Récit de la course : Le Circuit de la Sure 2016, par Loup Des Steppes

L'auteur : Loup Des Steppes

La course : Le Circuit de la Sure

Date : 5/6/2016

Lieu : Voiron (Isère)

Affichage : 680 vues

Distance : 21km

Matos : Brooks cascadia 8

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

9 autres récits :

Relais improbable ! Oui mais …

La genèse

L’an dernier, quand j’ai eu connaissance de cette course à domicile, j’en ai eu des frissons ! Rendez-vous compte : un trail qui monte à la Sure, la montagne que je regarde tous les matins en ouvrant mes volets ! Un rêve !

la Sure

Seulement voilà, 55km pour 3500D+ … c’est tout simplement hors d’atteinte pour moi, un doux rêve et pendant un bout de temps encore …

Et puis cette année, je jette un coup d’œil à la page Facebook de l’événement une semaine avant la course et que vois-je ? Ils cherchent des coureurs pour compléter les relais.

Voilà ! Ça c’est une occasion en or de se frotter au parcours en restant dans le raisonnable. Et c’est suite à ma proposition de rejoindre une équipe incomplète que va naitre l’équipe des INCONNUS.

En effet, on se retrouve Nadège, Pierre et moi-même à former une équipe pour le relais alors que personne ne se connait ! Rien que ça, c’est déjà chouette.

Nadège est partante pour le relais 1 et Pierre pour le 3. Il me reste le relais 2, le costaud, le montagnard ! (21km pour 2000m de D+) Je voulais me frotter à du gros dénivelé et à de la "vraie" montagne, je vais être servi !

Pour la petite histoire, c’est la première fois que j’étais sur une course avec du matos obligatoire et j’ai donc investi dans un sac à dos et une poche à eau. Ça devient sérieux là ! ;-)

Après une nuit bof bof, je rejoins le départ à la Brunerie en vélo pour encourager Nadège (et accessoirement pour trouver une voiture qui pourra m’emmener jusqu’au relais 1). Là, comme les solos sont partis une heure avant, on se rend compte que seuls 25 coureurs (soit le nombre d’équipe) vont prendre le départ. On est dans l’intime … et Nadège a peur de se retrouver dernière rapidement. On est ici pour le plaisir, no stress.

Ça part bon train et après quelques encouragements, le petit peloton disparait rapidement. Je trouve des coureurs qui vont au relais 1, je profite du trajet.

La course

Une fois sur place, la tension gentillette devient de plus en plus palpable à mesure que les coureurs arrivent. Certains relayeurs sont déjà au taquet et s’échauffent un max. Là, on apprend que des coureurs se sont plantés de chemin. Ouch, ça commence moyen. J’apprendrais ensuite qu’une relayeuse a carrément rebroussé chemin et a été mise hors-course (ainsi que son relais donc) car elle est rentrée en voiture. Un truc de dingue!

Bref, les relais s’enchainent et de mon côté, toujours pas de Nadège. Je me dis qu’elle fait peut-être partie des égarés … Tous les coureurs sont partis maintenant quand soudain, Nadège apparait accompagnée du  serre-file. Sa démarche n’est pas très rassurante : elle s’est fait une cheville juste avant d’attaquer la dernière descente ! Argh ! Elle termine tout de même pour me passer le relais, au courage ! Merci à toi !

C’est donc un peu déboussolé que j’attaque mon relais en … dernière position ! YaddAAAA, la remontée fantastique peu commencer !

Sangokuk

Evidemment, comme je m’y étais préparé, on ne commence pas à fond de balle puisqu’on attaque direct par la cascade de la Pisserotte et ses cordes tendues en toile d’araignée pour ne pas (trop) glisser. Une bonne douche pour se mettre en jambe. Ensuite, ça monte raide pour arriver sur la bavante de la journée : la boue. Mais genre la vraie, celle qui manque d’avaler ta chaussure à chaque pas.

boue

Et là, je rattrape la première concurrente, qui visiblement en a déjà ras-la-casquette. Je tente une petite vanne comme quoi c’est bon pour la peau mais ça ne l’amuse pas du tout. Je me dis que pour elle, la journée va être très longue …

Je me demande comment s’en sont sortis les premiers dans ce secteur et je poursuis mon bonhomme de chemin. A partir de là, ça va être bâtons only, et je me demande encore comment font ceux qui n’en n’ont pas, surtout les solos !

Je vais grignoter pas mal de monde jusqu’au chalet de Jusson que j’atteins en 1h15. Encore frais comme un gardon. Je double quelques solos dont Carole que je reconnais au dernier moment et qui fait partie du Taillefer Trail Team. Une habituée des longues distances…

Je gère mon effort dans la partie suivante qui nous emmène jusqu’à la cheminée de Lorzier qui pourrait être impressionnante par temps clair mais là, pas de risque, c’est bien bouché malheureusement. Ici, je continue ma partie de pacman avec des solos déjà bien entamés.

Tout se passe pas trop mal jusqu’à la dernière descente avant le refuge d’Hurtières où je me vautre et tombe sur le cul. Bobo à la fesse gauche mais sans conséquence. Ouf !

Le ravito tombe quand même bien, je fais le plein et hop, j’attaque l’ascension de la Sure. LE GROS morceau. Alors oui il faut mettre les mains et serrer les dents mais c’est pour ça qu’on aime le trail non ? Un effort intense dans un cadre magique. Je dépasse Noruas dans cette montée. Je lui dis qu’il est fou de s’être lancé dans une telle aventure. A y repenser, j’me dis que j’ai pas été super motivant pour lui sur ce coup là … désolé ! Mais un GRAND BRAVO d’être allé au bout !

En haut, et bien la vue est bouchée encore une fois. Une petite photo souvenir quand même et j’entame la descente. Et là je tombe sur … Carole ! Comment est-ce possible ? J’ai l’impression d’être dans un épisode de pépé le putois

Pepe

(pour son côté « je serai toujours devant toi ! » je précise)

Je ne trouve rien à dire tellement je suis scotché.

Je ne suis pas à l’aise pour commencer cette descente. Après tout ce D+, il faut que mes jambes retrouvent du tonus. J’accélère petit à petit. Et plus je progresse, plus les sensations reviennent. Ça fait un bien fou. On traverse de la belle montagne à vache puis ça devient plus caillouteux.

Là je suis une féminine en solo qui descend franchement bien. Et ça me donne l’occasion d’évoquer une chose. Je trouve que les filles d’une manière générale courent franchement plus relâchées que les mecs. C’est beau à voir quand elles semblent faire zéro effort, c’est fluide, c’est silencieux et ça avance fort ! La classe !

 A 2/3 km avant la fin de mon relais, toujours en descente, je choppe une crampe genre coup de poignard à un muscle de la cuisse dont j’ignorais l’existence : le couturier ! Je m’accroche mais finalement je m’arrête pour étirer un peu et boire beaucoup. Après deux minutes de petit trot, ça passe. OUF ! Et là je me dis « heureusement que je suis en relais ! ».

J’arrive finalement à Saint Joseph après 4h d’effort. Le soleil commence à taper dur et je passe le relais à Pierre qui m’avait annoncé la veille 4h. Chapeau ! Il finira en moins de 3 heures, comme annoncé.

Au final, je suis ravi d’avoir pu faire cette course. J’ai vraiment aimé le tracé et l’accueil des bénévoles. Les coureurs ont un sacré niveaux mais ça reste quasi familial. Bref, du trail comme on aime !

C‘était ma skyrace à moi. 4 jours après, j’ai encore un peu la tête là-haut …

 Nuages

 

7 commentaires

Commentaire de Noruas posté le 09-06-2016 à 13:32:04

Mais non tu ne m'as pas démoralisé, je savais déjà que cela allait être long pour rallier l'arrivée et j'avais déjà abandonné toute ambition au classement (j'ai mis à peu près 6h15 pour faire la partie montagne pour 5h planifiée).

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 09-06-2016 à 13:51:20

Voilà bien ici la démonstration du bien-fondé des "récits de course" : quelle belle histoire !!!
Cette Sure qui te fait rêver, cette équipe créée de toute pièce, ce relais 2...
Un grand bravo et merci pour le partage !

Commentaire de Trixou posté le 09-06-2016 à 14:19:22

Pareil ! Récit très sympa !

Commentaire de Loup Des Steppes posté le 10-06-2016 à 11:15:07

Merci ! ça fait plaisir

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 09-06-2016 à 14:01:22

Je suis sûr que l'an prochain tu feras le parcours complet en solo! tu as le niveau je n'en doute pas. Un tout petit peu d'entrainement et ça passe... Belle façon quand même de découvrir l'étape 2 avec cette équipe d'inconnus qui ne le sont plus tout à fait :-)

Commentaire de Loup Des Steppes posté le 10-06-2016 à 11:16:12

tout est dans le "un tout petit peu d'entrainement" ... ;-) mais ça me travaille !

Commentaire de samontetro posté le 11-06-2016 à 14:51:37

Bon, 21Km et 2000m+ c'est fait! Tu sais ce qu'il te reste à faire l'an prochain ? Juste pour faire durer le plaisir sur ces superbes sentiers ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !