Récit de la course : Merrell Oxygen Challenge - 43 km 2012, par pascal72

L'auteur : pascal72

La course : Merrell Oxygen Challenge - 43 km

Date : 19/5/2012

Lieu : Le Lioran (Cantal)

Affichage : 573 vues

Distance : 43km

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

Les 43 kms de l’oxygen challenge : un vrai beau trail de montagne

Superlioran, 1250 m d’altitude. L’appartement où nous logeons est juste en face la prairie des sagnes, lieu du village départ-arrivée de l’oxygen challenge. Cette formule allie plusieurs courses de trail et de VTT sur 3 jours. J’ai choisi le trail de 43 kms.


Hier, le ciel était complètement bouché, impossible d’y voir à plus de 300 m. Impossible donc d’y voir les hauts de la montagne, là où nous allons courir. Ce matin, en ouvrant les volets, j’ai une appréhension mais non, même si le ciel est gris, au moins la vue est dégagée et nous apercevons tout là-haut la gare d’arrivée du téléphérique du plomb du cantal à 1855 m d’altitude. Nous voyons aussi les langues de neige qui persistent à certains endroits de la pente.

De l’appartement, je vois le départ des vététistes qui vont faire 85 kms dans la montagne. Il est temps de descendre, le départ est dans une demi-heure. Les traileurs arrivent, peu s’échauffent. Nous entrons dans le sas départ, dernières consignes de l’organisateur. Cinq, quatre, trois, deux, un, c’est parti !




200 mètres de plat, je vois Christelle, avec Titouan, qui me prend en photo. Un petit coucou, puis nous attaquons la montée par une piste de ski. J’ai décidé de partir doucement dans la deuxième partie du peloton, je ne force pas. Malgré tout au bout de 10 minutes, j’allonge le pas, commence à doubler quelques coureurs, je sens mes muscles se tendre. Une pluie fine s’invite, suivie de la grêle, ça commence bien.

Heureusement, cinq minutes après tout se calme. Nous quittons la piste de ski pour une prairie où la pente est forte. Nous arrivons sur un replat où nous pouvons courir. Cela ne dure que 200 mètres avant d’affronter une montée, droit dans la pente, à 30 ou 40 % où s’invitent  les pierres. Premières douleurs musculaires et lombaires. Le souffle est court. Nous atteignons un genre de chemin très pierreux mais moins pentu, qui doit servir de piste de ski. Par endroits, les névés bouchent presque tout le passage. La gare d’arrivée du téléphérique approche.

Ca y est, j’y suis ! Tout à coup, un vent violent arrive. Nous sommes sur la crête, il reste trois cents mètres faciles pour atteindre le plomb du cantal, il y a même des marches. 3,3 kms et 600 m de D+ en 45 mn. Le vent latéral est violent et continu, je préfère prendre ma casquette à la main. Le paysage est grandiose, je prends juste quelques secondes pour respirer et admirer la vue à 360° mais pas le temps de s’arrêter voir la table d’orientation. Deux coureurs s’arrêtent et prennent des photos.

Le plomb du cantal

S’ensuivent 8 kilomètres de vrai bonheur. 8 kms de sentier parfois pierreux puis, assez rapidement de pelouse sur la crête de la montagne, le tout en légère descente.  Le panorama est magnifique, maintenant le soleil arrive, il restera toute la journée. Seul le vent latéral incommode mais on s’y fait. Sur la pelouse de montagne, souple, en descente douce, je n’ai pas l’impression de courir mais de voler. Pas ou peu d’effort à fournir, pas de douleur musculaire ou articulaire, le rêve.  Je regarde mon GPS, je suis à 4mn au kilo, sans forcer. Par précaution, je ralentis un peu quand même. J’ai l’impression que tous les coureurs que je vois devant ont la même sensation, ils volent littéralement sur la prairie et se font plaisir. Un conseil : faites ce trail juste pour cette partie du parcours qu’il est difficile de retrouver ailleurs. Génial.

Arrive le buron de la tuillière au 12e km, premier ravitaillement. Ayant mes propres gels et barres énergétiques, je décide de zapper celui-ci pour gagner du temps. Maintenant, nous entamons la descente. Au traileur qui m’accompagne, je lui dis le plaisir de courir sur la crête, il me répond avé l’assent du midi : « ça cache quelque chose ! ». Je continue la conversation. Il me répond invariablement : « ça cache quelque chose ! ». Comme il descend bien, je décide de le suivre. 3 km de descente, on double quelques concurrents. Une remontée courte mais drue. On passe en mode marche. Deuxième partie de descente, je ne peux pas suivre mon collègue. Deux, trois coureurs me dépassent. Arrive le bas de la pente et une route goudronnée, nous passons sous la nationale puis au dessus du ruisseau de la Cère. Nous avons dévalé plus de 1000 m depuis le plomb du cantal. Nous entrons dans Thiezac et commençons la remontée dans les rues du village.  18kms et 2h10 de course. Je sais que Christelle m’attend à la sortie du bourg. Je la vois en effet avec Titouan. Je ralentis pour qu’elle me prenne en photo. Je m’arrête, lui dis le plaisir que j’ai eu, que pour l’instant tout va bien, lui fais un bisou, ainsi qu’à mon petit Titouan puis repars.

Le sentier est maintenant étroit et monte fermement. Un concurrent ou deux devant avancent difficilement et créent un bouchon. Une file d’une bonne dizaine de coureurs se forme. Je pourrai monter plus vite mais me dis : autant profiter du bouchon pour monter tranquillement et préserver mes forces. Nous passons devant une espèce de grotte, nous ne pouvons toujours pas doubler. Je suis derrière un coureur plus âgé que moi, je ne vois que ses chaussures bleues et son k-way noué autour de la taille qui forme une espèce de jupe. Bizarre d’avoir pris un k-way juste pour les quelques gouttes du départ. Après une bonne douzaine de minutes, nous arrivons devant un petit portillon qui donne sur un pâturage. Enfin ! Chacun se libère et reprend la montée, raide, à sa vitesse, au milieu des gentianes. Nous arrivons au ravitaillement de la ferme des trielles que je « grille », comme le premier. La montée dans les pâturages qui deviennent pelouses continue. Nous passons un buron abandonné où deux randonneurs pique-niquent. Nous sommes en haut de la deuxième montée.

S’ensuit une descente sèche mais régulière. Mais voilà, assez rapidement, j’ai mal aux jambes. Je ne sais pas descendre. Plusieurs coureurs me passent. J’ai mal, me crispe. Put… de descente ! Elle est longue cette descente. Et dire qu’il faudra remonter tout ça. Nous arrivons sur un chemin herbeux, moins pentu mais humide. Le traileur devant moi essaie d’éviter les flaques, donc ralentit. Je passe devant et cours bien dans les portions humides en prenant soin de ne pas m’enfoncer. Il a compris, fait comme moi, plouf ! plouf ! Tant pis pour mes adidas riot. Tant pis pour ses salomon wings. Nous arrivons à la cascade du Faillitoux au 25e km. Il y a pas mal de spectateurs qui nous encouragent. Avant la cascade, il y a un ravitaillement. Je m’y arrête pour remplir mes bidons, boire un peu et chiper deux ou trois bouts de banane, ça change de mes gels.

Puis nous passons la cascade en s’agrippant à la corde de sécurité, les pieds dans l’eau bien sûr. Le coureur qui était avec moi me dit : « ça nettoie les chaussures ! ». Je le sens rassuré de savoir ses chaussures propres.


Commence une remontée dans la forêt. Puis une descente dans un pré. J’aperçois loin devant, très haut, le pic de l’Elancèze. Qu’il est loin. Et dire qu’il va falloir monter là-haut. Nous remontons par la forêt puis débouchons sur un nouveau pâturage. La pente est féroce, au moins 30%. J’ai mal aux cuisses. L’Elancèze est toujours aussi loin. J’avance doucement, les autres coureurs aussi. C’est frustrant car d’habitude, ce genre de pente très raide, on l’a sur les pierriers proches des sommets et non pas sur un quelconque pré. Mon moral en prend un coup. Nous entrons dans une hêtraie. La pente reste dure. Il n’y a pas de chemin. On monte droit devant. A’ la sortie du bois, tout à coup, le sommet parait plus proche. De plus, on retrouve un sentier plus doux entouré de genêts. Une dernière grosse montée pierreuse, mais là c’est normal, et je franchi enfin l’Elancèze (1571m). Ouf ! La montée aura été dure.

Débute la descente. Toujours mal aux jambes. Toujours aussi mauvais descendeur donc toujours doublé mais avec un moral un peu meilleur. Au bout d’un kilomètre, j’arrive au col du Pertus. Il y a des spectateurs et le quatrième ravitaillement. Je prends une barre de pâte d’amandes. Un bénévole propose un gel anti-crampes. Ne connaissant pas le produit, je préfère ne pas prendre, peut-être à tort.

La femme du point de contrôle annonce à un coureur qui vient d’arriver après moi : « vous êtes le centième ». Quoi ! Je suis dans les cents premiers. Je décide de repartir tout de suite. Il reste à peine une douzaine de kilomètres. Mais les autres traileurs en font autant. Je suis remotivé. Nous sommes une bonne dizaine, étalés sur cinquante mètres. Le chemin est large, parfois plat, parfois montant. Nous alternons tous course et marche. Ce rythme dure longtemps. La fatigue musculaire se fait sentir mais tous les concurrents avancent résolument.

Je me retrouve avec une jeune femme blonde avec un maillot bleu ciel. Elle me fait remarquer que nous sommes sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Nous discutons. Nous voyons le pic du Puy Griou et elle se demande si nous devons grimper ce mont. Je lui réponds que, d’après moi, non, mais que nous allons le contourner et que ça devrait monter. A’ son allure, je vois que c’est une habituée des trails. Son pas est sûr, sa démarche souple et déterminée. Il est évident qu’elle finira devant moi. Au bout d’un moment, elle se demande combien de km il reste. Je lui réponds que d’après mon GPS, il reste 8 kms si l’organisation a été sérieuse dans ses indications kilométriques. Et sur ce, elle accélère. Tchao, jolie blonde. Elle finira 5e féminine.

Arrive la montée proche du puy Griou. Je suis avec deux coureurs, l’un expérimenté, l’autre jeune. Ce dernier nous annonce que c’est la première fois qu’il fait un trail si long et qu’il n’en peut plus. Le plus expérimenté parle de l’oxygen challenge de l’an passé qui proposait un trail de 75 kms et qui passait par le Puy Mary. Je lui dis que je ne pourrai pas faire 75 kms  sur de tels parcours. Il me répond que si, c’est possible, parce qu’on le ferait moins vite. Finalement, il a raison. C’est vrai que, toute proportion gardée, on va assez vite sur ce trail et qu’on y laisse des forces.

Nous arrivons au col de rombière, reste 5 kms. Débute la descente, le coureur expérimenté s’éloigne. Le jeune n’en peut plus. Je lui propose de me suivre car je vais descendre lentement parce que je suis nul en descente et que je n’ai pas envie de me blesser si près de l’arrivée. La saison est encore longue avec le championnat du Canigou et les templiers au programme. Le jeune gémit, chaque foulée est pour lui synonyme de souffrance. Même si je suis mieux, mes quadriceps et surtout mes muscles au dessus des genoux sont en feu. Finalement, je laisse le jeune à sa souffrance. De toute façon, il ne le sait pas encore mais il aura fait une belle performance. J’accélère un peu, passe un névé pas très large mais assez profond. La neige monte à hauteur des cuisses cependant les coureurs précédents ont fait une trace étroite mais facile et nette. La descente raide dure près de 4 kms. Évidemment, je me fais doubler par cinq ou six coureurs, dont la sixième féminine.


Il reste un km. Nous remontons une piste de skis. Je vois plusieurs coureurs cinquante mètres devant moi mais cinquante mètres en montée raide, c’est une minute. Inutile d’essayer d’aller les chercher. Je regarde derrière moi. Personne ! Allez, je finis en douceur. Dernière descente, tout doux, les muscles font mal. Il reste à peine cent mètres. Dernier virage. Tout à coup, une tornade me dépasse. Il sprinte comme sur la fin d’un dix kms et arrive 10 m devant moi. Je passe l’arrivée à mon tour. Je m’aperçois que le coureur en question, c’est l’ancien avec ses chaussures bleues et son k-way (là, il n’a plus le k-way). Il est tout content de son coup. Il me dit que ça fait trois fois qu’il fait ce trail et qu’il le trouve toujours aussi dur. Je lui réponds un vague « oui, en effet ». Pour l’heure, je suis usé, mes jambes tremblent. Je reste 20 mm au ravitaillement d’arrivée et avale quartiers d’oranges, tranches de saucissons et morceaux de Cantal. Rassasié, je m’en retourne vers l’appartement et, avec plaisir, constate que malgré quelques douleurs, mes muscles ne sont pas tétanisés. Je n’ai pas trop puisé d’énergie pour la suite de la saison.

6h 03 mn 44s. 104e sur 363 arrivants. Je pourrai être frustré de ne pas être arrivé sous les six heures ou dans les cents premiers, ou de m’être fait « griller » par le fangio des derniers cent mètres. Mais non, je suis content. Le parcours était superbe, avec le soleil et Je ne pouvais pas faire mieux. La seule chose : Il faut vraiment que je trouve le moyen de progresser en descente.

1 commentaire

Commentaire de laulau posté le 03-06-2012 à 23:08:00

Merci pour ce récit bien sympathique plein de sagesse ! Bonne chance pour tes prochains projets.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !