Récit de la course : SaintéLyon 2004, par brunoangel

L'auteur : brunoangel

La course : SaintéLyon

Date : 5/12/2004

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 4035 vues

Distance : 68km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

500 autres récits :

Une belle bambée !!!

A mon tour de vous livrer mes impressions à froid, et avec recul sur cette SaintéLyon 2004...


--- UNE TROISIEME TENTATIVE ---

Perso, c'est ma troisième tentative... ça sera la bonne !... en 2002, 3 semaine avant la SaintéLyon, une soirée "booling" à Paris avec la boîte se termine mal !, un dérapage incontrôlé et zou !, étalé sur la piste toute reluisante... uhmm, bon, sans commentaire !, une foulure à la cheville... la SaintéLyon n'aura donc pas lieu pour moi en 2002...

2003, pas bien mieux, fin octobre je m'inscrit à la SaintéLyon qui s'annonce sous de très bonne augures, après la première édition de l'UTMB où je me suis arrêté à Courmayeur (70km)... si seulement... un mercredi comme un autre à Lyon, un gars grille un feu, et m'envoie voler dans les airs avec mon vélo... résultat, traumatisme crânien et musculaire au genou... malgré toute ma volonté, il m'aura fallu 3 mois pour me remettre de cet accident, le mental en aura pris un coup, donc pas de SaintéLyon en 2003.

2004, cette année c'est la bonne !... je fais maxi gaffe à tout, enfin j'essaie ! pendant le mois d'octobre et novembre, me disant que bizarrement ces mois là ne m'ont pas vraiment porté chance jusqu'à présent, jusqu'au jour J... samedi 4 décembre, je suis fin prêt !... le dernière semaine, je ne cours pas, je mange des pâtes tous les jours, le midi principalement, histoire de faire de bonnes réserves...

Après une bonne saison 2004 de course à pieds, et quelques trails, l'UTMB en août (jusqu'à Courmayeur), la Vallyonnaise (27km) en octobre, que je recommande vraiment !, et finalement un joggiles de 30 bornes à 15 jours de la SaintéLyon, cette édition 2004 se présente bien !, surtout qu'apparemment, beaucoup de critiques avaient été faites sur les éditions précédentes, on sent que les organisateurs ont envie de changer cette image !... ça commence par le lieu d'accueil, et effectivement, le palais des sports de Gerland, bien connu des coureurs du Marathon de Lyon, est idéal pour accueillir cette manifestation...

--- LA PREPARATION ET L'AVANT COURSE ---

Samedi 18h: Je pars de la maison, un bisous à ma femme (enfin future !, puisqu'on se marie fin juillet prochain), un bisous à ma fille, et c'est parti !, un coup de métro et zou', 3 stations après, me voila à Gerland... c'est une chance d'habiter si près quand certains traversent une partie de la France pour venir participer à cette course...
Bizarrement, peu de monde dans le palais des sports, c'est un peu tôt faut bien dire... je m'installe dans les gradins, et "prends la température"... juste en dessous c'est l'effervescence, tous les bénévoles s'activent et préparent les collations et les tables pour les arrivées...

18h45, je monte dans le premier bus, direction Saint Etienne, un bon petit som'... la nuit va être courte !

19h45, on arrive au Hall des Exposition de Saint Etienne, beaucoup de monde autour, le salon des jeux vidéo se déroule en même temps...

J'arrive dans le hall B, pas grand monde à 20h !, c'est plutôt calme, j'en profite pour faire le tour des stands, Petzl, Nike... profitons du calme avant la tempête !
J'avale une bonne portion de pâtes, quelques fruits, et commence à me préparer... la préparation durera presque 3 heures !... vers 23h, le hall est plein !, un paquet de monde qui se prépare, mange, peaufine les derniers réglages en tout genre... dans la chaleur humaine !

23h30, je mets le nez dehors histoire de sentir la température... et effectivement, comme prévu, ça caille !, enfin pas tant que ça, les nuages au dessus de nos têtes nous préservent d'un froid qui pourrait être encore plus vif !... je m'échauffe pendant une vingtaine de minutes, fait les derniers réglages du sac, de la frontale. Rien à signaler, tout va bien !, je me sens en forme, et motivé pour cette première SaintéLyon. Pour cette course, j'ai décidé de courir avec un collant long, un t-shirt manches longue technique, une polaire légère, le bonnet en polaire remis au retrait des dossards l'an dernier, une lampe Petzl Tikka plus, une paire de Salomon XA Sport qui n'a fait 'que' l'UTMB 2004 et une paire de gants légers Asics. J'ai en plus un sac léger Salomon, une pipette remplie à moitié, quelques barres, et une veste ultra légère en cas de pluie.

23h45, c'est le départ des concurrents "équipes"

En attendant le départ des "individuels", je remarques plusieurs personnes, qui attendent comme nous, mais en short et t-shirt, sans sac, un petit bidon, et c'est tout... assez étonnant, je me dis que ceux-ci arriveront avant le lever du soleil sur Lyon !


--- C'EST PARTI ! ---

0h00, le départ est donné, le rythme est vraiment élevé... on traverse des rues désertes à cette heures, fréquentées uniquement par les coureurs et l'organisation... le coin n'est pas sensationnel !, on traverse la zone industrielle de la Talaudière... au bout de 5-6 kilomètres, enfin j'aperçois une montée !, et puis Sorbiers, première étape de cette aventure !... coté physique, tout va bien, j'ai fait 7,5 km, et suis parti depuis 37 minutes, je me dis que je suis allé beaucoup trop vite sur mon objectif initial de finir cette course en 8h !, il faut que je ralentisse... je prends le temps de boire un bon thé bien chaud, une tranche de pain d'épices, et c'est reparti !

A partir de Sorbiers, ça devient intéressant, on quitte vraiment l'agglomération Stéphanoise pour entrer sur le GR7, que l'on va suivre une bonne partie de la nuit, presque jusqu'à Lyon... Les frontales s'allument et dans ce ballet de lumière, je prend mon rythme de croisière... le temps est assez humide, un leger crachin sévit, et peu à peu le brouillard nous guète... Après avoir en tête les chemins foulés de l'UTMB, ceux pratiqués lors de la SaintéLyon sont incroyablement plus sympathiques !, je dirais même cela n'a rien à voir... ceux de la SaintéLyon sont roulants, c'est un parcours vraiment propice à l'amélioration de son temps je pense.

C'est une des raisons qui fait que j'ai trouvé la SaintéLyon globalement facile, puisque le dénivelés positif total est faible, 1360 mètres à ma montre altimètre, sur le papier ils annoncent "1000 mètres environ", et les chemins sont bien praticables, larges, sauf sur certains passages...

A l'approche de Saint Christo en Jarez, je suis en avance de presque 10 minutes sur le temps global estimé de 7h !!!... je vais trop vite, mais finalement je me sens en forme, donc pourquoi pas tenter une arrivée entre 6h30 et 7h à Lyon ?... ne nous excitons pas trop, il reste encore 52 bornes pour atteindre le palais des sports de Gerland !... a l'entrée du village, des gens partout, qui se préparent, c'est le premier relais...

Une fois le contrôle passé, je me fraie un passage pour atteindre le ravito, c'est pas facile, beaucoup de coureurs de partout... faut pas que je traîne ici !... je récupère un thé citron bien chaud, et c'est reparti !, j'ai du m'arrêter 3 minutes.

La partie qui suit a été ma préférée, entre Saint Christo en Jarez et Sainte Catherine, le parcours emprunte presque exclusivement des chemins, et à presque 850m d'altitude sur cette portion, on côtoie le brouillard, on a l'impression d'être un peu au milieu de nul part, c'est un feeling assez étrange... ma Tikka Plus n'éclaire par moment pas suffisamment sur cette portion de brouillard dense, mais je me dis que vu le poids de cette frontale, il faut trouver le meilleurs compromis poids/puissance, et globalement cette frontale remplit bien cet objectif... altitude 860m, ça y est !, le point le plus haut du parcours est atteint !, il reste plus que de la descente !... enfin y a quelques bonnes remontées quand même dans cette longue descente jusqu'à Lyon, mais un bon morceau est fait !

Le petit ravitaillement de Moreau m'a beaucoup plus, Moreau, petit village perdu, dans une ambiance du bout du monde, nous accueille... des bénévoles sont là, il est quand même pas loin de 2h du matin !, c'est impressionnant de voir toute cette organisation et cette présence autour de cette course...
Un petit thé au citron (j'ai pris mes habitudes lors de cette SaintéLyon !) et c'est reparti !... direction Sainte Catherine... En partant, je vois le panneau "Arrivée à 45km", et je rencontre un gars, on échange un peu sur la distance qu'il reste à faire... "Finalement, il reste qu'un marathon..." conclue-t-on de façon positive !!!

La partie jusqu'à Sainte Catherine a un profile très roulant, puisque c'est quasi que de la descente sur un sentier bien large... le plus dur dans cette partie c'est d'éviter les nombreuses flaques de boue, que l'on ne voit pas... ou au dernier moment, et de ne pas glisser... j'arrive à Sainte Catherine, en 2h42, je suis toujours en avance de 13 minutes maintenant sur le temps global de 7h... à quasiment la moitié du parcours, je me dis que c'est jouable de tenter une arrivée à 7h, je reste motivé sur cet objectif... Je rentre dans la salle des fêtes de Sainte Catherine, beaucoup de monde, une chaleur de sauna là dedans, j'attrape un thé, profite d'un bout de banc pour faire 2/3 étirement, et je ne m'attarde pas, je repars !, j'appréhende la partie qui suit, après Sainte Catherine, Arfeuille et son bois, fait couler beaucoup d'encre... en soi, c'est une zone assez glissante et raide en descente où il faut être bien vigilent... le démarrage après Sainte Catherine se fait bien, pas de problème particulier...


La traversée d'Arfeuille se fait également sans problème, je reste concentré, il est 3h du matin, j'ai pas sommeil, tout va bien !... quelques problème digestifs liés à l'absorption d'une poudre de sels minéraux et vitamines, me pose quelques soucis... sinon, je suis très content du choix vestimentaire, je n'ai pas froid, ni chaud, je sens que ma veste va rester dans le sac jusqu'à Lyon !

Enfin le ravitaillement de Saint Genoux, je commence à avoir le ventre vide, mais bizarrement, j'ai pas envie de manger... comme si j'avais un début de nausées... je prends le temps de m'arrêter, de bien boire, et avale un morceau de banane ainsi que du pain d'épice avec du chocolat... il reste 32km pour arriver à Lyon, on y arrive !

Je repars, le ravitaillement laisse place à une belle montée, tout le monde récupère et marche... passée cette montée, une longue descente nous attend jusqu'à Soucieux... ça commence à tirer sur les jambes !, la motivation baisse... surtout que juste avant le ravitaillement, je n'ai pu éviter une de ces nombreuses flaques de boue, j'ai un pied bien mouillé... pourvu qu'il n'arrive pas ce qui s'est produit lors de l'UTMB cette année... la godasse remplie de boue m'avait fait une énorme ampoule sur le pieds, ce qui m'avait contraint à m'arrêter à Courmayeur !...

Après 4h39 de course, j'arrive à Soucieu, je suis maintenant en retard de 5 minutes sur le temps global de 7h... bon peu importe !, si déjà je termine cette première SaintéLyon dans de bonnes conditions, ça sera déjà pas mal !... pas d'ampoule en vue suite au bain de boue, donc ça va, le moral remonte, j'avale un thé, un morceau de bananes, et zou', on repart !... peu après je croise quelques personnes qui m'encourage au détour d'une rue... ça motive !

La partie entre Soucieu et Lyon, est par contre beaucoup moins intéressante, puisque plus "urbaine", beaucoup moins de chemins, et proportionnellement plus de route, normal !.

On traverse ensuite Chaponost, il est 5h30, le marché du dimanche matin se met en place... ça fait penser à un ravitaillement !!!... et ben non !, faudra attendre un peu... une longue descente puis une courte mais raide montée nous amène à Beaunant, dernier ravitaillement de cette SaintéLyon, il reste 11 km, j'imagine déjà l'arrivée... je me dis, qu'est-ce que 10 kilomètres sur les 58 déjà parcourus !!!... et puis je prends comme référence mes entraînements, je me dis que c'est vraiment pas grand chose... un autre mythe de cette SaintéLyon, la montée de Saint Foy !, tout le monde en parle de cette côte de 2 km juste après le dernier ravitaillement, les derniers dénivelés sont ici, et c'est pas facile !... tout le monde marche et souffle, c'est plus sage pour arriver en bonne forme !, sur la fin je reprends un petit rythme de course que je ne quitterai pas jusqu'à la fin... une fois au sommet de la colline, qui surplombe Lyon dans l'aurore du matin, on aperçoit au loin le quartier de Gerland, terminus de cette belle aventure, il reste 10, puis 9, puis 8, puis 7, puis 6... la longue descente de Saint Foy est interminable, j'attends à chaque fois le décompte avec impatience... impatience d'arriver, puisque cette partie urbaine, me plait moins, mais étant Lyonnais d'adoption depuis 3 ans maintenant, je connais bien la partie entre les quais de Saône rive droite jusqu'au palais des sports, puisque cette zone est empruntée par la marathon de Lyon chaque année... donc je relativise...

On déboule sur les quais du Rhône, la lueur du jour pointe le bout de son nez, beaucoup de coureurs souffrent, et se mettent à marcher, ou se tiennent la jambe suite à une crampe musculaire... et effectivement c'est ici que peuvent survenir les crampes, les crampes qui peuvent stopper l'élan final et faire finir cette course en marchant...

Je reste concentré sur la fin, l'objectif est quasi atteint, je regarde ma montre, 6h50 depuis le départ, le décompte des kilomètres continue, 4 puis 3 puis 2... quelques personnes ça et là applaudissent et nous encourage... les deux derniers kilomètres sont quasi identiques à la fin du marathon de Lyon, on longe le quai du Rhône direction parc de Gerland puis on traverse le parc pour arriver dans le palais des sports !, ça y est, la ligne d'arrivée est à 100m, j'entends du bruit, beaucoup de monde est là, et ça y est !, la ligne d'arrivée est franchie, 7h04'27, je suis ravi de mon temps pour cette premier saintélyon... dont l'objectif initial était plutôt 8h.

--- CONCLUSIONS ---


LES PLUS:

- l'organisation, même si il y aurait encore des choses à redire, je trouve que cette manifestation est bien organisée et préparée
- le parcours entre Sorbiers et Saint Genoux, en dehors de cette portion, je le trouve moins intéressant, mais bon, on veut rallier deux métropoles ou pas ??? ;-)
- mon matos, sur le coup, aucun problème de trop chaud ou trop froid, tip top
- le choix de courir avec des chaussures trail, contrairement à ce que j'avais lu et entendu, je suis resté dans l'idée de courir avec des chaussures orientées trails, et je ne regrette pas !

LES MOINS:

- le nombre de participants, que je trouve un peu excessif


Voila, merci de m'avoir lu, j'accepte les commentaires/critiques/suggestions par rapport à ce petit compte rendu...

A l'année prochain, pour une nouvelle édition !

Trail-ement,

Bruno de Lyon, le 15/12/2004.

1 commentaire

Commentaire de raideur69 posté le 17-08-2006 à 04:30:00

Et bien Bruno cette année c'est la medaille d'or,6h mon gars,aller courage on va faire le nécéssaire,d'ailleur tu à commencé Heinnn je crois...moi je te suis par la pensée..
A+ demain pour l'entraînement

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !