Récit de la course : Marathon des Burons 2008, par claude41

L'auteur : claude41

La course : Marathon des Burons

Date : 22/6/2008

Lieu : Nasbinals (Lozère)

Affichage : 2108 vues

Distance : 44km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

MARATHON DES BURONS – 44km et 1300m de dénivelé+ 

Difficile de commencer ce compte rendu, quinze jours avant l’Aubrac, Pascal s’en est allé courir sur les sentiers de l’éternité. Pascal est resté sur le macadam, lors de l’ekiden de Blois, mort à 40 ans victime de sa passion. Depuis, je ne ressens plus le même plaisir à aller m’entraîner. Lors du  seul ekiden que j’aie fait, c’est  à lui que j’avais passé le témoin.

Mais bon, la vie continue, selon la formule consacrée.

 

Phalangère à fleur de lys

Nous arrivons dans l’Aubrac le mardi précédent la course, il pleut, il pleut et il pleut. Nous nous installons sur un grand parking à Aubrac, nous ne pourrons même pas sortir du camping car.

Heureusement, le mercredi matin, le soleil est là, nous en profitons pour découvrir le coin. L’après midi sortie vélo de route 48km, quelques côtes, la nature gorgée d’eau est magnifique.

Jeudi, nous allons à Nasbinals à pied, par la très belle draille que nous prendrons dimanche matin. Nombreux arrêts pour des photos, on est subjugué par tant de beauté. Retour par le même chemin l’après midi.

Vendredi matin consacré au magnifique jardin botanique d’Aubrac. J’ai quelques connaissances en botanique, je me régale.

Samedi, vidanges du camping car, plein d’eau, direction Nasbinals. Les campings cars sont parqués à Recoules d’Aubrac, à 4 km de la ligne de départ. Grosses inquiétudes. Dans l’après midi on prend les VTT pour aller retirer nos dossards, il fait chaud et ça monte bien. Nous rencontrons les copains du Loir et Cher, une bonne délégation. Je m’énerve un peu au retrait des dossards, personne ne peut me renseigner sur l’éventualité de navettes pour le lendemain, encore toutes mes excuses à cette bénévole un peu malmenée, d’autant que le service de navettes mis en place se révèlera parfait.

De kikoureurs, pas un, j’apprendrai plus tard qu’il y avait un point rencontre à 17h00 ou 17h30. Tant pis, on boit une bière en amoureux. Il faudra améliorer la communication …

 

  

Nous sommes 3 de l’ASPTT BLOIS, Régine ma femme, Hervé un p’tit jeune, et moi. Hervé découvre le trail long, sachant que je considère le marathon de l’Aubrac comme un entraînement, il décide de rester avec moi. Régine, comme d’habitude passera la matinée loin devant moi. Donc, départ au niveau du dernier quart de la course, y a du monde sur la draille. On adopte tout de suite un rythme assez tranquille, dès les premiers mètres du sentier empierré, je m’étale lamentablement, j’ai de la chance, personne ne me marche dessus ! Bilan, genou ensanglanté, mais pas de bobo grave. Maintenant, sur le chemin qui mène à la draille, je regarde où je mets les pieds. Première petite montée dès le début de la draille, on marche, comme tout le monde, enfin, comme tous ceux qui pensent surtout à finir. Jusqu’à Aubrac, le long ruban multicolore rivalise de beauté avec les paysages fabuleux des « montagnes » d’Aubrac. Nous passons au Royal Aubrac, il est 8h00, c’est parfait.

Le parcours change d’orientation et de paysage, nous entrons dans la forêt. Je profite des descentes pour doubler, je suis ce qu’on appelle un bon descendeur ! Bien sûr dès que ça va remonter, je vais être moins à l’aise. Les concurrents doublés dans la descente vont me redoubler dans la montée en me lançant un œil noir « c’était bien la peine de faire le malin tout à l’heure ! ». J’ai un secret : le poids ! Ça aide dans les descentes mais ça pénalise dans les montées.

Première traversée de ruisseau, certains essaient de ne pas mouiller les chaussures, j’arrive à fond en plein milieu, j’arrose tout le monde, j’entends des réflexions peu amènes, s’il savaient ce qui les attend !

 

 

Croix de Triadou, Hervé est toujours à mes côtés, il fait des efforts pour rester à mes côtés, je l’exhorte à courir à son train, mais il a peur de ne pas tenir le coup. Belle descente pour rejoindre le ruisseau d’Aubrac, je suis surpris de rencontrer une file d’attente importante juste après la traversée de la route, c’est curieux car le sentier qui part sur la gauche éviterai ce bouchon. Le parcours jusqu’à Brameloup, me plait bien, très varié, traversée de ruisseaux, très technique, je me régale. D’autant que tout va bien, je m’aliment régulièrement, je bois tout aussi régulièrement, je suis vraiment comme à l’entraînement. Belle montée pour arriver à Brameloup. Tiens, je rencontre Julien l’organisateur du trail des Croque chemins à Escoutoux (63), un trail à faire absolument ! Il a essayé de suivre Régine, ça allait trop vite pour lui, je connais bien le problème !

Au ravito, je fais le plein d’eau, je sors le sachet miracle du camelbak, il est vide ! J’avais préparé un sachet plastique avec du saucisson sec et quelques morceaux de Laguiole, le sachet s’est vidé dans le fond du camelbak avec les tucs un peu « grémis » et comme j’ai renversé de l’eau au remplissage de la poche, je vous dis pas l’état du saucisson et du reste. Tant pis j’avale un mélange saucisson pas sec – Laguiole - tuc, devant une petite fille qui se demande ce que fait ce gars à quatre pattes dans l’herbe avec une pâtée qui ressemble à ce que sa charmante maman donne à son chien ! Si, si, charmante maman mais bon, j’ai pas le temps, j’en connaît une qui pendant ce temps là trace sa route.

 

 

Dès le début de la grosse montée sur la piste de ski, Hervé décide enfin de courir à son rythme, il disparaît rapidement de ma vue. Je me retrouve dans la descente abrupte qui suit, les pieds bien dans le sens de la pente, penché en avant pour mettre mon centre de gravité juste devant le bout des chaussures, j’adore ! J’en profite pour doubler une dizaine de coureurs bloqués dans la pente. Traversée du Merdanson (ça en jette de connaître tous les noms des ruisseaux traversés ! Merci Monsieur IGN !), et direction le retour. Je rejoins le sentier d’où viennent les concurrents de l’Ultra, ils en sont aux environs de 7h30de course, justement l’un d’entre eux arrive, nous échangeons 2 ou 3 mots, il pense être 17ème. Là je ressens vraiment l’esprit trail, ce coureur prend quelques instants pour discuter avec moi, coureur lambda, sans se préoccuper de sa performance, chapeau !

 

 

 

J’effectue les derniers kilomètres alternant course et marche, la vue en haut du dernier raidillon est splendide, dans la dernière descente, Régine est là pour m’encourager, il y a déjà 30mn qu’elle est arrivée ! Je m’améliore, à l’Ardéchois j’avais pris ¾ d’heure et 3 semaines de vaisselle (1/4h = 1 semaine), là, je gagne 1 semaine de vaisselle ! Bon en fait, j’ai fini par acheter un lave vaisselle, c’était plus possible !

Bilan :

Sur ce trail, j’ai vraiment pris du plaisir, je ne me suis jamais mis dans le rouge, je n’ai rencontré aucun problème (hormis la chute bénigne du début). J’adore les ruisseaux, la boue, les fleurs etc… enfin quand il fait beau.

Régine : 537ème   5V2    5h47’06

Hervé : 634ème                5h58’31’’

Claude : 803ème               6h17’40’’

Un grand bravo aux deux autres coureurs de l’ASPTT BLOIS : 

Jean Michel qui est allé au bout de l’Ultra Trail malgré des voûtes plantaires en mauvais état 

Anita, sa femme, valeureuse sur les 21 km du trail des Capucins.

Pascal, là où tu es, on pense à toi.

 

Les photos de fleurs ont été prises sur le parcours. L'oeillet superbe est une fleur rare et protégée (photo prise peu après la croix du Triadou)

2 commentaires

Commentaire de titifb posté le 29-06-2008 à 04:59:00

Merci Claude pour ce cr émouvant et positif...Les photos de fleurs sont très réussis, le récit est très sympa à lire. Bravo à Régine (tu as bien fait d'acheter un lave-vaisselle !).
Courage pour continuer à courir (et à vivre cette terrible absence) sans Pascal...

Commentaire de millénium posté le 29-06-2008 à 10:07:00

bravo pour ta course et ton récit.
Par contre , pour la communication , as tu été sur les deux posts qui ont parlé de ce RV durant plusieurs jours ???
Les RV ne sont ps systématiques ; encore faut il u'un kikou lance une idée. Tu sais ce qu'il te reste a faire..la prochaine fois !

http://www.kikourou.net/forum/viewtopic.php?t=4641&postdays=0&postorder=asc&start=150

[URL=http://img518.imageshack.us/my.php?image=aubrachq5ai9.jpg][IMG]http://img518.imageshack.us/img518/154/aubrachq5ai9.jpg[/IMG][/URL]

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !