Récit de la course : Verdon Canyon Challenge Ultrail - 100 km 2012, par julsocks

L'auteur : julsocks

La course : Verdon Canyon Challenge Ultrail - 100 km

Date : 23/6/2012

Lieu : Aiguines (Var)

Affichage : 2569 vues

Distance : 50km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail 50km préparation CCC

Quel trail, de loin le plus beau que j’ai réalisé jusqu’à présent. Les gorges du Verdon sont un terrain de jeu sublime. Allez-y c’est magique !

 

 Entrée du canyon


Vue plongeante sur le canyon

Vue depuis le camping d'Aiguines. Lac de St Croix.

 

C’est un parcours très peu roulant, très technique et il fait très chaud. Il a fait plus de 30°C au milieu de l’après-midi. Heureusement qu’il y avait un peu de vent frais.

 

Deuxième et dernier trail de préparation avant la CCC. Fin mai j’ai participé à la Maxi Race (CR 41km ici) et j’y ai laissé une cheville. Entorse à minima selon mon médecin du sport mais entorse quand même. 4 semaines pour récupérer. Je ne cours pas mais continue à faire du vélo, piscine et gainage pour compenser. J’essaie quand même une sortie course après deux semaines tout se passe bien donc je ne regarde pas la montre et fais 25km sur du terrain stable. Je me dis que je suis bon pour reprendre la course mais le lendemain je peux à peine marcher. Aie ! Mon médecin me donne un avis défavorable sur ma participation à la course. Je lis les CR et je vois que c’est bcp de terrain technique. Tout ce qu’il ne faut pas…

 

Je prends quand même le départ après 5 séances de kiné et grâce à un straping de professionnel fait par ma femme. Pas vraiment d’objectif temps donc. Il faut finir. Je pense aller quoiqu’il arrive jusqu’à Maline puis on verra comment va la cheville. Après si tout tient bien, je me donne 8h30 pour être dans le premier tiers, aux environ de la 50ème place.

 

Je soigne encore la cheville la veille du grand départ.

 

Pret à prendre le bus pour Moustier

Je retrouve mon ami Julien sur la ligne de départ et nous partons très tranquillement depuis Moustier, on va dire dans les 20 derniers. Nous sommes 169 au départ. Seulement 169 je dirais. Je ne comprends pas que cette course n’attire pas plus de monde. Elle est absolument superbe.

 

Moustier- La Clue - 1h22 – 130ème

 

 

On commence à monter en lacet dès le début. On commence donc doucement je fais très attention à bien poser ma cheville même en montée. La route laisse place au chemin. Il y a pas mal de pierres mais ça va. Après 1,5km on attaque la voie romaine et ses lacets. Très vite nous arrivons sur un plateau. Que c’est beau. On voit très loin en profondeur. Je ne sais pas pourquoi mais cela me fait penser au Marathon des Sables, des coureurs au loin esseulé dans un décor très aride. Premier superbe panorama sur le lac de Sainte Croix, quelle couleur !!! 1,5km de plat et on amorce une descente très douce sur une piste forestière. En tout 4km très facile/rapide apèrs la première montée. Je fais très attention aux cailloux et je commence à remonter quelques coureurs. Julien est un peu derrière, je lui ai pris quelques hectomètres dans la montée. Entre le 5ème et le 6ème km on prend un petit chemin sur la droite, plus de piste forestière, là ça devient plus technique. Je ralentis. On descend dans une gorge et c’est la remontée en sous-bois. Pas difficile mais je fais bien attention à me préserver pas plus de 155 de puls. Ca redescend rapidement dans la forêt. Encore un piste forestière. Je laisse passer quelques coureurs. Je fais super gaffe à là où je mets les pieds. Je regarde mon chrono et pense déjà être loin de mon objectif d’1h20 à la Clue mais après avoir traversé une petite rivière je vois le ravito. 1h20 pile poil, j’ai du mal à y croire, je suis 130ème. J’ai fait la partie la plus facile ;) Pour l’instant la cheville tient bien malgré le fait qu’elle se soit rappelé à mon bon souvenir quelques fois déjà. Julien me rejoins au ravito et on repart ensemble.

 

La Clue – Mayrestre – 2h58 – 113ème

On attaque une longue montée dans la forêt. Vers le 12eme KM on sort de la forêt. Paysage encore une fois magnifique nous avons une vue plongeante sur le lac. Ca fait la queue pour les photos.

   

 

 

Je laisse Julien en prendre un max comme à son habitude. Là on commence un chemin de crête plus technique sur le plateau avec des gros cailloux calcaires. Je vais très doucement, je ménage ma cheville. C’est super sympa. Après le 14ème nous arrivons au sommet on redescend un peu puis du plat sur 2km. J’en profite pour bien dérouler les jambes. Les parcours roulant il n’y en a peu alors j’en profite. Au 17eme KM les choses sérieuses commencent. C’est la descente vers Mayrestre et quelle descente. Très éprouvante, pierriers gros cailloux, c’est très raide et ça fait mal pendant un KM, je descends en 4km/h. Je n’ai jamais été un grand descendeur mais quand même. ;) Au 18ème on retrouve la route, que ça fait du bien. Je dois voir ma femme et ma belle-famille au ravito mais j’ai du retard par rapport à l’horaire prévu. Coup de chance je les croisent sur la route.

 

Ils sont mignons dans leur camping-car. Je ne m’arrête pas. J’arrive au ravito. Je remplis ma poche à eau complètement et je fais un arrêt crème solaire. Il va commencer à faire chaud. Je passe en 2h58, 23 minutes de retard par rapport à mon objectif, pas si mal car j’ai été très prudent dans les descentes. Je suis content la cheville est au top. Julien est revenu sur moi. Il repartira du ravitaillement un peu avant moi. J’ai repris 17 coureurs sur cette portion.

 

Mayrestre – Maline – 4h50 – 94ème

Ici on commence un passage super sympa. On s’enfonce dans les gorges, chemin en balcon assez casse pates avec bcp de petites montées et descentes. 

 

 

 

Mieux vaut ne pas se faire mal ici sinon c’est l’hélitreuillage assuré. Je croise un concurrent qui fait demi-tour. On passe quelques passages délicats, il y a des mains courantes.

On est au bout du monde. C’est génial.  Ca remonte pas mal à partir du 23ème. Je suis à la tête d’un petit groupe de 6. Plus personne ne court, c’est de la marche rapide ici. On arrive au dessus de la route, je sais que le ravito n’est plus très loin.

 

 Je suis maintenant seul, les autres ont décroché. Julien ne dois pas être très loin derrière. Ca commence à descendre, c’est très bien ça. Je me remets à courir. Un peu plus loin juste avant le ravito mes supporters sont là.

Ma femme me couvre de crème solaire un petit bisou et c’est reparti. La cheville va bien je n’abandonnerai pas à Maline. J’ai repris 19 coureurs sur cette portion mais je suis maintenant 35 minutes derrière mon temps référence.

 

Maline – Petite Forêt – 6h59 – 60ème mais un bon nombre de coureurs ne se sont pas fait beepé ici.

Je sais que je rentre dans une partie du parcours qui est un peu particulière. Ca descend comme prévu pendant environ 2km. C’est raide mais pas aussi technique que la descente vers Mayrestre.

 

 

 

2 compagnons me rejoignent dans la descente. On est au 30ème, je me dis qu’on va commencer à rentrer dans le dur. On passe le pont qui enjambe les gorges.

 

 

 

 

Nous sommes au fond des gorges les la roche est superbe.

Le chemin au bord de la rivière est très sauvage. Il monte, il descend. On s’accroche aux branches d’arbre pour monter, on enjambe d’immenses troncs d’arbre mort. On grimpe sur des rochers. Ce n’est plus du trail mais du raid aventure. J’adore ! Parfois il est difficile de trouver son chemin.

J’accuse un petit coup de mou à ce moment, sur 1-2km. J’essaie de ralentir un peu et je profite du paysage. Je veux laisser passer mes deux compagnons mais il ne sont pas disposé à aller plus vite. On fait moins de 4km/h ici. On court parfois collé à la paroi des gorge, il fait frais. On peut apercevoir de nombreuses grottes. Que c’est beau. On arrive à un passage assez dangereux. Il y a une logue main courante. Je range mes bâtons et laisse passer mes collègues.

Cela me rappelle le chemin de la mature dans le Pyrénées. On évolue sur 100m sur un chemin taillé à même la roche. Ce n’est pas très large, peut être 1m. Je reste concentré car le Verdon est déjà plus de 10m plus bas et il se fait entendre. On retrouve un chemin plus chemin mais ça commence à monter raide. Je reprends mes bâtons pour quelques mètres car là commence le Sentier Vidal interdit à la descente. Je range les bâtons souffle un bon coup et commence l’escalade en ne lâchant jamais la main courante. On s’élève rapidement à la force du poignet. Le chemin ne fait pas plus qu’1 mètre de large et là on est bcp plus haut que tout à l’heure.

On reste concentré. Plusieurs passage après très raide mais l’organisation a mis des cordes supplémentaires, sympa. Je crois un couple d’allemands qui redescend. Qu’est-ce qu’il font là ?? Après quelques minutes on retrouve la terre ferme mais toujours aussi raide. Un coureur m’a rattrapé je lui demande s’il connaît le parcours et si ça vaut le coup que je ressorte mes bâtons.  C’est àlors que je tombe nez à nez avec une paroi « verticale ». Je me dis que c’est pas possible que l’on s’est trompé mais non c’est bien là il y a une corde en plus de la main courante et un gentil sauveteur qui nous attend en haut. Mais il n’a pas de baudrier. Je reprends mon souffle 2 minutes pour ne pas faire de bêtise. La tête tourne un peu après plus de 7h de course.  On monte bien 10-15m à la vertical puis une échelle et c’en est fini de ce passage diabolique. Que c’était bon ! C’est ici que je reprends mes deux collègues. Ils n’ont pas l’air très en forme. Je les salue et continue. J’ai « couru » ce 33eme KM en près de 45 minutes. Là je me suis rappelé quelqu’un au départ qui m’avait dit que dans la gorge tu ne fais pas plus de 1km/h. Il avait raison. Avant d’arriver à Petite forêt c’est plat, je trouve la force de courir un peu. Tiens ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps ;). Je ne m’arrête pas trop sinon je ne repars plus. Je vois des coureurs en train de se faire masser. On est dans le dur. Je n’ai pas dû reprendre bcp de places sur cette portion, peut-être 5. J’ai 54 minutes son mon temps référence. Je n’y pense même pas. L’objectif est toujours de préserver la cheville et de finir frais.

 

Petite Forêt – Aiguines – 9h21 – 71ème

Là je me dis que je vais commencer à rattrapper bcp de monde. Je pensais que la valse des zombies commencerait plus tôt mais je n’ai pas rattrappé grand monde entre Maline et Petite Forêt. J’ai bon espoir, je me sens encore frais. Ca monte encore mais dans la forêt. C’est calme. Je suis seul, très seul. Tout d’un coup je commence à entendre quelqu’un qui revient.  Mince, pourtant je monte bien. C’est le 1er du 100km Arnaud Lejeune, je l’encourage. Il me dit que c’est dur. A ce moment-là, je me dis que les suivants vont revenir assez vite… mais je ne verrai personne le deuxième arrivera seulement 2h après Arnaud. Je n’ai repris personne, toujours pas de zombies… Je me dis que les gars qui s’inscrivent sur ce trail sont des super costauds (c’est bon pour le moral). A la fin du 37ème on sort de la forêt.

Chemin de crête, mais ça continue de monter. J’ai du mal a allé plus vite que 3-3,5km/h ici. Il faut trouver les balises, pas vraiment de chemin. C’est sauvage. Quel paysage. Je commence à voir quelques coureurs, enfin. Je passe un Finlandais qui n’a pas l’air bien. Problème de digestion. On parle quelques minutes puis il me dit que ça va finalement. Je le reverrai sur la ligne d’arrivée pour faire la traduction avec les équipes de premiers secours. Il descendra à l’hôpital peu après son arrivée. Un peu plus loin je passe un italien qui a des crampes. La vue est superbe à 360 au sommet du Grand Marges point culminant de la course (1500m+).

 

 

Je rencontre un français et un autre italien qui souffrent de crampes. On descend tous ensembles.

 

 

 Le premier italien nous a rejoint. La descente est agréable pas trop technique sur le premiers km. Puis ca devient un peu plus compliqué. Attention il y a une petite montée au 43ème qui casse bien. Ca descend toujours… La je m’arrête près d’un coureur complètement cuit. Il n’arrive presque plus à parler. Je lui donne de l’eau puis repars. Il n’était qu’à 300m du camping. Quand je comprends que l’on est déjè au camping, j’ai des frissons, c’est fini…ou presque Moins d d’un km sur du goudron, facile. On est dans le village. 

Je finis en 9h21 (71ème), soit 51 minutes de plus que mon temps référence. Pas si mal même si vitesse moyenne juste en dessous des 5km/h. Cela en dit long sur la difficulté du parcours.

 

 

Maintenant on se repose et on fait de même à la CCC ;)

2 commentaires

Commentaire de a_nne posté le 29-07-2012 à 21:52:56

Bravo belle course et très belles photos !! C'est sur que ça donne envie d'y aller... :-)

Commentaire de totoro posté le 30-07-2012 à 13:25:01

Merci pour ce récit car c'est clair que tu nous donnes envie d'y participer avec de telles photos ! Bonne récupération et amuse-toi bien à la CCC !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !