Récit de la course : Ecomaratona del Barbaresco e del tartuffo bianco d'Alba 2010, par Jerome_I

L'auteur : Jerome_I

La course : Ecomaratona del Barbaresco e del tartuffo bianco d'Alba

Date : 7/11/2010

Lieu : Alba (CN) (Italie)

Affichage : 1040 vues

Distance : 42.2km

Matos : Adizero Boston, short, maillot club, tshirt Nike première couche, 3 gels Enerviten

Objectif : Se défoncer

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

ECO MARATONA DEL BARBARESCO E DEL TARTUFFO BIANCO


ECO MARATONA DEL BARBARESCO E
DEL TARTUFFO BIANCO

ALBA MARATHON

07/11/2010


Préparez vous, je vous emmène en voyage sur "Just a perfect day":



Et bien avec Nico on avait prévu de courir le trail de Portofino. Le trail le plus beau au monde en 2008, mais la pluie en 2009 n'a pas rendu ce trail aussi beau qu'en 2008. Puis en ce début Novembre, est organisé à Alba le premier Eco-marathon del Barbaresco e del Tartufo Bianco!



Courir avec Marco Olmo, à coté de la maison et organiser un weekend avec les copains dans ces collines autour d'Alba ne peu être que parfait! De plus avec des amis Italiens, on prévoit aussi une visite de cave (Frat. Barale à Barolo) en plus de la course. Malheureusement les virus de ce début d'Automne et les décisions des coachs changent un peu les plans...

Donc après le marathon de Berlin, je prépare la Saintélyon. La semaine dernière je reconnaissais le parcours entre Ste Catherine et Soucieux. Ce marathon sera parfait à 4 semaines de la saintélyon pour voir la forme. L'arrière des cuisse me fait encore souffrir, mais les douleurs sont moins fortes. L'objectif sera de courir à 13km/h - 14km/h pour "tester" la forme. Dans la semaine les organisateurs nous envoient un e-mail pour nous annoncer que les pluies des dernières semaines ont inondé une partie du parcours. Le chemin qui monte vers Barbaresco étant impraticable, alors nous allons monter par la route et quelques modifications de parcours sont prévues. Le choix des chaussures entre des Brooks Glycerin (pour la Sainté) et les Adidas Adizero Boston (chaussures légères que j'utilise sur marathon normal) est difficile. Mais le parcours étant plutôt sur la route et roulant, je vais choisir les Adizeros. Je devrais ralentir sur les parties glissantes, mais comme tout le monde.

Vendredi soir les amis arrivent et ce weekend ne sera pas pour faire une performance Dimanche. On va profiter de ce weekend. Ca sera une succession de restaurants, visites, bouteilles...



Dimanche matin, levé tôt, mais pas de gâteau énergétique, mais un bon Pandoro (brioche Italienne mangée pendant la période de Noel). Nous partons à 6h45 pour Alba où nous arrivons un peu avant 8h pour prendre nos dossards. En arrivant on sent tout de suite les odeurs de Chocolat qui sortent de l'usine Ferrero.



Nous avons le temps de nous changer et de boire un café avant de partir pour un échauffement léger. La météo annonce la pluie et le brouillard est présent.

Dans Alba, l'organisation profite de ce weekend de la fête de la truffe pour nous accueillir avec tout folklore le traditionnel.



Nous sommes heureux d'être là:



Nous nous plaçons sur la ligne. Pas de bousculade nous sommes environ 400 sur les 2 courses (marathon et semi marathon). Marco Olmo est applaudi et je reconnais Mario Prandi, Lorenzo Trincheri et quelques coureurs affutés. L'organisateur nous explique le parcours et les modifications. L'adjoint au maire donne le départ à 9h. Pelissier (sur le semi) part fort, suivit par Mario Prandi (le plus à gauche sur la photo) lui aussi sur le semi. Nous sommes trois derrière (le podium du marathon):



Delphine est déjà placée pour faire les photos et nous encourager, merci encore!

Massimo BENEDETTI discute un peu pour savoir qui court quelle course. Je lui annonce la bonne nouvelle que les 2 devant sont sur le semi et que je cours le marathon. Je ne connais pas trop le parcours, je sais juste que ca va monter vers Barbaresco, puis de nouveau vers Neive et qu'ensuite on aura une longue montée vers Treiso pour redescendre avant la dernière rampe (appelée le mur!!! Ici le sol sera glissant selon l'organisateur et il faudra s'accrocher à ce qu'on trouvera...) pour ensuite finir en descente vers Alba. Voilà le profil de la course:



Alba - km5: 18'44" m3'45"
Donc la sortie du centre se fait tranquillement en descente sur les pavés. On discute donc avec Massimo BENEDETTI, puis le départ me convient alors je me met à mon rythme, ils me rattraperont dans la montée. Le premier kilomètre passe en 3'32", je suis troisième derrière deux du semi et Lorenzo Trincheri est à une vingtaine de mètres. Le panneau du 2ème kilomètre est placé seulement 300m après le premier! Ca déstabilise car on ne pourra pas compter sur les panneaux. On sort de la ville et la route commence à monter, je baisse le rythme la route est longue. Je passe en 3'42". La montée continue et je passe au sommet en troisième position en 4'17". Les panneaux sont de nouveau espacés d'environ 1km. Lorenzo revient mais la descente commence et j'allonge de nouveau et cours en 3'50". Puis la descente aidant je vais courir en 3'21". C'est bien trop rapide pour un départ d'un marathon avec 750m de dénivelé mais j'ai des ailes car je suis devant tout le peloton des marathoniens. Je m'arrête au premier ravitaillement pour boire un verre d'eau car je suis parti qu'avec 3 gels.

km5 - km10: 20'50" m4'10"
La route monte maintenant et je ralentis, je ne pourrais tenir le rythme en restant à 18km/h! Je cours en 4'08" puis en 4'24". Lorenzo me rejoint dans cette montée. On discute un peu. Andrea m'avait annoncé que j'allais le rencontrer ce Dimanche. Puis je lui dis d'y aller car je monte "doucement". Il me dit de m'accrocher et qu'on peu courir ensemble un bout de chemin. Mais j'insiste pour qu'il y accélère car je monte vraiment doucement et le troisième revient lui aussi. On se souhaite bonne course. Ce fut vraiment sympa comme échange. Je continue seul, je le vois devant parfois, et d'autres fois non caché par un virage, une nappe de brouillard plus dense. Massimo revient car je cours en 4'37" le km8. Il me passe et je l'encourage. La pente redeviens plus douce et je m'arrête de nouveau pour prendre un verre au ravitaillement de Tre Stelle. Je prends soins de bien boire après avoir pris mon premier gel. Le km9 passe en 4' malgré l'arrêt au stand. Ce km9 est plat et grâce à la descente je passe le km10 en 3'40". J'ai toujours en point de mire Massimo alors que je ne vois personne derrière.

km10 - km15: 19'02" m3'48"
La descente vers Barbaresco continue le long d'une route. C'est un éco-marathon mais pour le moment nous n'avons couru que sur la route. Je reprends de la vitesse et cours en 3'31", puis nous arrivons dans Barbaresco.

 

 


 

Je parts tout droit dans le rond point mais le jeunes filles de l'armée me montrent le chemin à prendre, puis arrive dans Barbaresco avec un brouillard épais.



Delphine est déjà sur place. C'est dommage ce temps car d'habitude la vue est superbe. Surtout pendant l'automne avec toutes les couleurs!

 







Nous devons aller faire le tour de l'église, je passe à droite car aucun bénévole nous guide et je croise Mario Prandi qui me dit que je dois passer à gauche! A l'arrière de l'église la pelouse mouillée et la boue rendent la progression difficile. C'est le premier sentier que nous empruntons sur une centaine de mètres. Je reviens vers Delphine et le ravitaillement.

 



Je vais courir ce km en 4'23". Devant l'enoteca regionale del Barbaresco les bénévoles ont mis un ravitaillement en place. Un beau verre à pieds remplis de Barbaresco me tend les bras. J'en bois une gorgée et remercie les bénévoles. J'ai commis une erreur car je n'ai pas bu d'eau. Je vais avoir un peu de difficultés pendant 2 kilomètres. L'alcool n'aide pas l'hydratation. Après moi, Cédric lui aussi profitera de ce ravitaillement!



Je repars et la bonne humeur de ce ravitaillement me fait courir en 4' ce km13. La descente suivante est importante et je passe le km 14 en 3'22". J'arrive "facilement" à 19km/h, mais il ne faut pas s'enflammer, et faire attention dans les virages. La descente est vraiment forte. La descente se termine et nous courons dans la vallée. Un coureur revient doucement et j'aperçois le duo de tète à environ une minute devant moi. Le km15 passe en 3'45" et je m'arrête prendre un verre d'eau pour bien rincer le vin (plus de 14° d'alcool le Barbaresco...) et remercie les bénévoles. Cette fois l'heure de course est passée et j'ai tenu à un peu plus de 15km/h.

km15 - km20: 22'17" m4'28"
Sur cette route de campagne je reprends une foulée puissante, et les jambes tournent bien, mais il ne faut pas forcer, la route est encore longue. De plus j'ai couru 15km mais les panneaux de l'organisation annoncent plus de 1km de plus. J'ai peur qu'a un moment nous devront parcourir ces 2 kilomètres. Le km16 passe en 3'48", puis la montée vers Neive commence. Deux kilomètres nous font gagner 80m de dénivelé et le rythme baisse en 4'23" et 5'. Le coureur reviens à moins de 10mètres, car il court vers l'arrivée qui se rapproche. Une descente courte me permet de prendre un peu plus d'avance, mais il revient sur moi en pensant surement gagner une place! On monte doucement et on aperçoit au dessus 2 virages plus haut Lorenzo Trincheri qui pose une accélération (qui sera décisive) sur le deuxième. Ils étaient ensemble au virage, mais c'est dans cette montée qu'il va faire le trou. Au bout de la ligne droite les bénévoles sont présents pour nous indiquer l'arrivée du semi (la descente sur la gauche) ou le virage en épingle à droite pour monter vers Neive pour le marathon. Le km19 passe en 4'04" et j'encourage mon compagnon de course pour sa troisième place sur le semi. On se tape dans la main avant de prendre nos routes respectives.

Je vais être suivi par un scooter pendant quelques kilomètres. Il me demande si ca va et je lui réponds que ca va bien... J'ai pas encore couru la moitié de la course alors il vaut mieux que ca aille encore bien. Dans cette montée je ralentis, et monte tranquillement. Je vais surement avoir une quinzaine de kilomètres difficiles donc pas besoin de partir à fond. Le km20 passe en 5' et je rentre dans Neive. C'est sympa mais la rampe finale fait mal aux mollets.

Je monte sur la pointe des pieds pour garder une vitesse de course minimale. Le ravitaillement et le km20 sont dans le centre de Neive. Il est 10h20' et le publique est nombreux. J'ai toujours le scooter qui ouvre la route et je m'arrête au ravitaillement pour boire 2 verres d'eau pour bien rincer le deuxième gel. Une personne dans le publique dit "repars, car rester sans avancer, ce sont des secondes perdues". Il a raison, mais le ravitaillement est aussi très important. Mieux vaut perdre 5 secondes que quelques minutes dans 10 kilomètres.

km20 - km25: 22'51" m4'34"
Neive étant sur le sommet d'une colline, la sortie du village est en descente. Je relance bien et en arrivant au rond-point, Delphine est encore là pour me tirer le portrait (bravo pour ces clichés):





Delphine a juste eu le temps de redescendre en bas de Neive pour voir l'arrivée de Goldenick:



Bravo Nico pour ton semi!


Puis juste après le rond-point on monte devant l'Hôtel Villa Lauri sur la route puis enfin le premier chemin. Avec la descente rapide je boucle ce km 21 en 4'02" (ca me fait un passage au semi en 1h25'). La montée dans le chemin est glissante, et mes Adizero Boston ne sont pas réputées pour leur accroche en trail! Je "grimpe" ce kilomètre en 5'51" mais je ne suis pas encore au sommet. La montée continue et je passe enfin le sommet. c'est un beau temps Londonien avec de la brume et le vent rend le passage au sommet très frais. Puis pour éviter une flaque, je mets le pied gauche sur la terre glaise mais elle est remplie d'eau et j'enfonce le pied jusqu'à la cheville! Mon pied gauche pèse 2 kilos! Je cours dans l'herbe mouillée pour essayer de la nettoyer mais la terre glaise est trop collante. La descente me permet de reprendre un peu de vitesse mais cette erreur n'améliore pas ma vitesse. La descente est technique et un bénévole bloque les voiture lors de la traversée d'une route. Je le remercie par un signe comme tous les bénévoles. Le km23 passe en 4'47". On revient sur la route et c'est pratiquement plat. Je reprends de la vitesse et passe le km24 en 4'06". Nous sommes de nouveau sur la route au dessus de Barbaresco que nous avions prise à l'aller. Le ravitaillement sera sur la droite et le km25 passe en 4'04".

km25 - km30: 23'04" m4'37"
Le rythme baisse car les 4 prochains kilomètres sont en montée. Je vois au loin des collines bien plus hautes et le ciel devient presque bleu. Je ne vois plus les coureurs devant et mes poursuivants sont loin. Les kilomètres avancent doucement km26 en 5'07", km27 en 5'02". Dans cette montée on voit loin devant et derrière. Le deuxième est habillé en noir et je ne le vois pas alors qu'il doit être visible. J'ai le dé-avantage d'être en blanc/rouge donc visible pour mes poursuivants. On prend tout droit alors que la route prend un virage à épingle sur la droite. On se retrouve dans une zone avec de nombreuses maisons en construction. Nous arrivons à Treiso au km 28 (alors que les panneaux annoncent le km 29 avant l'entrée dans le village). Le ravitaillement arrive vite et n'ai pas l'esprit et le temps de prendre mon dernier gel. Cette nouvelle erreur aurait pu me couter cher. Je prends un verre d'eau alors que de nombreux bénévoles m'encouragent. Il faut continuer la montée sur la gauche. Le km28 passe en 4'36" et je me dis pouvoir courir en moins de 3 heures car il me reste 14km (voir 12km si les organisateurs ne nous font pas courir les 2km en moins). Je reprends un rythme soutenu et passe en 4'27" le km29 alors que cette fois je vois mon poursuivant à plus d'une minute. Il est habillé en noir, c'est pour cela que je ne l'ai pas vu plus tot. Je bascule et d'avoir vu mon poursuivant me pousse à relancer. Ca sera 12 km à me battre pour tenir cette dernière marche du podium. Le km30 passe en 3'51".

km30 - km35: 18'31" m3'42"
En arrivant au km 31, la vue sur de superbes falaises en calcaire vaut le coup d'œil pour les touristes de passage dans cette région:



Ce sont les "Rocche dei Sette Fratelli":

http://www.treiso.it/rocche.html

 

Le rocche dei Sette Fratelli de Michele Gallesio, sur Flickr:

 



Malheureusement mes poursuivants ne vont surement pas me laisser admirer ces falaises, plus d'un coup d'œil. Je me jette dans la descente et maintenant, après avoir dormi pendant les derniers 5km, il faut maintenant cravacher! Je cours à plus de 17km/h, et passe le km31 en 3'28" et le km32 en 3'26". Je vois en face des dénivelés énormes et essaie de voir mes précédents. L'organisateur nous a parlé d'un mur et les chemins dans les vignes, mais je ne vois personne. Je passe au dessus d'un pont au fond de la vallée et la descente continue mais beaucoup plus douce. Je vois arriver à environ 500m derrière un coureur en bleu, suivit du concurrent en noir. Malgré ma descente rapide, je pense que le coureur en bleu a repris du terrain. Avec la courbe GPS je vois que j'avais 500m d'avance, mais pendant la course je le voyais vraiment juste au dessus. JE continue de pousser sur le faux-plat descendant et passe le km33 en 3'41". Au ravitaillement (du km35 pour l'organisateur) je prends mon gel et bois un verre. Je continue sur cette route qui devient plate et le km34 passe en 3'52". Dans une ligne droite je regarde derrière mais personne en vu. Nous quittons la route pour prendre le chemin sur la droite. Ce chemin recouvert de feuilles mortes est très ludique avec des relances nombreuses, des ponts de bois glissants... Le km35 passe en 4'03".

km35 - km40: 21'27" m4'18"
Puis je sors du bois pour courir dans un pré quand j'entends: "Vas-y Feignasse... ;-)" Et ce sont des mots qui motivent. Ca fait sourire mais je suis dans le dure. Il me reste 7km (ou 5km selon les indications de l'organisateur) et mes poursuivants ne sont pas loin. De plus il faudra remonter de cette vallée par le mur annoncé par l'organisateur. Delphine et Nico me disent de faire attention sur le chemin glissant qui remonte vers la route. Ils se trouvent au passage sur la route vers "Pertinale". Ici la remontée vers la route était très glissante même après le passage de 2 coureurs. La barrière m'a bien aidé.





 



Ils me demandent si ca va et je réponds "Oui" et m'avoueront après course ne pas m'avoir cru. J'étais blanc et pas très causant. Merci à eux pour le soutient pendant la course.

On traverse la route et remonte sur une route, et je croise une dizaine de marcheurs qui profitent de cette matinée d'Automne pour parcourir ces collines d'Alba. Je continue à pousser malgré la montée. Je ne peux pas lever le pied, je dois garder cette troisième place. Le km36 passe en 4'27". Il me reste 6km, voir 4km, il faut tout donner. Nous entrons dans le chemin de l'agriturismo Resia. Les propriétaires tiennent aussi un ravitaillement. Je prends un verre d'eau et les remercie. Cette fois je suis au pied du mur! Le chemin est très glissant et très pentu. Je marche et ai du mal à tenir sur pieds. La pente est à plus de 20% et heureusement que des poires sont tombées des arbres pour nous donner des points d'appuis. Je m'accroche aussi aux poteaux au bout des rangs de pieds de vignes. J'arrive enfin au sommet mais les mollets sont au bord des crampes. Je respire fort pour prendre beaucoup d'oxygène et attend avant de relancer fort. Le  km37 passe en 6'12". Maintenant une question est importante. Il me reste 3km ou bien 5km? Je me retourne et vois le 4ème en bleu à 100mètres. Il va falloir relancer au plus vite. La montée continue avant de devenir plat. Puis la descente commence et je passe le km38 en 4'07". Je croise un coureur qui fait son footing et m'encourage. La descente devient plus forte et nous revenons vers la route que nous avons monté au départ. On était passé au km3 ou 4 donc il me reste surement 4km pour finir vraiment à 42? De toutes façon ce n'est pas en attendant que je vais garder cette place. Je donne tout dans la descente. Il faut faire attention aux voitures pour prendre les trajectoires idéales. Cette fois je vois des vitesses à plus de 18km/h sur le GPS, le 4ème devra avancer très fort pour revenir! Le km 39 passe en 3'14", je fonce vers l'arrivée! On traverse de nouveau le passage à niveau, heureusement que je ne dois pas attendre le passage du train! Et je continue la descente vers Alba qui devient moins importante. Je continue sur ce rythme élevé et passe le km40 en 3'26". Je me retourne, ne vois personne à 200m derrière. Je passe vers le parking où je suis garé et entre dans Alba. Les pavés de la rue piétonne sont là et je ne pense pas qu'il nous fasse courir ces 2km en plus!? Je profite et vois déjà l'arche gonflable Dyarn. Mais ce n'est pas l'arrivée qui se trouve 100mètres plus loin au pied de la cathédrale. Je fais l'avion et tape dans les mains du publique.

 

 


 

L'émotion monte pour ce premier podium sur un marathon important. Le 4ème arrive 30 secondes après moi, cette place je l'ai bien méritée.

J'ai couru les 40,3km avec 750m de dénivelé en 2h47'53". Voici mes temps avec le dénivelé:


 

 

 

 

 

 

Je viens féliciter Lorenzo qui me confirme sa victoire et félicite le deuxième. Nico et Delphine arrivent et me félicitent à leur tour. Nous faisons de nombreuses photos avec les 2 premiers et avec Nico:





Puis nous montons directement sur le podium:



Voici le classement avec quelques infos sur les autres coureurs:

1 TRINCHERI Lorenzo 2h39:16 (2h32' sur marathon en 2009)
2 BENEDETTI Massimo 2h42:47 (vainqueur ecomaratona dei Cimbri)
3 DEBIZE Jérôme 2h47:53
4 ROVERA Paolo 2h48:25 (232km sur 24h, Spartathlon en 30h, 100km en 7h54')
.../...
8 OLMO Marco 3h06:37 la première fois que je bats Olmo.
.../...
19 CHERASCO Stefania 3h17:11
.../...
21 PLOS Sergio 3h24:52 (mon pote de la Tranese)
.../...
26 CHARVIN Cédric 3h27:59 (L'castor)
.../...
124 AMADIO Gaetano 5h38:34

Et sur le semi:

1 PELLISSIER Jean 1h11:30
2 PRANDI Mario 1h16:18
3 DELLAVALLE Albertino 1h18:58
.../...
73 BIGARD Nicolas 1h42:22 (Goldenick)
.../...
189 SCORDINO Annamarie 2h31:54


Je vais prendre la douche puis doit attendre un peu avant de recevoir un super massage (le lendemain je n'ai aucun problème musculaire, et seulement un peu le tendon du genou qui fait mal) alors que Nico et Céline vont accueillir Cédric pour son marathon:



On se retrouve dans la salle pour le repas typique. Ils ont organisé cela superbement. Un repas servi à table avec du vin, l'entrée froide, puis chaude, puis les pates, la viande avec la purée et le dessert! Vraiment grandiose.





Malheureusement Cédric doit prendre le train à 15h et va louper la remise des prix. Je dois attendre la fin de la remise des prix pour monter sur le podium:

 



Et je reçois des mains de Marco Olmo de nombreux cadeaux, dont un bouquet que Delphine a bien mérité!  (mais aussi des produits régionaux, que je compte bien partager durant les prochains repas entre amis...):



Voici les vidéos:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques articles:

 






ou ici:

http://www.correndo.it/2010/11/07/ecomaratona_barbaresco_2010/

Merci à l'organisateur et bénévoles pour ce superbe Eco Marathon qui deviendra j'en suis sur un must!

 

Maintenant il faut récupérer pour la Saintélyon!

 

12 commentaires

Commentaire de Génep posté le 10-11-2010 à 23:28:00

Ça c'est de la perf pour quelqu'un qui venait se tester !
Grand bravo, les coureurs devant toi ont de sacrés références.
C'est tout bon pour la Saintelyon !

Benoît.

Commentaire de gdraid posté le 11-11-2010 à 09:59:00

Bravo pour ta performance et ton podium Jérôme !
Beau récit bien imagé, d'un difficile marathon pentu avec boue, brouillard, et Marco Olmo à tes trousses ...
JC

Commentaire de franco posté le 11-11-2010 à 10:24:00

complimenti grandissimo Jerome, salire sul podio e battere il mitico Olmo è una grandissima soddisfazione !
naturalmente lo sarà stato anche bere ottimi vini e cioccolata ..;-)
ciao
Franco

Commentaire de LtBlueb posté le 11-11-2010 à 10:33:00

bravo champion ! un 1er podium marathon amplement mérité !!

sinon je me demandais ou en était le castor de sa naturalisation italienne ? :))

Commentaire de Goldenick posté le 11-11-2010 à 12:10:00

Le Castor a demandé la naturalisation ce week-end, mais je ne sais pas s'il y arrivera...
En tout cas, bravo Jérome pour ta course, meme si je t'ai vu un peu faiblard à un moment, avec la prépa que tu nous avais concocté ce w-e, il ne pouvait pas en etre autrement ;o))

Au fait, je viens de nous trouver une course pour décembre après la Sainté pour finir la saison en beauté!

Commentaire de franchino posté le 11-11-2010 à 14:44:00

Ho fatto un pò fatica con la traduzione ma ho letto tutto il tuo bel racconto!

Mi spiace non essere stato lì come previsto per applaudirti sotto il tuo eccellente podio!

Commentaire de Silver posté le 11-11-2010 à 22:35:00

Bravo Jerome,
si avvicina sempre di più il momento in cui ti vedremo sul gradino più alto di un podio !
CR stupendo.

Commentaire de Cyrille posté le 11-11-2010 à 23:14:00

Une forme comme ça vaut un top 15 voire top 10 à la Sainté, je te le souhaite. Jolie course.

Commentaire de laurent05 posté le 12-11-2010 à 10:34:00

bravo Jérôme pour ta course
bonne chance pour la saintélyon
a+
laurent

Commentaire de Françoise 84 posté le 12-11-2010 à 15:57:00

Je suis super contente pour toi, Jérôme, voilà un beau podium bien mérité!! Finalement, rien ne vaut une petite soirée entre amis, un peu arrosée de préférence...!! Bravo!! Et merci de nous donner,par la même occasion , quelques nouvelles de Cédric...

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 12-11-2010 à 18:51:00

Qué flèche ce Jérôme !

Bravo pour ce podium mérité. C'est dingue de courir à de telles vitesses ! T'as de gênes extra-terrestres ?

Commentaire de Stéphanos posté le 12-11-2010 à 22:55:00

BRAVO Jérome!
merci pour ton récit, c'est toujour un plaisir de te lire! Trés belle sortie entre amis, vous êtes géniaux! un petit coucou à Cédric,Nico et Delphine au passage!
Sainté, alors!!!
Steph.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !