Récit de la course : Trail des Allobroges 2016, par philippe.u

L'auteur : philippe.u

La course : Trail des Allobroges

Date : 15/5/2016

Lieu : Bellevaux (Haute-Savoie)

Affichage : 663 vues

Distance : 60km

Matos : Cascadia 9

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Allobroges

Trail des Allobroges 15 mai 2016 63km 4700D+


Janvier 2016, j’ai la clicotte aigue, ma CB fume, c’est l’ultra des inscriptions : Allobroges, Aravis, Beaufortain et Echappée Belle. Qu’est-ce qu’il m’a pris ? Je cherche encore, mais c’est fait et désormais deux hypothèses sont plausibles :  

-Je vais monter en puissance, avec une préparation à base de long et de pentu qui me sera forcément bénéfique pour venir à bout de l’Echappée Belle.

-Je vais me cramer, je n’ai jamais dépassé les 80km, fin juin je serais mort physiquement ou mentalement ou les deux.

J’arrive à Bellevaux, Haute-Savoie, avec un début d’année basé sur le long et des vacances chargées en D+ dans les Albères 3 semaines avant, je me sens confiant et je profite de mon arrivée le samedi midi pour aller reconnaître ce qui me semble être le passage crucial des Allobroges : la montée après le lac de Vallon, au ravitaillement du 40ème km.

Je fais donc une petite marche de 10km aller-retour, pour 550m de dénivelée, et j’en conclus bêtement que ce n’est pas si difficile que ça, que c’est un peu boueux mais sans plus, que si tout le parcours est comme ça c’est de la rigolade…Comme quoi mes impressions c'est vraiment de la merde.

La nuit sur le terrain de camping (avec quelques kikoureurs croisés) se passent comme à l’habitude, je dors par intermittence, me demandant quels débiles se lèvent à 4h du matin pour courir 60 bornes. Mais les 5hrs arrivent vite, et après un coup de stress pour sortir la voiture du terrain de camping (ma Berlingo n’est pas habituée à de si fortes pentes :d), c’est déjà le moment de partir et finalement, on voit bien que tout le monde est content d’être là.

5km de plat pour commencer avant la première côte qui est raide et boueuse, c’est la queue-leu-leu, personne ne prend le risque de doubler, ça ne servirait à rien. J’ai Lemulot et Nono92 de Kikourou, déjà salués avant le départ, 20 mètres devant moi. 600m de D+ plus tard, c’est la redescente qui est raide et boueuse. Juste derrière Lemulot, je profite de ses 35 glissades sur les fesses, heureusement sans bobos (mais sans doute pas de bon augure pour la confiance), tandis que je réussis miraculeusement à rester débout. A peine le temps de souffler que ça remonte de nouveau, faut bien reprendre les 500m d’altitude perdus en 2km. Cette seconde montée est beaucoup plus facile, on vient de passer les 10km et c’est le moment où j’essaie de réfléchir, je me force à garder un rythme facile, je pense à la longueur de la course, la nécessité de gérer et tout un tas de conneries que j’oublie dès que la descente arrive : je décide de me lâcher un peu quand même, j’aime bien les descentes alors si je ne me laisse pas aller, c’est pas drôle. Celle-ci, longue de 4km, nous amène au premier vrai ravitaillement de Reyvroz , au 19ème km atteint en 3hrs.

  Je suis bien mais j’ai déjà beaucoup transpiré, l’humidité ambiante ne me va pas. Je fais le plein d’eau, me gave de saucisson et fromage, et repars tranquillement pour finir de rejoindre le point bas de la course : une passerelle au-dessus du Brévon, 600m d’altitude et départ de la plus grosse difficulté de la journée puisqu’il va falloir grimper 1000m plus haut.

Bon là, c’est plus de la rigolade. Je ne sais pas quel est le pourcentage de pente mais les semblants de marches creusées dans la boue, les bâtons qui se coincent, les chaussures qui dérapent… ça me tue en 10 minutes. Je ralentis le rythme de plus en plus, je regarde sans cesse l’altitude sur ma montre, et cela dure éternellement, beaucoup de coureurs me doublent dans ce passage, c’est vraiment le moment difficile de ma course, physiquement et moralement.

J’ai mis près de 2heures pour 5km, beaucoup de micro pauses, un manque d’énergie évident. Je me demande ce qu’il me manque pour garder un meilleur rythme sur ce genre de portion, du renforcement musculaire ? des fractionnés en côtes ? ou tout simplement l’habitude des longues montées ?

Toujours est-il que le sommet arrive comme une délivrance, je retrouve du peps pour entamer la descente jusqu’à La Buchille, 29ème km, 2ème ravitaillement en 5h25 à la 102ème place. J’y rejoins Lemulot qui m’avait déposé dans la montée précédente, il commence à sentir des crampes et prends son temps, je repartirais avant lui pour ne plus le revoir par la suite. Après une bonne soupe et un moral retrouvé, je repars pour une petite descente cool avant de rejoindre le point haut du parcours après un long passage sur la neige. Je me sens bien, mais hors de question de tenter le diable, je vais lentement mais sûrement. Le premier du trail des Crêtes me double vers le 30ème kilomètre, il trottine gaiement comme un cabri et je me dis que la vie est injuste. 

Près de 1800m d’altitude, les bénévoles m’annoncent le sommet du parcours. Désormais, c’est « presque » que de la descente jusqu’au lac de Vallon, ça passe comme sur des roulettes, mais l’arrivée au ravitaillement est tout de même bienvenue car je commence à redouter une espèce d’hypoglycémie. 40ème kilomètre, 7h36 de course et 79ème, ça mérite une bonne pause. En plus je connais les 5 prochains kilomètres parcourus la veille, tout va bien. 

 

On contourne le lac par un chemin facile, je marche en finissant saucissons et fromages, et la montée commence, c’est l’avant-dernière, enfin « presque ».

C’est marrant mais c’est moins facile qu’hier, me dis-je assez vite. Je suis obligé de m’arrêter régulièrement, pour m’alimenter, boire, car par moment j’ai l’impression d’être fébrile, les bénévoles croisés me demandent tous si je vais bien, je réponds oui mais je dois avoir une sale tête quand même…Évidemment beaucoup de coureurs me redoublent, c’est toujours les mêmes depuis le début de la course quasiment qui me déposent en montée et que je rattrape en descente. Je passe cette portion tant bien que mal, un peu démoralisé par la succession de coups de culs auxquels je ne m’attendais pas. 

Heureusement, et ça devient une habitude, mes forces reviennent dès que la pente s’inverse, mes jambes répondent parfaitement dans les descentes les plus techniques. Malgré tout, une bénévole du dernier ravitaillement de Mégevette, au 52ème km atteint en 10h10, me propose de rester un peu plus longtemps pour me reposer avant de repartir,  je décline son offre gentiment, prétextant qu’il ne reste que 10km et que ça va.

En vrai, ça va bof. Une dernière difficulté de 700m de D+, pas très rude sur le papier, finit de m’achever. Je me fixe de mini-objectifs du genre : « à 1400m d’altitude je fais une pause ». J’ai du mal mais tant que ça avance…l’arrivée se rapproche. Alors que voilà la descente finale, j’en ai franchement marre et je me fais violence pour courir un minimum. Une dernière concurrente me double dans la descente des téléskis, ça me motive pour garder un petit rythme.

L’arrivée, comme toujours pour les courses si longues, est une délivrance après 12h45 d’effort, près de 63km, 4700m de dénivelée, et une 93ème place sur 145 arrivants. Une course difficile portée par une organisation et des bénévoles parfaits.

C’est le 1er gros morceau de l’année, les leçons apprises : 

     -Pas de douleurs, les quadris ne fatiguent pas du tout en descente.  

     -Des progrès à faire dans les montées, surtout très raides.     

     -Besoin de trouver une meilleure alimentation, le manque d’énergie a été flagrant par endroit.

En attendant de trouver des solutions, repos.

6 commentaires

Commentaire de lemulot posté le 18-05-2016 à 20:50:26

Bravo philippe belle perf quand même, et merci pour les 35 glissades j'ai dû arrêter de compter à la 10ème. J'étais impressionné par tes descentes (enfin celles que j'ai pu voir), j'avoue que j'étais bien crispé pour ma part. Comme toi j'ai eu l'impression d'être en fringale permanente (comme à l'échappée belle d'ailleurs) je pense que c'est dû à un rythme très lent qui ne bloque pas la digestion comme sur nos courses de parigots. Encore bravo et bon courage pour la suite de tes travaux ;-) on se croisera peut-être à la colline dans les semaines qui viennent...

Commentaire de philippe.u posté le 18-05-2016 à 22:47:44

Merci, j'irai en effet quelques fois à la colline d'ici fin juin, je vais suivre les éventuels offs...

Commentaire de courotaf posté le 18-05-2016 à 21:51:12

Bravo à to! Je me demandais bien où tu pouvais aller à 4h du mat avec ta bagnole! :D

Commentaire de philippe.u posté le 18-05-2016 à 22:52:04

Merci, le départ en voiture si tôt n était pas prévu mais j'ai récupéré quelqu'un à Hirmentaz...

Commentaire de bobsup posté le 19-05-2016 à 10:30:25

Bravo à toi Philippe, et oui ce n'était pas une partie de plaisir cette petite ballade :)

Concernant l'alimentation, manque de sucre peut-être ? Faut prendre les abricots secs, les bananes, et perso je prends une flask de jus de raisin avec moi (j'en bois un peu toutes les heures environ) en plus de la flotte dans la poche à dos (avec une boisson isotonique éventuellement dedans). Je suis plus sceptique sur le saucisson par contre: je n'en prends pas, j'en ai pas besoin et en plus ça me donne des boutons :)

Commentaire de philippe.u posté le 19-05-2016 à 13:00:19

Merci, j'avais pourtant une boisson iso aussi et j'ai bu énormément il me semble (un bon 5-6 litres je dirais). C'est vrai que j'ai laissé de côté les bananes et abricots secs, en solide sucré je n'ai pris que des 3 ou 4 pâtes de fruits et quelques oranges.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !