Récit de la course : Marathon de Francfort 2012, par turtlerunforfun

L'auteur : turtlerunforfun

La course : Marathon de Francfort

Date : 28/10/2012

Lieu : Frankfurt (Allemagne)

Affichage : 1007 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

1er marathon ou à l'assaut du mur de Francfort

Dans ma découverte du monde de la c.a.p., après le 10 km, le semi, les offs, mes débuts en trail, venait le temps du marathon. Objectif Francfort 2012, le 28/10.

Pour cela, j'avais mis au point un programme d'entraînement révolutionnaire (à mon avis) et innovante dans l'optique d'une optimisation des performances (un vrai bijou high-tech', je vous dis!) :

-3 semaines avant la date fatidique, une bonne angine 39-40° pendant 3 jours, histoire de bien vider les batteries.   

- J-10 un petit off de moins de 2h qui me montre toutes mes limites actuellles (souffle court au bout de 10 km, incapacité à maintenir une allure,...), histoire de bien "remonter" le moral.

- J-4, un nouveau détour par la case doc, pour une bonne rhino-pharyngite, juste pour se dire que courir en se mouchant toutes les 5 minutes, c'est déjà une performance en soi.

- enfin, 2h de train et 3h de voiture pour rejoindre Francfort, pour me souvenir que les transports, mon estomac et moi ne sommes pas toujours sur la même longueur d'ondes.

En résumé, je me sentais prêt pour l'exploit. Quelques semaines auparavant, dans un accès d'optimisme (ou de prétention), je me voyais beau et fort, visant des chronos titanesques du genre 3h20, sur les talons des meilleurs, faire sentir aux Kenyans et aux Ethiopiens le souffle de la défaite... Ah misérable que je suis, j'ai (heureusement) depuis gagné en âge et donc en sagesse... Petit à petit, j'ai revu mes objectifs à la baisse d'une vingtaine de minutes et surtout de finir sans jamais marcher et en ce qui concernait le souffle de la défaite pour les favoris, je comptais plutôt sur un vent du nord-est un peu frais.

C'est donc dans une forme olympique que j'arrivais samedi vers 17h à Francfort. Un passage par la Festhalle pour retirer puces et dossard, constaté que le package est plutôt pauvre (une boisson isotonique, une éponge, un paquet de pâtes complètes, et des pastilles contre la toux), puis recherche de l'hôtel, idéalement situé dans un quartier pitorresque, composé de cabarets et de cinémas pour militaires et autres âmes solitaires. Nouvelle rassurante : je n'étais pas le seul coureur dans ce cas, en fait tout l'hôtel était occupé par des marathoniens. Et moi voilà parti pour un resto italien avec une bande d'Autrichiens, suivi de près par 2 Tchèques, un couple américain.

22h extinction des feux (de toute façon, étant levé depuis les 5h du mat', j'ai pas fait un pli)

Jour J : mes 8 heures de sommeil m'ont fait le + grand bien, mais ne m'ont pas retiré mon rhume. Petit sms d'encouragement à Tidgi qui se gondole sur Venise.

9h : direction la zone de départ et découverte de la météo : bon, déjà il ne neige plus comme la veille, mais la température est frisquette -2°.

Environ 15000 participants annoncés dont le grand favori , le Kenyan Patrick MAKAU 02h03m38s l'an dernier soit à qq sec du record du monde je crois. Comme me l'avait consaillé Lalan, je suis allé lui mettre la pression avant même le départ, à lui et tous ses potes, histoire delui faire comprendre qui j'étais. Je pense avoir plutôt bien réussi sur ce coup

Regardez-les prêts à s'enfuir avant même le coup de pistolet!!!

10h05 après les derniers conseils de mon unique supporter de beau-frère, me voilà lancé dans le grand bain ou plutôt dans l'inconnu. J'ai préféré laisser 5 minutes d'avance à mes principaux concurrents histoire de ne pas être ralenti les premiers km.

10h09, je m'approche de la pancarte du 1er km quand sur l'autre voie, nous découvrons la tête de la course qui passe celle des 3 km... Ce sera la seule et dernière fois que nous les reverrons (après ils ont dû prendre des ralentis je crois...)

Il fait froid, une "légère" brise nous permettant de maintenir une température à 0°. Mais le ciel est bien bleu par chance.

Parti sur un rythme de 5min/km, je profite du paysage entre les gratte-ciels.

Tout se déroule étonnamment bien, j'arrive à gérer correctement les ravitos en évitant les bousculades habituelles et les glissades sur les gobelets en plastique qui jonchent le sol.

 

Un coup d'oeil parfois sur le chrono me rassure, je suis plus que dans les temps. Un petit coucou à mon fan au 14ème km, un petit regard pour le panorama

Le public est nombreux tout le long du parcours (env. 400 000 personnes!)

km 20 : un petit slalom entre un couple de personnes âgées en déambulateur au milieu de la route.

mi-course : 1h45 environ pas de crampes, pas de fatigue particulière. Mon dieu que m'arrive-t-il?

Et là, je m'emballe petite accélération progressive, je gagne une poignée de secondes/km. Je rassure mon fan qui s'inquiète de me voir si frais.

km 28 : cette fois c'est un écureuil qui se glisse dans le peloton...

Pendant ce temps les meilleurs ont terminé en 2h06 et des poussières pour mon petit protégé Patrick.

km 32 : Tiens, j'ai la désagréable sensation de ralentir. C'est donc cela le fameux mur... Les jambes se durcissent, ma foulée, d'ordinaire si aérienne!!, devient bien laborieuse.

La fin ne sera qu'une lente déchéance!!! Les 10 derniers km étant courus en 55-56 minutes avec l'impression de me traîner sur la chaussée ( j'ai pensé alors changer mon pseudo en "snailrunforfun"...), les grandes lignes droites de 4 km entre le 32éme et le 36ème y étant pour beaucoup je crois. Adieu rêve de gloire, barrière des 3h30 et sûrement des 3h35...En pleurs

Puis c'est le retour au centre-ville avec ses zig-zags, mais aussi le public qui applaudit, agite des pancartes d'encouragements du genre "Bier am Ziel" = une bière au bout du chemin!!!

Une dernière ligne droite

et c'est l'entrée dans la Festhalle

et l'ARRIVEE !!!!!!!!

Résultat : 3h34min59sec !!

C'est moins de 3h35!!!!!!

Je suis épuisé, je n'ai même remarqué les demoiselles qui nous accueillent, honte à moi. (petite pensée à Franck et aux joueuses de flûte en passant!)

Mais pas le temps de stationner au chaud, il faut quitter cette chaleureuse ambiance, récupérer une couverutre de survie, se battre pour quelques fruits et du thé. Mais la récompense finale m'attend au bout de ce long cheminement

Clin d'œil

 

Conclusion : je ne suis pas mécontent fialement de ma course que j'aurais bien sûr mieux gérer. Mais vu mon entraînement et ma condition physique actuelle, je ne devais pas attendre des miracles. A présent place à l'objectif final de cette année : rdv le 1er décembre au Flore!! (et le 2 à Gerland si possible...)

7 commentaires

Commentaire de lalan posté le 02-11-2012 à 06:44:27

J'ai eu Patrick depuis au téléphone ,il a vraiment eu peur en te voyant affuté comme un éthiopien. Une belle chose de faite en attendant ta balade de début décembre.
Bravo à toi.
PS:Tu pourras me présenter la demoiselle ('_')

Commentaire de Jean-Phi posté le 02-11-2012 à 07:06:52

Tu devais être bien fatigué pour louper la demoiselle à l'arrivée mais pas encore assez pour louper la bière ! On voit donc bien où vont tes préférences. Tu es digne des offeurs lyonnais. En tout cas bravo. Bon chrono et chouette CR plein d'humour. Allez plus qu'un petit A/R sur Saint Etienne et tu auras bien assuré ta belle saison.

Commentaire de Jean-Phi posté le 02-11-2012 à 07:12:29

Tu devais être bien fatigué pour louper la demoiselle à l'arrivée mais pas encore assez pour louper la bière ! On voit donc bien où vont tes préférences. Tu es digne des offeurs lyonnais. En tout cas bravo. Bon chrono et chouette CR plein d'humour. Allez plus qu'un petit A/R sur Saint Etienne et tu auras bien assuré ta belle saison.

Commentaire de le berger posté le 02-11-2012 à 09:06:17

C'est un super chrono pour un premier marathon.
Bravo et bonne récup!

Commentaire de sebmelalix posté le 02-11-2012 à 09:18:26

Bravo et merci pour ton récit,

Comme le dit Le Berger, c'est quand même pas mal du tout pour un premier marathon, un bonne expérience pour le deuxième où tu seras très certainement sous les 3h25 ;-)

"Bier am Ziel" ça, j'aime bien!!!!

Commentaire de Arclusaz posté le 02-11-2012 à 10:45:06

encore un qui m'énerve !!!!
il court son premier marathon pas préparé comme il veut, malade, bref il a tout pour se planter.... et il fait un temps que je ne pourrais jamais envisager : "c'est vraiment trop injuste" (Caliméro, philosophe français du XXeme siècle).

Bravo pour cette super perf : on dit qu'on plante toujours son premier marathon, tu imagines tes possibilités ? on a bien vu que tu étais un dur à cuire, un gars capable d'enchainer les nuits de boulot et les off.
Ne change rien, c'est toujours très agréable de partager des bouts de chemin avec toi : ils savent à la LSTL qu'un nouvel avion les rejoint ?

Commentaire de tidgi posté le 03-11-2012 à 21:27:09

Pour un 1°, tu t'en es bien sorti. Bravo !
Tu me parlais de 3h15. A mon avis, tu y vas direct... une fois les quelques bobos guéris ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !