Récit de la course : Vonnas - Châtillon 2007, par franciss

L'auteur : franciss

La course : Vonnas - Châtillon

Date : 9/9/2007

Lieu : Vonnas (Ain)

Affichage : 1803 vues

Distance : 22km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

Je l'ai fait...

Vonnas – Châtillon s/Chalaronne : 22 kilomètres et des poussières…

Pour moi qui n’ai débuté la CAP qu’à l’automne dernier (tout juste un an bientôt !), je sens venir là un gros morceau. D’octobre 2007 à août 2008, j’ai couru 12 fois en compétition : deux trails de 10 km, huit 10 km, un 11 km et un 12 km en cross.La période post-printanière ne m’a pas apporté beaucoup de satisfactions. Cet hiver, j’établissais des records perso autour des 44 minutes sur 10 km alors que depuis avril, je me trouve plus souvent au niveau de 45 à 48 minutes… et beaucoup de souffrance sur ces distances dites courtes, pas de temps de récup, toujours à fond, à la limite de la rupture…

Une sortie longue, au plaisir, réalisée à la fin août m’apporte l’espoir de nouveaux horizons : et si je passais aux distances moyennes ? des 15 km, voire des semi-marathons…

Nono est inscrite sur cette course reliant 2 villages s’affrontant chaque année pour les titres nationaux de fleurissement (excusez du peu… mais c’est vrai qu’c’est  bo !!!!). De plus, j’ai habité Vonnas 3 années durant et je connais plutôt bien les alentours. Alors…. Banco ! 

Nono passe me prendre (7 h.20 un dimanche matin !) avec sa fille Camille, chargée du reportage-photo en VTT. On dépose cette dernière au gymnase de Vonnas, lieu de départ. Elle pourra également récupérer nos dossards.Nous rejoignons le Champ de foire de Châtillon, y laissons la voiture et embarquons à bord du car-navette qui doit nous emmener au point de départ (joie des courses en ligne…).

Sur place, nous faisons, enfin, la rencontre de Gilbert dit Gibus, un « grand » kikoureur.

 

 

 

 

 

 

Nous sommes d’accord : l’échauffement sera intégré aux 22 bornes !

Juste avant le coup d’envoi, je souhaite bonne chance à un parent d’élève que je croise régulièrement sur les courses du département, fais signe à Gibus et annonce à Nono que finalement le tracé a changé et il nous faut maintenant affronter 22 boucles de 1 km… c’est plus sympa pour les spectateurs (Bon d’accord, ça fait pas rire grand monde…) !

 

  

On est parti !

 

 

 

Départ au pistolet siou’plaît  (ça surprend…) et nous entamons la visite de Vonnas, cité gastronomique par excellence, dénommée « Blanc-city » dans le guide du routard en référence à la présence d’un 3 étoiles au Michelin…

Panneau du 1er kilomètre : 4’30 …wouahhh ! Non mais ça va pô !!! On a dit qu’on s’échauffait !!! …. Ah ! mais c’est que mon garmin n’indique que 830 mètres, lui ! Ouf ! Je passe donc le vrai 1er kilomètre en 5’03, c’est beaucoup plus raisonnable, même si c’est encore un peu rapide : je me suis préparé un p’tit plan de course : 29 minutes pour les 5 premiers kilomètres, 28 pour les 5 suivants, puis 27, puis 26… cela me ferait un stock de 10 minutes en deçà des 2 heures de courses pour 20 kilomètres et 10 minutes doivent me suffire à boucler les 2 derniers kilomètres !

Mais bon, ce n’est qu’un plan ça… et les plans ne sont que rarement réalisés comme on le souhaiterait…

Quoi qu’il en soit, j’arrive au 5ème km en 26’33, plus de 3 minutes d’avance sur l’horaire et cela me fait un peu peur : vais-je le payer par la suite, surtout que je ne fais que m’échauffer sur cette première période… Le ravito tarde à venir et je ne vois pas les points d’épongeage promis par l’organisation sur le prospectus d’inscription ; pourtant, le soleil cogne et les premiers kilomètres offrent quelques petites bosses bien senties où les moins entraînés se voient doublés et asphyxiés par la même occasion… Un p’tit verre d’eau à moitié bu, à moitié aspergé sur le buff et on continue… (pff !!! j’vais quand même pô m’arrêter pour un strap que j’aurai mal fichu c’matin avant d’partir… y en a , vraiment !!!)

A compter du 6ème kil, les sous-bois s’enchaînent avec de bons petits faux-plats descendants, je récupère bien et commence ma progression : je double 2, 3 coureurs et arrive à Neuville-les-dames, village départ de la 2ème course du jour : un 12 kilomètres, qui rejoint Châtillon également, sur le même parcours que nous (avec le décalage horaire bien évidemment…).

Grosse côte pour arriver ici : les spectateurs sont postés tout en haut et toisent ces andouilles du dimanche matin qui n’ont rien trouvé de mieux que de courir 22 kilomètres au lieu de se taper seulement 20 mètres et de trouver son journal et ses croissants…

10 km déjà : 52’41 (soit 26’08 pour 5 km) et 2ème ravito… mon avance passe à plus de 5 minutes, je me pose 30 secondes, avale un verre d’eau en entier cette fois et prends un quartier de pomme.

 Et on repart…Cette fois je ne prends pas la route tout seul, je suis rejoint par un père et son fils, on taille un bout de kilomètre ensemble mais leur foulée est un peu rapide pour moi, je laisse filer même si je leur reviens nettement dessus lors de la première côte prononcée venue (ça donne toujours le moral !).

Le décor, et je n’en ai encore pas parlé, est vraiment très chouette : des fermes bressanes magnifiquement restaurées, des coins de verdures qui fleurent bon le pique-nique estival, des sous-bois très odorants…que du bonheur !

11, 12, 13, 14 puis 15ème kilomètre et 3ème ravito en pleine ligne droite et au soleil. Je viens de doubler 2 coureurs, je prends un verre d’eau et un sucre… ça commence à devenir dur…

Du kilomètre 10 au kilomètre 15 : 28’30, c’est plus que prévu mais le dénivelé n’est pas favorable, ça grimpe pratiquement tout le temps sur de longs faux plats…d’ailleurs je me donne espoir en me disant que nous sommes nettement plus haut que le point d’arrivée et qu’il y aura donc nécessairement des descentes sympas pour récupérer dans les kilomètres à venir…

En attendant, je repars derrière un coureur dont je me rapproche petit à petit depuis 2 bons kilomètres… au panneau 17, je le passe enfin, facilement ; il m’avoue ne plus avoir de forces et tenir au moral…j’avance…

Enfin, une descente, j’arrive sur le kilomètre 19 : 1h 44 de course déjà, il me reste 3 kilomètres et un gros quart d’heure… j’ai quasiment perdu toute mon avance mais encore une fois, nous n’avons fait que monter jusqu’alors et ce qui se présente va me permettre de stocker à nouveau de précieuses secondes !

Mais soudain !!!! la CATA !!! une violente douleur aux adducteurs cuisse droite… M…. !!!! Une p… de crampe en pleine descente…impossible de continuer à courir, ni même de marcher… je masse le muscle comme je peux, j’appuie le talon… mais elle résiste la saleté !!! Une voiture s’arrête, le conducteur me propose une bouteille d’eau… super sympa !

Et pendant que je prends de grandes gorgées salvatrices, les coureurs me passent un à un… bientôt je vois Isabelle, l’épouse du Chamois…je ne sais si elle m’a reconnu mais ça fait vraiment mal : et la crampe, et la colère d’échouer aussi près du but ! Je me rends compte que mon objectif de 2 heures ne sera pas tenu maintenant…physiquement impossible…

Je repars clopin-clopant abandonnant 3 à 4 minutes. 200 mètres plus loin et c’était le 4ème ravitaillement ! Un sucre et 3 verres d’eau… je repars… 500 mètres et hop : nouvelle crampe ! Au mollet cette fois ! Je masse…je masse et je repars…La côte finale arrive… très raide. J’ai tout de même rejoins le coureur qui me précédait. Il va marcher sur cette côte et moi je vais courir… je prends 50 mètres sur lui… arrivé au sommet, on plonge dans un petit chemin… kilomètre 21 et hop ! Nouvelle crampe ! Mollet encore…Je masse encore et encore… saleté de points d’épongeage qui n’étaient pas là… pourquoi je ne me suis pas écouté lorsque j’hésitais pour prendre mon petit camelback ?!?Le coureur me repasse… je repars… il ne reste pas grand chose…

À la vue du champ de foire, je donne ce qui me reste mais ça ne suffit pas…j’arrive juste sur les talons du coureur mais ne le double pas… je passe les barrières et vlan !

 

 

 

les crampes repartent à l’attaque d’une manière beaucoup plus généralisée, histoire de vous dire qu’elles ne sont pas venues aujourd’hui faire de la figuration… je m’étale au sol et tente quelques assouplissements ; Gibus m’offre un verre d’eau : c’est sympa et réconfortant.

Pour le chrono, c’est dommage mais je me dis que la prochaine fois ce sera mieux ! (même si !!!)

Après avoir raconté amplement tous mes malheurs, débarrassé pour l’instant de mes copines les crampouilles, je pars chercher Nono. Pas besoin d’aller bien loin ; elle est en avance sur ces prévisions, relativement fraîche et se permet d’accélérer sur le final… Que dire de mieux ?

Le Chamois vient à notre rencontre ; sa perf sur le 12 kilomètres est admirable et représente un bon présage pour les championnats de France qu’il a visiblement à cœur de bien faire le 23 septembre prochain…

 

 

Ainsi que le souligne Gilbert dans son CR, il est vrai que l’on a un peu de mal à se séparer : des rencontres comme cela, que l’on attend parfois longtemps, pour lesquelles je n’ai encore jamais été déçu, ça se savoure… il y a un vrai esprit kikourou ! d’ailleurs les posts le confirment, ou plutôt les digressions de nombreux posts l’affirment : nous nous retrouvons sur des valeurs amplement partagées par chacun : entraide, convivialité, chaleur humaine, partage, conseils… de quoi être motivé comme jamais pour continuer à mettre un pied devant l’autre (le plus rapidement possible s’entend !) …

 

  

Ce sera donc de grands « merci » à Nono pour le taxi, à Camille pour les photos, à Gilbert pour la rencontre et pour son site internet et enfin à Manu le Chamois pour les conseils qu’il m’a savamment distillé et son soutien réconfortant… (vachement émouvant comme séquence, ça…. !!!) Bons commentaires !!! 

PS : ma super-balance électronique m’a indiqué 2,5kg de perdus sur la course…. Pour une déshydratation, c’était une ….

6 commentaires

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 12-09-2007 à 07:44:00

C'est vraiment dommage que tu aies pris ces p... de crampes à la fin.
Tu aurais largement réussi ton objectif sans ça, y'a des jours...
Je suis sûre que tu vas adorer la "Roc & gravillons" à Ceyzériat.
Bravo pour ta course et merci pour le récit à donf... presque !

L'escargot_voisin

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 12-09-2007 à 08:27:00

2,5 kg de perdus, fichtre ! Un truc comme ça et je tombe dans les pommes !
Bravo pour avoir terminé malgré les crampes.
A ton allusion à propos d'un parent d'élève je constate que, comme moi, tu fais partie du côté obscur; mais, chut ... !

Commentaire de Gibus posté le 12-09-2007 à 08:37:00

Après la panthère rose et le soldat rose, voici le Francis rose.
Ca doit être le buff Kikourou qu'a déteint
Mon apn fait des trucs bizarres des fois quand il voit des coureurs déhydratés.
Allez Francis bonne récup et à bientôt.

Commentaire de moumie posté le 12-09-2007 à 13:53:00

coucou,

30s d'échauffement, ça c'est de l'échauffement, où je n'y connait rien :-))

Blague à part, bravo pour ta course, malgré ces satané crampes qui se sont venues sans carton d'invitation :-)

C'est vrai qu'une rencontre de kikous ne donne pas envie de rentrer.

Bonne récupération et à bientôt
Moumie

Commentaire de lechamois posté le 12-09-2007 à 14:18:00

Salut Francis,

A la lecture de ton récit il y a une chose qui me semble évidente c’est que tu as largement ton objectif dans les jambes. Reste à organiser le reste à savoir ta gestion de course et surtout la gestion de ton alimentation (solide et liquide). En effet je suis convaincu que tes crampes sont dues à une forte déshydratation et que la prochaine fois tu ne te feras pas piégé, et un petit gel après 1h de course aurait peut-être apporté l’énergie qui t’a fait un peu défaut à partir du 15ème km. Mais c’est le métier sui rentre ;-)
Mais l’essentiel c’est que tu trouves toujours autant de plaisir avant pendant et après la course les résultats viendront progressivement. Et puis tu es encore « jeune » dans la course a pied et tu as certainement l’impatience de la jeunesse ;-))))

Le_chamois_toujours_impatient_aussi

Commentaire de bigout66 posté le 17-09-2007 à 21:32:00

Salut martin,

bravo pour ta ténacité sur la fin de course.
Dommage que les crampes se soient invitées sinon tu atteignais ton objectif sans soucis.
Faut dire que 2.5 kg de perdu c'est sur qu'avec une telle déshydratation les crampes arrivent.
Et encore je trouve qu'elles sont apparues assez tardivement.
Récupère bien de ta course.

@+ ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !