Récit de la course : Les Passerelles du Monteynard - 45 km 2012, par nanard7th

L'auteur : nanard7th

La course : Les Passerelles du Monteynard - 45 km

Date : 22/7/2012

Lieu : Avignonet (Isère)

Affichage : 774 vues

Distance : 46km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Maratrail des Passerelles du Monteynard

Maratrail des Passerelles du Monteynard (46km, 2600m D+)

Dernière course de préparation avant l'Ultra-Trail du Vercors, ce Maratrail des Passerelles doit me permettre de faire le point sur un parcours exigeant.

Après ces 2 derniers mois intenses où j'ai enchainé la Nivollet-Revard, le trail du Pic StMichel, le trail du Gerbier et enfin samedi dernier le Montaud Trail, me voila donc parti pour cette première édition du trail des passerelles ...

Commençons tout d'abord avec les choses qui fâchent :

Passons pour le parking situé à plus d'un km du retrait des dossards (très bien pour l'échauffement avant course mais très douloureux après 46km ...), les épingles de nourrices facturées (je n'avais jamais vu ça) ou la perte du certificat médical pourtant envoyé lors de inscription sur Internet (sans doute un bug informatique) ...

Déception avec le petit cadeau distribué uniquement aux finishers : un gobelet et un sac qui finira sans aucun doute à la poubelle ... Pas très écolo tout cela ... alors certes, le montant de l’inscription n'était pas très élevé (à souligner), mais avec la subvention d'EDF je m'attendais à autre chose (un tee-shirt technique ... bleu par exemple)...

Mais tout cela ce n'est finalement pas vraiment important ...

Passons à l'essentiel ... la course : 

Et là, chapeau bas pour une première !

Le parcours tout d'abord : difficile avec sa grande montée vers le Senepi (1100m de D+ d'une traite) et (surtout) la montée épuisante de la montagne Côte Rouge, ludique avec de nombreux monotraces, des descentes bien raides comme je les aime, exigeant (beaucoup de relances entre les deux passerelles) et très varié.

Et puis chaque traversée des deux passerelles offre un point de vue sublime sur le lac. D'ailleurs, les points de vue sur l'Obiou, le mont Aiguille, ... vont se multiplier tout au long de la course.

L'organisation ensuite : un marquage top, beaucoup de bénévoles sur le parcours (toujours très souriants), des ravitaillements très corrects, une puce électronique pour le chrono, .....

Bref très pro : Bravo !!!

Et puis le temps est (enfin) au rendez-vous : i.e. pas trop chaud, quelques nuages et du vent sur la fin, idéal pour rafraichir ...

Bon, ma course ...

Au départ de Treffort, je suis un peu inquiet, une douleur au genou (qui va rapidement disparaitre) m'incite à la prudence et je pars donc avec le serre-file. Le parcours est très roulant jusqu'à la première passerelle, puis vraiment sympa entre les passerelles ou il faut sans cesse relancer. J'essaye de garder un bon rythme et j'arrive au premier ravitaillement de Mayres Savel où les randonneurs en provenance de Treffort qui viennent juste de débarquer font une haie d'honneur aux "maratrailien" (13km et 1h30 de course). Le temps de remplir la poche à eau et c'est parti pour une longue montée (1100m de D+) qui nous amènera au sommet du Senepi.

La première partie en faux plat montant s'avale à bonne allure, par contre, sur la seconde partie, la pente se fait bien raide (20% en moyenne) et là j'éprouve beaucoup de difficultés à conserver un rythme décent. Arrivée au sommet, miracle, les derniers nuages qui s'accrochaient au sommet se dissipent et nous offrent une vue somptueuse. (22km et 3h30) : 1100m de D+ en 2 heure pétantes, j'ai quand même des progrès à faire ...

Après un long faux plat, la descente commence. Et quelle descente !!! Un véritable calvaire pour beaucoup et un grand moment de bonheur pour moi (je rattrape tous ceux qui m'ont dépassé en montée et même plus) (29Km - 4h10). Le second ravitaillement permet de refaire le plein (d'eau et d'énergie avec un petit coca) et me voila parti vers les passerelles. Le retour (5km) me semble beaucoup plus difficile, la fatigue commence à se faire sentir, heureusement les promeneurs innombrables y vont de leur encouragements, ce qui motive et aide à relancer .... En passant la seconde passerelle je réalise que j'ai mis 1h pour revenir (par rapport aux 40' a l'aller : 50% de plus après 35 km)...

... et nous ne somme qu'au pied de la deuxième difficulté majeure de la course  : la montagne de Cote rouge en passant par le Pas de Berlioz qui encore une fois offre un panorama somptueux. La montée jusqu'à la table d'orientation est terrible (40km - 6h35), je me traine et je perds toute lucidité ... et avec tous ces coureurs qui m'ont encore une fois dépassé, je dois bien être le dernier.... Enfin le sommet, je prends mon temps pour admirer le paysage et je plonge dans la descente à tombeau ouvert, comme d'hab, je reprends tout ceux qui m'avaient déposés à la montée et enfin l'arrivée sur la plage de Treffort annonce la fin de l'aventure, encore trois km, puis deux et puis encore plus rapidement le dernier km (marquage kilométrique très fantaisiste sur la fin), je maintiens une bonne allure et je franchis la ligne d'arrivée en lisant 7h 19' 45" sur le chrono  (qui se tranformeront  curieusement en 7:21:14 dans le classement officiel ???).

Bilan

69ème sur 87 arrivants, 7h20 pour 46km : c'est très proche des 7h30 que j'avais anticipé.

Une bonne grosse fatigue mais pas de bobo, quelques douleurs musculaires (mais j'ai vraiment mis la gomme en descente) .. Tout va bien ... et ça va encore mieux après une bonne séance d'ostéopathie dispensée sur place.

Le temps de musarder sur la plage à admirer les fous de kit surf et c'est l'heure du retour.

Au final un grand souvenir et une véritable envie de revenir ....

... et puis le sentiment que  je suis fin prêt pour l'UTV (mon objectif de l'année pour oublier mon abandon l'an dernier au 65ème km)

Bernard

1 commentaire

Commentaire de richard192 posté le 24-07-2012 à 08:49:13

Bravo Bernard pour ta course et ton courage.
J'ai trouvé également que la seconde grosse montée était bien plus difficile que celle du Sénepy malgré un plus faible D+. La pente y était plus raide et la chaleur commençait à se faire sentir.
Même constat que toi pour le chrono +1min30 ajouté à mon temps d'arrivée.
A très bientôt sur l'UTV, je devrais y être également

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !