Récit de la course : L'Echappée Belle - 85 km 2015, par patrovite69

L'auteur : patrovite69

La course : L'Echappée Belle - 85 km

Date : 29/8/2015

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 834 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

82 autres récits :

De l'autre côté du miroir

Me revoilà à faire le CR de mon EB. Désolée pour toi coureur qui cherche à travers les CR  les précieuses informations pour faire la course idéale. Je ne suis qu’une humble suiveuse qui va de ravito en ravito pour soutenir son mari.

L’année dernière, première tentative de mon cher et tendre (Franckdebrignais) sur l’EB 85. Tout allait bien jusqu’à Super Collet c’est ensuite que ça s’est gâté avec un abandon à Val Pelouse.

Cette année pas question d’abandon ; trails en montagne, un off reco du col Moretan est organisé (j’y laisserai une cheville). Tous les points pour l’UTMB 2016 sont acquis donc pas de stress pour le départ de la course, le reste c’est du bonus !

Forts de notre première expérience nous réservons un appart au centre d’Allevard. Pas un mobile home miteux près de la nationale mais un bel appart en plein centre du village. Idéalement placé, à 30  min des différents ravitos. Nous y passerons la semaine avant la course ce qui permettra à Franck de faire une dernière reco avec Ptitdenis, son acolyte de toujours, de faire une rando repérage sur les modifications du tracé de départ de course (bon ok ! c’était pas du tout par là qu’ils allaient passer mais la balade était chouette).

En fin de semaine, nous sommes rejoints par « Bubulle » et sa femme, Elisabeth, qui ont eux aussi pris, un appartement dans le centre d’Allevard. C’est l’occasion de faire connaissance et pour les deux coureurs tirer des plans sur la comète…c’est fou ce que les hommes peuvent parler !

Le jeudi Franck va chercher son dossard à Aiguebelle et en profite pour rencontrer un maximum de Kikous. Le soir c’est mise en place des temps de passage aux ravitos. J’ai l’impression que Franck fait ça avec beaucoup plus de légèreté que l’année dernière «  je te mets les temps de passage mais à voir… on adaptera » bon d’accord ! On adaptera !

Et c’est reparti, comme pour toutes les courses, pour un échange effréné de SMS avec Christelle , la femme de Ptitdenis, qui durera plus de 72h !  « ça y est on est repartie » le tout avec une photo de son mari en train de préparer ses affaires pour le lendemain.  Du coup le mien s’y met aussi même s’il ne part que samedi matin, il va même jusqu’à peser son sac, une première ! Ce qui me console c’est que pour certain les sacs étaient prêts avec une semaine d’avance, n’est-ce pas B….. Et oui messieurs, tout se sait, on discute aussi entre suiveuses on se rend compte que nos maris ne sont pas les seuls à avoir leurs petites manies…

Le vendredi, après un aller /retour éclair sur Lyon le temps de  déposer Thomas, notre fils, récupérer 2 duvets et tapis de sols pour la course, nous montons au Pleynet pour voir passer les coureurs du 144 et laisser ma paire de bâtons dans le sac de délestage de Chtitgone qui a casser un des siens. C’est une première dans le suivi live, opération bâtons de secours, ça s’est fait en un tour de main, on est super réactif chez les kikous.

Nous rejoignons la femme de ptitdenis qui donne de ses nouvelles. C’est dur mais il est en meilleur forme que l’année dernière. Nous ne pourrons malheureusement  pas le voir passer car nous allons en repérage pour le ravito du Lac Léat (accessible à pied) avant de rentrer pour manger notre dernière platée de pates et se coucher tôt pour le grand jour. Cette année je change de co-pilote, ce sera Alexandre, notre ainé, qui m’épaulera.

C’est sans compter le suivi live sur kikourou : chronophage ! Déjà scotchés depuis le début de la journée pour voir la progression de tous les kikous du 144 que nous connaissons, pas moyen d’aller  se coucher. C’est avec difficulté que nous fermons l’ordinateur en espérant que tous les kikous passeront la nuit. Ça ne suffit pas d’avoir un mari qui court, je suis aussi la progression des autres, histoire de faire monter la tension…

Lever 3h30, tient plus tard que l’année dernière, Franck est vraiment plus détendu. Je mets un thermos de chocolat chaud et un de thé avec des tartines dans mon sac à dos, ce sera notre petit déj  avec Alex. Et c’est parti pour 2 jours de course.

 Le temps de prendre un petit café au Pleneyt, Spir et son épouse, Ingrid, nous rejoignent. Elle me dit avoir lu mon CR de l’année dernière et s’en servir comme d’une bible…tout de même…mais si ! Elle se souvient même des prénoms de mes enfants !je suis bluffée !

C’est l’heure, les garçons rejoignent le sas de départ, contrôle des sacs et activation de la puce. Et mon bisou ? Pendant le briefing le silence règne, le rappel des consignes de sécurités à ne pas prendre à la légère, il y a déjà pas mal d’abandon sur le 144 dûes aux déshydratations. Ça promet !!! Je file à l’avant pour pouvoir filmer le départ, j’espère bien pouvoir faire un film de la course cette année.

Ca y est ils partent…c’est toujours aussi impressionnant ces départs à la frontal ! Une petite photo du jour qui se lève sur les montagnes, ils vont s’en mettre plein les yeux, la météo est avec eux, peut-être même trop…. On file avec Alex pour reprendre la voiture, c’est qu’on a  de la route à faire… On passe devant le car des abandons, rempli au ¾ , les visages sont blafards, Alex est impressionné je pense qu’il ne se rendait pas compte de la dureté de la course.

 

Arrivés à Ferrière nous prenons le sentier forestier repéré la veille. Ne sachant pas si je pourrai faire demi-tour plus haut je ne m’arrête pas trop loin, j’avais vu sur internet un sentier balisé. Et c’est parti, dru dans le pentu pendant bien 3/4h, je commence à entendre le fiston râler, y a plein de toiles d’araignées, c’était marqué 3/4h, j’ai pas pris de petit déj, y z’avaient dit 3/4h jusqu’au Lac….Alors là mon p’tit gars tu vas pas commencer, ton père va se coltiner beaucoup plus que ça pour nous rejoindre, le lac doit être juste après la butte et si t’as faim y a des framboise de et mures ! Du coup il reprend du poil de la bête et on arrive en rigolant au Lac en plaisantant sur les temps indiqués des panneaux de rando. C’est vrai que le Lac était indiqué à 3/4h et qu’on a mis une bonne heure ½. Pourtant on n’a pas l’habitude de trainer en rando !

 

Le paysage est magnifique, calme, pas un coureur ! On rejoint l’équipe des bénévoles pour avoir des nouvelles. Non aucun coureur du 85 n’est passé. L’attente commence, j’essaye d’avoir un peu de réseau pour le suivi live, c’est bon ça tient pour ptitdenis, bubulle,…, et merde chtitgone a abandonné, j’imagine ce qu’il ressent je l’ai vu avec Franck ! On attaque le petit déj en encourageant ceux du 144. Passage de Fildar qui me reconnait, on discute rapidement et il repart. Alex à la liste des kikous que l’on connait avec les numéros de dossard, il aperçoit « Biscotte » et l’encourage par son pseudo. Arrêt de Biscotte qui se demande qui peut bien l’interpeler…puis grand sourire quand il nous voit « je me demandais qui m’appelait.. », je lui donne les nouvelles glanées sur le live lui souhaite bon courage et le revoilà parti. Les premiers du 85 arrivent, des fusées, ils ne sont pas encore fatigués. Du coup, coup de bourre sur le ravito, il faut mettre les balises dans le sac des 3 premiers masculins et féminins, y plus d’eau dans les bouteilles pour le remplissage des poches. On donne un coup de main avec Alex, c’est ça qui est sympa sur les trails.

Un point bleu à l’horizon, c’est Franck, il a un grand sourire. «  Même pas fatigué, j’me sens bien, impec ». Et la tactique « stand de F1» se met en route : donner des nouvelles de tout le monde, remplissage de la poche en eau, et du sac en ravitaillement.  Bon faut pas trop tarder quand même, estimation de l’horaire de passage pour le prochain ravito et c’est reparti. Franck me dit qu’il m’enverra un SMS au passage du Moretan, je n’ai aucun souci la dessus je sais qu’il maitrise cette partie !

Nous abandonnons les bénévoles en leur expliquant qu’on part pour le prochain ravito et en leur souhaitant bon courage, ils ont passé la nuit ici et resteront jusqu’au dernier concurrent ! Direction Allevard où le ménage, les sacs et le rangement nous attendent. On doit rendre l’appart demain matin et je ne sais pas où en sera Franck alors tout doit être fait d’ici ce soir !

Difficile d’être efficace entre les SMS et le suivi live. Mais on y arrive, tout est rangé, briqué, le déjeuner est englouti à toute vitesse. Remplissage des sacs, affaires de rechange pour Franck, nouvelles piles, tout ce qu’il lui faut, pour nous ce sera un sac avec gouter, eau, thermos de thé et gros bouquins (l’attente avait été longue l’année dernière). Direction Super Collet, je maitrise cette fois-ci pas d’hésitation sur le chemin des ravitos.

Arrivés là-haut je reconnais Bubulle et Elisabeth. Il a les traits tirés, il m’explique son bâton cassé, ses pieds, je lui réponds hydratation, repos, prendre son temps. Après avoir fait le plein le voilà qui repart, je sens sa femme inquiète, j’essaye de la rassurer surtout ne pas lui dire que le passage qui arrive est loin d’être simple. Je lui conseille de retourner à Allevard et se reposer avant ce soir car la nuit va être longue. On se donne rendez-vous à Val Pelouse. C’est la première fois que je fais un suivi avec d’autres compagnes de coureurs, c’est très sympa on se sent moins seul.

Nous décidons avec Alex d’aller à la rencontre de Franck. En chemin nous croisons Ingrid, inquiète, elle a perdu de vue ses enfants et sa cousine. C’est sa première course en suiveuse. Après l’avoir rassurée (les enfants ne sont jamais loin, ils encouragent toujours tous les coureurs) nous attendons nos hommes, ce qui nous permet de faire connaissance. Quand je disais que c’était agréable de connaitre d’autre suiveuse…. Ca y est Sylvain est là, ils redescendent vers le ravito après m’avoir dit que Franck ne devrait plus tarder. Bon ! on avance un peu, on choisit un endroit stratégique avec vue sur les coureurs et on se pose pour attaquer le gouter, c’est que ça creuse tout ça. Juste le temps de finir et Franck arrive avec la banane ! C’est dur, il fait hyper chaud mais la technique du carré éponge sous la casquette qu’on mouille régulièrement et efficace, il se sent bien, il est dans les temps. Cette année pour ne pas stresser le GPS est resté au fond du sac il n’a qu’une simple montre au poignet et ça marche, il est super détendu et confiant. Tant mieux, la portion qui suit est celle où il a paniqué puis abandonné, il est en meilleur état que l’année dernière donc ça passera je n’ai aucun doute. On redescend en courant tous les trois en discutant des nouvelles du live, Christian que je ne sentais pas trop vaillant, de Sylvain qui sera peut-être encore là….

Il se pose, prend son temps, discute, détendu je vous dis…Sylvain ayant pris 1heure de pose, ils repartent tous les deux après nous avoir donné leur heure de passage à Val Pelouse. Génial, il repart avec quelqu’un du coup ça passera beaucoup mieux aux endroits difficiles, je ne doute vraiment plus,  on sera à Aiguebelle demain !

Aller ! Carrefour market pour acheter une bouteille d’eau gazeuse (il n’y en a plus sur les ravitos), dernier passage à l’appart, diner et refaire une dernière fois les sacs en prévision de la nuit et demain matin (sachet de soupe lyophilisé, eau chaude, tisane, nutella pour les tartines…..). Pendant ce temps-là ça se déchaine sur le suivi live, difficile de suivre tout le monde.

Cette année pas question de se faire avoir, j’ai bien pensé à ma frontale pour le ravito ! Ingrid est là, assise en train de nous attendre en mangeant son diner. Nous remontons sur le ravito attendre nos hommes. Elisabeth est là elle aussi, inquiète, elle s’est trompée pour venir et a peur de l’avoir raté. Non, il n’est toujours pas arrivé ! J’essaye de la rassurer comme je peux mais elle sait que c’est une portion délicate….à son arrivée nous nous occupons toutes les trois de lui, lui aussi a droit à son « stand F1 ». Franck et Sylvain arrivent 10 min après son départ, dommage, ils auraient pu faire le chemin ensemble. Franck est content, il a vaincu sa peur de ce foutu passage, « demain je serai à Aiguebelle !», sûr ! et nous aussi ! Apparemment les deux compères ont pris du plaisir à faire cette portion ensemble, du coup ils repartent dans l’idée de rattraper Christian. Rendez-vous au Pontet dans la nuit.

Pas de passage à l’appart, nous dormirons dans les voitures…. Nous redescendons en convoi avec Ingrid et Elisabeth, jusqu’au Pontet et nous installons les voitures. J’ai rabattu les sièges arrières, mis  des tapis de sols et les duvets pour Alex et moi. Ne pas oublier le réveil ! 3h30 !  C’est pas une heure ça !!! Pas très confortable mais quand on est fatiguée on dort. Quand le réveil sonne Alex dort comme un bien heureux, je n’ai pas le courage de le réveiller. Dehors je rejoins mes deux consœurs avec mon thermos de tisane, c’est plus sympa à trois…le ravito est désert, les coureurs passent au compte-goutte. Nous attendons  les notre assises autour du feu de camp. A chaque lumière aperçue Ingrid lance un « KIKOUROU ? » dans l’espoir d’avoir une réponse. L’attente est longue, ils devraient être là. On échafaude des scénarii…j’espère qu’ils ont  récupéré Christian au passage, il n’était vraiment pas au mieux de sa forme à Val Pelouse…. Enfin la réponse « oui c’est nous ! » mais ils ne sont que deux Christian étant resté attendre quelqu’un, Franck conseil à sa femme d’aller le chercher car il est vraiment très fatigué et commence à avoir des hallucinations. ½ h de pose où ils nous racontent leurs péripéties, ça rigole pas mal malgré la fatigue. Après s’être assuré que Christian aille dormir, les voilà repartis. Franck s’arrête devant la voiture pour jeter un petit coup d’œil à Alex. C’est sûr il va m’en vouloir de ne pas l’avoir réveillé, surtout qu’il y avait un feu pour faire griller ses chamalow…..

 

Je ne le réveille même pas pour repartir, je conduits tout doucement pour ne pas trop le secouer, direction AIGUEBELLE, l’arrivée ! Cette fois ci c’est sûr ! Je me gare à 100 mètre de l‘arrivée et me rendors avec le réveil pour 9h30. Le téléphone sonne, c’est quoi ? Qu’est ce qui se passe ? Franck : «  on est à l’entrée d’Aiguebelle on arrive » mince, branlebas de combat Alex et moi attrapons nos chaussures, une veste et on se précipite. Ils sont là ! Ca y est ils l’ont bouclé ! Et même avec de l’avance « tu te rends compte, on a couru sur la fin on va la faire sonner cette foutue cloche ! » 

 

Christian est arrivé peu de temps après eux, Fildar, Arthur et Biscotte sont là, Zecrazytux arrive…un vrai repère de Kikous….Les sourires sont éclatants on ne sent pratiquement pas leur fatigue, c’est incroyable ce qu’ils ont fait. Leur  joie  me fait oublier les repas pris n’importe comment, la course entre les ravitos, le manque de sommeil, l’inconfort de la voiture, le stress de ne pas les voir à l’heure au ravito. C’est une belle aventure qui a été vécue intensément des deux côtés,  où des amitiés se sont liées.

 

Peut-être qu’un jour ça sera mon tour de l’autre côté, celui des coureurs, mais sur le 47, faut pas rêver !

 

 

12 commentaires

Commentaire de franck de Brignais posté le 18-09-2015 à 22:50:31

Encore une fois... Cet homme a une chance incroyable d'avoir sa famille à ses côtés pour ces moments si importants. Bravo pour cet organisation au cordeau et dans faille. Merci pour votre présence de tous les instants et... vivement la prochaine aventure. .. !!

Commentaire de Arclusaz posté le 18-09-2015 à 23:25:20

impressionnant !!!!!
bravo pour ta course car c'en est une.

Commentaire de patrovite69 posté le 01-10-2015 à 22:11:40

Une course que j'aime bien faire de temps en temps.A chacun la sienne.

Commentaire de bubulle posté le 19-09-2015 à 10:28:06

On s'en souviendra quand même longtemps de ces aventures en parallèle. Toute cette organisation et ces aller-retours si compliqués pour à chaque fois partager juste un petit bout de ravito, des fois on se dit qu'il n'y a pas que nous, les coureurs, qui sommes dingues.

Mais c'est aussi tellement ce qui nous rend ces ultras si uniques. Ce serait sûrement moins bien s'il n'y avait pas ces petits moments partagés.

Merci en tout cas pour tout. Toujours marrant de lire qu'à Super Collet et Val Pelouse, je donnais l'impression de ne pas être au mieux car, dans ma tête, j'étais plutôt bien.... Bon, au Pontet, OK, c'était "zombie and Co", pas de doute. En tout cas, ton Franck, il m'a épaté avec cette course si bien menée et puis, bon, il a quand même réussi à me rattraper le bougre alors que je m'étais promis que je le regarderais arriver...:-).

Rendez-vous, évidemment, fin août 2016, pour un autre week-end de folie pour les suiveuses....et un suivi live à la hauteur !

Commentaire de patrovite69 posté le 01-10-2015 à 21:49:07

Ça a été une super aventure que j'ai apprécié de partager avec ta moitié....
partante pour une prochaine expédition!

Commentaire de Spir posté le 19-09-2015 à 18:47:30

Une fois de plus, c'est sympa de récit de l'autre côté du miroir! En tout cas, c'était un plaisir de partager cette belle balade avec vous, et j'étais rassuré de savoir qu'Ingrid ne se retrouvais pas toute seule aux ravito !
Merci pour tout, la bonne humeur, l'assistance aux ravito, les encouragements, et de m'avoir prêté ton homme toute une nuit (étoilée et de pleine lune qui plus est) durant!

Commentaire de patrovite69 posté le 01-10-2015 à 21:52:16

le plaisir était partagé.
Pour le prêt de mon homme il ne faudra pas que ça se reproduise trop souvent...:-)

Commentaire de bruno230 posté le 21-09-2015 à 18:28:30

C'est vrai cet homme a vraiment de la chance mais comme dirait L'oréal,il le vaut bien.
Il peut être fier de sa course et de sa team vraiment au top

Commentaire de patrovite69 posté le 01-10-2015 à 22:15:40

elle est bien rodée sa team prête pour de nouvelle aventure: parce qu'il le vaut bien...

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 27-09-2015 à 13:20:21

J'ai eu une idée de ce que pouvait être la chose en accompagnant pour quelques heures la maman de Florian-du-pilat sur le 140 du Mercantour, et je reste toujours sans voix devant ce que vous faites pour soutenir vos proches, c'est ...génial...
Perso, ça me paraît d'un compliqué... J'ai déjà du mal à me gérer moi toute seule!
Un grand, grand bravo à vous et toutes !!

Commentaire de patrovite69 posté le 01-10-2015 à 21:58:28

Merci.
C'est notre façon de partager une même passion, de vivre quelque chose de fort en famille.Avec un peu d'organisation et l'habitude cela devient plus facile au fil du temps.Nous sommes déjà en train de tirer des plans sur la prochaine course....

Commentaire de Mazouth posté le 02-11-2015 à 00:17:30

Ayé j'ai enfin lu ton récit ! Et ben c'est du beau boulot, on sent que l'expérience et la préparation ont payé et ça mériterait bien un maillot de finisheuse-suiveuse :D

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !