Récit de la course : 10 km de Bourgoin-Jallieu 2008, par bill38

L'auteur : bill38

La course : 10 km de Bourgoin-Jallieu

Date : 30/3/2008

Lieu : Bourgoin Jallieu (Isère)

Affichage : 620 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Le récit

Le 31 mars 2008 07h30, je me lève avec un léger mal de gorge, de tête et un brin fièvreux. Je n'ai pourtant pas fait la fête hier soir, je n'ai même pas regardé la finale de foot avec la fameuse banderole : couché tôt avec la radio et un bon bouquin.L'après-midi s'était pourtant bien passé, avec ma femme on avait acheté des rollers à ma fille qui les avait essayé au parc des lilattes, le petit frère, lui, avait son vélo.

C'est pas grave, il fait très beau et je me jette sur un caffé en imaginant le film de la future course.

L'année dernière, j'avais déjà fait cette course (catégorie V1) en un peu plus de 45' mais je n'avais alors que 4 mois de footing dans les jambes.

Cette année j'esperais mieux en m'étant entrainé 3 fois par semaine pratiquement toute l'année avec des séances de VMA de 1'28" au 400m.

08h30 : j'arrive au local du CSBJ pour retirer mon dossard. Il y a déjà une belle queue. Curieusement les gens qui s'inscrivent le jour même ont leur dossard plus rapidement que les préinscrits.

Je sens un léger brin de panique autour de moi car certains ont peur de ne pas avoir le temps de s'échauffer.

J'obtient le sésame à 08h55, tout va bien. Je commence l'échauffement à 09h00. Le temps est idéal. Je passe autour des terrains de tennis ou les premier échanges de balle ont lieu, je croise des gens qui courent, je me dirige le long de la bourbre ou discute un groupe de VTTiste : c'est super le sport.

09h20 : je termine mon échauffement par quelques accélérations : je me sens bien.

Je me place au 3eme rang et attend tranquilement le départ. Le coup de feu retentit, j'enclenche mon chrono et me cale derriere un membre du CSBJ athletisme.

Je passe le premier kilo en 4'09" : c'est moyen. Au 2eme kilo j'ai 8'10" affiché ce qui laisse espérer finir la course autour de 41'.

Je me fais dépasser par un membre du club de Ruy que je connais et tente de suivre sa foulée.

Tout d'un coup je sens des douleurs à la gorge et au ventre et commence à ralentir dans la légère déscente de la rue piétonne.

Quelques personnes commencent à me dépasser. Je rentre dans le parc des lilattes ou je croise les premiers qui sortent. Je cours de moins en moins vite et je vois la personne de Ruy qui s'éloigne de plus en plus.

Je me fais doubler de plus en plus et l'idée d'abandon commence à m'envahir. Puis ma pensée est troublée : mon père doit se faire opérer des intestins (polypes) et je dois moi-même subir un dépistage (coloscopie, anesthésie générale) car c'est un terrain héréditaire.

J'arrive au 5eme kilo en 21'30, je suis pratiquement en footing. J'aurais normalement du finir au moral mais là il est plutôt dans les chaussettes et j'abandonne donc entre le 5eme et 6eme kilo juste en face de la piscine Rajon.

Bien évidemment c'est une énorme déception mais la vie continue et j'encourage les autres coureurs que je croise. Je me dirige vers la ligne d'arrivée pour assister au spectacle. Il y a déjà une bonne vingtaine de personne qui profite du ravitaillement. J'écoute leurs conversations en dégustant un jus de fruit, leurs temps se situent entre 33 et 35' : ça fait réver.

Je me tourne maintenant vers la ligne d'arrivée et regarde tous ces gens qui la traverse. Certains ont l'air frais, d'autres sont exténués. J'attend une dame qui m'avait confié avant le départ son haut de survètement car ma voiture était garée vers le départ.

Elle arrive très fatiguée mais heureuse car elle a terminée. Je suis content pour elle et me dis que j'aurrais du finir aussi.

C'est pas grave je sais que je vais passer une bonne après-midi à regarder ma fille qui arrive maintenant a faire du roller et mon fils pédaler comme un dératé.

Dés que j'aurai effectué ce dépistage, je vais reprendre l'entrainement sur les hauteurs de Bourgoin. J'en profite pour lancer un appel aux personnes qui trotinent dans le secteur : ce serait peut être sympa de le faire à plusieurs.

4 commentaires

Commentaire de agnès78 posté le 01-04-2008 à 18:00:00

quand tu es malade sur une course cela ne pardonne pas. dans ces cas là, il vaut mieux voir la sagesse de s'arrêter que de trop demander à son corps; soigne-toi bien. Au plaisir de lire ton prochain récit.
Bises
agnès

Commentaire de agnès78 posté le 01-04-2008 à 18:01:00

et, bienvenu sur kikou ;-) !!!

Commentaire de tabuki posté le 01-04-2008 à 21:56:00

Welcome sur kikourou !
Désolée pour cet abandon. C'est jamais facile d'abandonner lors d'une course.

Commentaire de Gibus posté le 04-04-2008 à 15:34:00

Salut
quand tu as abandonné tu as eu un réflexe qui reflète ton état d'esprit :
tu as encouragé les autres coureurs, chapeau,
beaucoup auraient gardé la tête basse.
Tu vas rebondir et en faire d'autres.
Tu vas avoir la gnack avec cet échec.

A bientôt de te lire
Gibus.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !