Récit de la course : Neuville - Châtillon 2009, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Neuville - Châtillon

Date : 13/9/2009

Lieu : Neuville Les Dames (Ain)

Affichage : 1698 vues

Distance : 12km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

Idem.

Idem.

 

Je me présente cette année sur la petite distance de 12 kms à la course de Vonnas Châtillon.

Un manque sérieux d'entraînement et un tendon d'Achille douloureux m'enlèvent toute idée de faire le 22 kil.

 

Je suis inscrit à l'avance grâce à Claudine qui m'a offert ma place à ce rassemblement de Châtillon.

J'ai aidé à la bonne tenue du site internet et ma récompense est là.

 

Je suis dans le car qui nous amène à Neuville les Dames pour les 12 et à Vonnas pour le 22.

Je suis à côté de Nico qui est favori sur la grande distance.

Yves est devant debout surveillant la bonne marche de ce va et vient des autobus.

 

Y a aussi Manu et son fils.

 

Neuville tout le monde descend pour la p'tite distance.

 

Je récupère mon dossard. Il reste une heure à tuer.

 

Sébastien Doléatto arrive, ainsi qu'un autre fournée qui descend du bus.

Je vais dire bonjour à Manu Santos dit le Chamois sur kikourou, excellent coureur petite distance. Il est déjà inquiet de savoir quels vétérans sont là pour la gagne.

Pour ma part je reprends la compét donc trop lourd et un manque sérieux d'entraînement.

En plus je me suis fait mal à Etrez au tendon d'Achille gauche et ça a du mal à guerrir.

 

Je me renseigne de l'heure butée pour donner les sacs à la navette.

 

Je me change et part m'échauffer comme quelques coureurs.

Je prends le parcours en regardant ma montre. 10 minutes ce sera bon donc au bout de cinq je fais demi tour.

 

De retour à la salle des fêtes, je bois un coup et repart encore faire un tour. Je croise Jean Marc Dosdat qui transpire. Il est près à en découdre.

 

Je pose mon sac à la consigne dans un sac poubelle avec le numéro de dossard dessus.

Je me dirige vers la ligne de départ.

Il y a un gars de Balan qui fait souvent les cross avec moi. Je le laisse me dire bonjour en sachant très bien qu'il ne le fera pas. J'ai fait souvent le 1° pas sans retour donc je le laisse dans sa solitude idiote. "C'est quoi ton prénom Bébé"

 

Je vois Serge Rapy qui va prendre des photos et faire un article pour le Progrès. On taille le bout de gras avec aussi Jean Michel Gauthier qui est sur une moto et va faire l'ouvreur suiveur.

 

Yves nous raconte pourquoi le départ n'est pas à l'endroit de la ligne mais un peu plus avant. Je n'ai rien compris mais ce n'est pas grave le départ est proche.

 

Au téléphone les 2 départs, avec celui des 22, sont synchronisés. Compte à rebours et c'est parti.

Ca part très vite et les petits jeunes de l'EAB font les cons devant l'appareil photo de Serge.

Le gars de Balan part très vite. Je le suis quelques mètres puis abandonne l'idée.

 

Nous sommes sur un petit chemin et faut faire gaffe aux cailloux.

Au bout c'est à gauche, attention au bloc en béton. C'est la route est le rythme est lancée.

Un petit faux plat en apéro. Hugues me rattrape et me dit que c'est parti vite. Oui lui répondis-je, c'est à cause des jeunes. On discute un peu avant qu'il ne s'éloigne vers l'avant. Bon les résultats de la course seront ce soir sur le site me dit-il. Non, tout à l'heure dis-je ironiquement.

Je le vois s'éloigner doucement.

Jean Marc me doublera plus tard.

Un gars en rouge assez costaud me passe aussi.

Le 1° kilo est passé en 3'05. Ouh la, il n'est pas au bon endroit.

La suite le prouvera.

 

Voilà c'est parti pour mon no man's land, mon "Retour vers l'enfer" de la course sur route.

Je ne suis même pas un "Outsiders" sur cette compét et je ne vais pas jouer les gros bras de "Road House".

Le deuxième kilo en 7'35. On tourne sur la droite et plus loin c'est le premier faux pas plat.

Je tire sur les bras.

Le 3° kilo est déjà (seulement) au dessous de 15 à l'heure en 12'15.

Le 4° sera en 16'35 et cela va aller crescendo.

On sent un peu le vent. "She's like the wind", dit la chanson de Patrick Swayze. Mais il est léger et pas trop gênant.

 

Le premier ravito est là dans la ligne droite.

Je me fais rattraper, par Séb notamment. Le plus dur reste à venir me dit-il. Il relève de blessure et manque d'entraînement lui aussi.

Il gagne mètre par mètre. Je ne cherche même pas à le suivre.

 

Nous bifurquons sur la droite et cela descend sécos.

Je vois Séb pas loin.

Je vais l'apercevoir un certain temps. Parfois il disparaît par le fait des nombreuses relances et tape cul que comportent cette route.

 

Je m'accroche. Ce n'est pas "Point Break", mais je suis à l'extrême limite.

J'ai du mal à dérouler ma foulée avec ce $*£µ§!& de tendon. Ce n'est pas "La cité de la joie".

 

La course à pied me demande :

 

"T'as peur de rien ?
Tu rigoles, j'ai peur de tout moi.
Mais la moindre difficulté est une barrière insurmontable, j'ai une trouille effroyable,
j'ai peur de c'que j'vois, de c'que j'fais, de c'que j'suis.
Mais l'plus terrible, c'est qu'j'ai peur de sortir de cette passion et de n'plus jamais r'ssentir c'que j'ressens, j'peux plus m'passer d'toi, j'te jure..."

 

Nous tournons de nouveau à droite et au loin je vois un château d'eau. Nous allons tourner à gauche. Je me souviens que là il y a une grande descente.

Un coucou au bénévole et c'est parti pour l'emballage.

 

En bas nous prenons le bord du canal.

J'évite les branches tant bien que mal car elles sont vraiment basses. Une course pour les nains.

 

Derrière je sens quelqu'un qui me talonne. J'essaye de voir son ombre sans me retourner, mais je n'entends que son allure pas loin.

 

Nous sommes sur un parcours de santé.

Nous allons faire un gauche droite sur des pontons en bois avant de relonger de nouveau un canal mais sans les branches basses.

Le gars est toujours derrière. J'ai presque eu envie de la laisser passer mais j'ai la forme et au bout je vois la route. Donc ce n'est plus trop loin. Reste 2 kilos en gros.

 

Je sais qu'il y a une terrible montée bientôt.

 

Au bout je tourne à fond pour remonter sur la route. Je demande où est le parcours aux bénévoles qui tiennent des panneaux verts et rouges. C'est par là à droite. Ok.

 

C'est la montée, terrible. Séb est au milieu de celle ci à peu près.

Je pense que mon adversaire sur mon porte bagages va me passer mais je maintiens mon allure en serrant les dents.

J'atteints le haut en respirant fort mais j'ai tenu.

Cela redescend et je balance tout.

Je surfe sur "La putain de vague".

 

Je longe un muret sur la gauche. Ca descend encore et je rattrape Séb. Que fais-je ?

Je le passe en l'encourageant. Il n'en peux plus.

 

Je continue mon envol. Reste un kilomètre. Je ne suis pas "L'homme le plus sexy 1991", mais j'ai une fière allure, rien ne peux m'arriver. Devant le gars en rouge n'est pas loin.

 

Nous arrivons sur la place principale de Châtillon sur Chalaronne.

Virage sec à gauche et le trottoir nous amène à l'arrivée.

Génial quel plaisir ces derniers kilomètres, j'aurai du faire les 22 kms.

 

Claudine Vercellis, mélange de "Jennifer Grey" et de "Demi Moore", l'organisatrice accueille un à un tous les concurrents, super sympa.

 

 

 

Une bouteille de pinard à chaque arrivant sympa Mr Yves.

Au ravito on refait la course.

 

Plus tard arrive Nicolas Duclos en tête du 22 suivi de Pasteur Nyabenda. Catherine Antoinet gagne chez les femmes. J'aperçois Looping en coup de vent qui a acompagné Nico en Vélo. Il est reparti avant qu'on puisse discuter plus longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de gens que je connais sont là. C'est sympa de renouer avec cette ambiance. 

 

 

 

 

 

 

 

 

On taille à la buvette avec Bernard, Serge, Jean Michel et Madjid qui a fait les 22kms.

 

La remise des prix arrive vite de même que la publication des résultats. Vraiment sympa cette rapidité.

 

 

 Les miss du coin sont là.

 

 

 

 

Course assez dure quand même avec ses petites montées. C'est jamais plat dira un concurrent.


Je quitte la Dombe pour le Bugey. Je me sens comme "Un parachutiste, braqueur de banque" : léger.

 

 

7 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 16-09-2009 à 23:07:00

The Gibus is back, ça sent la gnack tout ça!!
Et le classement alors?
Et puis ton premier kilo en à peine plus de 3', j'arrive même pas à le faire sur piste.
Bravo et merci.

Commentaire de millénium posté le 17-09-2009 à 20:22:00

Quel plaisir de te voir sous les feux de la rampe. Une grande évasion grâce à toi. Je te sens prêt à accompagner tine sur un 24H chrono...
Bravo petit gars

Commentaire de Mamanpat posté le 18-09-2009 à 10:26:00

PATRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIICK !!!!!

Merci pour ce récit et pour cet hommage original !!!!


And welcome back on the road... house !

Commentaire de franciss posté le 19-09-2009 à 11:26:00

Un vrai "Dirty running"...

Commentaire de Eric Kb posté le 19-09-2009 à 22:27:00

Bel hommage! Fallait le faire à tout point de vue...

Commentaire de Francis31 posté le 20-09-2009 à 17:22:00

Quelle niaque !!!
heureusement que je t'ai rencontré sur des terrains moins rapide...
3 min au kil : ce n'est même pas un rêve pour moi, c'est une utopie..

En + d'être un rapide, tu nous as concocté un superbe récit-hommage. Bravo.

Commentaire de yves_cool_runner posté le 20-09-2009 à 17:25:00

Gibus est inoxydable ! Chacun de ses récits le prouve. Bravo.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !