Récit de la course : La Corrida de Noël d'Issy-les-Moulineaux - 10 km 2007, par hellaumax

L'auteur : hellaumax

La course : La Corrida de Noël d'Issy-les-Moulineaux - 10 km

Date : 16/12/2007

Lieu : Issy Les Moulineaux (Hauts-de-Seine)

Affichage : 1382 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

Corrida d'Issy, première participation et sûrement pas la dernière

Ce qui est bien avec les courses dont le départ est programmé à 11h40, c’est qu’on est pas obligé de se lever trop tôt pour prendre le petit déj. J’avais donc prévu de rester sous la couette jusqu’à 8 heures, histoire de compenser un peu le coucher tardif et d’effacer les petits excès alcoolisés (mais quelle idée aussi d’apporter un haut médoc !) du repas entre potes de la veille (résolution n°1 pour 2008 : la veille d’une course, je ne reçois que des coureurs, et encore, à condition qu’ils courent aussi le lendemain)

Ca, c’était sans compter sur Maxime, mon grand, qui, sur le coup de 6h30, est venu me demander quelle heure il était ; et alors que je lui faisais remarquer qu’il n’avait qu’à regarder le réveil (quel ballot, quand même !), et il m’a dit candidement « ben, je peux pas, y’a plus de courant, y’a pas de lumière, pis y’a plus de chauffage, non plus ». Le lever fut donc rude !

(résolution n°2 pour 2008 : transformer Maxime en plombier chauffagiste électricien)

Heureusement, ces petits soucis ménagers se sont réglés d’eux-mêmes (c’était en fait une coupure EDF, mais ne le dîtes pas à Maxime, il pense que son père est bricoleur), et j’ai pu, un peu plus tôt que prévu, préparer le petit déjeuner pour toute la famille.

Forcément, j’étais prêt de bonne heure, je suis donc parti tranquillement aux alentours de 10h, ligne 12, direction Mairie d’Issy.

J’ai tué le temps, le long du trajet, en cherchant à repérer sur les quais, à chaque station, les coureurs potentiels, petit jeu finalement pas très difficile tant ils dénotaient au milieu des passagers emmitouflés de ce dimanche matin frisquet. Echanges d’œillades complices ou de petits signes de mains…

Je suis arrivé à Issy alors que la course des vétérans en était à l’avant dernier tour, et j’ai juste eu le temps de sortir l’appareil photo pour prendre la tête de course.

Je me suis changé rapidement, j’ai laissé mon sac à la consigne, j’ai fait un petit pipi, et j’ai été m’échauffer tranquillement dans le Parc Suzanne Lenglen.

Et puis, j’ai vérifié mes pulsations et là horreur ! Mon cœur ne battait pas ! ou plus précisément mon cardio ne détectait pas les battements de mon cœur (déduction obtenue au bout d’une bonne demi seconde !) ce qui s’expliquait somme toute assez facilement par le fait que j’avais laissé la ceinture pectorale dans mon sac à la consigne. Et là grosse angoisse.

Déjà je ne m’étais pas trop entraîné avant la corrida (la fin d’année a été difficile, la fatigue s’est accumulée) et puis courir aux sensations m’avait valu quelques déboires à Strasbourg (ah, des sensations j’en ai eu, mais pas que des bonnes !).

Si on ajoute à ça le fait  qu’ils ont remplacé la puce électronique par un dossard électronique (du coup, la question de savoir « pied gauche » ou « pied droite » n’avait plus de sens, ce qui était très déstabilisant), je n’allais pas en plus m’aligner au départ sans mon rituel qui consiste à regarder toutes les 10 secondes à combien bat mon cœur ! Donc, la fin de l’échauffement a consisté à récupérer ma ceinture Polar dans mon sac, puis à rejoindre la ligne avant le coup de feu (résolution n°3: cesser de compenser le manque d’entraînement par de la superstition) (résolution n°4 : écouter Hélène quand elle me dit que ça ne sert à rien que je prépare mon sac la veille, puisque de toute façon, je vais oublier quelque chose)

Je me suis retrouvé assez loin de la ligne de départ, mais de toute façon, je n’avais pas envisagé de me mettre dans les premiers rangs pour laisser le champ libre aux « cadors » ; mais, bon, là, j’étais quand même loin… Il a fallu quelques bonnes dizaines de secondes de marche en piétinant pour atteindre la ligne, et même après, c’était plutôt tranquille. J’ai zigzagué pendant trois cents ou quatre cents mètres, en ne bousculant personne, et en déplorant que tout le monde n’ait pas les mêmes scrupules, car quelques coureurs pressés (très minoritaires, heureusement) en étaient presqu’à gueuler pour qu’on les laisse passer (En tête de course, je dis pas, mais là en queue de peloton ! Z’avaient qu’à arriver à l’heure !). Finalement, le premier kilomètre fut parcouru en 4’30 ; soit 10 à 15’’ seulement de « perdu » - mais est-ce vraiment le terme ?- sur ma moyenne envisagée. Et puis, l’essentiel était ailleurs : en croisant les joëllettes des Dunes D’espoir, on trouve bien futiles ces considérations chronométriques ! Un petit coucou en passant, un petit bravo d’encouragement, et j’ai poursuivi ma route dans les rues d’Issy.

La première boucle, la plus courte, nous a vite ramenés à la ligne de départ, et je suis reparti pour un tour, en sachant que, là, il y aurait la fameuse petit côte que – je l’avoue- j’appréhendais un peu. Les jambes répondaient toujours plutôt bien, et je tournais entre 4’10 et 4’20 du kilomètre. Et je me demandais bien quand elle allait arriver cette petite côte. Et puis, on a tourné à gauche, et là j’ai vu ! Au début, je me la suis joué « Attendez, j’habite Montmartre, c’est pas ça qui va me faire peur », et à la fin, je faisais moins le malin, et j’ai vu avec soulagement la descente arrivait. J’ai pu récupérer un peu, et essayer de relancer la machine, mais j’ai bien vu que ça commençait à devenir difficile.

Et puis on nous a demandé de nous écarter pour laisser passer la tête de course ! « Déjà, c’est pas possible ! » me suis-je dit en vérifiant sur mon chrono. Et ben, si ! Une demi-heure de course, les premiers, ils arrivent, et moi, il me reste encore un tour, avec la petite côte en plus ! J’ai dû bifurquer vers la troisième boucle juste avant d’être rattrapé, car je ne les ai pas vu me doubler (ou alors, ils allaient vraiment très vite).

La troisième boucle s’est faite comme la deuxième, mais en plus lent. J’ai suivi pendant quelques hectomètres une très jolie coureuse, très longiligne, avec une très belle… foulée, et j’ai décidé d’appliquer la technique de motivation dite du Lutin d’Ecouves (cf ici). Mais hélas ! la petite côte me fut une nouvelle fois fatale, et c’est seul et dans la difficulté que j’ai achevé la montée.

J’ai donné ce qui me restait dans la descente, sachant l’arrivée tout proche et c’est en 44’54 que j’ai franchi la ligne, soit aux alentours de 44’ en temps réel. J’étais plutôt content, car même si j’ai un peu pioché sur la fin, tout ça s’est fait sans souffrance, ce qui n’était pas gagné avec mes dernières semaines d’entraînement, ou plutôt de non entraînement.

J’ai récupéré mon sac juste à temps pour pouvoir prendre quelques photos du départ de la course déguisée (pas facile, y’avait du monde), puis j’ai flâné dans le gymnase histoire de me réchauffer un peu. J’ai vu la joie des Dunes d’Espoir, apparemment très heureux de ce qu’ils venaient d’accomplir, et je les comprends ! Je n’ai pas osé les aborder, mais ça m’a vraiment ému de les voir avec les enfants, de les accompagner sur le podium, et de les acclamer.

 

Je suis ressorti regarder la course déguisée en prenant quelques photos (j’ai mis une galerie sur Kikourou), j’ai même vu passer Le Bagnard, connu comme le loup blanc par les spectateurs qui m’entouraient.

Et je suis rentré chez moi, plutôt heureux, avec un seul regret, celui de n’avoir pas osé aborder les Dunes d’Espoir.

(résolution n°5 pour 2008 : me mettre dans la tête que je suis en grand garçon et que j’ai pas à être timide)(résolution n°6 – et si je n’en respecte qu’une, faudra que ce soit celle là –faire quelque chose avec Dunes d’Espoir)

4 commentaires

Commentaire de taz28 posté le 21-12-2007 à 16:03:00

Bravo pour ta course et ce récit !!
Dommage que tu n'aies pas osé aborder les gens des Dunes, ils sont tout simplement extraordinaires !!
J'aurais eu ainsi le plaisir de te connaitre..

Une prochaine fois sans aucun doute.

Taz

Commentaire de riri51 posté le 22-12-2007 à 17:51:00

Merci pour ce cr super sympa.

Commentaire de Le Bagnard posté le 23-12-2007 à 10:49:00

Sympa ton Cr Hellaumax et pas de regret pour cette petite montée car moi aussi j'ai ramé !!!!
Merci pour la photo :-)
et comme on dit : Nouvelle année, nouvelles résolutions !!

à bientôt sur une course
Laurent

Commentaire de KIKIVAL posté le 26-12-2007 à 14:30:00

super ton cr a bientot laurent

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !