Récit de la course : Le Bélier 2014, par Vik

L'auteur : Vik

La course : Le Bélier

Date : 24/8/2014

Lieu : La Clusaz (Haute-Savoie)

Affichage : 743 vues

Distance : 27km

Objectif : Se défoncer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

19 autres récits :

Tu marches ou tu cours ? Tu cours ? Ça marche ! (je marche)

Aller zou, je me lance dans un récit moi aussi. Histoire de fêter mon second trail :)

Je me suis élancé samedi d'aix les bains pour me rendre aux confins, la clusaz, par les beauges (mont Revard), histoire de rajouter un peu de défi, sinon ça serait trop simple :)

A 17h30, je suis à thones, et prend ma première et seule pause casse croute après 5h de vélo nonstop (j'ai tout de même sur moi un camelbag et ceinture avec noisettes, faut pas déconner). Je me dis que tout va bien, dans un peu plus d'une heure je suis arrivé, car il me reste moins de 15 bornes. Tant mieux, car mes pieds et isquios commencent à sentir la fatigue voire la douleur (les doigts de pieds surtout).

Les piles de mon GPS me lachent et j'arrive sans trop comprendre pourquoi bien tard aux confins: 2h plus tard ! Ce n'est qu'en redescant le dimanche sur Annecy que je comprendrais que ces derniers bornes sont quasiment entièrement de la montée à => 10% :p

Je suis donc totalement vidé le samedi soir. ça va être dur le lendemain...

Finalement, pas tant que ça.  Les jambes font un peu la gueule au réveil, mais vaille que vaille, faudra bien faire ces 27 bornes.

Je suis légèrement à la bourre, et n'aurais pas le temps de croiser les kikous participants à la même course. D'ailleurs j'ai pas pu lire la moitié des messages, étant parti un peu tôt le week end.

A la bourre, donc dans le fond du panier pour le départ. Or je sais que c'est de la single track très tôt, donc je tente de prendre des places. ça part très vite, je dois moi même être à plus de 14km/h sur le premier km. Je double une centaine de courreurs au moins. Mais je suis loin, très loin des premiers. Peut importe, je ne courre pas pour le podium, c'est mon deuxieme trail et j'ai les patounettes qui râlent. Je m'étais fixé comme objectif 3h15, et je vais essayer de m'y tenir.

Je me satisfait donc d'être "en gros" dans la fin du second tier, d'après mes estimations à la grosse louche.
Et prends mon mal en patience dans la partion en single track car ça va lentement, mais alors, lentement... Et malgrés le vélo de la veille j'aurais bien envoyé un peu plus quand même. J'étais là pour ça.

Sorti de la single track, je courre et me rends compte que ça va vraiment être chaud au niveau musculaire. Je fais très attention à mon hydratation et à manger très peu mais toujours régulièrement. Des noisettes toutes les 20mn, une banane séchée toutes les 45m ~.
Je ne m'arrête pas aux ravitos, je me fais simplement remplir le bidon à la ceinture aux 3eme et 4eme ravitos. Je ne m'arrête pas une seconde aux autres, ce qui m'a fait gagner beaucoup de places au final.

Par contre, je marche beaucoup, pour ne pas traumatiser les muscles déja bien vidés. Dès que le dénivellé est un peu fort, je marche (vite), je m'hydrate, voire je mange. Je ne relance que lorsque le jeu en vaut la chandelle: bonne descente, effort prolongé...

Je suis pendant un grand moment avec les même courreurs. Je retiens quelques numéros. Ils semblent faire des efforts importants en montée, faux plats montant, quand ils me remontent... Certains soufflent pas mal. Je les garde à l'esprit en me disant que s'ils restent devant moi, c'est que je me suis trop laissé aller.

Je retiens un autre numéro, un mec qui porte un cuissard du trail de faverges. Faverges, c'était mon premier trail :)
Il voit que je scrute son dossard, alors il m'interpelle "tu veux savoir combien j'aurais fait" me lance t-il. Je lui réponds que ça fait effectivement un moment qu'on joue au chat et à la souris :)
C'est un bon descendeur à priori, mais je ne descendrais pas la descente finale avec lui, ayant pris quelques minutes d'avance. Je le recroiserais à l'arrivée, on discutera 2mn.

 

Je croise un barman-trailer rencontré la veille qui ne participe pas mais regarde passer près du lac des confins. Il me charie car je marche. Je lui répond que ce qui compte, c'est les résultats à l'arrivée.


Au KM 17, je suis drogué. L'endorphine fait son effet. Je roule seul, reste callé sur mon ~8km/h en attendant "LE" col, qui d'après les récits de ce parcours que j'avais lu avant la course, est très dur. Je ne courre pas un instant dans cette ascension, mais la grimpe relativement aisément à une très bonne vitesse (pour de la marche avec mes petites jambes :p). Je remonte une vingtaine de courreurs. Et en sème encore une vingtaine au ravito du haut.

Puis je réalise une très bonne descente, dans un wagon de courreurs à l'aise dans ce type de configuration.
Les deux derniers km sont difficiles. Mon mollet gauche me fais de grandes mises en garde de crampe qui ne va pas tarder. Puis c'est le tour du droit. Je relance très peu en faux plat montant sur cette fin de parcours, fais attention à raser le sol. A 500m de la ligne d'arrivée, les mollets geulent. J'accélère un peu quand même, toujours en foulées rasante, à 2 doigts de la double crampe. Mais ça passe. Je double une féminine, qui me redouble à 15m de la ligne d'arrivée. Bon joueur, je lui laisse la place et arrive exténué en position 444 pour 3h13.31 de course (et quelques minutes avant les numéros retenus des premiers 15km)

Je suis satisfait donc, malgré le fait que j'ai beaucoup marché, car j'ai réalisé mon objectif, et ce après les 100km 2400D+ en vélo de la veille.
J'ai aussi très bien géré mon hydratation et commencé à penser à gérer l'alimentation en cours de route, nécessaire pour mes objectifs à très long terme d'ultras.

Le bélier est par contre une course au profil que je n'apprécie pas particulièrement: trop roulant, très peu de passages techniques...
Mais le cadre est sympatique :)


Un grand merci aux bénévoles et aux organisateurs :)

 

Edit: et la trace GPS avec le profil / la courbe de vitesse: http://connect.garmin.com/modern/jsPlayer/573340849

7 commentaires

Commentaire de chirov posté le 25-08-2014 à 15:35:42

Vraiment bien pour un second trail, continues comme ça ;-)

Commentaire de Namtar posté le 25-08-2014 à 15:41:28

Félicitation, belle course et beau récit. Dommage que l'on n'a pas pu se croiser.

Commentaire de blanbar posté le 25-08-2014 à 16:13:45

Bravo à toi pour cet enchaînement vélo - trail! Et dommage pour cette fois, on aura peut être l'occasion de se croiser sur un autre trail!

Commentaire de Arclusaz posté le 25-08-2014 à 17:27:00

et tu es en rentré en Vélo ?????????

Bravo pour ce bel enchainement (bon, juste une petite remarque, on écrit Bauges et pas Beauges)

Commentaire de Vik posté le 25-08-2014 à 17:58:10

Oui, mais j'ai raccourci pour le retour: seulement annecy pour reprendre un TER vers lyon :) (quasi que de la descente, et un peu de faux plat montant, seulement 35km 300D+ d'après le GPS)
Mais ça a suscité l'étonnement de quelques personnes qui m'ont "acclamé" / encouragé en sortie de la clusaz :p
j'ai fait plein de fautes car j'ai écris vite à la pause de midi, je corrigerais ce soir :p

Commentaire de Arclusaz posté le 25-08-2014 à 18:02:00

pas besoin de corriger les fautes, c'est ça la spontanéité ! pour Beauges, c'est une taquinerie car je me suis fait sur ce forum un promoteur de ce magnifique massif. Dès que quelqu'un en parle, je ne peux pas m'empêcher d'intervenir. Mais, on l'écrit bien comme on veut, le principal c'est qu'on l'apprécie!!!!!

Commentaire de kirioca posté le 25-08-2014 à 23:41:52

Dommage qu'on se soit pas croiser !!! on a peut etre du mais bon je suis comme toi trop roulant pour moi mais bon ca fait pas de mal defois en tt cas chapeau pour ton mix velo course !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !