Récit de la course : 100 km du Périgord Noir 2008, par Fufu

L'auteur : Fufu

La course : 100 km du Périgord Noir

Date : 26/4/2008

Lieu : Belves (Dordogne)

Affichage : 1294 vues

Distance : 100km

Objectif : Terminer

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

CR de mon premier 100kms à Belvès

Jeudi 24 Avril :

départ en début d’après midi et étape à Brive.

Vendredi 25 Avril :

Départ pour Belvès en trajet petit stop à Sarlat et visite rapide du centre historique, passage au complexe sportif (mi-parcours du 100km) puis direction Beynac et arrêt à l’hôtel du château. Puis Belvès ou je récupère mon dossard , il est 11h du matin pas beaucoup de monde à cette heure là, le midi repas sur une terrasse (Lasagne à la bolognaise, un délice).

L'âpres midi je concilie tourisme et reconnaissance du début des 40kms et là je me dis qu’il y a un gros problème….. Le dénivelé n’a rien avoir a ce qu’il y a de marqué sur le site (évalué à 300m de D+) et je me rends compte qu’en réalité c’est une succession de faux plats , des petites montagnes russes pas franchement dur mais je suis sur qu’à la longue cela va faire mal ….

Repas du soir à l’hôtel typique du dernier repas d’avant course , vous avez dit pâtes, non non. Saumon en entrée, tranche de foie gras que ma femme ne veut pas (c’est trop bon je ne résiste pas), pavé de bœuf pommes de terres sautées et haricots verts et en dessert une tarte tatin avec sa boule de glace et crème chantilly…..

Samedi 26 Avril :

Réveil 6h30 je me prépare rapido car l’accès à Belvès sera fermé après 7h30, du coup je saute le café, je mâchouille un restant de gatosport, 6h55 départ pour Belvès ma femme me dépose à 7h20 et retourne à l’hôtel pour prendre son p’tit déj. Pour ma part je vais au café du coin me réchauffer et prendre enfin un petit café.

Nous sommes 527 sur les 100kms et 278 sur le 50kms, le départ est le même, je trouve l’ambiance calme à l’aube de cette longue journée cela me plaît bien. 8h00 le départ est donné une boucle de 2kms dans le village puis la grosse descente (1.8 kms) ce soir au retour on la grimpe. Durant les premiers 6kms je ne cesse de me faire doubler (je vérifie sur ma montre je suis à 9,5 de moyenne au dessus de mon allure prévue donc je ne m’inquiète pas trop, j’ai prévu entre 12 et 14h càd entre 8,3 et 7.1 de moyenne). Je pense que mon allure va se caler vers le 10ième kilo. Premier ravito vers le km 5 (ravitaillement prévu environ tous les 5kms ou j’ai prévu de m’arrêter à chaque fois même pas longtemps, je suis agréablement surpris par le peu de gobelet par terre chacun boit sur place et jette son gobelet dans la poubelle avant de repartir à quelques exceptions près bien sur mais vraiment je suis épaté. Je tombe sur un bavard qui me raconte toutes ses expériences c ’est sympa mais à longue cela me fatigue (je n ’arrive pas à me concentrer et à rentrer dans la course)

Km 10 quoi déjà, pas vu passé, le rythme est donné (1h03 et 9,4 de moyenne)

Entre le 10 et 20 kms 2 petits faux plats, ça roule on se freine, penser à garder un petit rythme, être facile (10kms fait en 1h07 soit 8,9 de moyenne)

Entre le 10 et 20 kms 2 petits faux plats, ça roule on se freine, penser à garder un petit rythme, être facile (10kms fait en 1h07 soit 8,9 de moyenne)

Km 30, La Roche Gageac (10kms fait en 1h08 soit 8,8 de moyenne), le parcours est vraiment joli

Entre le 30 et 40ième kilo les petites difficultés s ’enchaînent, pas trop dur mais cela monte un peu et on redescend et remonte, un petit faux plat par ci un autre par là (10kms fait en 1h11 soit 8,4 de moyenne)

Il fait de plus en plus chaud, passage au marathon km42 en 4h48. Du km45 au 49, 4kms de petite montée là j ’ai du mal je trouve cette petite cote interminable.

Km 50 Sarlat, le stade mi parcours (10kms fait en 1h13 soit 8,1 de moyenne), 5h50 depuis le départ, il fait super chaud, merci l ’épongeage. Jusque ’à présent les ravito sont bien passés je mange ce que j ’ai envie (même du pain avec des rillettes..) je bois du glucose, coca, eau pétillante, bref j ’alterne en petite quantité.

Lorsque je repars à mi parcours personne devant, je me sent un peu seul et bing de nouveau une petite montée, avant le km55 une autre d ’1km de long, à l ’approche du 60ième je commence à ne pas être bien (pas déjà, pas si tôt…), il fait chaud je me rafraîchit la tête et le visage dès que je peux, les jambes commencent à se faire sentir mais cela ne m inquiète pas trop encore. C ’est mon moral qui me souci, ça ne va pas. Ces 20kms ont été dur, trop de montée et de descente…………………. .......................................(10kms fait en 1h17 soit 7,8 de moyenne) 7h01 de course

On repasse à la Roche Gageac km65, le parcours redevient plat, km66 Sandrine et Adam sont sur le bord de la route

Sandrine me demande si çà va (non çà ne va pas mais je ne peux pas lui dire, je ne veux pas l ’inquiéter) je sent des larmes venir, c ’est dur. Il y a une expression qui dit: " avoir le moral dans les chaussettes ", à ce moment de la course le moral il n ’est pas dans les chaussettes mais sous la semelle de mes chaussures et à chaque foulée que je fait je le piétine un peu plus, c ’est pas bon tout çà.

Pour me remonter le moral je me dit que je n ’ai pas fait 550kms pour abandonner maintenant. J ’arrive vers le km 70.

La course ne monte pas au château (ouf, on passe en contrebas), cela ne va toujours pas. Sandrine me parle, pour la 2ième fois je sent les larmes venir, bon dieu que c ’est dur. Allez, je partage un verre avec mon petit bonhomme et je repars, mes arrêts sont bref. (10kms fait en 1h21 soit 7,4 de moyenne) 8h23 de course

Le parcours redevient plat entre les kms 70 et 80kms. C ’est dur mais je gère (10kms fait en 1h27 soit 6,9 de moyenne) 9h50 de course ce sera ma moyenne la plus basse…sans commentaire.

A partir du km 80 j ’ai l ’impression de rentrer enfin dans la course, le moral revient, je cours 20 ’ puis je marche un peu, j ’enchaîne ce rythme, cela devient un automatisme (pas comme tout à l ’heure ou je me forçait à courir), çà y est je suis dedans enfin. Si je tiens jusqu ’au km95 comme çà je suis sauvé, je me sent mieux d ’ailleurs un suiveur à vélo me fait la remarque que j ’ai l ’air d ’aller mieux que d ’autre qui commence à marcher un peu plus, c ’est vrai cela va mieux je grignote un coureur par ci par là. Même si à partir de maintenant les jambes sont lourdes j ’ai le tempo j ’ai trouvé mon allure. (10kms fait en 1h21 soit 7,4 de moyenne) 11h11 de course.

Km94 dernier ravito, (depuis plusieurs ravito rien ne me fait envie mais je me force à manger un peu) il reste 6kms çà y est je vais finir c ’est sur je viens de passer les 12h de course mon objectif maintenant rentrer sous les 13h. C ’est parti pour 4,2kms de faux plats montants je veux tellement être sous les 13h que j ’avale les 2kms suivant à 9km/h, je double 3 coureurs, je marque le pas un peu jusqu ’au bas de la montée, le plat de résistance de cette course et ultime difficulté 1,8kms de montée avec presque 100m de D+, je marche je savoure les derniers mètres. Km 99 que du bonheur, les tentes de l ’arrivée sont en vue. Mais du bruit vient à mes oreilles, bigre 2 coureurs reviennent sur moi je ne vais quand même pas me faire doubler si prés du but (même après 12h d ’effort et loin très loin des premiers je vais me battre cela va se faire au sprint comme j’aime). Je suis confiant je les attend et je les accroche à 400m de l ’arrivée cela ne " rigole " pas le rythme est bon (façon de parler on doit être à 10km/h). A 200m de l ’arrivée je sprint sur 80m, je me retourne cela ne suit pas.

Sandrine et Adam sont là, je termine les 30m avec Adam…..

Ma montre (F205)  indique 101.8kms à 8km/h et 1000m de D+ en 12h47'35", je suis heureux, moi qui suis un coureur très moyen je ne m ’en serait pas cru capable quelques années en arrière, mais je crois avoir atteint mes limites… je me laisse quelques jours pour y repenser.

Conclusion :

  • Cela a été plus dur que je ne le croyais. Je pensais " souffrir " à partir des ¾ de la course mais cela est arrivé beaucoup plus tôt (chaleur, dénivelé, je ne sais pas), j’ai mis beaucoup temps à me " sentir " dans la course
  • J’ai été à 2 doigts (pardon 2 phalanges) de l’abandon par 2 fois vers le km 65 et 74 (lorsque ma femme me demandait comment cela allait…j’en ai encore des frissons en y repensant)
  • 3 grosses ampoules de gagner dans l’histoire…
  • Agréablement surpris de rentrer dans la première moitié du classement (176 sur 361 finishers en 12h47) moi qui suit plutôt habitué à la 2ième partie.
  • Epaté par le temps du 1er (7h11 soit 13,9 km/h…)
  • Surpris par quelques tenues, comme ces coureurs avec des chaussures de trail (Salomon XA Pro ou Mizuno Ascend), ou avec des shorts qui ressemblent plus à des shorts de bain…

Quelques chiffres :

527 au coureurs au départ : 361 à l’arrivée soit 30% d’abandon (à mon avis la chaleur à fait du dégât)

Seulement 31 coureurs sous la barre des 10h, il n’est pas donné à tout le monde de courir à 10km/h pendant 10h

12 commentaires

Commentaire de Françoise 84 posté le 29-04-2008 à 16:50:00

Bravo pour cette belle réussite et merci de ton récit que j'ai lu avec beaucoup d'attention, prévoyant de faire ce 100 (1er sur route pour moi) l'année prochaine! Bonne récup!

Commentaire de Jerome_I posté le 29-04-2008 à 16:56:00

Merci pour ton CR et bravo pour ta course. J'attends avec impatiente le 30 Mai, car je tenterai aussi ma chance sur mon premier 100km. Bonne récup.

Jérome

Commentaire de JLW posté le 29-04-2008 à 18:33:00

Bon comme déjà écrit autre part, je vais me répéter un peu ....
Eh bien là tu m'épates dans tous les sens du terme Fred.
D'abord par ton exploit, oui je n'ai pas peur des mots, un 100 bornes reste un 100 bornes et il n'y en a pas tellement qui ont osé tenter une telle aventure, puis surtout le finir et de plus par des conditions difficiles.

Il va falloir que je t'apprenne à insérer les photos dans tes récits car je sais qu'elles sont très belles.

J'ai également bcp apprécie la facon dont tu racontes ce regain de forme si on peut le dire ainsi apres le coup de "moins bien". C'est à mon avis l'une des grandes lecons du grand fond, une certaine énergie qui peut revenir, je dirai même qui revient presque à tous les coups, si on sait passer (avec la tête surtout) ces moments difficiles.

Bravo encore et maintenant pense à la récup. Tu l'as bien mérité.

Commentaire de bigpeuf posté le 29-04-2008 à 22:05:00

hé bé, clap clap, ça c'est fort, merci pour ce CR plein d'émotion.

Commentaire de La cigogne posté le 29-04-2008 à 22:31:00

Bravo pour ton exploit car c'est un exploit de cloturer une telle épreuve.
Par ton cr réaliste, on "souffre" avec toi et on a envie de t'encourager tout au long de ton récit.... Pourvu qu'il y arrive !!
Félicitations.

Commentaire de eve posté le 30-04-2008 à 01:02:00

merci pour ce récit bien détaillé!

il parait que la chaleur a rendu cette édition particulièrement difficile!

bravo d'en avoir terminé : il y a eu pas mal d'abandons je crois!


ps:pour ceux qui bouclent les 100km en 10h....ils font + de 10km/h de moyenne.....car il faut compter les arrêts...même s'ils sont brefs, ne serait-ce que pour les ravitaillements....tous les 5 km.....ça prend tout de même un peu de temps


Commentaire de Velveteethol posté le 30-04-2008 à 08:38:00

Bravo pour avoir fini, j'ai eu la même impression que la Cigogne, on se demande si tu vas finir et on est content que tu finisses. Très beau récit.

Récupère bien.

Commentaire de hellaumax posté le 30-04-2008 à 10:22:00

Très beau récit, plein d'émotions. Je suis franchement admiratif: 100km ça me parait tellement énorme. Bravo à toi

Commentaire de phil77 posté le 30-04-2008 à 21:24:00

Merci Fred pour ce beau CR qui fait si bien partager les émotions ressenties. Ca donne envie...l'idée commence à germer ;-)...pourquoi pas d'ici qq années ...C'est un peu fait pour ca les CR sur kikourou !

Et encore bravo pour ta perf !

A Bientôt

Bonne récup

Philippe

Commentaire de Estive 73 posté le 30-04-2008 à 22:17:00

Bravo, bravo Fufu !
Je me suis contenté de vous regarder passer au 5ème km, mon dossard dans la poche (p.. de cheville !).
Pas vu de kikou à la Pasta mais je vois que tu as choisi l'option gastronomique ! C'est peut-être un + sur 100 km où il faut de l'énergie et du moral !

A un de ces 4 sur un autre 100 km

Dominique

Commentaire de canoecl posté le 18-05-2008 à 17:52:00

bravo pour la perf....j'avais essayé en 2003 ou 4 mais je me suis arrété à Sarlat pour cause de grosse baisse de moral, et pourtant je passais en
6 h au 50 kms alors, félicitations pour avoir tenu.
Canoecl, un périgourdin.

Commentaire de shunga posté le 28-03-2011 à 00:07:00

merci

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !