Récit de la course : Championnat de France de Semi-Marathon des Sapeurs-Pompiers 2008, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Championnat de France de Semi-Marathon des Sapeurs-Pompiers

Date : 14/6/2008

Lieu : St Vulbas (Ain)

Affichage : 1646 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Si c'est rondpoint, c'est point carré

Si c'est rondpoint, c'est point carré

 

 

 

Le championnat de France de semi des pompiers se déroule cette année dans l'Ain à St Vulbas. En ouverture a lieu un dix kilomètres open à tous. Benjamin va courir son premier 10 bornes plat sur route après celui de Bourg en Bresse en mars.

 

Pour une modique somme de 5 euros, on nous remet notre dossard avec un porte gourde à l'effigie des France de semi pompiers, sympa et surtout pas cher par les temps qui courent plus un tee shirt.

 

Philippe du club est là, ainsi que Patrice pour disputer également le prologue. Xavier, Christian et Marc, coureurs du feu, vont faire le semi.

 

Le départ est à un bon kilomètre de l'arrivée. Nous y allons en s'échauffant. Un coucou à Bruno, Jean Claude. Les concurrents des France sont afférés à leur voiture, pommade, sparadrap, casquette (car il fait chaud). Ils ont vraiment des têtes de pompiers ! me dit Ben. Pour la plupart, ils ont la tête rasée

 

C'est par là le départ ? Un coureur nous questionne. J'sais pas, je suis le mouvement. C'est près d'une pompe essence. Les premiers font demi-tour. En discutant nous avons passé la ligne adhésive matérialisant le départ. Ce n'est pas vrai nous sommes … treize sur la ligne. Attendez, il y en a d'autres qui arrivent en voiture car ils sont en retard. Le départ est prévu à 15h00 ce samedi après midi fort ensoleillé. Le semi partira à 15h15 comme la bataille de Marignan ou comme la loco du TGV de Belfort (1515 chevaux).

 

Revenons à la course, l'énorme peloton est complété par une bonne autre dizaine d'âmes. Nous somme finalement 29 à rigoler de nous voir si peu nombreux.

 

C'est parti. Un gros peloton se forme devant. Je suis avec Benjamin dans le fond. Les écarts deviennent très vite très importants. Nous courons sur le côté de la route en suivant les pointillés blancs. Je me mets devant en coupant vent. Nous avons prévu un tempo de 5 au mile. Je n'ai pas de chrono mais de toute façon les kilos ne sont pas marqués. L'allure se fait donc au feeling.

 

Nous passons un rond point, deux ronds point. Toujours un itinéraire très plaisant sur la route, vachement pas cool. Je trace toujours la route et surtout coupe le vent présent. Je me retourne souvent pour voir si Ben est bien à l'abri derrière. Ma casquette me protège du cagnard enfin arrivé cette année.

 

Un autre rond point, nous bifurquons à droite. Une fille n'est pas loin devant, nous revenons d'ailleurs petit à petit sur elle. Tous les autres coureurs ont disparus devant comme derrière de notre vue.

 

Les voitures et les camions nous dépassent, un peu dangereux quand même. Je suis toujours les pointillés qui commencent à me monter au cerveau et telle La Grande Vadrouille, si le tracé part dans le vide, j'y vais tout droit.

 

Au loin un autre rond point qui va nous faire de nouveau tourner à droite. On voit plein de coureurs. C'est la queue du peloton du semi qui vient de la droite pour tailler tout droit. Arrivés au carrefour nous croisons donc les derniers qui ont l'air d'en baver. Nous rattrapons la fille en même temps que nous arrivons au ravito. Ah quand même, s'esclaffe Benjamin. Un coup d'eau fait du bien. Je garde la bouteille pour plus tard. Nous passons un p'tit panneau km17 donc il reste 4 bornes. La fille regarde son chrono. Vous avez combien ? 30 minutes à peu près. Ok. Nous allons plus vite qu'elle et nous la laissons. Il fait chaud nous dit-elle avant de la quitter. Une longue et nouvelle ligne droite nous est proposée. Nous passons devant une autre des multiples entreprises de la plaine de l'Ain. Là ceux sont les pains et viennoiseries Harry's.

 

Au loin un pompier nous prend en photo. Sur le haricot du rond point suivant un gars nous encourage au loin. Allez Gibus, allez Benjamin. C'est Pierre not' président qui est venu nous encourager. Il est partout car demain il va au crêt de la goutte pour encourager celles et ceux qui s'attaquent à la course la plus dure de l'Ain : la montée du crêt d'eau de Bellegarde sur Valserine.

 

Nous virons à gauche. Benjamin qui avait accéléré sur le dernier kilo a un coup de moins bien. Il souffle et je n'ai plus besoin de me retourner pour savoir s'il est derrière moi ou pas. Allez regarde on repasse sur la ligne de départ. Il reste un bon kilomètre. Je lui propose à boire. On rentre dans le village après un xième rond point. A droite puis c'est tout droit. Il court sur le trottoir pour chercher la moindre parcelle d'ombre.

 

L'arrivée est là au bout. On rentre sur le parking. Deux fois à droite et nous franchissons l'arche. 52'14 c'est magnifique vues les conditions : Quel parcours pas sympa, quelle chaleur, quel manque de coureurs.

 

Benjamin s'affale dans l'herbe à l'ombre. Il n'est pas prêt de recommencer ça dit-il. Je préfère le trail ou alors sur route mais plus court genre 5 bornes. Ok c'est noté pour la suite. Mais bon il a gouté à la dure loi de la route. Il termine 1° junior mais il n'y en avait pas 150 non plus.

 

Jean Claude, V2, a gagné la course, Bruno, autre V2, ancien compère de club et de téléthon, fini 3°. Philippe et Patrice ont terminé presque ensemble. Ils ont souffert de la chaleur également.

 

 

 


Nous allons voir l'arrivée du semi. Les premiers arrivent bien espacés les uns des autres. Ils ont l'air d'en avoir bavé aussi. Loïc Monsarat gagne en 1h14, Sandie Cheval est première féminine en presque 1h35. Xavier termine 6° sénior et 2° pompier de l'Ain.

 

 

 

 

Nous laissons le soin à ce dernier de récupérer les lots si il y a, car la remise des récompenses est à 18h00. Les concurrents en terminent sous cette chaleur non habituelle. Pas facile un semi dans ces conditions.

 

St Vulbas restera toujours un parcours plat et performant, mais sans la chaleur et avec un départ plutôt le matin, cela aurait entrainé de meilleures perf.

 

Les cheminées de la centrale sont toujours là, recrachant elles aussi leur transpiration.

 

 

 

 

 


 

 

4 commentaires

Commentaire de lulu posté le 27-06-2008 à 11:27:00

Quelle surprise de voir le championnat de France des pompiers dans la liste des CR !!

Je devais participer à l'organisation mais j'étais prostré chez moi avec mes béquilles...

Je t'avoue que je suis de ton avis, St Vulbas, y a plus sympa comme parcours !!!!!!!

A +
Félicitations à ton fiston.

Commentaire de Eric Kb posté le 27-06-2008 à 20:50:00

Merci pour ce CR.
Si je comprends bien, le seul truc sympa en courant là-bas aurait été de courir avec ton fils et toi ;-)

Commentaire de titifb posté le 28-06-2008 à 05:19:00

Merci Gibus pour ce CR qui m'a donné chaud rien qu'à le lire. (bon, il est 5h22 et dans le sud de la Drôme, il fait déjà 21°, Boudiou, vivement l'hiver !)
Bonne continuation et bravo à Benja

Commentaire de franciss posté le 28-06-2008 à 16:58:00

Et dire que pendant ce temps-là, nous prenions le frais à Viriat pour le Marthon des entreprises !!! Franchement ... z'avez pô d'bol !!!

Féloches à Benjamin pour ce 10 saharien...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !