Récit de la course : Trail des Allobroges 2009, par laurentrail91

L'auteur : laurentrail91

La course : Trail des Allobroges

Date : 31/5/2009

Lieu : Bellevaux (Haute-Savoie)

Affichage : 892 vues

Distance : 55km

Objectif : Se défoncer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

recit des allobroges

 1ere contribution

 

Samedi soir :

Le Val d’orge athletic est au complet au diner de veille de course (un peu de pub voir site http://valdorgeathletic.free.fr/). La météo changeante et l’équipement sont au cœur des discussions. On chambre un peu autour des problèmes intestinaux de Lionel, va-t-il polluer la montagne ?

Les pates aldente si attendues sont enfin servies. Quelle catastrophe ! Elles sont bouillies et baignent dans l’huile. Le moral est touché.

Apres ce repas, nous nous donnons rdv pour le petit déjeuner fixé à 6h.

 

Dimanche

Réveil à 4h après une bonne nuit. Pour passer le temps, je regarde Thalassa et Pêche et Nature.

Il est intéressant de savoir que la France est Leader mondial dans la Fibre optique marine. La communication se fait à 75% avec ces câbles et environ 25% par les satellites, leur durée de vie est de 30ans.

Intéressant mais il faut se préparer, le sac est terminé. Je ne tiens pas en place alors vite fait au petit déjeuner, on discute avec Béa des fibres optiques, elle a malheureusement raté l’émission.

Le petit déjeuner est meilleur que le diner de  la veille, c’est difficile de faire pire.

Lionel nous rassure sur ces problèmes intestinaux en avalant des gélules (un contrôle urinaire serait le bienvenu).

 

Le temps passe et nous nous rendons au départ proche de l’hôtel sous un ciel bleu. La feuille de présence signée, je retrouve Maïlys, une amie pour un léger échauffement.

Nous nous retrouvons tous ensemble, pour un départ commun du 55km et 32km. Nous rendons un hommage à Karine Ruby avec une minute de silence.

Le départ est donné, il est 7h05.

 

Pour la première fois, je pars à l’arrière du peloton, l’ambiance est détendue .Nous traversons le village en passant devant l’hôtel, Alexandra et les enfants sont au balcon et nous encouragent.

Le départ est tranquille, je passe Christian, Béa et lionel. La pente commence à se durcir et nous entrons dans la forêt, il devient difficile de doubler, le peloton est dense et l’utilisation des bâtons complique la tâche. Les jambes sont bonnes, profitons en alors je force le passage. Apres 3 km de montée, enfin une descente pour atteindre le col de Jambaz.

Cette descente se fait dans un champ humide, il y a des trailers partout et dans toutes les positions, les gamelles sont au rdv.

Nous attaquons immédiatement, j’alterne course à pied et marche, la pente est plus importante à l’approche de La Bray, j’en profite pour sortir les bâtons. Nous arrivons sur une piste forestière, le mode course à pied redevient d’actualité.

Nous sommes à environ 10km du départ, une descente technique s’annonce, un régal c’est un monotrace dans la forêt, il faut être vigilant le sol est humide et nous sommes en montagne, la sortie de route est déconseillée. Le rythme est soutenu et nous nous retrouvons arrêtés, le passage de la cascade des chartreux doit se faire un par un en utilisant les câbles métalliques pour s’assurer, les rochers sont glissants.  

Le 1er ravitaillement au Lac du Vallon approche, et j’ai rdv avec Alexandra et les enfants. Je les aperçois, et j’entends Charline criée « Papa tu es deuxième », tout le monde rigole (bien sur de mon club). Gégé est passé il y a 5 minutes.

Je prends mon temps et décide de repartir 5 minutes plus tard et leur donne rdv à l’arrivée.

La course commence maintenant à la séparation des 2 circuits ; le 55km part à droite sur un faux plat montant sur 3km avant d’aborder une dure montée vers les arêtes des Follys.

Je grimpe tranquillement dans cette forêt sombre et me fais doubler par un paquet de 5 bons marcheurs que j’accroche un peu avant qu’il me distance, la dernière partie est difficile , la fatigue et la pente s’accentuent encore .Apres ½ heure, le sommet n’est pas loin car le ciel bleu apparait dans les arbres.

La première partie des arêtes est en sous bois et se transforme rapidement à l’approche du col en pierrier et chemin plus technique. Nous basculons sur l’autre versant des arêtes. La vue sur les sommets environnant est superbe, le ciel toujours aussi bleu, le paradis est là.

Nous alternons les montées et les descentes sur des chemins techniques, il faut rester concentré.

Au passage d’un col, j’aperçois Gégé devant et Maïlys derrière. Elle est en forme, nous rejoignons Gégé dans une montée. Je suis le rythme de Maïlys et Gégé a disparu derrière. Le chemin est plus roulant nous en profitons pour dévaler ce plat descendant  à un bon rythme.

L’attaque du col de Chavannais se fait tranquillement avec une pause photos. Nous alternons course et marche pour arriver au ravitaillement N02  à la source du Brévon.

Apres une bonne collation et le remplissage du camelbag, nous rattaquons la fin de la descente dans une zone humide.

La montée se fait dans les bois avant d’arriver dans un pré qui nous ouvre une nouvelle fois une vue de la région, nouvelle pause photos.

La montée finale est dure, mes jambes commencent à fatiguer .Apres une nouvelle descente à l’amorce de l’ascension vers la pointe de Gay, un coup de moins bien, la fringale est au rdv. Je ne peux suivre le rythme de Maïlys.

Tout en grimpant, j’attrape un gel et 2 barres d’amande. L’arrivée au sommet est un soulagement, mais j’attaque une descente difficile avec un coup de moins bien. La chute est inévitable.

L’arrivée au ravitaillement 3 est géniale, grosse ambiance, les bénévoles ont des cloches pour fêter notre arrivée. Je fais un stock de pain d’épice pour plus tard, je remplis de nouveau le camelbag et me voilà reparti. On attaque immédiatement une côte pentue, la forme est revenue, les jambes sont bien, je me remets à courir sur les faux plats. A la sortie du bois, on entend les cloches, un groupe est en haut de Nifflon et fête les concurrents mais il faut un gros effort pour les atteindre, la montée se fait à bon rythme par des lacets.

Le bruit est énorme, je laisse le groupe de forts sympathiques troublions pour me diriger vers la pointe d’Ireuse. La montée est technique, il faut faire attention sur les rochers. La descente s’accentue pour atteindre un passage qui se fait 20m avec la corde  .Une traversée de pierrier et voilà le 4ème et dernier ravitaillement, je suis en pleine forme et il reste 14kms. Je repars en courant sur le long faux plat emmenant au chalet Pertuis, la pente est plus forte, je recommence à marcher, encore 400m et j’attaque la descente finale .

On m’annonce 107ème, allez je vais tenter d’atteindre la 100ème. Je dévale la pente 106, 105, 104, 103 et non 104 je viens de me faire doubler. J’aperçois Christian qui me sort une vanne, pas envie de rigoler c’est pas fini, la fin est interminable .je repasse 103 et enfin le passage sur le pont couvert et la dernière grimpette, Dom, Hamid, Maïlys, Alexandra et les enfants sont là.

Je passe l’arrivée avec les enfants en 103ème place, ah non un concurrent passe devant mes enfants je suis finalement 104ème .Bravo pour ce geste.

Je suis content, la course c’est bien passée.

Maintenant place à la tartiflette d’après course avec le podium de Maïlys (3ème féminine).

 

Conclusion :

  • superbe parcours technique
  • passages en crêtes qui donnent des vues superbes sur les Alpes
  • organisation parfaite

1 commentaire

Commentaire de maï74 posté le 10-06-2009 à 20:53:00

Cool, ton 1er récit !!! Mais je me rends compte que je t'ai toujours pas envoyé les photos... je m'en occupe... en tous cas c'était un plaisir de partager un bout de course avec toi !
Vive Dan ! Biz

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.29 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !