Récit de la course : L'Echappée Belle - Traversée Nord - 85 km 2020, par Arclz73

L'auteur : Arclz73

La course : L'Echappée Belle - Traversée Nord - 85 km

Date : 22/8/2020

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 571 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

106 autres récits :

Dnf - Traversée Nord 2020

Il y a des claques qui font du mal, et d'autres qui motivent. Je ne suis pas finisher, donc pas de suspens à tenir.
En revanche, j'ai passé un super moment, dur, beau et enrichissant.
 
Je m'excuse d'avance pour les fautes...pas sur que je relise tout !

 
Tout commence sur le Parking de la navette à Aiguebelle, où je me pointe a 3h35 pour un départ a 3h50. 
Je remarque de suite un buff kikourou...mais à 3h du matin on ne va pas commencer a jouer les curieux :-)
 
On nous annonce déjà quelques galères avec les navettes, qui nous fera décaler le départ de 10min. Les barrières horaires ne changeront pas (Olala ça commence bien...)

L'arrivée au Pleynet se fait sans encombre et le fonctionnement de départ par vague est un peu bizarre au début, et puis on s'y fait.
Je retiendrais comme image de ce départ une ligne de départ vide ou je vais quasiement partir devant...dingue alors quon imaginait partir le dernier ! (Oui je sais, je suis parti à l'avant du groupe des derniers).
 
Départ
 
Nous partirons à 6h10 en demi vague, une galère de navette retardant encore l'autre moitié !
 
Depart - 6h10
Le rythme du groupe est très très lent des le depart, je suis un peu surpris mais aperçois 3-4 coureurs s'échapper devant.
Je repense à cette barrière horaire raccourci et ne traine pas, je pars à leur poursuite.
 
Petit montée dans le Pleynet avant une longue descente, que j'avale sans soucis. Quelques coureurs ont un peu oublié qu'on etaient plusieurs et sortaient de leur pause technique sans faire attention, quelques collisions évitées, le reste s'est déroulé sans encombre.
 
Je sens venir quelques crampes d'estomac. Les mêmes que lors de ma Chamberienne. Je n'ai presque rien mangé au petit dej ! (Premiere erreur) J'avale vite une barre, ça va mieux.
 
8e km - 7h20
On attaque la montée de Grande Valloire ? Teigneux? Deja dans le dur ! Il ne fait pas beau. J'envoie un texto "10km et je suis déjà cuit". Avec une photo pleine brume...nous n'aurons pas vu de paysage.
 
Arrivé à un premier chalet, des bénévoles servaient le café...on etait déjà tendu niveau horaire...alors s'arrêter si tôt non !
 
13e km - 9h10
On arrive ensuite au sommet final avant une descente interminable.
 
 Au dessus des nuages
 
 
Lac Lea
 
Lac Léa
 
 
Je commence déjà à galérer et vois la barrière horaire défiler (objectif, arriver avant 10h30)...comme mes jambes, enfin mes pieds..
 
Je continue et envisage déjà d'être hors delai. Je ne fais même plus l'effort...tant pis. J'envoie un texto "je n'y arriverai pas".
Les derniers km seront un jonglage entre "allez bouge toi un peu" et "boarf c'est cuit".
 
20e km - Gleyzin : 10h22
J'arrive finalement à Gleyzin avec 8min d'avance...très faible. Je n'ai pas faim, je sui crevé et pense à ce qui nous attend..le Moretan. J'avale 2 truc vite fait (grosse erreur que je paierai avant Perioule) et je repart. A l'assaut !!
 
Montée jusqu'au refuge de l'oule qui finalement ne s'est pas si mal passée. Un peu lent mais pas fatigué. J'ai rempli les flasques dans la rivière...toujours aussi magique cette eau !

24e km - 12h30
Je repart du refuge confiant, et me fait rattraper par le kikou au buff, vous savez celui de la navette. Je tente une discussion, et nous voilà parti à faire 20min ensemble. C'était donc le kikou Manu29. Merci à toi pour ce moment. Je lui dit que c'est mon premier ultra (oui je suis fou), il me confirme que je n'ai pas choisi le plus facile pour commencer. Mais bon...je suis à Aiguebelle tous les jours...ça fait envie de ma faire et arriver a domicile !
Il me dit qu'il a baché l'an dernier à Val Pelouse, j'y crois pour lui cette fois...il a un bon rythme !  Je le laisse d'ailleurs s'envoler :-)
 
Je continue mon bout de chemin, caillou après caillou, sans paniquer, en essayant de ne jamais être essoufflé. Et ça se passe très bien. On arrive dans le dernier Perrier, qui pour moi est un endroit cool, que j'aime bien. Avec du recul c'est meme mon passage préféré.
On est pas focalisé sur la douleur ou la fatigue. On joue à faire les équilibristes sur les cailloux et on avance sans s'en rendre compte.
 
Moretan
 
Moretan
 
Moretan
 
 
25e km - 13h30
Les bénévoles au sommet du Moretan ont une énergie incroyable, il nous encourage depuis le sommet. Exeptionnel, ça booste.
Je croise leur toiles de tente. Les mecs ont dormi la quoi...je pensais même pas que c'était possible !
 
 
Sommet du Moretan : 13h30
Les bénévoles nous félicitent au sommet, et nous expliquent de se tenir à la corde qu'ils ont mis en place. Franchement, beau boulot les gars. Merci !
J'avais prévue un passage à 12h...mais je suis monté en 2h55..pas de regrets.
 
 
J'entame la descente, finalement plus impressionnante que dangereuse et arrive sur le névé. Beau bébé ! 
J'attrape la corde et c'est parti ! Quelques gadins...bon c'est pas facile en fait ! 
On passe en version luge, bien plus rapide mais au bout d'un moment ca brûle !
On repasse debout...mais j'ai les mains gelées, affreux.  Je me met à l'écart et j'enfile mes gants.
Des gants qui ne serviront à rien, tenir.la corde ca fait mal...on alterne donc avec de la luge et de la lutte contre les mains geléés. La fin du Névé sera plutôt rigolote. Je passe une énième fois en mode luge, puis au moment où je veux me relever, je vois le gars derrière mois glisser comme une balle avec les batons et tout. Olala vite vite glisse !! Je prend de la vitesse pour éviter le choc pendant que lui tente de freiner. 
On se marre tous les deux. Et on termine ce névé.
Avec du recul...t'avais raison Arclu ! Je le referai sans soucis (avec un bout de crampon peut-être !)
 
Tentes
 
 
Debut de la Moraine qu'on nous annonçait vertigineuse. Finalement je trouve que ça va ! Soit j'ai progressé sur mes peurs du vide, soit on nous aurait menti !
En tout cas elle se déroule bien. Je prend mon temps car jai un peu mal aux pieds.
Et arrive tranquillement en bas...vers un pierrier, encore un !
Mais comme j'aime ça, pas de soucis ! On passe aux lacs Moretan, magnifique ce bleu turquoise ! Le pierrier est une formalité et on enchaîne la descente vers Perioule...
 
Lac Moretan
 
Et la c'est long ! Je sens que mes forces me quittent, parfois comme une envie de dormir. En fait j'ai faim ! L'erreur de ne rien avoir avalé à Gleyzin...elle se paye la. 4h après. 
Franchement je n'avance plus du tout. Mais tout est beau autour. J'arrive face au plateau de Perioule, pouah la claque visuelle. Avec les tentes au loin, très loin ! Trop loin !! 
Je suis archi cuit, je n'avance plus. Je vois bien que pour la barrière horaire c'est terminé. J'arriverai à 19h à S.Collet au mieux. Pff de toute facon dans ma tête, c'est là que je vais finir depuis un moment. Donc peu importe l'heure finalement...
 
 
Vers Perioule
 
Plateau Perioule
 
 
 
Et la...un miracle...je me fait doubler par un monsieur d'une gentillesse folle. Il me double en me demandant si ça va. Je lui dit que je suis cuit et la il me dit "normalement on a la même cote itra alors tu dois me suivre !" 
Je fais l'effort...je pensais qu'il m'a dit ca au passage comme ça, mais non ! Il me donne des conseils pour reprendre le rythme "range tes batons t'en a pas besoin la", "bois un coup". Ca me remet dedans petit a petit et on arrive a Perioule ensemble a une bonne allure.
 
28e km - Perioule : 15h13
Je ne fais pas l'erreur de Gleyzin et mange bien ! Soupe, sifflard, pain, cake, fromage. Un truc bien calé. J'enlève mes chaussures parceque je souffre vraiment des pieds...et un ongle qui commence a devenir bleu... chaud tout ça !
 
Je vois du coin de l'oeil que Alain, l'homme qui ma remis dedans a fini et se prépare. 
J'ai aussi fini...je ne sais pas quoi faire..je l'attend ? Mais je serais un boulet non ?
Bon je repart un peu devant...de toute facon il va me rattraper.
Et comme par magie...tout va bien ! Je cours ! Incroyable. Juste ce pied qui fait un peu mal mais ça va.
Je double 2-3 personnes, puis je laisse passer quelqu'un qui arrive comme une balle...c'est Alain ! 
Il me dit "t'es bien la !! Allez viens !" On enchaîne toute la descente a discuter de nos vies, de notre pratique. Tout en ayant une allure assez folle. Mois qui était au fond du trou !
On arrive au début de la montée vers  Super Collet, Alain continue de me motiver, l'imprimer le rythme. Une gentillesse folle je vous l'avait dit.
Jai tenu dans ses pas presque 2km, on set fait entre temps rattrapé par une femme et un homme. Barbara...sans batons, a l'aise à plaisanter. Chapeau !
 
Finalement je craque a 1km du sommet. Je n'y arrive plus je suis essoufflé et n'arrive pas a recuperer. Je les laisse partir...ils seront finishers tous les 3, bravo !
 
Je suis donc la, seul à finir la montée interminable vers Super Collet...je voisl la station au loin...et quesque jai mal aux pieds ! Je marche lentement, la barrière horaire me paraît accessible mais je ne sais pas quoi penser.
J'arrête de toute facon je bacherai à Val pelouse ? Je continue ? Mieux vaux arriver à Val Pelouse quoi qu'il arrive ? A force de ne pas être concentré, je me prend même une belle gamelle...j'ai marché un pied dans la pente...quel c...
Un mec me double...me dit de ne rien lacher, qu'on se revoit sur la route de Val Pelouse, qu'apres Collet c'est gagné.
 
Super Collet au loin
 
J'arrive au point de contrôle 30 min avant super collet. Un des mecs me demande si je suis un kikou...ben oui !! Jai pas de buff, rien mais on me demande...ça me fait franchement chaud au coeur :-) surtout à ce moment de détresse. Merci Yienyen !
Il me dit qu'il avertira bubulle de mon passage.
C'est vrai qu'on a un bouzin presque plus performant que le live officiel !  
 
La derniere montée est difficile mais ça va...les descentes me font beaucoup plus mal aux pieds. Je rage tout seul, tout va bien. Meme mes genoux avec ma tendinite rotulienne sont bien..et cest les pieds quoi.
 
39e km - Super Collet : 18h27

Sans le délai rallongé, je serais hors delai...
Je retrouve ma compagne et mon sac d'allegement. De suite je change de chaussettes et je tente de manger tout ce que je peux. Dans ma tête l'abandon n'est pas encore clair.
L'annonce des 5 dernieres minutes bougent tout le monde. La moitié des gens s'habillent en "civil" et arrêtent...lautre moitié se prépare.
Je tente de marcher, rolala c'est pire. Ca me lance même assis...
Je réfléchi 2min. 
Je retente...non toujours mal.
Les coureurs repartent sous applaudissement, ca me met un petit coup et je suis à 2 doigt d'y aller. Je me lève...j observe...et je resterai la.
 
Au moins on va me ramener chez moi...et je n'aggraverai pas mes pieds.
 
Avec du recul, j'ai eu le mental faible.
J'aurai pu aller jusqu'a Val Pelouse, prévu pour 1h29...barrière horaire a 3h. C'était faisable mais l'envie, de nuit...cette nuit qui me faisait pourtant rêver ! Non ca sera pour la prochaine.
Ca sera donc le 2e abandon de ma vie. Le premier depuis 15 ans...sentiment bizarre. Je ne suis pas nul, mais un peu quand même.
 
Finalement j'ai l'impression d'avoir fait un trail banal niveau distance, au milieu d'une aventure extraordinaire mais avec des souvenirs merveilleux.
 
Au total : 40km - 3300 D+ en 12h20
 
Ce que j'en retiens :
- Je n'étais pas prêt mais je le savais.
- C'est vraiment dur, mais moins que ce que je croyais (sisi!)
- J'ai vu, compris mes erreurs, je sais quoi travailler.
 
La motivation est là, je vais régler toutes ces petits problèmes de pieds. Emmagasiner d'autres expériences sur d'autres ultratrails, et revenir pour la terminer. 

Je terminerai par exprimer tout mon respect au finishers de tous les formats.
Un grand merci aux bénévoles, vous êtiez tous géniaux.

Et bravo pour l'organisation des ravitos "covid", en fait c'était top. Si ça pouvait rester comme ça.
D'habitude, on doit e frayer un passage entre les courreurs qui squattent devant la table, on galère...la formule "cantine", pas de brouhaha, on respire, on a le temps de voir ce qu'il y'a sur la table. Et on pat manger son truc dans un coin. A refaire.

11 commentaires

Commentaire de Mazouth posté le 23-08-2020 à 19:40:44

L'important c'est d'avoir pris ton pied ^^

Commentaire de Arclusaz posté le 24-08-2020 à 09:06:38

Très beau CR très sincère. c'était probablement un peu tôt dans ta "carrière" de coureur mais c'est chouette de se lancer des défis, ça fait avancer. Tu ressors de là avec plein de choses apprises et l'envie de revenir : c'est donc parfait !

Commentaire de manu29 posté le 24-08-2020 à 16:05:15

Merci à toi pour ce CR et pour ce partage que nous avons eu dans la montée au Moretan. Pas de regret à avoir, à la lecture de ton CR je suis certain que cette expérience t'aura beaucoup appris et te servira pour tes prochaines escapades. Au plaisir de se rencontrer à nouveau sur d'autres belles courses

Commentaire de Arclz73 posté le 24-08-2020 à 19:22:41

Merci messieurs ! Au plaisir de vous croiser / recroiser également.
J'avais besoin de voir, ressentir pour apprendre. J'ai eu ce que je suis venu chercher. Et la magie et admiration que j'ai pour cette course n'est que plus forte !

Commentaire de Susan99 posté le 25-08-2020 à 23:42:33

Vraiment génial, merci. Je souhaiterais le faire avec ma copine et j'ai prit beaucoup de plaisir à vous lire, encore merci.
PS: les photos sont superbes

Commentaire de Benman posté le 26-08-2020 à 07:40:13

Mercibpoir ce chouette récit.
C'est l'expérience qui rentre. La prochaine fois ce sera la bonne. Apres un ou 2 ultra,on sait qu'il ne faut pas rendre le dossard en arrivant à la base vie. L'EB a cela de particulier que même en repartant d'un point à la BH, on peut regagner beaucoup de temps sur la section suivante si on avance.
L'annee prochaine..

Commentaire de Benman posté le 26-08-2020 à 08:06:23

Et ton hésitation à repartir àla cloche, je l'ai connue une fois. c'est là qu'un gros mental et l'absence d'assistance peuvent aider (pas d'assistance= une grosse m... pour rejoindre la ligne d'arrivée avec ou sans navette, et du coup on hésite, et on repart). Les fois suivantes, je suis reparti, et allez au bout. La prochaine sera la bonne.

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 26-08-2020 à 10:03:27

Merci pour ton récit. Pas facile de mettre des mots sur un abandon, mais c'est parfois nécessaire pour faire le point et se refaire pour les prochains!
L'essentiel étant d'y avoir pris un max de plaisir ! Bravo et à l'année prochaine alors?

Commentaire de Arclz73 posté le 26-08-2020 à 11:10:40

Merci Susan, Benman et Nat.
Effectivement, l'assistance a porté de main c'est pas l'idéal en fait. Mais dans un sens c'était ma motivation pour me dépêcher d'aller à Collet.
Je pense qu'il faut que je me mette dans le dur plus souvent pendant la saison.
Je reviendrai l'année prochaine finir le travail oui ! Ou en tout cas essayer :-)

Commentaire de Arclz73 posté le 26-08-2020 à 12:08:46

Merci Susan, Benman et Nat.
Effectivement, l'assistance a porté de main c'est pas l'idéal en fait. Mais dans un sens c'était ma motivation pour me dépêcher d'aller à Collet.
Je pense qu'il faut que je me mette dans le dur plus souvent pendant la saison.
Je reviendrai l'année prochaine finir le travail oui ! Ou en tout cas essayer :-)

Commentaire de Spir posté le 26-08-2020 à 23:02:36

Merci pour ce récit. S'arrêter n'est pas un échec. Ce qui serait un échec serait de n'en rien apprendre. Tu n'es plus tout à fait le même après cette expérience, et c'est là le principal non ? Tu partiras mieux armé l'an prochain !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !