Récit de la course : Trail de Noyarey - 21 km 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : Trail de Noyarey - 21 km

Date : 13/4/2014

Lieu : Noyarey (Isère)

Affichage : 723 vues

Distance : 21km

Matos : 1 paire de bâtons offerts par ma femme à Noël.

1 Camel back trop petit

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Ce fut long, mais vraiment bon...

Direction Noyarey ce dimanche 13 Avril pour la 2ème édition du trail du village. J'avais fait le 12 Km l'an passé, cette fois je me suis inscrit sur le 20 Km. Je me dis que 2 km de moins que le semi de Vizille, ça devrait le faire facile, tout en m'interrogeant sur la signification des 1350m indiqués sur le flyer... Ca doit surement être la distance des courses enfants....

Bref arrivée à Noyarey vers 8H15, où je retrouve les 2 Stéph qui sont en complète surcompensation après avoir terminé la course du cœur la semaine passée, et toute l'équipe de Champagnier : Franck, Pascal et les autres.

Cette année, je me suis inscrit  à l'avance pour être sûr d'avoir un pot de confiture locale. Oh bonheur, il y en a pour tous les goûts, et je choisis de la confiture aux kiwis d'un vert magnifique.  Trente secondes plus tard, j'entends un bruit de verre cassé : le pot est en 1000 morceaux à mes pieds et la confiture commence à s'étaler par terre... La journée commence bien... J'ai pendant un instant la tentation de redemander un pot, mais non, on n'est pas chez Intermarché, j'avais qu'à être moins manchot, il faudra que j'attende encore un an pour pouvoir finalement y gouter... c'est donc écœuré que je mets le pot (ou ce qu'il en reste) à la poubelle.

Petit échauffement tranquille avec Stéph et on se met à l'arrière du peloton en attendant le départ. Ca y est c'est parti. J'étrenne ma paire de bâtons en me demandant comment ça va se passer, j'ai toujours couru sans. Après un kilomètre de route, on rentre dans le vif du sujet en rejoignant le sentier qui monte dans la forêt. J'arrive à déplier mes bâtons sans éborgner personne, et me mets à marcher dès que ça devient raide. Les 2 Stéph passent devant, je ne les reverrai qu'à l'arrivée. Le sentier est étroit et valloné, puis on  rejoint une piste plus grande. C'est vraiment génial ces bâtons, j'arrive à trouver un rythme et commence à doubler du monde.
Après une longue piste descendante, premier ravito. Je suis parti avec un camel back de 50 cl, en me disant que je profiterai bien des ravitos. Je bois donc 3 verres de coca , et repars aussi sec.

Tiens, on m'appelle, c'est Céline des Secouristes de Sassenage, je m'arrête et lui fait la bise. Juste après, je me souviens que je suis ruisselant de sueur et que j'ai la morve au nez.... Aie...Désolé Céline !


Ca repart droit dans le pentu pour une grande montée. J'adore ces bâtons! Dans la descente qui suit, ils me permettent plusieurs fois d'éviter la chute. La montée reprend mais plus légère, j'alterne course tranquille et repasse en mode marche quand ça devient trop raide. On arrive au sommet du parcours, et ça enchaine sur une immense descente dans la prairie qu'auraient vraiment appréciée les soeurs Ingalls, surtout celle qui se casse la figure dans le générique. On est tentés de lever les yeux pour profiter du paysage, mais ils reviennent vite  au sol.

Ca y est ça se termine enfin et on reprend une montée en sentier puis sur route. A tous les signaleurs, je demande où se trouve le prochain ravitaillement, ils me disent tous "Bientôt" avec un petit sourire... Aie, je sens que ça commence à aller moins bien, j'aurais du emporter le peu de confiture qui était récupérable. Mon camel back est vide depuis un bon moment, et même pas un petit morceau de saucisson oublié dans le fond d'une poche.
Je ralentis le rythme et commence à me faire dépasser.  J'espère voir le ravitaillement à chaque tournant, mais non... J'hésite à ramasser quelques tubes de gel "égarés" sur le sentier, en espérant qu'ils ne soient pas totalement vides, mais non quand même, j'ai ma dignité. Après une traversée de gorge ultra encaissée où on s'accroche aux branches, on attaque une descente et enfin  !! Le deuxième ravitaillement !! (qui est en fait le premier visité une deuxième fois).  Je revois Christian de l'organisation mais cette fois pas de causette, je me jette comme un rapace sur la table et descends cul-sec les 6 derniers verres de coca devant le regard ébahi des jeunes bénévoles. J'attrape une poignée d'abricots secs et me relance dans la course.

Heureusement, ça descend. Je sens les abricots avalés presque entiers nager dans le coca, le tout rebondissant dans l'estomac à chaque foulée... Ca doit surement favoriser l'assimilation, je retrouve un peu de fraicheur et rattrape les coureurs qui m'avaient doublé pendant la pause ravito.

Voilà enfin la dernière montée,  et pas des moindres... Je repasse en mode automatique et verrouille les neurones qui me disent que je serais mieux à faire la sieste au bord du chemin. Je repasse devant 2 puis 3 grimpeurs... Devant moi, un marcheur a récupéré 2 énormes bâtons sur le bord du chemin et s'en sert pour avancer. Ils doivent faire 500g chacun... Mais bon, à la guerre comme à la guerre.

On rebascule et c'est la dernière descente. On entend  l'orchestre à l'arrivée et j'allonge la foulée, je me sens bien mieux. 100 mètres avant l'arrivée, petite descente super raide,  le coureur devant moi glisse et fait 2 mètres sur les fesses. Il se relève tant bien que mal, rien de cassé.  Je ralentis en assurant les appuis, et patatras, je l'imite... 5 mètres après, 2 jeunes nous disent "Attention ça glisse !". "Ah oui ? Merci !"

Sortis de la forêt, l'arche d'arrivée apparait magiquement. Il m'aura fallu 2H40 pour terminer, plutôt content pour ce premier trail de la saison.


A l'arrivée, je croise l'Albatross, venu faire le 10 Km en récupération (en 1 heure, bref un rythme pépère...)  et on devient nostalgiques en parlant de la première et unique Ronde des 3 Massifs... organisée par le mythique GLAB.

Bref, un grand Bravo à l'organisation du Trail de Noyarey, superbes sentiers, balisage impeccable, bénévoles au top. Je ne peux malheureusement rien dire sur le goût de la confiture.... En pleurs

Rendez-vous à l'année prochaine !

Pierre

7 commentaires

Commentaire de keaky posté le 13-04-2014 à 17:01:43

Ben dis donc, tu es rapide pour la mise en ligne ;) En tout cas félicitation, j'étais sur le 10 et il est déjà sacrément costaud.. Merci pour ton CR plein de notes d'humour ;)

Commentaire de __icecool__ posté le 13-04-2014 à 18:01:43

Très drôle ! Va fait envie.

Commentaire de la buse de Noyarey posté le 13-04-2014 à 18:26:17

Sympa ton recit et merci pour ton retour positif.
Pour la confiture rien n'est perdu . On en a commandé pour la montée d ezy .tu n'as plus qu'a venir le 4 mai

Commentaire de Albacor38 posté le 13-04-2014 à 19:23:38

Le Bouk aurait il trouvé son maître dans la mise en ligne la plus rapide du récit du jour !?! Impressionnant Pierre. Accessoirement ton récit est très bon. Il a raison Icecool "Va fait envie" (Icecool : tu t'es fait retiré les dents de sagesse ?)

Une question Pierre. Toi qui a fait l'expérience de courir avec et sans bâton quel est ton ressenti ? Un vrai plus ? Même pour un débutant de ce genre d'accessoire ? Pas trop encombrant quand tu ne les utilises pas ?

Commentaire de El Tamanoir posté le 13-04-2014 à 20:06:35

Salut Albacor,

Les rares fois où je ne savais pas trop quoi faire des bâtons, c'était sur les profils plats, ou vaguement descendants / montants, donc finalement assez rarement ce matin...

Je pensais qu'ils seraient plus gênants, même si j'ai quand même réussi à en donner un ou deux coups (involontaires !) à des coureurs qui passaient à côté de moi.
Sur un parcours comme ce matin, c'était pour moi un vrai plus, alors qu'avant je trouvais que ça faisait "genre". Il faut encore que j'arrive à équilibrer l'effort bras-jambes, comme quand on commence au skating et qu'on a les épaules en bouillie à la fin de la sortie.
Le déclic, je l'ai eu en Septembre dernier à la Verticale du Grand Serre, ou j'ai fait les 2/3 à 4 pattes en mode sanglier... Là je me suis dit : Jamais plus !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 13-04-2014 à 20:18:36

Bien joué Pierre !
Bon, tu as vu l'albatross, je suis désolé pour toi ;-)
On devrait se croiser prochainement, je kiffe aussi les bâtons de 500g chacun !

Commentaire de le_kéké posté le 13-04-2014 à 22:21:17

Bravo Pierre pour ce récit. Cette course était vraiment sympa. Je crois que tout le monde est tombé juste avant l'arrivée, moi compris, ma seul chute du jour. Les bâtons perso je les sorts que pour le long > 30-35km en dessous je trouve que c'est plus gênant qu'autre chose mais faudrait faire 2 tours pour comparer avec et sans, demain on y retourne ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !