Récit de la course : Le Grand Raid des Pyrénées - Grand Trail 2012, par xaxa

L'auteur : xaxa

La course : Le Grand Raid des Pyrénées - Grand Trail

Date : 25/8/2012

Lieu : Vielle Aure (Hautes-Pyrénées)

Affichage : 1583 vues

Distance : 80km

Objectif : Terminer

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

113 autres récits :

Kilucru ?

   Préambule:

      

    Petit retour en arrière: reprise de la course à pied en début d'année 2011, perte de 10kgs depuis, une petite chirurgie de hernie inguinale entre deux, les 40 ans en 2012, un dos et des    chevilles fragiles... 

      

    Est-ce raisonnable de se lancer un défi tel que ce Grand Trail fait de 80km et 5000m de dénivelé positif en montagne, tout en habitant en Normandie ? 

    Non sûrement, mais quand je me suis décidé à reprendre la course à pied, l'idée était d'essayer de faire quelque chose de difficile à terminer, et plutôt en montagne j'adore. 

    Les Pyrénées ? C'est un retour vers ma jeunesse: ma première course à pied enfant, jeune enfant, je l'avais fait par là-bas, à Saint-Savin exactement à côté d'Argelès-Gazost, alors que les grands    faisaient des "courses de montagne" comme on disait il y a une trentaine d'année. Quand on randonnait en famille on s'amusait à courir dans les sentiers.  

    Maintenant c'est le trail alors en avant ! 

      

20120825_074629.jpg

      

    Petit à petit j'ai progressé en notion d'entrainement, en expérience, en durées de courses et charges d'entrainement. 

    Et ce qui paraissait quasiment imbécile, est devenu envisageable ! 

      

    Alors ce GRP qu'est-ce que c'est ? 

    Un parcours récent (5 ans) annoncé comme convivial et sauvage. 

    Le dénivélé est grossièrement réparti en 3 grosses bosses:     

      GRP80Profil7JPG

     Merci mic31 ! 

      

      

La théorie:

      

     L'objectif pour ma part ne peut qu'être modeste et je le hiérarchise: 

    1. Terminer 

    2. Terminer en bonne santé physique et mentale 

    3. En chrono n'ayant aucune expérience je me fie à une idée tirée du compte rendu de l'année dernière de LutetienND:(http://www.kikourou.net/recits/recit-11003-le_grand_raid_des_pyrenees_-_grand_trail-2010-par-lutetiennd.html

     Etant donné que lors de mes course en général je finis entre 25 et 50% du peloton je cible le temps médian de l'année précédente soit 17h. Ce n'est pas un objectif mais un guide pour me    donner un rythme. 

      

    En terme de gestion je reste sur mes habitudes : manger une bouchée toutes les 30mn dès le départ, boire tout le temps, transporter plutôt trop d'eau que pas assez. 

    J'ai donc 1.5l d'eau dans la poche accompagné d'un bidon de 250ml d'un mélange isotonique au goût citron qui semble m'aller. Il s'agit d'une poudre que je transporte dans des sachets de    congélation pour recharger quand nécessaire.  

    Je transporte au départ des barres de céréales (6) et des (4) gourdes d'une espèce de mixture sucrée avec morceaux de pommes, l'idée étant de compléter avec les ravitaillements. 

      

    Côté équipement en plus du matériel obligatoire, je prend mes bâtons. 

    Du fait d'un entrainement de plaine j'ai privilégié l'entrainement sans, juste des tests de temps en temps et une utilisation effective sur 2 trails:  La course du petit Vignemale  et Radicatrail mission accomplie.

    Ma logique étant: "autant se muscler les cuisses, les bâtons je m'en servirai comme palliatif du fait d'un manque forcément de dénivelé dans les pattes, et puis en plus il paraitrait qu'utiliser    des bâtons ça consomme plus d'énerge na." 

      

    Psychologiquement et tactiquement mon approche est celle-ci: 

    La course comporte 3 bosses: 

- la première je la fait sans me poser de question au feeling pour savourer sans se mettre dans le rouge non plus (ben oui parce que savourer plus tard ce n'est pas gagner le    plaisir pris n'est plus à prendre !). 

- la deuxième il faut penser à espérer rallier l'arrivée alors j'essaierai de la faire tranquillou sans me mettre de pression en essayant d'en garder suffisamment, de faire une pause    éventuellement longue à Tournaboup pour attaquer: 

- la dernière qui a priori faut pas se leurrer se gèrera dans la souffrance peut-être totale, mais nom de nom je serrerai les dents et je la terminerai cette course ! 

      

    Par ailleurs je transporte une feuille sous plastique avec les différents intervalles, dénivelés et temps sur estimation de 17h : http://www.pvsm.fr/pages/le-coin-detente/estimer-ses-temps-de-passage-sur-le-grp.html

    Merci Freeman. 

    Ce qui me permet psychologiquement de faire du découpage (38 étapes !) au lieu d'affronter en face à face l'étendue complète de la tâche à accomplir. 

      

Startings blocks:

      

    Mine de rien ça fait un sac bien rempli. La météo annoncée me poussant à porter short et t-shirt à manches longues, je transporte un pantalon de course d'hiver, une polaire,    le "k-way à 160€ ..." (très bien au demeurant très compactable protecteur et réellement repirant par rapport à ce que j'avais auparavant), des gants, un bonnet, 2 frontales, les piles, le    portable, des écouteurs au cas où et les bâtons 3 brins sur les côtés du sac. 

      

    Côté organisation n'ayant pas pu faire autrement je me farci 1000km en voiture le vendredi, en espérant être à l'heure pour retirer le dossard. Je suis accompagnée de mon père merci à lui,    et le retour est prévu dimanche pour être au boulot lundi ... 

    1 point et 45€ plus tard (bien fait) je suis en fait en avance pour profiter de la chaude après-midi en vallée d'Aure. 

    Une petite pensée pour les coureurs des 160 et 240km qui doivent en souffrir. 

    En arrivant dans la vallée le Pic du Midi est bien visible, "c'est là que tu vas monter" me sussure mon paternel. 

    Gloups en effet c'est haut là bas ! 

      

    Sur Vielle-Aure (et non pas Vieille comme je le croyais) on est dans l'ambiance: plein de coureurs et accompagnants, les infos live sur l'avancée des autres courses (ça à    l'air d'être très dur côté raid plus que 6 équipes sur 20 sur le parcours complet), le sac à présenter, Dawa Sherpa qui se ballade. 

    Direction la pasta party qui permet d'échanger avec 2 coureurs: un rassurant vétéran multiple finisher de ce trail dont l'épouse sera bénévole le lendemain au sommet du Pic, un plus jeune aussi    inquiet que moi. 

    L'équipe espoir de france de pelote basque met l'ambiance avec des chants basques avant le briefing, qui nous assure la montée au Pic et un temps pluvieux ! 

    Woualy/Yann Havrais également m'appelle et nous échangeons quelques instants, lui comme d'habitude heureux d'un bon temps normand annoncé ! Par hasard nous sommes habillés du même t-shirt du    Gruchet Trail Orientation 2012 ! 

    Sympa de voir des têtes connus. 

      

La Course:

      

Vielle-Aure - Artigues

      

    5h du matin c'est parti la chenille illuminée s'étire sur la route direction Vignec avant d'attaquer la grimpette vers Soulan. 

    Déjà les accompagnateurs sont là, et ça fait et fera tout au long du parcours chaud au coeur tous ces encouragements. 

    Des jeunes enfants emmitouflés et ensommeillés viennent encourager leurs parents c'est émouvant. 

    Il fait assez chaud on sue dans la montée de 791m aux 2215 du Col de Portet. 

    Je découvre d'ailleurs rapidement une irritation sur mes (ex) poignées d'amour à cause du sac un peu bas. Ca me laissera des bonnes traces après course. 

    On passe des chemins entre village, à la fougeraie (pas de réel bouchon), puis aux alpages avec les vaches endormies qui nous regardent vaguement. Après avoir traversé les nuages on peut voir en    se retournant le soleil commencer à colorer le paysage, c'est magnifique. 

      

    Une fois le col franchit 200m de dénivelé négatif nous amènent au premier ravitaillement de Merlans. 

    Je choisit de prélever rapidement du pain du saucisson et un complément d'eau et de repartir en finissant en marchant mon gobelet. Globalement je ferais toujours comme cela et je trouve le    système pas mal pour éviter une perte de temps inutile. Certains ravitaillements nécessiteront un peu plus de temps pour remplir complètement le camel, pour refaire mon mélange isotonique dans le    bidon, pour manger des pâtes, de la soupe ! 

      

    Oui parce que rapidement je me rend compte que j'ai de l'avance sur mon évaluation 17h, et que je continue à l'augmenter à chaque intervalle des 38 étapes. Je me prend au jeu en essayant de    consolider ce matelas qui pourra servir en cas de coup dur ultérieur. 

      

    On quitte le domaine skiable et on commence à découvrir le magnifique paysage du Néouvielle, au cours des 500m de d+ vers le col de Bastanet:  

20120825 073534

      

     20120825_073713.jpg

      20120825_074622.jpg

      

    Un des nombreux lacs du parcours qui vont me poser question plusiers fois pour me repérer dans mes "étapes":  

      

20120825_075547.jpg

      

    L'annexe du refuge de Bastan, qui me donne envie de revenir voir tranquillement le soleil se lever: 

      

20120825 075941

      

    Allez encore deux photos de part et d'autre du col de Bastanet où nous attendent une tribu à grosse cloche ! : 

      

20120825_082735.jpg

     20120825_082728.jpg

     Y a plus qu'à redescendre maintenant hein ! 

      

     Bon comme prévu la descente me donne moins de plaisir que la montée, ça tabasse les cuissots qui commence à subir mes velléitées d'absence de sortir les bâtons. 

    Ils sont longs ces 1300m et quelques de d- ! 

Au bout de quelques temps (trop peut-être pour une ampoule à suivre ?) je relace mes chaussures que j'avais laissées lâches pour la montée. 

      

    Allez une dernière photo devant le barrage de Gréziolles avant de rentrer dans les nuages et d'y rester jusqu'à l'arrivée: 

20120825_091408.jpg

      

     J'éteins le portable dont l'écran tactile ne supporte pas de trop la sueur et la batterie du coup semble baisser à vue d'oeil, clap fin des images. 

      

    Pas loin de là un appui mal maitrisé m'occasionne une bonne torsion de cheville Aïe ! Douleur puis peur, non finalement ça semble aller, mais ça ne va pas arranger mon attitude prudente en    descente jusqu'à la fin. 

      

      

Artigues - Tournaboup

      

    2ème étape des 3 bosses, je l'aborde normalement cool. 

    Ben ça tombe bien parce que les premières pentes sont bien raides, qu'il fait encore assez chaud ce samedi à 1100m d'altitude, et que la remise dans le rythme de la montée me scotche pour la    première fois. Oulà que ça va être haut et long ces 1700m de d+ d'une traite ! 

    Je sors les bâtons et je calme le rythme jusqu'à retrouver une certaine aisance. Je m'arrête pour redesserer les chaussures qui me semble me couper un peu les pattes et effectivement ça semble    efficace. 

      

    Bon côté paysage cette montée n'est pas géniale surtout sous les nuages, ça ressemble à ça longtemps, longtemps: 

20120825_115047.jpg

      

     Manifestement on est tous un peu marqués par cette montée et l'arrivée au Col du Sencours fait le plus grand bien pour faire une pause au ravitaillement. Avec la température qui baisse une    petite soupe me fait le plus grand bien, et j'attaque sans trop m'attarder le "coup de cul" de 500m de d+ vers le sommet. 

    Je monte avec un collègue qui gentiment m'informera des lacets restants. 

    Tout le long du parcours d'ailleurs les échanges avec les coureurs aura été parfait, on se remonte chacun notre tour quand c'est nécessaire, on s'informe, c'est bien ! 

    Bon ce n'est pas le tout mais il faut la monter cette côte cela parait quand même très long tout l'ensemble ! 

    Bon ben c'est la purée de poix pas la peine de prendre de photo de ce mgnifique point de vue faudra revenir, à la place je met le coupe vent et je met même mes mains à l'abri il ne fait pas très    chaud. 

    Un petit message à la bénévole du Pic dont je croiserai le mari dans la descente, merci à vous de votre bonne humeur ! 

    Et merci à tous les bénévoles tous charmants !  

    La redescente permet de rendre la pareil en encourageant ceux qui montent.  

      

    Deuxième passage au ravitaillement du Col de Sencours, plus de monde la soupe en train de se refaire, une partie de la pièce transformée en hôpital de campagne avec les brancards occupés ... 

    Brrr je ne m'attarde pas bon courage à tous moi je file plus bas plus chaud. 

      

    Dans tout ça je suis toujours en avance côté chrono, plutôt sur un rythme de 16h, ça regaillardit, la descente est plus facile que la précedente j'allonge le pas quand je le peux et arrive assez    bien à Tournaboup. 

      

      

Tournaboup - Vielle-Aure

      

    La 3ème étape j'y suis ! 

    Bon je sais que là c'est en avant jusqu'à l'arrivée sauf accident. Même si je dois avoir un gros coup de moins bien je finirai en marchant tranquille. 

    Presque 10h de course et il faut encore s'enquiller 30km de montagne dont 1400m de d+ ! Serais-je fou ? 

      

    Je passe un petit coup de fil à ma famille pour les informer, pour me réconforter aussi. Ils reçoivent bien les SMS des temps de passage et m'encouragent ! 

      

    Allez c'est reparti. 

    On se retrouve maintenant associés aux valeureux coureurs du 160km qui pour la plupart sont relativement à la peine. 

      

    Le début de la montée comme après Artigues me demande un temps d'adaptation je crois, puis je retrouve un rythme et puis ça va de mieux en mieux et j'atteint le col de Barèges après 11h27 de    course soit une avance de 1h13 sur le barème des 17h. 

    Le temps étant bien bouché je me concentre plus sur la course que sur les paysages qui m'ont l'air toutefois très intéressant à revoir, y compris et notamment après ce col. 

      

    Bon la descente de nouveau je me refait doubler par ceux ou celles que j'encourageais en montant, ce qui ne me dérange pas en soit mais me montre combien je suis poussif dans cet exercice. 

    Ah et puis depuis un moment j'ai l'impression d'un plus gros caillou parmi les petits qui me titille la plante du pied.  

    Bon allez stop ça me gêne de trop je prend le temps de m'arrêter pour retirer la chaussure. 

    Ben en fait une fois les petits cailloux retirés il s'agit surtout d'une bonne grosse cloque qui me gêne. 

    Bon alors je n'ai pas pris de sparadrap comme imaginé à un moment, ça me gêne de plus en plus en descente que faire ? 

    Allez une fois la montée vers Merlans avalée (et "rapidement") j'essaierai de me faire poser un pansement pour limiter la casse dans la descente finale. 

      

    J'avale donc la la remontée de 200m de d+ assez rapidement, je gère le ravitaillement je me surcharge surement en eau inutilement, puis m'occupe de rencontrer les soignants. Cela prend    un peu de temps je ne suis pas le seul, et merci beaucoup ! 

      

    Mais bon je ressort au total après je crois 24mn j'ai froid il y a du vent, je met la veste, et du coup je monte les 200m de d+ vers le col de Portet assez rapidement pour me réchauffer et pour    rattraper le retard ! Je me surprend moi-même à m'occuper du chrono chose inhabituelle, mais là c'est une source de motivation pour rejoindre rapidement la tranquilité et la chaleur plutôt que de    risquer un gros coup de mou à la nuit et froideur tombante. 

    Quoi repasser au-delà des 16heures et aussi du coup de mon évaluation rodiométrique ? 

    Nom de delà ça ne va pas se passer comme ça ! 

    J'enquille les 13kms 1400m de d- de la descente comme la petite montée, c'est assez roulant sur une bonne partie on peut lâcher un peu les jambes, par contre il faut être vigilant pour    suivre les balises maintenant dans le brouillard et dans un peloton très clairsemé. 

    Le pied ne me gêne quasiment plus possible que j'ai fait le bon choix en "perdant du temps à me soigner". 

    Un concurrent du 160km me parle de manque de respect quand je le double, mais le l'en assure bien du contraire !

      

    La fin de la descente redevient plus "technique" en tout cas plus raide et mes jambes commencent à peiner malgré les bâtons utilisés depuis Artigues. 

    Après avoir couru jusqu'après Espiaube dans la forêt en compagnie d'un autre coureur, je le laisse filer et il me mettra 5/6 minutes dans la vue en quelques kms ça va vite ! 

      

    L'arrivée en Vielle-Aure ! 

    Tous ces encouragements auxquels j'essaye de répondre ! 

    L'annonce du nom, du patelin normand, le tapis rouge, le t-shirt de finisher, mon père ! 

      

    Si je n'avais qu'une idée en tête, qui est la bière en terrasse en savourant cet instant, la petite larme ne serait pas loin ! 

 

    15h31 de crapahutage pour 82.8km 5023m de d+ selon garmin: 

http://connect.garmin.com/activity/215545570

      

     152ème sur 618 classés, 781 au départ. 

      

Conclusion:

      

    Le sentiment du travail accompli: 

    Objectif N°1 tenu: Terminer 

    Objectif N°2 tenu également: Terminer en bonne santé physique et mentale. Bon même si j'ai encore mal partout deux jours après je vais bien et je crois même que j'ai pris une dose de bien-être    pour un moment ! 

    Objectif N°3 tenu voire mieux: je me suis surpris à finir dans un temps et dans un ratio du peloton qui place cette course dans mes meilleures performances. Cela démontre que j'ai assez bien géré    l'ensemble des paramètres: entrainement, alimentation, hydratation, rythme. C'est satisfaisant.  

      

    Cette course et tout ce qui va avec depuis 1 an et demi: les courses de préparation, l'entrainement, l'apprentissage, les échanges avec les autres sur les courses ou sur le net, mes    réflexions personnelles ont été très enrichissantes. 

      

    Je ressort de tout cela gonflé à bloc, avec des envies de montagne, pas nécessairement en Trail, avec des envies de nouveaux défis 

    Pour l'instant pas d'objectif précis en tête, pas d'autre défi, en tout cas pas nécessairement en course à pied. A voir.

12 commentaires

Commentaire de vinch64 posté le 28-08-2012 à 11:49:23

Excellente préparation, excellente gestion de course et du coup un excellent résultat.
Ca a l'air si facile en te lisant...
Encore bravo pour ta course et récupère bien! ;-)

Commentaire de robin posté le 28-08-2012 à 14:20:20

Bravo et merci pour ton C.R.. Ils sont forts ces normands !
C'est vrai que cela paraît si facile !
bonne récup

Commentaire de Mustang posté le 28-08-2012 à 14:49:43

Bravo, belle gestion de course sur ce magnifique terrain d'aventure que sont les Pyrénées et que j'affectionne particulièrement!

Commentaire de xaxa posté le 28-08-2012 à 15:14:08

Merci pour vos commentaires, ce CR est un peu long bravo à vous !
L'idée est de rendre la pareil, j'ai bénéficié des CR lus qui m'ont aidé au fil du temps à me préparer à l'inconnu.

Vinch64 et robin: facile oui en fait c'est ça j'ai été surpris par une certaine facilité je m'attendais à beaucoup plus souffrir, comme quoi la préparation ça sert !

Vinch64 plausible que je te retrouve sur le Trail de Pointe de Caux "en touriste" j'espère que ça va aller de ton côté !

Mustang: tout pareil moi aussi j'adore les Pyrénées, j'avais cru le deviner vu ton intérêt pour l'autre CR, merci à toi et merci à ces chers montagnes de nous mettre des étoiles dans les yeux !

Commentaire de Byzance posté le 28-08-2012 à 18:53:54

J'aimerai bien être capable d'en faire autant !

Commentaire de laulau posté le 30-08-2012 à 22:57:04

Bravo pour cette belle course bien gérée. Dommage pour ce brouillard...mais vous avez évité la chaleur ! Tu es prêt pour de nouvelles et longues aventures en montagne.

Commentaire de caro.s91 posté le 31-08-2012 à 17:56:03

Tout simplement bravo.
Nul doute que ton exemple donnera à d'autres l'envie de courir cette très belle course !

Caro

Commentaire de jack91290 posté le 03-09-2012 à 16:49:09

merci pour le compte rendu, sa donne envie!!!
encore bravo

jack

Commentaire de jack91290 posté le 03-09-2012 à 16:51:20

merci pour le compte rendu, sa donne envie!!!
encore bravo

jack

Commentaire de xaxa posté le 04-09-2012 à 15:27:47

Merci de vos commentaires, et surtout je suis content qu'un récit, tout comme moi j'ai pu en lire, puisse donner envie (espoir, utopie ? :) ) à quelques uns de se lancer, malgré quelques hésitations légitimes, sur une course magnifique comme celle-ci. (comme d'ailleurs moi maintenant, si je suis l'avis de laulau rien ne m'empêche de me lancer sur le 160 ! :) )
Alors jack91290, Byzance, et d'autres lecteurs anonymes: "Yes we can !"
Caro.s91 le sait déjà.

Commentaire de Woualy posté le 06-09-2012 à 14:47:49

Bien joué Xavier, Finisher c'est déja TRES bien mais avec ce chrono, c'est la cerise sur le gâteau !
A bientôt sur les chemins normands qui vont nous paraitre bien "plat" ;o)

Commentaire de xaxa posté le 09-09-2012 à 14:13:35

Encore merci woualy ! Et encore bravo à toi et à ton père ! Finir un long (ultra ?) trail de montagne pour nous petits normands et quel que soit le temps est déjà une belle réussite ! Le chrono je ne le cherche pas, sur aucune course, mais c'est juste le reflet quand tout se passe bien, ou pas ... ! Effectivement mes dernières sorties dans les chemins normands donnent l'impression que tout est plat malgré les bosses !
A bientôt !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !