Récit de la course : La Verticale du Grand Serre 2016, par ilcourtlefuret

L'auteur : ilcourtlefuret

La course : La Verticale du Grand Serre

Date : 2/10/2016

Lieu : Cholonge (Isère)

Affichage : 950 vues

Distance : 1.811km

Objectif : Se défoncer

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Pour aller plus haut.....

Après avoir passé plusieurs mois à me préparer pour de longues distances, avec au final un UTV bouclé presque plus facilement qu’espéré, il est temps de retrouver un peu de vitesse.

Le we précédent j’ai fait une Wider Classic assez moyenne (16 secondes de plus que l’an passé) mais courue deux semaines après l’UTV, je n’arrive pas encore à me mettre dans le rouge, j’ai pris l’habitude d’être « fainéant » et de trop gérer mon effort.

C’est alors que je vois dans le Dauphiné l’annonce de la Verticale du Grand Serre, course dont j’ignorais même l’existence mais dont le profil fait rêver : le plus court km vertical de France, et même d’Europe soit une distance de course de 1 811 m seulement ! De quoi largement se mettre dans le rouge en effet ! Ni une ni deux je m’inscris, ce sera mon premier kilomètre vertical et j’ai hâte de savoir ce que je vaux sur ce genre de course.


Le profil présente une pente moyenne de 55% avec des passages à 70% Surpris

Un vrai test donc auquel viennent se confronter les meilleurs spécialistes de la discipline. Même Kilian Jornet (vainqueur en 2015 et recordman de l'épreuve) fut un temps attendu, mais ne se présentera pas au départ.

Qu’importe, le reste du plateau est très relevé avec (notamment) le recordman de France, la recordwoman du monde, des champions de ski alpinisme, des cyclistes de haut niveau, bref, la crème de la crème.

Heureusement les quidams comme moi sont aussi acceptés pour avoir la chance de se mesurer à une épreuve qui se veut prestigieuse puisque le record du monde n’est pas tombé, mais cela pourrait arriver au Grand Serre, et c’est même le but avoué.

En résumé la course se déroule ainsi : un pré pentu, un bois encore plus pentu à la sortie duquel on a déjà parcouru 400m de dénivelé, et enfin 600m de dénivelé dans un alpage où on a littéralement le nez dans l’herbe…


Il s’agit en outre d’un contre la montre avec un départ toutes les 30 secondes, où les meilleurs partent en dernier ce qui provoque de beaux duels dans les alpages. Quant à moi avec mon dossard 229 je pars dans le premier tiers (le décompte se faisant à rebours, je pars derrière le 230 et devant le 228).

En guise de préparation, le vendredi je fais une petite sortie sur le parcours de la Verti vouise à Voiron où je sors étonnamment mon meilleur chrono (22’42’’ !), je suis donc enfin rassuré sur mon état de forme et ma capacité à m’arracher un peu sur un effort court.

Sauf que le dimanche matin, pas de chance, un gros rhume me bouche les sinus et je sens les bronches bien prises aussi. Un bon début de crève qui se profile. Malgré tout je n’hésite pas trop, je me prépare et file au départ avec un doliprane et de la vitamine C, ça fera l’affaire…

Le  ciel à Cholonge est dégagé et permet de voir le sommet du Grand Serre. C’est bien plus raide que ça en a l’air sur Google…

La ligne de départ est matérialisée en pleine pente dans le champs, je m’échauffe donc par de courtes montées juste en dessous avant de prendre place dans la file. Je discute un peu avec le dossard 230 qui s’appelle Vincent et a l’air bien sympa, on s’encourage.

Il part devant moi en courant pendant que j’attends mon tour. Il a l’air d’avoir un bon rythme, je me dis que ça sera dur de revenir sur lui.

Le Yogi qui gère les départs (si si !) me laisse enfin partir, comme tout le monde j’essaie de courir le plus loin possible mais très rapidement la pente reprends ses droits et il faut marcher ; Sauf que je vois Vincent qui trotte encore devant moi, je me demande comment il fait mais finalement en marchant je tiens l’écart.

Très rapidement je débranche le cerveau et me concentre sur la respiration et mes bâtons, je ne regarde plus au-dessus et je prends mon rythme en me disant qu’il faut tenir 45 à 50 minutes ainsi.

Les hectomètres verticaux défilent, on entre dans un bois où quelques marches en bois aident la progression, je double un peu mais à chaque fois c’est un effort considérable pour s’arracher et passer sur le côté.

Le dossard 228 me passe déjà, il est rapide et semble à l’aise, lui.

En sortie du bois, 400m avalés en moins de 17 minutes et déjà plus beaucoup de lucidité, heureusement les bénévoles nous tendent les gobelets sinon je serai passé sans même les voir…

Je suis largement dans le chrono espéré mais la suite se gâte, c’est l’alpage et on atteint 70% de pente, l’effort est au maximum. Je repense alors au Yogi qui m’a dit en me tenant sur la ligne « il faut tout donner », oui oui je donne bien tout à ce moment là, et même plus !

Il faut continuer à doubler, certains s’arrêtent même pour reprendre leur souffle. Devant moi Vincent a faibli légèrement et j’en profite pour le doubler.


Je me cache sur cette photo... eh oui, je talonne le 228! belle synchronisation au passage!

De l’arrière à part le 228, personne n’est revenu alors que j’ai repris au jugé une bonne quinzaine de concurrents. Et pourtant, même si je sens que ma vitesse chute dramatiquement je vois le t shirt bleu du 228, il me propose de passer mais je refuse pour l’instant. Je temporise derrière et après avoir récupéré un peu je lui dit « maintenant » et passe devant.

Il parait que la pente se calme un peu avant l’arrivée mais je ne m’en rends pas compte…. Il faut dire qu’on reste au dessus des 40% quand même. Enfin on devine le sommet, et quand l’arrivée est en vue le 228 qui a retrouvé des jambes (et sans doute un 3è poumon) se met à sprinter et courre devant moi passer la ligne. Je fais juste ce que je peux c’est-à-dire plus grand-chose mais passe quand même et m’assoit pour reprendre mes esprits. Vincent arrive juste après, on se tape dans la main.

Je peux enfin rebrancher le cerveau et regarder où je suis, la vue serait superbe mais il y a beaucoup de nuages.

Je récupère mon coupe vent parmi les affaires des coureurs qu’un 4X4 a apporté là-haut, la bénévole me l’apporte en voyant mon dossard avant même que je lui aie demandé, merci à elle Sourire

La descente se fait sur une grande piste où je trottine, quand on croise le parcours de la montée on réalise à quel point la pente était raide. C’est même terrifiant de se dire qu’on est passé par là, heureusement qu’on n’y pense pas sur le coup !

Quand j'arrive en bas, il reste encore une soixantaine de dossards à faire passer, ce qui veut dire que les tout meilleurs ne sont pas encore partis. En revanche je croise un gars en peau de léopard, et il parait qu'il y avait aussi un lapin géant dans la course mais je ne l'ai pas vu! 


Au bilan, une course bien organisée malgré l’obligation de se présenter très tôt par rapport au départ réel. Le parcours est vraiment terrible, une ligne doite, pas de virage, que de la pente. Quand on voit la vidéo de l’arrivée on comprend la difficulté de l’exercice. Attention, les images peuvent choquer certains ultra traileurs trop sensibles...

 

 

Je réalise mon premier temps de référence sur un km vertical, 44’14’’ soit plus de 1360 m/h en vitesse d’ascension, c’est une première. Toutefois en regardant les meilleurs on réalise qu’il y a aussi de la technique. Je suis parti bille en tête sans faire attention, mais en améliorant le geste je dois pouvoir descendre vers 42-43 minutes.

Le vainqueur est le favori Rémi Bonnet en 31’21’’, la première féminine est la recordwoman du monde Christelle Dewalle en 35’51’’, elle bat le record féminin de l’épreuve à l’occasion. Des chronos qui impressionnent…

 

le première féminine qui vient de passer la 3è, quelle attitude!




Les 20 premiers sont tous des spécialistes de la discipline

Au classement (121/331) je ne suis même pas dans le premier tiers mais au vu du niveau monstrueux des 40 premiers (ils sont même 60 à passer sous les 40 minutes), je m’en sors honorablement et avec l’envie de revenir pour faire encore mieux ! 

11 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 05-10-2016 à 16:39:38

Impressionnant !! Bravo pour ce super chrono. Belle vitesse pour une sortie post ultra. L'exercice est super difficile. Quand on voit la vidéo d'arrivée on comprend par quoi vous êtes tous passés.
Je crois qu'il y avait petit franck également sur ce KmV

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 05-10-2016 à 17:29:47

On attend le CR du petit Franck alors!
je ne me lasse pas de la vidéo, mais on ne voit que les "top niveaux" qui eux se sont vraiment arrachés pour le chrono et le classement. A mon niveau c'était un peu moins éprouvant, et heureusement!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 05-10-2016 à 17:11:35

UN RECIT GENIAL
Sur une course que je n'ai toujours pas courue, encore une :( ...
Bref
Trop envie d'y aller, mais plutôt dans le cadre des Grésivaudan Xpress, ça sera moins onéreux gnak gnak !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 05-10-2016 à 17:31:01

oui mais les Gresivaudan Xpress c'est en pleine semaine et trop tôt pour moi. Il faudrait les faire le we ou plus tard à la frontale, c'est possible???

Commentaire de Khanardô posté le 05-10-2016 à 18:28:33

Super course, super récit.
Pas pu y aller cette année, je me "rattraperai" le WE prochain sur le KV de l'Aiglette, mais il est beaucoup plus long (4,9 km)
RV au Grand Serre en 2017, ton récit renforce mon envie !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 06-10-2016 à 14:37:02

ça vaut vraiment le coup oui, rdv en 2017!

Commentaire de centori posté le 06-10-2016 à 08:54:39

ces KV c'est trés impressionnants, déjà la pente et la manière de monter des top team.
ils montent en courant ou presque. et pour certains presque totalement couchés sur la pente et ça c'est trés étonnant. suffit de voir la photo de christel dewaelle sur la photo qui a le haut du corps aligné par rapport à la pente.

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 06-10-2016 à 14:35:16

eh oui, je n'avais pas conscience jusque là que la technique était aussi importante. Une belle leçon!

Commentaire de robin posté le 07-10-2016 à 12:26:48

Génial ce C.R. ! Cela donne bien envie d'essayer même pour quelqu'un des plaines ! cela doit être une expérience à connaître !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 07-10-2016 à 15:17:04

c'est le mot, une expérience! Il est tout à fait possible de s'entrainer en plaine sur une côte de 30m et de faire des allers-retour, ça marche aussi très bien :-)

Commentaire de Khanardô posté le 02-09-2018 à 10:48:13

Raté en 2017, mais ayé, je suis inscrit pour 2018 !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !