Récit de la course : La Corrida de Houilles - 10 km Populaire 2019, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : La Corrida de Houilles - 10 km Populaire

Date : 29/12/2019

Lieu : Houilles (Yvelines)

Affichage : 517 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

12 autres récits :

Jamais 2 sans 3 ou comment bien finir l'année à Houilles !

Mon récit est disponible sur mon blog : La Corrida de Houilles 2019

 

 

En ce jour de Saint David, j'ai l'occasion de clore l'année avec une dernière course, la 49ème épreuve officielle chronométrée en 2019 pour moi mais mon 50ème dossard en comptant la No Finish Line de Paris. Et c'est la troisième fois que je viens à Houilles pour y disputer la fameuse Corrida, après 2016 (mon premier chrono sous les 40 minutes en 39'55) et 2017 (une cata sur le plan sportif, 44'41, le 31 décembre !).

Cette année, je viens sans objectif particulier puisque j'ai réalisé précédemment mes quatre meilleures performances sur 10 kilomètres (avec un nouveau RP à 38'04) mais j'ai tout de même envie de bien finir, si les sensations sont correctes, pour confirmer mes résultats 2019 en améliorant si possible mon chrono de 2016 du coup.

Après une semaine de vacances à Lille avec Julie, où nous avons pas mal marché mais aussi bien mangé (!), je suis vraiment dans l'inconnue. J'ai eu de très bonnes sensations à l'Armentiéroise by Night, je me suis débarrassé de mes légers pépins physiques du début de mois mais je n'ai en parallèle pas fait la moindre séance sur piste depuis plus d'un mois. On verra bien...

 

Dimanche 29 décembre 2019

La course a lieu l'après-midi donc c'est une évidence, je peux aller jouer au Badminton à Croissy le matin ! Je le concède, ce n'est pas forcément l'idéal en amont d'un 10 bornes mais je joue tranquille deux petits matches en double avant de rentrer tôt pour manger de bonne heure car je pars de chez moi peu après midi pour avoir un timing suffisamment large et bien me préparer avant le départ.

Du coup, j'arrive à Houilles peu après 13h00. Je stationne non loin du lieu de retrait des dossards. Je récupère ainsi le mien, le numéro 872, ainsi que le tee-shirt offert à l'inscription, assez original pour le coup. Puis, je retourne à ma voiture que je préfère déplacer, n'étant pas fan de mon emplacement initial (une place de stationnement mais petite, de laquelle mon véhicule dépasse). Bref, je me gare un peu plus loin et je finis de me préparer tranquillement dans la voiture.

Ma tenue de course est assez logique aujourd'hui car il fait très beau mais froid, pas plus de 5 degrés. Je sais que je n'aurai pas froid mais je suis vigilant et je préfère couvrir mes mains en prenant mes gants noirs. Autrement, c'est du plutôt léger avec mon cuissard court, un tee-shirt à manches courtes et mon maillot de l'USTA par-dessus. Ma montre au poignet et mes chaussures Kalenji Kiprun Ultra Light aux pieds, évidemment.

Je pars m'échauffer peu avant 14h00 en veste et pantalon. Un petit footing de 2 kilomètres avant de retourner à la voiture pour retirer mes vêtements en trop, boire un peu d'eau et manger une compote. Puis, direction l'aire de départ. Encore 2 kilomètres d'échauffement, gammes comprises. Je me positionne sur les coups de 14h30 derrière les premiers concurrents positionnés sur la ligne de départ (enfin, à quelques mètres puisque une corde empêche l'accès à l'arche pour le moment).

 

La course

C'est à 14h45, aux ordres du starter, que le départ est donné ! Nous sommes pas loin de 1800 coureurs au départ de cette première épreuve de la journée, la course populaire, qui précède la course des as où on retrouve les élites, à 16h30. Et cela part très vite, évidemment. J'aperçois une chute sur la gauche de la chaussée mais pas le temps de regarder, il faut directement prendre le rythme.

On commence par une longue ligne droite qui nous fait passer par l'arche d'arrivée avant d'attaquer la première des trois boucles que nous avons à parcourir, chaque fois la même, ce qui permet de bien connaître le parcours et de profiter de l'ambiance avec les très nombreux spectateurs présents le long du tracé. Il y en a beaucoup près de l'arrivée mais aussi dans la difficulté du parcours, un sévère faux-plat montant à franchir à chaque tour.

Je ne m'emballe pas sur ces premières centaines de mètres. Evidemment, je profite de ma fraîcheur pour bien me positionner dans le peloton, très loin des premiers, mais je surveille ma montre pour ne pas partir trop vite car je sais que c'est le gros piège sur cette distance. Cependant, la densité de concurrents est si importante qu'on est forcément entraîné par la vitesse des autres et il est difficile d'être 100% raisonnable.

Du coup, premier kilomètre couru en un peu moins de 3'40. C'est trop rapide mais franchement, ça va ! Surtout que pour l'instant, c'est vraiment roulant, ce n'est qu'ensuite que l'on arrive dans la fameuse "bosse" ! Et pour l'instant, évidemment, elle passe plutôt bien mais c'est certain que ce sera un véritable obstacle pour les deux prochains tours.

Tout est OK, je ne me crame pas à suivre quelqu'un, je fais ma propre course, en doublant tous ceux qui sont partis trop vite mais en me faisant aussi dépasser par ceux qui sont partis d'un peu plus loin dans le peloton. A mon allure, je ne suis pas prêt d'être isolé et ça, c'est franchement agréable car même si je ne me fie au rythme de personne, je suis entraîné par l'allure générale et peux ainsi limiter la casse en cas de coup de mou.

La première boucle se passe parfaitement, je maintiens une bonne vitesse et les sensations sont bonnes. Je sens bien que je n'ai pas la forme de mon RP en septembre mais je suis plutôt content de mes jambes. Au fil des kilomètres, cela se corse vraiment et je serre les dents pour ne pas lâcher.

Je passe le kilomètre 5 en un peu moins de 19 minutes mais conscient que la deuxième moitié de course va se faire au mental. Je suis crispé au niveau des bras, pas assez relâchés, je le sais mais je peux difficilement le corriger maintenant car les jambes ne répondent plus si bien donc il faut que je reste solide. De temps en temps, je me fixe un concurrent devant pour m'y accrocher un peu et ne pas trop baisser l'allure ! C'est la montée qui fait mal, aux jambes et au moral mais derrière, il y a de quoi relancer !

C'est ce que j'aime sur cette course. Malgré ses trois boucles identiques, elle n'est pas monotone, il y a pas mal de virages, larges pour autant - et heureusement vu le nombre de coureurs - d'autant que l'on commence à prendre un tour aux derniers, dès la deuxième boucle. Et une fois la difficulté franchie, on a quelques faux-plats descendants très favorables. On revient assez vite vers le lieu de départ pour franchir une nouvelle fois l'arche d'arrivée, une dernière fois, au son des cloches qui nous annoncent que c'est le dernier tour. J'entends un spectateur qui m'encourage à chaque tour en criant "allez Torcy" me dire de relâcher mes bras. J'en ai conscience mais ce n'est pas si simple.

Pendant la troisième boucle, il y a principalement deux éléments qui animent ma progression. D'abord, les haut-parleurs et l'écran géant présents sur le parcours, nous permettant de vivre la course grâce au suivi vidéo et aux commentaires en live des deux speakers de la course dont Harry Bignon que je croise régulièrement et que j'avais eu l'occasion d'interviewer pour mon blog. Ils présentent en parallèle les favoris de la course des as qui aura lieu dans la foulée.

Par ailleurs, il y a aussi tous ces coureurs répartis dans la largeur de la chaussée, ceux qui en sont au même point que moi mais aussi tous ceux que l'on rattrape et qu'il n'est pas si évident de doubler quand ils sont partout, à droite, à gauche, au centre, alors que l'on perd en lucidité en fin de course et avec la différence d'allure qu'il y a entre eux et nous. Mais ce n'est en rien une critique car c'est pour moi ce qui fait le charme de la course, en plus de son ambiance ! Et ça me motive bien de doubler autant de monde, y compris le meneur d'allure 1h00. Le dépasser est bon signe pour finir sous les 40 minutes !

Je souffre dans la dernière montée de la difficulté du parcours, mon allure en prend un coup mais je tiens bon, encouragé par une connaissance en haut que je ne parviens pas à identifier car je suis focalisé sur ma course. Je relance pour bien finir et effectue deux derniers kilomètres très corrects alors que je n'ai clairement plus beaucoup de jus, je ne dois pas être beau à voir mais je résiste.

Allez, ça y est, on aborde les derniers virages, sous les encouragements du public, que c'est agréable. J'entends même un "allez David" dans la dernière ligne droite, je ne lâche rien jusqu'au bout et je finis au sprint pour réaliser le meilleur temps possible ! Je franchis l'arche puis je me stoppe avec soulagement, ayant le besoin de reprendre mon souffle, les mains sur les genoux. Après quelques secondes, je me mets à marcher, pour aller chercher ma médaille de finisher un peu plus loin.

J'en profite pour consulter ma montre. 38'41. Ce sera même 38'40 au temps réel officiel. Je bats très largement mon chrono de 2016 et réalise ainsi ma deuxième meilleure performance sur la distance, pour la troisième fois sous les 39 minutes après Roissy et Montereau. Je suis classé 215ème sur 1774 arrivants. J'ai un peu plus de 10 kilomètres à la montre (principalement sur le début de course je pense puisque je prenais les virages très larges notamment) donc une moyenne de 15,7 km/h. Et 48 mètres de dénivelé positif, quand même.

 

Voilà un beau clap de fin pour cette année 2019 bien chargée en course à pied. Je profite de la météo agréable - bien que fraîche - pour assister avec grand plaisir à la course des as avec les impressionnantes performances réalisées (record de France féminin en 31'15, record de l'épreuve en 27'12, 3ème place du jeune Jimmy Gressier, au sprint avec le deuxième) par ces athlètes sacrément entraînés et affûtés. Un spectacle observé aux côtés de Sothea qui a fait la course également, en reprise, en un poil plus de 41 minutes.

Maintenant, place à 2020 avec de beaux objectifs au programme tels que l'Eco Trail de Paris 80km ou l'Ut4M80 Challenge mais aussi la volonté de passer sous les 38 minutes sur 10 kilomètres, si tout se passe bien ! Mais il va falloir s'entraîner pour ça !

2 commentaires

Commentaire de TomTrailRunner posté le 31-12-2019 à 14:35:47

Pffft : aussi vite lu que rédigé et courru.
quelle belle saison au final : bravo

Commentaire de DavidSMFC posté le 31-12-2019 à 16:20:07

Merci Tom ! Je suis très content de cette année sur le plan des courses avec de beaux défis accomplis et une belle progression, sans griller d'étapes. Pourvu que 2020 se déroule aussi bien. Au plaisir ! :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !