Récit de la course : L'Odyssée du Tue-Vaques - 28 km 2009, par Mustang

L'auteur : Mustang

La course : L'Odyssée du Tue-Vaques - 28 km

Date : 26/9/2009

Lieu : Fermanville (Manche)

Affichage : 1232 vues

Distance : 28km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

4 autres récits :

MAGNIFIQUE

L’Odyssée du Tue-Vaque

 

Les photos sont de Serge Breuilly -www.normandiecourseapied.com 

 

 

 

 

Pour ce trail, j’ai pris comme je  le fais quelquefois, mon enregistreur Sony. J’ai essayé autant que faire  possible enregistrer  mes commentaires tout au  long du parcours. Les  passages en italique en sont la transcription écrite exacte. Je vous ai fait grâce de  la transcription de  ma respiration !

 

 

En cette fin de septembre, retour dans le Cotentin, à Fermanville, pour  ma quatrième  participation à  l’Odyssée du Tue-Vaques. Deux distances sont proposées  mais le  long a toujours  une  petite fréquentation par rapport  à la  « petite » distance. Les Manchots  jouent petits  bras !

 

 

Après avoir déposé Mamie et mon épouse à Equeurdreville chez  la cousine,  j’arrive  à l’anse des moulins.  Je  me gare dans  le pré  non fauché ! Peu de  monde  encore  mais le parking  improvisé  va vite se remplir. Les coureurs vont devoir se garer  le  long de  la route. L’anse des  moulins conduit  à  un  petit vallon où se trouvent de  place en place d’anciens moulins. Ils  ont  été  parfaitement restaurés et  leurs  jardins sont  magnifiquement paysagés et fleuris.  Voilà pour la carte  postale, un endroit  à découvrir !

Il est 13h06, je suis dans l’anse, je suis garé dans le champ, l’herbe est haute, les voitures commencent à arriver petit à petit. Les  lieux n’ont pas changé, c’est la  même remorque  de tracteur pour le  podium. Voilà, les gens se garent, il fait beau, le ciel est un peu couvert, un peu de fraîcheur, cela n’est pas plus mal.

Bon, les  organisateurs  ont  changé  leur  parcours. Je vais bien voir. Il  y a du  monde  mais ce seront  essentiellement des coureurs sur le 15. Le  podium est en  place, à savoir  une remorque de tracteur orange   qui a déjà bien vécu ! Peu  importe,  la  bonne  humeur est de rigueur. Pascal arrive  à  l’arrache, il  n’a rien à manger et n’a pas d’eau. Les  organisateurs vont lui  offrir  un sandwich. Pour l’eau, il ira  la  prendre dans  les  toilettes ! Puis Breizman14  arrive. Il  m’avoue une petite forme.

13h22, le parking se remplit tranquillement. Il fait chaud, pas trop chaud, Il fait un petit peu lourd je pense, Pascal vient d’arriver, il n’a pas mangé. On va voir ça tout à l’heure.

13h38, le parking est  plein, je rejoins Pascal pour m’entraîner avec  lui.

13h48, Pascal se  prépare, c’est un peu long. Il  peste contre son I-pod dont  les fils sont emmêlés. Rires. Maintenant  il faut qu’il téléphone. Voilà, Je  ne sais  pas comment  il va s’échauffer. Il  y a trois quart d’heure ! me dit-il Il  y a trois quart d’heure ! C’est cela  même, bon on va voir  ça. Tes  impressions au début. Ça  monte, ça  monte….  La  pression  bien sûr ! qu'il répond!

 

 
 

 

Après  une  petite reconnaissance avec Pascal, retour sur la  place. Les coureurs se rassemblent derrière  la ligne de départ. Nous sommes frappés par la  jeunesse des  participants. Voilà,  il est 14h30, c’est  le départ. Ça bouchonne d’entrée car d’une  part  le chemin est étroit mais son accès est encombré  par  un gros rocher en son  milieu.

 

 

 

Donc, changement de  programme ……. on  passe sous  le viaduc…. On  tourne  à gauche et c’est  la rampe. Au départ, un  peu de   bouchon. Pascal et Michel sont devant  moi.

Je suis en compagnie de Pascal sur le Viaduc… .  La  mer bleue, le temps est  un peu couvert. Pascal a  peur mais on continue ! (rires de Pascal)

 

 

De suite, effectivement, nous passons sur le viaduc qui franchit la vallée des  moulins. Sur la droite, dans  l’échancrure verte, nous apercevons la mer.

 

Le 869 sera  le V2 qui arrivera  une  minute devant  moi. ici, on est au départ!! Pascal dossard 923

Km 2, on redescend aussitôt dans un chemin étroit, les  uns derrière  les autres, tranquillou !

Fin de  la  petite boucle, on repasse devant le  moulin du départ et ensuite on attaque la pente.

Il s’agit du chemin de  l’huilerie, donc chemin  très étroit, très  montant en  pente,  à 15% … avec du rocher… du  public « Allez Martine ! »

Je  le connais ce chemin, pas très  long mais  épuisant. Tout  à  l’heure, il faudra  y repasser  juste avant d’en terminer !!

Ça y est  j’émerge… pouuuu.   ça souffle…La  lumière du soleil filtre  à travers  les  branches.

On redescend dans  un chemin très encaissé … les  uns derrière  les autres.

Ça remonte sévère, chemin étroit toujours… et  on redescend !

Long chemin ombragé,  le terrain ondule toujours. On est dans  le creux d’une vallée.

On est sur la deuxième boucle du  parcours ancien.

Le parcours grosso  modo est composé de  deux boucles, une dans le bocage très vallonné et  une sur  la  lande qui domine  la rade de Cherbourg. La dernière fois que j’étais venu, les  organisateurs avaient inversé sens du   parcours. Cela avait bouchonné dès le départ. Là,  ils ont  modifié en  nous faisant  emprunter d’abord la deuxième boucle dans  le sens initial  puis  nous finirons  par  la  boucle sur la  lande que  l’on  parcourait initialement en premier. Vous me suivez ???

 Là,  on arrive au pied d’une  immense  paroi assez raide.

Quoiqu’il en soit,  nous arrivons  à ce  moment de  la course, face  à  un talus  très haut et très relevé. Heureusement,  la terre  n’est pas grasse. Je le  passe  au ralenti en  me faisant dépasser par de  plus véloces mais je  les retrouverai  plus  loin !

Allez,  on  monte  ça calmement. Il  y a qui trottinent. Ils  ont rien, je pense que ce sont des gens qui sont sur  le 15. La  paroi est tout de  même excessivement raide,  un peu la Drôme en tout petit. Voilà, ça passe.

Je  me fais  passer  par  un paquet de coureurs. Bon, ce sont des gens sur le 15 !

Retour sur route, voilà. Le temps est  gris. On traverse  une ferme. On est  sur  la route … ça descend.

Arrêt technique : mes écouteurs qui s’emmêlent, qui  me font chieeeeeeer !   Voilà,  je repars !

Le chemin est  humide… boueux… voilà, un peu de boue,  y avait  longtemps .On va salir les chaussures, ça ralentit  un  peu… des ronces   ça  ne dure qu’un  instant.

De  nouveau  un vallon  humide...  ça remonte sec… j’en profite,  je  bois  mais  ça  me coupe  le souffle… ouuuu un  petit  pallier et  on repart ! On  remet  ça… et c’est reparti !

Une descente sur de  la terre  battue… toujours  ombragée…Je remonte ceux qui  m’ont doublé dans  la  montée.

Ça descend toujours…  je crache… je regarde  mon jet de salive s’écraser devant  moi.

Putain dans ces chemins creux, je viens de  perdre  le satellite ! Ah j’suis bon ! Ouah, ça  monte ! Je marche.

On retrouve  le viaduc,  je suis au km 13-14, j’ai retrouvé le satellite de mon GPS…On redescend  rapide, voilà ! Ah, c’est bon !

Ça doit  être  l’arrivée du 15  km. Je  ne sais où en sont  les autres. Voilà !

Oups…  ils  nous en mettent  une sévère là ! Km 14,  une sévère  montée raide, en marchant  les  uns derrière les autres !

Nous sommes revenus au débouché du viaduc  il me semble ; Je suis avec  un groupe,  l’allure est bonne.  Mais  c’est  là que les concurrents du 15 vont  obliquer  à droite  pour regagner  l’anse des Moulins. Je  l’annonce  à la  jeune fille qui court à mes côtés, elle en est bienheureuse ! Soudain tout  le groupe  file  vers le chemin qui descend ! Hé, comment  ça ?? Y a  plus  personne ??? Effectivement, il y aura 246 coureurs classés sur le 15 et seulement 83 sur le 31. Je  me retrouve seul ! Bon,  toujours est-il que je me présente  à la table du ravito qui fait suite  immédiatement   à la  bifurcation. De  l’eau et  un bout de  pain d’épice. Humm, j’aurais bien aimé du coca et des  bananes !

Ah sympa….  « Ravitaillement… à boire ! » 

Encore des  gobelets 200 m  après  le ravitaillement ! Lamentable ! Totalement  lamentable ! On arrive sur le  plateau, finalement c’est  le circuit  à  l’envers  mais dans  le bon sens mais  on a commencé  par  la deuxième boucle et    on entame la deuxième boucle qui est en fait  la  première boucle ! Bon, vous  m’avez suivi, j’espère ?

Ben  là,  je dis au revoir au court court,  il reste  plus grand  monde ! J’ai  personne en  ligne de vue, je vois un mec derrière  moi, voilà ! Le chemin est bordé de  petits  murets de  pierre, des chevaux dans  de  petits herbages. Voilà,  on arrive sur la  lande.

Petit  bourg, des roses trémières,  petit  bourg sympathique forcément sympathique !

On est sur la  lande  maintenant !

 

 

Ça  y est, je vois la rade de Cherbourg, magnifique ! C’est super,  la côte est ensoleillée ! Magnifique !

Un chemin sur  la lande, on redescend dans  un vallon où coule  un ruisseau. Magnifique vue sur  la route de Brest*, des voiliers ! Voilà, un jeune devant  moi. Bon, on va essayer de  le bouffer !

Nous sommes donc sur la lande  d’ajoncs empruntant  un large chemin qui descend  vers  un vallon absolument superbe.

* La  vue donne donc sur  la rade de Cherbourg et non sur celle de Brest ! (l’émotion !). Devant  moi, deux  jeunes ! Nous arrivons sur  une  aire  où sont stationnés des adeptes de  moto-cross.  Je  leur adresse  un bonjour, pas de réponse ! Je continue donc ma   course à la  poursuite des  jeunes !

Le vallon est  magnifique**. Nous courons entre  les rochers. C’est  magnifique** ! Les arbres,  la  lumière  à travers  les feuillages, l’impression de  jardin. C’est superbe !

** Oui, je sais, je  l’ai déjà dit ! Je manque en cette occasion de vocabulaire ! J’ai  passé  le  premier  jeune. Mais   je  vais  me planter dans  le vallon en allant tout droit au  lieu de franchir  le ruisseau  à droite. Par  la suite, le  jeune me dira qu’il a crié après  moi mais j’avais  la  musique  à fond dans  les oreilles !

Une  petite erreur d’aiguillage ! Je viens de rectifier   le tir !

Je reprends  ma course donc à la  poursuite des  jeunes qui sont repassés devant  moi. On arrive dans  une zone  urbanisée, au niveau de  l’anse du Brick.

On arrive dans  le camping, le fameux camping dont on nous a  prévenus, voilà. J’ai deux coureurs devant  moi.

Une route, furieuse  montée ! Je double  une féminine  blessée. Putain, ça  monte,  ça  monte !

 

 

Descente vers  la  plage, la  mer !et bien voilà, on y est ! On y est au bord de  l’eau ! Presque ! A deux cent  mètres  près ! Y a  la route  mais on est au bord ! C’est sympa,  merci  les  organisateurs ! Superbe*** !

*** Je  me répète, je sais ! Nous sommes donc  à l’anse du Brick.

Allez, ça remonte ! Ah, c’est dur ! Le  petit jeune qui m’a repassé  à la faveur de  mon erreur d’aiguillage, j’suis derrière lui !... Un  peu de souffle……… !

Je viens de me faire reprendre  par deux  mecs. Je  les avais vus tout  à l’heure. Ils  ont  l’air  très frais c’est des  V2, eh bien voilà, c’est  la règle du jeu ! Bon, tant  pis ! C’est reparti ! Ça remonte furieusement brouuuuuuuu !

Retour  sur  la route, ça  permet de se ressaisir  un petit  peu ! Oh lala, je commence à avoir les cuisses  lourdes !

Arrêt technique  pour changer  mon MP3.

On quitte  le bois,  à nouveau  la  lande,  les ajoncs, le chemin qui serpente dans  la lande, la mer  à gauche.

Un long chemin  pour rentrer. J’ai passé  le  jeune mais   j’ai  les anciens devant  moi !

A  nouveau la route, je suis  à 14  à  l’heure ! Voilà encore  un  ou deux  kilomètres à mon avis.

Entretemps, un autre V2  va me  passer, râblé,  mais  une superbe foulée ! Il passera  les deux autres devant.

Traversée du  petit village de Carneille !

Il reste  à regagner  le vallon des moulins. J’ai passé  le deuxième  jeune. Mais ce sera tout. Je sais très bien ce qui  m’attend.  Je cours dans le chemin où je  me suis échauffé. Je passe sous le viaduc  mais  à 200 m de  l’arrivée, non, on  ne  passe  pas, on prend  à droite  le  mur déjà emprunté tout  à l’heure. Je  le savais, donc, résigné,  le souffle court, les cuisses en feu, je  le gravis  en marchant ! J’en sors assez  bien. Un spectateur m’annonce encore 800m. Je continue sur  le chemin. Au carrefour,  je sollicite  les encouragements des badauds. Je tourne  à gauche.

C’est l’arrivée, descenteeeeee  putain ! Ça descend, nom de dieu ! Moins de trois heures !.............

(Bruits de  l’arrivée,  du speaker qui  m’annonce)… Voilà c’est l’arrivée ....  moins de trois heures… applaudissements !

Je suis très content de  ma course. Je vais saluer  les deux  jeunes que j’ai précédés.

Les  petits  jeunes qui arrivent…

Commentaires après dans  ma voiture

L’endroit    nous nous  sommes approchés je pense au  niveau du camping, c’est l’anse du Brick. La vue est  magnifique. Je rentre, 55e  en 2h58  pour  un 31 km. Y a toute  une flopée de V2 devant  moi donc suis  dans  les 11e, 12e V2, bon ce  n’est  pas si  mal que ça,  je suis content... Voilà c’est le camping de Maupertuis sur mer où on était. Voilà,  la vue est  magnifique, la  lumière, le soleil, tout, le soir. Il est 18h. Je suis content de  ma  journée. J’ai bien couru !

8 commentaires

Commentaire de francois 91410 posté le 30-09-2009 à 09:33:00

Merci pour ce Live ! J'adore. De plus, c'est magnifique si j'ai bien capté !!!

En fait, je connais bien ce coin là, belle maman y résidant à qq petits kilomètres. J'y suis d'ailleurs ce WE ...

Commentaire de CROCS-MAN posté le 30-09-2009 à 11:07:00

Encore une bien belle ballade dis donc. Tu enchaines aussi les course ces derniers temps.
Bravo et merci.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 30-09-2009 à 12:55:00

Pas mal cette idée de commentaire live ! Heureusement, j'étais pas à côté de toi pour dire des gros mots.
Belle perf !

Commentaire de titi61 posté le 30-09-2009 à 13:25:00

super recit tres detaillés.bravo pour ta course qui n'avait pas l'air facile.en effet plus dur qu'ecouché.

Commentaire de RogerRunner13 posté le 30-09-2009 à 16:11:00

Ben dit donc tu n'arrêtes pas en ce moment, course superbe et bonne idée que ces commentaires en live.

Commentaire de Dom 61 posté le 30-09-2009 à 20:58:00

Belle perf en effet, bravo Philippe !
En plus, ça donne envie de le faire ce trail d'aprés la description que tu en fait.

Commentaire de breizhman14 posté le 01-10-2009 à 22:50:00

Ben mon mustang on se lâche plus! Et plus je te vois courir, plus tu es fringuant!! Bravo tant pour ta course que pour ton récit

Commentaire de eric41 posté le 02-10-2009 à 13:49:00

Super le live.
Merci Philippe.
Eric

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil de kikouroù - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !