Récit de la course : Trail du Tour des Fiz 2014, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail du Tour des Fiz

Date : 27/7/2014

Lieu : Passy (Haute-Savoie)

Affichage : 1181 vues

Distance : 61km

Objectif : Se défoncer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

19 autres récits :

Le fracassant Tour des Fiz à Poucet

 




LE FRACASSANT TOUR DES FIZ A POUCET



J'attendais cette dernière semaine de Juillet synonyme de début des vacances avec impatience. Le programme était alléchant avec Dimanche les 61 km et 5000 D+ du Tour des Fiz 8 refuges, suivi d'une semaine cool de récupération et de randonnée avec Danièle. 

Sous un ciel bien tristounet le voyage par la Suisse est largement arrosé. Nous passons récupérer mon dossard au magasin Quechua de Domancy Samedi en fin d’après midi, pile poil dans un créneau favorable ou il n'y a pas d'attente. Après vérification scrupuleuse de mon identité et du matériel obligatoire, l'affaire est rapidement pliée. Nous rejoignons ensuite le Plateau d'Assy ou nous avons réservé un gite pour la semaine. La discussion s'engage vite avec notre hôte, maire adjointe au sports et membre de l'office du tourisme de Passy, et donc très impliquée dans l'organisation de la 6 ème édition Tour des Fiz.

On apprend ainsi que l'équipe d'organisation et a la recherche d'un nouveau sponsor pour la prochaine édition. Il semblerait que Quéchua ai prévu de recentrer son activité sur la randonnée, abandonnant le créneau du trail et laissant ainsi le champ libre à Kaleni pour l'ensemble de la course à pieds. La cohabitation de ces deux marques a du faire phosphorer quelques stratèges du marketing chez Décathlon,. Si elle se confirme cette évolution ne peut laisser indifférent le trailer de base que je suis . Au même titre que Salomon et Lafuma, Quechua est une des marques emblématiques de notre sport. Une de celles qui ont écrit les premières pages de la légende, développant des produits spécifiques de qualité, accessibles à tous et portés par des ambassadeurs charismatiques affichant les belles valeurs de l'esprit originel du trail. Bien avant la surmédiatisation actuelle, la vulgarisation des formats et la surenchère des difficultés, la multiplication des teams de tous bords, des fédérations et association en tous genre s'arrogeant avec suffisance une légitimité toute virtuelle. Alors que l'on découvre régulièrement de nouvelles marques pousser comme des champignons sur le terreau fumant de l'ultra trail, ce retrait est étonnant ... Détonnant ?

Mais revenons à nos moutons. Le Tour des Fiz respire l'ambiance du trail pur jus, celui qui m'a inoculé le virus, celui que j'aime. J'ai mis le réveil à 3h15. Le temps de s'envoyer un bol de SportDéj et de se préparer, il nous faut dix minutes en voiture pour rejoindre Plaine Joux. A cette heure matinale il est trés facile de se garer et de rejoindre le départ. Nous sommes 215 inscrits sur le grand parcours, l'ambiance est super cool, intimiste. Ceux qui le désire peuvent profiter d'un café et de gâteaux. Il fait frais et chacun cherche a s'abriter au mieux en attendant 5H ... On aurait finalement pu rester sous la couette une bonne demi heure de plus. Je croise quelques visages connus d'alsaciens oli-coachés autour du boss. Olivier à aujourd'hui troqué le costume d'organisateur pour celui de pacer. 







Des points de ravitaillements nombreux mais difficilement accessible sont situés à chacun des 8 refuges répartis sur la tracé. J'ai renoncé à stresser Danièle avec l'organisation d'une assistance très aléatoire. Au niveau équipement j'ai pris la ceinture Raidlight avec deux bidons de 600. Hormis le gobelet pliable dans sa pochette spécifique et bien accessible sur le devant, j'ai comprimé tout le matériel obligatoire dans la poche arrière : téléphone, couverture de survie, sifflet, corsaire et veste imperméable. Il reste juste un peu de mou pour y glisser la frontale et les manchettes un peu plus tard. Devant j'ai également un pochette avec quelques barres et deux recharges de poudre énergetique (mélange Caloreen + Aptonia orange). Et puis j'ai les bâtons Raidlight Trail Pôle pliés dans le carquois éponyme. Au pied j'ai enfilés les Kalenji Kapteren qui m'avaient fait excellente impression sur l'Ardéchois ... probablement une des paires qui m'accompagnera sur l'UTMB, avec les Brooks Cascadia. Pas de doute, l'objectif de fin Août est bien présent, le Tour des Fiz est une répétition idéale.

Les premiers kilomètres offrent une profil plutôt descendant. Comme d'habitude, le départ me parait très rapide ... Il y a à peine une heure à courir de nuit et j'ai fait la aussi le choix du light au niveau de la frontale. Mais avec l'humidité qui colle aux lunettes, la petite Petzl se montre un peu juste dans les secteurs techniques rendus très glissants par les nombreuses pluies récentes. Je suis soulagé de voir poindre les premières lueurs du jour en attaquant la montée vers le refuge de Varan. Le Mont Blanc en toile de fond ajoute le petit frisson de plaisir qui accompagne les épreuves mythiques. Cette fois c'est bien parti, je trouve rapidement mon rythme de croisière. Varan offre un cadre idyllique pour le premier ravito, mais c'est la course et je me lance à blinde dans la descente suivante. Je me dis que nous aurons bien l'occasion de remonter tranquillement par ici durant notre semaine de rando.





J'avais bien mémorisé le profil et décidé de n'utiliser les bâtons qu'à l'occasion des longues ascensions. Je déplie donc mes Raidlight à l'entame du Col de Portette. Le ciel est presque dégagé, l'environnement sauvage, j'apercois des bouquetins sur les cimes acérées qui nous dominent. On découvre rapidement le refuge de Platé à l'occasion d'un petit replat. Il me reste assez dans les bidons pour rejoindre le prochain ravito. Je chope une poignée de figues sur la table et repars immédiatement.

Peu avant d'arriver au Col, un type me pousse au cul sans ménagement ... le gars est plié en deux dans la pente et me passe à l'arrache en haletant comme un mort de faim. D’où sort il celui là ??? Puis d'autres coureurs étonnamment frais, déboulent et me déposent comme une fleur ... Je ne comprends pas ce qui m'arrive. Serait ce les premiers qui ce seraient perdus plus tôt ??? J'en suis à ces réflexions lorsque je replie les bâtons au passage du Col. Ce sont maintenant des hordes qui basculent à fond et je dois paraître bien emprunté en essayant de suivre leur traces, sans succès ... il m’apparaît alors évident que ce sont les coureurs du petit parcours. Nos parcours seront communs sur une bonne partie de cette très longue descente. Je profites du refuge de Sales à mi pente pour faire le niveau des bidons avec une dose de poudre et je pioche la main dans l'assiette à fromage ... Mmmmm, délicieuse cette tomme du pays.



La dégringolade vers Salvagny reprend de plus belle, la densité de coureurs est importante et c'est un peu stressant d'être doublé sans cesse. Au moment ou on aperçoit une jolie cascade ma cheville gauche part en vrille et je ressent un violente douleur ... Aie aie aie. Je boitille quelques instants, pendant que des bolides dévalent toujours de derrière, puis relance doucement quand la douleur s'estompe, en essayant de courir le plus relâché possible. Il me faut dix bonnes minutes pour retrouver un semblant de rythme ... et vlan, la même cheville reste à nouveau plantée. Je suis à peine à mi course et je devines que la suite va être compliquée. L'idée d’abandonner effleure un instant mon esprit, mais le souvenir du final pitoyable de la Vallée des Lacs est encore bien présent, et je ne veux absolument pas revivre cette impression d'inachevé ... 
Avec grand plaisir je vois les coureurs du 30 km bifurquer au niveau du Lignon. Dans l'action j'oublie presque la douleur et avec un brin d’appréhension je rejoint Salvagny cahin-caha ou je suis pointé 39 ème, talonné par la seconde féminine.

Je sors les bâtons et c'est en marchant que je quitte le contrôle, pour attaquer le gros morceau qui se profile en direction de Grenairon, soit 1000 m à grimper sur 5km. Dés les premières rampes, je suis débordé par la miss Barbara, le cliquetis rapide et régulier de ses bâtons indique qu'elle en maîtrise parfaitement la technique, ce qui est loin d'être mon cas. Je dois me résoudre à la voir s’éloigner dans les lacets qui succèdent à l'infernale piste toute droite qui marque le début de l'ascension. Un peu plus haut je m'écarterai à nouveau pour laisser Philippe Treuil, qui lui aussi dégage une belle impression de facilité avec le maniement des bâtons dans les longues montées. Depuis le début de la journée nous jouons à saute mouton avec Philippe, aussi crispé dans les descentes qu'il est à l'aise dans les montées. On se reverra plus tard. Peut être ... ou pas.

Pour l'heure j'en doute en pataugeant dans le sentier transformé en bourbier sur le haut de la grimpée. J'ai l'impression d'être planté, je subi là un gros coup de mou et le temps me parait bien long jusqu'au refuge de Grenairon. Je pars en vrille dans une section de gadoue et pour un peu j'y laissais un bâton ... Il me semble percevoir comme un craquement. Ces Raidlight Trail Pole sont certes légers et pratiques, mais je trouve qu'ils prennent rapidement du jeu et dégagent globalement une impression de fragilité ...



Le cadre est une nouvelle fois enchanteur pour le cinquième contrôle au refuge de Grenairon que Philippe quitte lorsque j' arrive, pointé alors en 41 ème position. Un contrôle du matériel y est effectué et je galère à refourrer le tout dans la ceinture et ranger les bâtons. Je prends un peu de temps pour recharger les accus, profiter du saucisson, du fromage et du coca … assortiment peu conventionnel, mais qui me réussit plutôt bien. Ce sera mon arrêt le plus long, probablement un peu plus de 5'. Ma cheville gauche se rappelle immédiatement à mon souvenir lorsque je me lance dans la descente … Cette fois ci on dévale une piste très roulante ou j'ai du mal a me libérer. Je double quelques gars en vrac, mais je n'arriverai pas à faire la jonction avec Philippe, mon lièvre du jour. En bas on poursuit toujours sur de larges pistes ou il est possible d'alterner marche et course. Je sors les bâtons une dernière fois, lorsque la pente se fait plus dure, à l'approche du petit refuge des Forts, ou je ne m'attarde pas. Selon les bénévoles, il nous resterait 800 m à grimper … Je gère du mieux possible cette dernière grosse montée et j’aperçois à nouveau quelques gars en point de mire en retrouvant les pelouses alpines sur le haut. Je range définitivement les bâtons avant de basculer sur le Refuge Alfred Wills pour un nouvel arrêt express. Il faut encore s'arracher pour monter jusqu'au Lac puis au Col d'Anterne à 2257 m … Il reste alors globalement 1000 m à dévaler pour rejoindre l'arrivée à Plaine Joux. On voit le bout du tunnel, le mental s'en ressent et j'aborde la descente le mors au dent.

Je vois mon lièvre repartir en vue du Refuge de Moëde. Il reste 8km, je remplis une dernière fois les bidons. Là il faut se montrer très attentif, car la descente est dans un premier temps très technique et dangereuse … Je suis doublé par un sautillant jeunot qui se joue des obstacles tel un cabri  , disparaissant de mon champ de vision en quelques instant. Impressionnant. Il me faudra un peu de patience et de prudence pour revenir sur Philippe qui lui apprécie modérément cette descente infernale … 

Il ne reste plus qu'a relancer sur le bas, 3 km sont annoncés au dernier contrôle du Châtelet, l'euphorie me gagne … Un type me crie " encore 400m , ça grimpe " …. je vais gratter au fond du fond le petit reste d'énergie pour courir dans ce dernier talus et passer sous l'arche libératrice en 10h44. En vrac, mais tellement heureux de l'avoir fait  !!!! Au micro l'excellent Ludo me donne RV pour plus tard  : " Tu es second V2 Gilles, à tout à l'heure pour le podium ". Génial.



Par contre je ne comprend pas bien pourquoi le site internet de l'épreuve n'indiquait pas le lien vers Livetrail … J'ai découvert ça après coup. Dommage pour les copains.

Il ne restait plus qu'a profiter du copieux et délicieux buffet et de la super ambiance d’après course …. 



Le podium Scratch : Serge Monnet, Jean Christophe Bette, Patrick Fragnière





Le podium V2 avec les deux Philippe parisiens et Poucet l'alsacien, tout content. Philippe Treuil je l'ai croisé souvent tout au long de la journée … Philippe Guillemain je ne l'ai jamais vu. Mais je l'avais rencontré l'an passé sur l'UT4M dont il avait déjà remporté la catégorie, avec une excellente place scratch en prime. Format de poche mais sacrément costaud le sympathique kikoureur, qui sera à coup sur encore aux premières loges dans un mois du coté de Chamonix. 



 

Nous avons pu apercevoir quelques VIP sympa sur ce Tour des Fiz …





A peine posé dans mon lit, je suis tombé dans les bras de Morphée, avec de belles images plein la tête. Mais la douleur enveloppant ma cheville blessée et l'estomac dans les talons m'ont tirés du sommeil en pleine nuit, bien trop tôt .Ce n'est pas la première fois que je me retrouve affamé après une course, je connais le traitement adapté. 

Quant à la blessure, puisque la météo du jour compromet nos idées de balades, nous prenons la direction de Chamonix pour y faire examiner ma cheville et déambuler à la découverte de La Mecque du trail, afin d'y prendre quelques repères en vue de l'UTMB …

J'ai apprécié la prise en charge à l’hôpital, rapide, efficace, vraiment très professionnelle et attentionnée. Une heure plus tard je quittais les lieux avec une ordonnance pour une attelle et des béquilles, assorti d'un avis très réservé quand a mes chances de pouvoir prendre le départ de l'UTMB … Et dans l'immédiat c'est bien la semaine de randonnée qui s'envolait en fumée. Nous décidons alors de rentrer en Alsace pour y engager au plus vite les soins et le traitement prescrit …. Drôles de vacances  !!!

Chatenois, Jeudi 31 Juillet  : les cuisse sont encore tiraillées par de profondes courbatures, ma cheville encore bien gonflée m’empêche de marcher correctement mais ne me fais plus souffrir … J'ai bien sûr débuté intensivement la kiné, pour l'instant uniquement en soins. Mon activité physique se limite a des séances de piscine … Je ne suis pas fan des longueurs en bassin, mais pour l'instant c'est la seule possibilité de se bouger un peu. En attendant peut être de mouliner sur le vélo ce WE … et en essayant de ne pas trop prendre de gras. Pas facile pour un gourmand comme moi !!! 

Le départ de l'UTMB est pile poil dans un mois … Wait and see  !!!

  
2014 : Année du Boulet

7 commentaires

Commentaire de bedel posté le 01-08-2014 à 09:13:36

Salut Poucet

Je suis un assidu de tes CR......Celui là me rappelle quelques souvenirs de cheville....
pour ta cheville essaye l'argile verte et le flexilum ......

En espérant que ça le fin fasse pour fin août

Bon courage

Commentaire de poucet posté le 01-08-2014 à 20:18:15

Merci Bedel, c'est toujours agréable d'avoir un retour de temps à autre. La cheville évolue bien, c'est dégonflé et j'ai commencé les exercices de proprioception ... Mon kiné est plutôt confiant pour une reprise rapide ? Donc moi aussi !!!

Commentaire de PhilippeG-549 posté le 01-08-2014 à 09:50:43

Bonjour Poucet,
Merci pour ton récit très sympatique et bien écrit, c'est plutôt moi le boulet, impossible de me souvenir ou nous nous étions croisés !
(Oups, j'ai pas la mémoire des visages, désolé...)
J'étais même tout perturbé de sentir que tu me connaissais alors que ce n'était pas réciproque, ça se voit sur la photo ;-)
Félicitations pour ta course et bien désolé pour ta cheville, j'espère bien te croiser à Cham et te reconnaitre cette fois-ci :-)
(Un détail, mais à l'UT4M, je ne fais que 2e en catégorie pour la petite histoire...)
Bonne récupération poucet et au plaisir de te retrouver en bonne forme et santé.
Philippe

Commentaire de poucet posté le 01-08-2014 à 20:28:25

Hello Philippe,
Deuxième à l'UT4M ... Mais oui bien sûr, j'avais oublié l'excellent Jean Marc Durand.
En fait nous avons pas mal échangé sur le fil kikou d'avoir avant la course, nous avions discuté un moment pendant le buffet et nous avons échangé par la suite sur le sujet bâtons. J'ai fait l'acquisition des Raidlight Trail Pôle sur tes conseils ...
Sûr qu'à notre âge, la mémoire devient parfois défaillante ... Moi aussi ... je suis sûr déjà ton copain Philippe T quelque part, mais ou ??? Petit Ballon ??? Vallée des Lacs ??? Crest ??? Verbier ??? Chépu ....
Au plaisir de te revoir à Chamonix

Commentaire de bedel posté le 02-08-2014 à 17:47:04

c'est une bonne nouvelle, maintenant y a plus qu'à croiser les doigts et à faire du jus........en espérant pouvoir t'encourager sur le chemin

Commentaire de PhilKiKou posté le 18-08-2014 à 11:02:08

Beau trail rendu encore plus difficile par les pluies de cette été... j'espère que ta cheville va se remettre .. suite au prochain récit...

Commentaire de poucet posté le 18-08-2014 à 19:18:40

Avec un bon strapping, la cheville à l'air de tenir ... reste à voir ce que ça peut donner sur 166 bornes !!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !