitos) ou m'arreter (a part aux ravitos ou aux feux rouge), en 9h29.


10k 0:46:31
50k 4:17:16
88k 8:07:24
98k 9:21:02
Finish (100.2K) 9:29:18

 

(Suite a une fausse maneuvre en mettant ma montre dans mon sac lors de la douche, j'ai malencontreusement efface mes temps intermediaires, du coup, j'attends de recevoir mon diplome avec les temps intermediaires complets pour plus de precisions).

33eme homme, 35 au general (sur 786 finisseurs et 1186 partants)

Chose rigolote, en faisant le calcul sur la vitesse moyenne (en en sachant que le trajet faisait 100.2km), on trouve que ca fait pile -de 4h (3h59mn45sec)...

 

 

5 commentaires

Commentaire de L'Dingo posté le 06-05-2010 à 18:13:00

BAN'ZAI ERWAN !! :-)))))))))))

Commentaire de jp75018 posté le 06-05-2010 à 19:58:00

Bravo pour ta course,

Les boules ces histoires de toilettes!

C'est vraiment pas possible de s'arrêter derrière un arbre pour satisfaire un besoin naturel au Japon...? ;)

Commentaire de may posté le 06-05-2010 à 20:17:00

pfff trop fort!
à chaque fois que je lis tes CR, ça me coupe le souffle, lol
(dommage qu'il n'y ait pas de photos cette fois-ci, mais c'est quand même une belle histoire)
bravo!

Commentaire de Jay posté le 07-05-2010 à 08:38:00

bravo pour cette belle epreuve réussie et merci pour ton super récit super détaillé.
euh .. t'es sur pour le " Petit dejeuner avec le bain au miel " ?? faut se lever super tot pour avoir le temps de prendre un bain :-D
bonne récupération,
Jay

Commentaire de CROCS-MAN posté le 07-05-2010 à 13:01:00

Un super récit qui nous fait voyager et que dire de ta SUPER perf: BRAVO.
Des coureurs qui vont aux toilettes, s'arrêtent aux feux, donnent leurs déchets aux bénévoles......un autre monde.
MErci Erwan FORCE.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !