Récit de la course : La Nocturne de La Praille 2021, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : La Nocturne de La Praille

Date : 11/12/2021

Lieu : Hauteville Lompnes (Ain)

Affichage : 386 vues

Distance : 14km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

La reine des neiges

La reine des neiges


Salut Gibus, on la fait ensemble cette course ?

Ok d'accord.

 

Nous voilà à la station de la Praille à Hauteville, départ des pistes de skis nordiques.


Il y fait un temps de là-bas, -4° C.

Bonjour, je m’appelle Olaf et j’aime les gros calins !


Aux inscriptions, je retrouve Damien Huguet et Cathy Ardito.

 

Toutes ces lumières éclairant le lieu, chalets, parking, on se croirait dans un conte pour Noël.


Nous sommes partis pour ces 15 bornes et 500 de D+, comme Kristoff et Anna, pour au moins 2h30.




Le col de la Rochette puis la piste bleue.

 

Le cheminement ne se fait pas sans mal car on s'enfonce dans la neige.

 

Les kilomètres s'enchainent doucettement en 10/ 15 minutes.

Ouh là, on n'est pas rentré.


La descente à côté de la ferme Guichard est une vraie partie de glissades.


On se tient les uns aux autres.

Nous sommes au fond du trou de la Marmite.

 

Derrière, il y a un groupe de St Jean de Niost dont Loris Dutka.

Ils n’osent pas nous doubler en prétextant que nous sommes des vedettes.

Ba oui, Kristoff et Anna sont très connus.

 

Un petit ruisseau, Anna passe devant et glisse dans l’eau. Elle ne transforme pas tout ça en glace mais peste contre son pied trempé.

Nous traversons des petits ponts très enneigés.

 

Nous revenons vers le centre de la contrée.

Nous franchissons le pont-levis de l’arrivée sans déranger ceux qui ont finis.

 

On nous laisse seuls, sur la banquise, entamer au hasard la deuxième boucle.

Cela doit être par là.

 

Nous longeons le haut du parking où quelques finishers de la petite distance nous encouragent.

Nous sommes sur la piste de raquettes bien damnée.

 

C’est génial, nous courons normalement.


Quelle allure, quelle agilesse, quelle soupletée.

 

Et dit donc ça fait longtemps qu’on n’a pas vu de petits poteaux réfléchissants.

NON !!!!

Nous sommes perdus !


Demi tour nous repartons, le moral à -4.

Plus d’un kilomètre en plus. Rhaaa.


En plus le tuyau de mon camel est gelé.

Nous rattrapons la petite sente qui va descendre nous amener vers la chapelle de Mazières.

Deux filles sont au contrôle, chantant toutes seules dans la forêt.

 

C’est toujours aussi étroit et quand nous perdons l’équilibre, nous nous rattrapons sur le côté avec la main qui s’enfonce dans la neige jusqu’à l’épaule.

 

Nous ne rencontrons vraiment aucune âme qui vive.

Que des formes bizarres avec les 70 cm de neige dans le noir.


Nous ne croisons pas non plus Sven le rêne.

  

Petit ravito maison, pattes de fruits, compotes et le fameux nougat de Fabienne.

 

En haut une forme nous épie.

L’abominable homme des neiges ?

Un troll ?

Le Marshmallow ?





Non, c’est Damien qui est au contrôle.

Plus que 3 kilos, allez courage.

 

Nous redescendons, de nouveau en nous aidant car ça glisse.

Nous remontons un petit peu puis c’est la grande descente finale sur la piste noire de ski vers le chalet.



Nous croisons un scooter qui remonte chercher les signaleurs.

 

Nous sommes bien les derniers et nous sommes accueillis en vainqueurs.


Et voici les derniers Kristoff et Anna, euh non Fabienne et Gibus.

Quelle renommée !

Nous franchissons la ligne ensemble en levant les bras.


Libérée, délivrée !

 

3h27’.

Thierry et Christophe nous ont attendus. Sympa.

Damien et Laurent Ardito viennent discuter avec nous autour d’une bonne soupe chaude.

 

La musique bat son plein.

Oaken est aux manettes.



Il y a aussi à manger.

 











Je m’approche du feu car ça caille.


J’ai vraiment froid alors je taille à ma caisse qui est toute seule sur le parking.

-9°C au compteur. Je comprends mieux.

 

Merci Fabienne pour cet incroyable voyage au royaume de la Praille dans cet hiver éternel.

 

Nous n’avons pas rencontré de mystérieux trolls ni de drôle de bonhomme de neige appelé Olaf, mais nous avons bravé les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés et affronté la magie qui nous guettait à chaque pas.


 

7 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 27-12-2021 à 16:29:13

Bon Dieu... Un trail pire que sibérien !!!

Commentaire de Gibus posté le 27-12-2021 à 17:23:06

Oui, au moins sept ou huit !

Commentaire de TomTrailRunner posté le 27-12-2021 à 21:11:33

Ah le beau compte que voilà :)

j'ai failli viendre

Commentaire de Gibus posté le 29-12-2021 à 12:30:58

Dommage, mais fallait pas être un grand, car on s'enfonçait
Sauf être un grand coureur.
A bientôt.

Commentaire de L'Dingo posté le 29-12-2021 à 10:32:12


Ce CR est très plaisant à lire car il est original dans sa narration ( et c'est du boulot à écrire :-) ).
De plus les photos de nuit choisies, en pleine neige, donnent bien l'atmosphère qu'il devait régner.

Merci Gibus, le compte est bon ! :-))

Commentaire de Gibus posté le 29-12-2021 à 12:33:01

Ah ah jeu de mots, j'adore.
Merci et au plaisir.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !