Récit de la course : Cross des Coteaux - 16 km 2016, par le_kéké

L'auteur : le_kéké

La course : Cross des Coteaux - 16 km

Date : 11/9/2016

Lieu : Crolles (Isère)

Affichage : 732 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

17 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

17 autres récits :

Cross des coteaux historique

Encore un cross des coteaux pour le kéké, faudra faire le compte sur les 15 dernières années mais j'ai du au moins en faire 10.
Qui dit mieux sur la ligne de départ, hein ???
Faut dire que c'est pratique, c'est pas loin, on s'inscrit le matin, la famille peut courir (enfin les motivés) et surtout c'est super bien !!!
 
Quel bonheur de retrouver tous les vieux grognards de la courses au saucisson, les (actuels ou anciens) collègues, les voisins, finalement on doit connaitre au moins de vue dix pourcent du peloton.
Et cette année comble du comble un saucisson en cadeau d'inscription, j'en ai presque les larmes aux yeux.
Dire que j'ai hésité à juste venir en coach spectateurs de la fillote, j'aurais raté cet hommage qui me touche droit au coeur.
 


On s'échauffe tranquille (surtout la langue) en profitant de l'ambiance, on est bien.
Aujourd'hui va falloir luter contre el tamanoir qui m'annonce revenir en forme et comme d'hab l'ignoble qui va me mettre un enième raclée (mais un jour je l'aurais)
 
Aucune idée de ma forme deux semaines après l'échappée belle, c'est sur que j'ai un gros volume, mais finalement que du trail-randonnée-sac à dos-batons.
En tout cas c'est sympa pas de sac, de batons, de ravito, libre comme l'air.
En plus j'ai un poids de jeune kényan anorexique, un truc de malade, j'en viens même à me dire que maintenant c'est bon il suffit de garder ce poids.
15 années de cap et finalement, 15kg de moins, c'est long mais ça marche, mon régime par la foulée, la méthode du kéké.
 
Aucune sensation à l'échauffement, petite douleur au genou et pas méga envie de se faire mal, le corps n'a plus l'habitude du rythme que je vais lui infliger on sent une rebellion intérieur.
Le trail au moins tu restes dans ton petit rythme pépére, mais là mon kéké on va déboucher les artères ...
 
Sur la ligne les discussions continuent bon train, c'est quand même plus détendu (à commencé par moi) que sur l'échappée belle il y a pas à dire ...
Les gens sont moins déguisés, même si on trouve quand même quelques compressmoitouts et autre sac chameau.
 
Un départ surprise lancé par un c'est parti (ou un truc du genre) au micro coupe net les discussions et là ça rigole plus.
 
On change pas une tactique qui a fait ses preuves depuis toutes ces années, le départ en trombe.
Une course au saucisson, c'est départ à fond et picétout, sinon autant aller faire son jogging du dimanche matin tout seul.
On retrouve vite les reflexes du slalomeur pour doubler au mieux dans ces premiers hectomètres les gens qui se sont retrouvés dans les premières lignes par hasard.
C'est le métier qui parle, un coup tu coupes le virage par le trottoir, un coup tu froles la mère de famille, du grand art (15 ans de départs en trombe ça se respecte et ça donne les bons reflexes)
 
Le cross des coteau ça commence par 3kms de plat pour y arriver dans ces fichus coteaux.
3km de plat, tu as fait ça quand la dernière fois ??? Surement 2 ou 3 mois que j'ai pas couru 3 km de plat Innocent
Donc le T-shirt jaune saucisson discret est devant et surement un beau point de mire pour les 2 zozos qui doivent être pas bien loin derrière, c'est un peu le problème des départs de kéké et des t-shirts discrets.
A ce moment je suis en train de faire un exercice d'intence reflexion, mais quelles couleures harborent l'ignoble et le tamanoir ???
Quel con une erreur de débutant, mon kéké avec l'expérience que tu as, tu n'as même pas noté la couleure de leurs liquettes ...
 
J'ai l'impression d'avancer pas mal, le plat se passe, et les 2 autres saucissoneurs sont encore derrières, attaquons donc ce premiers coteau.
On double les marcheurs partis 15mn avant, on essaie d'avoir un mot d'encouragement mais c'est pas facile, petite pensée à kiki ...
C'est le moment ou j'ai toujours du mal, la transition plat-montée mais il faut sortir les cornes et débrancher le cerveau de toutes les façons à partir de maintenant il ne faut plus écouter aucun signal, la douleur n'est qu'on information (donc on se fout).
 
A mi-montée de ce premier coteau, voilà l'ignoble qui me passe comme d'hab lui habitué des départs prudents.
Je suis content j'ai tenu 3km et quelques.
On fait quand même une belle-pur action de kéké en le redoublant 100m plus loin et en annonçant que j'en ai encore sous le pied !!!
(tu bluffes kéké tu es à 110% et au bord de l'implosion, mais sur un malentendu ça peut passer ???, pas sur des vieux briscars comme lui, sur un albacor pourquoi pas mais l'ignoble, tu es bien naïf En pleurs)
Mais bon ce geste débile ne m'a laissé devant que jusqu'au virage suivant ou la hiérarchie est de nouveau respectée.
Ouf c'est le haut, on est sur le petit single, du coup ça bouchonne légérement, pas plus mal pour reprendre un peu d'oxygène.
 
Ensuite c'est la partie à base de descentes et de remontées pas trop longues c'est pas ma specialité c'est super cassant et impossible de prendre un rythme.
L'ignoble m'a mis une bonne cartouche, mais il reste encore à vue mais de plus en plus loin.
Je beugle un kééééééééééééééékéééééééééééééééééééé de temps en temps, j'espère au moins que ça lui met un peu la pression et lui pourri un peu sa marche en avant.

 
On est pas là pour acheter du terrain (merci à cocogirl pour la photo)

Je sens que suis en train de m'endormir dans ce rythme molasse mais j'arrive pas à faire plus.
On passe le ruisseau, cette année pas d'attaque de guèpes.
 
Là arrive 2 évenements qui vont remettre le kéké en ordre de bataille.
La première fille (en fait du petit parcours) qui me reprend dans un long faux plat montant.
Et ho, c'est quoi cette histoire, je lui prodigue quelques encouragement, on est quand même bien élevé, mais 100m plus loin, hop force jaune saucisson je repars à l'attaque.
Et surtout j'entends pas si loin derrière un cri qui me glace le sang, kékkkkééééééééé.
Putain le tamanoir il est là juste derrière tapi en position du prédateur (et moi de jeune porcelet).
Je l'avais oublié celui là, c'est ce qu'on appelle avoir le cul entre 2 chaises.
Après avoir eu l'envie de lutter le plus loin possible avec l'ignoble on risque de tout perdre.
Une défaite face au tamanoir, non ça c'est pas envisageable !!!
J'implore une fois de plus la force du saucisson et biiiiiim j'envoie une cartouche dans cette montée.
Je regagne rapidement 4 ou 5 places et on verra bien ce qui va se passer, en tout cas on mourra les armes à la main.
 
Séparation petit et grand parcours, ils partent tous pour finir leur course de fillettes, reste plus personne !!!
Là bas au loin je devine encore l'ignoble, je suis content je l'ai vu jusqu'au km 7.
Et là c'est la longue montée qui doit nous mener jusqu'au départ du chemin du facteur.
Elle est longue et elle est parfois raide comme j'aime (pas de blagues douteuses l'ignoble et le bouk SVP, c'est un site familial).
 
Je me sens de mieux en mieux dans cette longue montée, je suis aérien, je reviens et reprends quelques coureurs qui marchent.
Le célèbre et de circonstance "marcher c'est mourir" et boomm super kéké montre le maillot jaune.
 
Et là que vois-je un peu plus loin à une portée de fusil, l'ignoble qui marche aussi tel un bouk !!!!
Et moi qui revient sur lui comme une balle.
Je suis euphorique, un truc de malade.
Un peu conno sur les bords je ne peux m'empêcher de pousser un kéééééééééékééééééééééé primal pour lui signaler ma présence.
Et lui préciser aussi que le grand requin blanc (c'est moi) a faim.
Certes j'ai fait un beau rapproché il est 10m devant, mais il reste devant quand même dans cette fin d'ascension super raide ou là il faut se résoudre à marcher-mourir.
 
La relance et la descente qui suit, je paye mes efforts précédent et doit reprendre un peu d'oxygène.
L'ignoble reprend quelques longueurs mais pas tant.
 
Je sais qu'il reste encore une grosse difficulté et je sais que je vais tenter le tout pour le tout ...
Alors on se remet un peu dans la descente et on donne tout ce qu'il reste, ça passe ou ça casse c'est la chance d'une vie.
Ravito, on essaie de rafraichir la machine qui turbine à 150%.
 
Un peu après des supporters continuent de rafraichir le kéké à grand coup de pistolet à eau et un magnifique, ALLEZ SAUCISSON (c'est moi surement saucisson)
(Juste la prochaine fois si on pouvait éviter de me remplir d'eau l'oreille, avoir une otite en courant par 30 degrés bof ...)
 
Autant dire que la montée au rocher d'escalade je connais chaque caillou, chaque racine.
Ca commence tranquille puis ça grimpe de plus en plus fort.
Et là de nouveau je suis touché par l'euphorie.
Les jambes que j'ai aujourd'hui en montée c'est de la folie !!!
L'ignoble est là juste devant et badaboooooooooooooooooom je prends l'extérieur non sans avoir pris appuis sur son épaule pour prendre un peu d'élan.
Course au saucisson no limit style !!!!!!!!!!!CoolBisou
Ce dépassement restera c'est sur dans la légende !!!!!
 
Maintenant je suis devant et je fais quoi ???, il reste presque 6km quand même.
Le plan (et oui il y a plan, les gens croient qu'on réfléchit pas dans ce sport de bourrins) est le suivant :
Il faut absolument que je prenne un peu dans la fin de montée pour avoir une petite chance sinon c'est le jeune poussin jaune qui va se faire bouffer par le vilain renard et fissa en plus.
Alors dans cette fin de montée bien raide je donne tout et relance dès que c'est possible, le but insérer le doute et mettre quelques longueurs.
Du coup je double aussi tout un groupe dans cette histoire, ça bataille dans tous les coins, le final s'annonce chaud bouillant.
 
La descente arrive, je sais que l'ignoble n'est pas forcément au top dans cet exercice mais moi non plus Embarrassé.
J'essaie de garder le rythme je reprends un gars un autre me double, ouf c'est pas l'ignoble, j'ose pas me retourner.
Au virage en dessous un gars donne les places et j'entends 17 ème !!!!!
keske c'est que cette histoire, 17ème mais c'est pas une place de kéké ça, incroyable.
C'est la partie sympa où on croise ceux qui attaquent la rude montée du rocher d'escalade pendant que les autres (nous) on file vers l'arrivée.
 
Après un nouveau ravito, il reste le juge de paix, cette sale remontée qui tue les jambes.
Et là les jambes se remettent en position je vole aujourd'hui dès que ça monte.
Les 2 devants moi marchent, je passe en gueulant un magnique, "ça passe en courant c'est dans la tête", encore une belle phrase de kéké !!!!
Ca en fini plus cette remontée mais enfin on passe la bosse.
 
Un jeune est dans mon aspiration et m'encourage à aller chercher celui pas si loin devant.
Si tu savais comme je m'en fous de celui là bas, celui qui m'intéresse est là pas loin derrière.
Mais j'envoie quand même au taquet, l'ignoble si tu veux gagner il faudra le mériter.
Dans ma tête il restait encore une montée mais en fait le parcours avait déjà changé l'an dernier (quel con), du coup il n'y a pas la remontée que j'apréhendais encore.
 
On touche le bitume.
Le jeune file rattraper celui de devant sur le plat et moi je marque un peu le pas et laisse filer les 2 lascars.
Reste plus que le tour du stade c'est à la fois infini et la fin est si proche à la fois, 500m??
J'ose pas me retourner, et si il était là juste la derrière.
Dernière longue ligne droite, trop curieux je me retourne, ouf il  est a une largeur de stade, c'est bon.
 
Par contre ce qui est moins bon c'est les 2 buffles qui sont lancés à ma poursuite, 20m derrière.
Le truc que je déteste le plus les sprints de fin de course, je gagne jamais rien, mais quesque je peux perdre.
Obligé d'encore se dépouiller pour garder la place.
 
Et voilà c'est fait, quel course, quel forme, je marche sur l'eau, j'exulte.
Tout le monde se tappe dans les mains, l'ignoble a droit à un nouveau cri primal scellant cette première victoire après une trentaine de défaites.
 
On accueille tous les arrivants, on refait la course, le meilleur moment du saucisson.
Voilà le tamanoir, qui arrive pas si loin derrière (2mn ??)
Je lui annonce ma victoire, il me dit "s'était pas dur tout le monde l'a battu aujourd'hui"
Ce jeune naïf était persuadé qu'il est lui aussi devant, et non pierro, noël c'est dans 3 mois ;-)
 
On boit quelques bières, super bonnes d'ailleurs (le chardon) on encourage les enfants, il fait super beau, on discute avec tout le monde, c'est quand même bien cool.

Le gratin dauphinois


La fifille a un peu de mal pour ça course, elle affronte le club de ski de fond des 7 laux venu en masse courir après visiblement un gros entrainement cet été et il y a du niveau !!!
La fille qui tient un stand du club de ski essaie de nous vendre le ski fond, à oui tiens bonne idée on devrait essayer cet hivers.
Par contre faire les photos et encourager sa fille en courant, en plein cagnard après quelques bières et une petite coursette, ben c'est pas facile .

10 ans de cross des coteaux pour la demoiselle !!!
 
Sur la fin j'arrive encore à faire encore une bonne action de kéké, en donnant quelques conseils d'entrainement et de récup au vainqueur de la course Embarrassé.
Ben oui moi je savais pas qui c'était quand l'ignoble discutait avec lui et après je réalise que le gars parle être spécialiste de 10km et le courir en 31mn !!!!!
Bien sympa d'aileurs, que ce soit le premier et le deuxième, vraiment pas des champions qui se la raconte. 
Mais bon les conseils du kéké à un avion de chasse, on oublie.
 
Voilà encore une folle matinée de saucisson, organisée de main de maitre, une fois de plus par l'ACP.
Dommage qu'il y ait un peu moins de monde qu'avant cette course mériterait d'avoir plus de succès, trop de courses pendant cette rentrée surement.
 
Les absents avaient surement tort (ou raison), ils se reconnaitront.

Pensée du jour par la plaie qui passe bientôt V4 et que l'on titillait sur le niveau élévé de ces futurs adversaires :
tu parles de l'autre Pinocchio bipppppppp qui se la ramène tout le temps à Bachelard, ben il va voir qui c'est qui gagne en V4", faut pas l’énerver la plaie !!!
On va pas le ranger tout de suite le T-shirt jaune ...
 

 

What else ....

17 commentaires

Commentaire de l-ignoble posté le 13-09-2016 à 07:30:02

Le bonheur de la course a pied c'est de rencontrer a chaque courses des gens,de revoir les habitués, et de se marrer.
Perdre le kéké et finir comme le bouk,c'est déjà s assurer une certaine popularité.
L'autre pinocchio....

Commentaire de Le Sphynx posté le 13-09-2016 à 07:35:51

J'ai envie de pleurer

Commentaire de the dude posté le 13-09-2016 à 08:00:41

Pas encore eu le temps de lire mais rien que la dernière photo me met de bonne humeur pour la journée :)

Commentaire de Noruas posté le 13-09-2016 à 08:41:33

Belle course et beau récit!

Commentaire de Corne de chamois posté le 13-09-2016 à 09:30:37

un récit du kéké, ça ressemble un peu à ceux du bouk !!!
les nichons en moins !!!

Commentaire de the dude posté le 13-09-2016 à 10:30:35

Ah yes, encore un récit d'anthologie pour une course énoooorme.
Plus aucun doute, les coteaux c'est le jardin du kéké, tout le monde subit sa loi.
L'an prochain c'est le tour de Richard (oui je m'enflamme mais dans le monde du saucisson tout est possible!)

Commentaire de richard192 posté le 14-09-2016 à 08:58:41

C'est vrai que ça fout les jetons!
J'hésite à m'aligner dans une course avec lui de peur d'en entendre parler pendant des années. Ça peut laisser des traces.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 13-09-2016 à 10:48:37

Rien ne sera plus jamais pareil
Rien

Commentaire de Trixou posté le 13-09-2016 à 11:22:57

Grandiose !

Commentaire de cyss posté le 13-09-2016 à 12:00:45

Quelle course!!!!
Le kéké est vraiment un champion du saucisson!!!

En plus, il y a un type qui se promène avec un Tshirt du sommet le plus mythique pour les catalans!!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 13-09-2016 à 12:15:35

Oui c'est Denis !!!

PS : MDR le cliché avec la foulée usain-boltesque du kéké-saucisson-du-dimanche, suivi par un type déguisé en trailer !!!

Commentaire de l-ignoble posté le 13-09-2016 à 12:23:02

on peut remercier cocogirl pour ce cliché ou bien on va parler du kéké toute la journée?

Commentaire de le_kéké posté le 13-09-2016 à 13:20:16

Oui merci pour cette superbe photo à la magnifique cocogirl !!!

Commentaire de l-ignoble posté le 13-09-2016 à 14:20:51

les mecs ils se la pètent course saucisson,et y connaissent même pas denis...alala.... internet.....

Commentaire de Albacor38 posté le 13-09-2016 à 19:36:39

Je suis sûr que le jour où "je t'aurais" je serai dans un état d'euphorie équivalent
Mais bon vu ta forme actuelle ça sera pas pour tout de suite... :)

Commentaire de le_kéké posté le 13-09-2016 à 22:00:32

Je te le souhaite car je suis sur mon petit nuage ...

Commentaire de richard192 posté le 14-09-2016 à 09:00:19

Sacré Kéké! Il va falloir se méfier de toi désormais surtout sur les courses à saucisson. Personne n'est à l'abris.
Bravo!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !